« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 31 janvier 2015

#Centenaire14/18 pas à pas : janvier 1915

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de janvier 1915 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas directement Jean François.

Sa fiche militaire indique une période "Intérieur" après sa mobilisation et avant d'aller "Aux armées". J'en déduis que c'est la période où il fait ses classes.
Tous les éléments détaillant l'instruction militaire sont issus de "L'infanterie en un volume, Manuel d'instruction militaire" (Librairie Chapelot, 1914), trouvé sur le site Gallica.
A partir du 27 janvier, et de son arrivée au front, la source principale est les Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 



1er janvier

- Une nouvelle année. Et encore la guerre.
- Comme si de rien n’était, on continue à nous instruire.
- On nous parle des maladies vénériennes, qui se contractent surtout pendant l’exercice des fonctions sexuelles.
- Elles ont pour point de départ les organes de la génération, sont contagieuses et constituent un véritable danger pour les individus. 
2 janvier
- Le chargement réglementaire est composé de la plaque d’identité, chemise, caleçon, ceinture de laine (pour les troupes alpines)
- …pantalon de drap, paire de bretelles, mouchoir, brodequins, cravate, capote, paquet individuel de pansement, képi, cartouchière, fusil.
- Dans le paquetage : chaussures de repos, dessous et chemise de rechange, chiffons destinés au nettoyage du fusil
- boîte à graisse, gamelle, cuillère, vivres de réserve, savon, livret individuel, outils portatifs.
- La demi-couverture est roulée et fixée en fer à cheval, encadrant le dessus et les côtés du sac.

3 janvier
- Les deux cartouchières de devant reçoivent chacune quatre paquets de cartouches, celle de derrière trois.

4 décembre
- Tout militaire a droit à une solde, à partir du moment de son arrivée à la caserne.
- Elle cesse le jour de sa mise en route en permission, à l’hôpital, à la fin du service ; en cas d’absence irrégulière ou décès.
- Le simple soldat reçoit une solde de 5 centimes par jour.

5 janvier
- Les militaires ne doivent pas se livrer aux jeux de hasard.

6 janvier
- La plaque d’identité contient, au recto, le nom et premier prénom du soldat, son année de recrutement.
- Au verso, la subdivision de région et le n° de matricule.

7 janvier
- Connaître son ennemi est important : on nous enseigne aussi l’artillerie allemande.
- Elle tire deux sortes de projectiles : le shrapnel, qui produit une gerbe pleine et longue, et l’obus explosif, qui a une gerbe creuse.
- Savoir se protéger de l’artillerie ennemie, marcher sous le feu ennemi, actions à mener en priorité lorsqu’on prend des pièces d’artillerie

8 janvier
- L’honneur militaire et les sentiments d’humanité ont donné naissance à des règles qui imposent certaines obligations aux combattants.
- Non : il n’est pas vrai que, pour être courte, la guerre doive être sauvage.
- Son but n’est pas l’extermination de l’ennemi, mais sa soumission.
- Les militaires doivent donc connaître les textes qui régissent la guerre continentale : convention de la Croix Rouge et règlement de 1899.

9 janvier
- Le commandement supérieur fixe le but. Le commandement subordonné conserve l’initiative du choix des moyens.

10 janvier
- La tenue doit être pour tous uniforme et réglementaire.
- Les tenues sont au nombre de 4 : tenue de travail, tenue de sortie, grande tenue, tenue de campagne.
- Les militaires portent les cheveux courts, la moustache (avec ou sans la mouche) ou la barbe entière.

11 janvier
- Nous touchons nos nouveaux uniformes gris-bleus. La couleur est agréable, et surtout beaucoup plus discrète que le rouge en usage jusque là.

12 janvier
- Il fait froid. Je pense aux pauvres bougres qui couchent dehors, dans les tranchées.
- Ces pauvres bougres, ce sera nous bientôt.

13 janvier
- En principe, nulle troupe en marche ne doit être coupée par une autre.
- Si deux colonnes se rencontrent, pour une cause quelconque, celle commandée par l’officier le plus élevé en grade a priorité.

14 janvier
- Nous révisons les travaux de destruction sommaire que nous serrons amenés à effectuer sur le front : voie ferrée, ligne télégraphique

15 janvier
- Certains jeux réclament un grand déploiement de force ou un effort longtemps soutenus. C’est pourquoi ils sont recommandés au service armé.
- Nous jouons donc régulièrement à chat perché, à la mère Garuche ou à l’épervier.

