« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 20 février 2015

Le sosa qui n'existe pas

Légèrement en panne d'inspiration, je réponds à mon tour à la question posée par Maïwen Bourdic sur son blog D'aïeux et d'ailleurs "Et vous quel est votre sosa n°1000 ?"

Pour mémoire, le système de numérotation dit "Sosa-Stradonitz" est le plus couramment utilisé en généalogie. Le personnage central de la généalogie porte le n°1, son père le n°2, sa mère le n°3, son grand-père paternel porte le n°4, sa grand-mère paternelle le n°5, etc... De ce fait, le numéro 1000 est toujours situé au même endroit dans l'arbre, quelque soit la généalogie. Comme dit Maïwenn "tout droit à droite sur 5 générations, tournez à gauche, prenez la suivante à droite, puis à gauche de nouveau sur 3 générations". En d'autres termes : la lignée maternelle sur cinq générations, puis son père et la mère de celui-ci (vous me suivez ?), et enfin les pères sur les trois générations suivantes.

Personnellement, je n'utilise jamais les numéros sosa pour désigner ou chercher mes ancêtres, même si mon logiciel de généalogie le calcule lui-même automatiquement. Mais cette numérotation existe parmi les critères de recherche : je me lance donc à mon tour. "Aucune personne ne correspond aux critères". Mince, avec plus de 8000 ancêtres, le logiciel ne trouve pas le 1000 ? Évidemment je pense d'abord à une erreur (du logiciel ou de saisie ?). Et je prends mon courage à deux mains en suivant le chemin indiqué par Maïwenn.


Emplacement (théorique) du n°1000 de ma généalogie

Bah oui ! Le n°1000 n'existe pas dans ma généalogie ! Ce n'était pas une erreur.

On est là à l'époque révolutionnaire (et avant), à la frontière entre la Vendée et les Deux-Sèvres (mes ancêtres y font des "allers-retours" réguliers). 

Du n°1000, je ne connais rien.
De son fils, Jean Jadaud, je sais qu'il a résidé à Saint Amand sur Sèvre (79).
De ses petits-enfants, je sais que certains sont nés à Saint Amand, mais se sont mariés à La Verrie ou La Flocellière (85).

Jean Jadaud était sans doute cultivateur, bien que je n'aie aucune mention précise à ce sujet (tous ses descendants le sont). Il est dit décédé en 1796 (au mariage de l'un de ses fils), mais pas en 1801 (au mariage d'un autre fils). Si la première mention est plus probable (on déclare plus rarement son père décédé quand il est vivant, alors que le curé du deuxième acte a peut-être omis de mentionner le décès lors de sa rédaction), cela ne change pas grand chose finalement car, en l'absence de registre, je ne peux pas le vérifier. 

Parce que, pour ceux qui n'ont pas d'ancêtres dans ce coin, sachez que beaucoup de registres ont disparu à l'époque révolutionnaire. Impossible de remonter plus haut par ce biais-là. Les Jadaud font donc partie de cette mince lamelle blanche dans mon arbre circulaire qui, dix générations plus tard, forme une tache béante qui brille par son absence (si je puis dire).

Sur Geneanet on trouve des dates toutes plus fantaisistes (et parfois contradictoires) les unes que les autres; prouvant que les généalogistes amateurs ne lisent pas toujours/souvent les actes qu'ils indiquent.

Je n'ai pas trouvé cette famille chez les notaires vendéens. J'attends que les Deux-Sèvres mettent en ligne leurs actes notariés. Un jour peut-être. Ou peut-être jamais.

Il y a de grandes chances pour que le patronyme de n°1000 soit Jadaud (mais on n'est pas à l'abri de surprises...). Peut-être que son prénom est Jean, comme son fils et son petit-fils. Ou pas du tout.

Pour le moment, donc, le numéro 1000 de ma généalogie est caché dans les replis de l'histoire. Il m'attend, à l'abri dans un document auquel je n'ai pas (encore) accès. Ou bien il est oublié à jamais.

Sinon, je connais assez bien le numéro 100, si ça intéresse quelqu'un...


4 commentaires:

  1. J'ai vu le message sur Twitter. Et j'ai cherché le mien car je suis comme toi, je ne les suis pas par numéro.
    Et bien, je ne l'ai pas non plus. Mais je l'ai trouvé hier soir grace aux dépouillement du CG22.

    RépondreSupprimer
  2. La semaine dernière, je n'avais pas de sosa 1000 parce que je ne savais rien de Juliette la parisienne (sosa125). Mais depuis la nuit dernière, je suis tout près puisque j'ai enfin trouvé où elle est née. Il faut que je pioche du côté de Hesdin alors que ma généalogie n'avait jamais été plus au nord que Paris (et seulement pour elle!). Il s'appelle LABESSE mais il me reste toutes les étapes à enregistrer... Sans doute une histoire très particulière à raconter.

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,
    je suis allée voir dans mon logiciel, hélas le n°250 est une personne habitant montesquiou dans le gers, donc lignée bloquée pour l'instant, comme toute l'ascendance de l'arrière grand mère de mon mari les Lagardère.

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire seulement cet article. Bien entendu je me suis précipité dans mon logiciel de généalogie à la recherche de mon numéro 1000. Je suis rassuré, il est bien la, je connais son identité et sa date de naissance, pas de date de décès et de mariage. Je vais me replonger sur cette fiche. Cet article m'aura permis cela

    RépondreSupprimer