16 janvier
- Les jeux de ballons se jouent sur des terrains unis et doux aux chutes (pelouse ou sable).
On peut jouer au « football Rugby » à 15 joueurs ou au « football Association » qui se joue à 11.

17 janvier
- On nous parle des Allemands : l’histoire de la guerre de 1870, la composition de l’armée, les tenues.

18 janvier
- Une troupe voyant un dirigeable sur le point d’atterrir doit se tenir prête à aider ses manœuvres et lui porter secours.

19 janvier
- On nous enseigne aussi à reconnaître un aéroplane en approche d’atterrissage, et comment l’y aider.

20 janvier
- On nous annonce aujourd’hui que notre instruction se termine bientôt et que nous allons rejoindre nos affectations respectives sur le front.
- Au lieu des six mois habituels, nous n’aurons fait qu’un peu plus de quatre mois.

21 janvier
- On nous explique l’organisation des transports de troupes en train.
- Tout est pensé, jusqu’à la position de la gamelle sur le havresac de façon à être plus facilement enlevée.
- Les wagons à marchandises aménagés peuvent contenir entre 30 et 40 hommes.

22  janvier
- Alors que mon instruction touche à sa fin, je me rappelle les premiers enseignements.
- Le soldat ne doit pas seulement obéissance à ses chefs, mais surtout la confiance la plus absolue.
- Tout soldat doit accepter courageusement, avec bonne humeur, les fatigues qui lui sont imposées.
- Il ne perd jamais de vue que le dévouement mutuel facilite la vie commune et l’accomplissement du devoir militaire.

23 janvier
- En un peu plus de quatre mois nous avons appris la connaissance et l’utilisation du terrain, l’orientation, la transmission d’un ordre.
- Nous sommes devenus des soldats.

24 janvier
- Autour du journal, nous nous demandons sur quel front chacun va être envoyé.
Le Petit Journal, 23 janvier 1915

25 janvier
- Je n’ai pas vraiment peur. Je suis juste malheureux d’avoir quitté des êtres qui me sont chers et que je ne reverrais peut-être jamais.

26 janvier
- Cette fois, c’est le front : je pars demain.
- Ce soir c’est les adieux : je quitte François, Raoul, Jean Émile, Paul, Henri et les autres

27 janvier 
- Dans ce train qui me conduit avec les autres recrues, j’ai l’impression que la rupture avec ma vie d’avant est définitivement consommée. [ 1 ]  
- Plus on approche du front, plus les convois de blessés, en sens inverse, deviennent nombreux. [ 1 ]
François, Raoul, Paul vous reverrai-je ? En tout cas je vous emporte avec moi.
23ème Bataillon de Chasseurs Alpins, décembre 1917, alpins.fr
- Je suis envoyé au 23ème BCA, 5ème Cie. Le commandant se nomme Fabry.
- Quelle chance ! Désiré vient aussi au 23ème BCA.
- J’arbore dignement « la tarte », le béret des BCA.
- On dit que sa taille a été calculée pour qu'on puisse y glisser les pieds en entier en cas de besoin !
- Le cor de chasse orne le col de ma vareuse. Fierté d’appartenir au 23ème BCA.

28  janvier
- Me voilà dans les Vosges. Le Bataillon reste provisoirement à Wesserling.
- Au loin, j’entends le lugubre feu roulant des canons. [ 1 ]
- Un grondement qui me paraît bien plus redoutable que les canons entendus pendant nos classes.
- Au-delà des arbres, on voit la fumée des bombardements. [ 1 ]
- Le Bataillon est fractionné en deux parties.
- Une section se tient prête à marcher, l’autre fournit des travailleurs pour finir d’organiser une position éventuelle de repli.
- Des reconnaissances sont organisées : 2 officiers et 8 hommes partent reconnaître les différents passages alentours.

29 janvier
- Le Bataillon se tient prêt à partir au premier signal.

30 janvier
- Des reconnaissances sont exécutées pour déterminer la nature et la praticabilité de la crête du Nord à la Tête de chien.

31  janvier
- Travaux de tranchées.



[ 1 ] Inspiré de « Ils rêvaient des dimanches » de Ch. Signol

1 commentaire:

  1. Quel travail tu as du fournir!!! à la lecture de ton article, j'ai froid dans le dos. Tu as écris avec beaucoup de réalisme et je pense que tu dois te rapprocher de ce qu'a vécu ton ancêtre et beaucoup d'autres Poilus de sa génération.

    RépondreSupprimer