« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 10 avril 2015

Maison, broussailles et bois sapin

Les Archives de Haute-Savoie ont récemment mis en ligne les mappes sardes.

Ce sont des plans parcellaires réalisés entre 1728 et 1738, sur ordre du roi Victor-Amédée II de Piémont-Sardaigne (rappelons que la Haute-Savoie n'est rattachée à la France qu'en 1860 suite au traité de Turin), désireux de réformer et moderniser le système fiscal de son royaume. Il s'agissait d'établir une mesure fiable, sinon équitable, des biens fonciers, par catégorie et par parcelle, afin de mieux lever l'impôt foncier, la taille.

Après de longs travaux de repérage, bornage et cartographie sur le terrain par des équipes de géomètres, calculateurs et estimateurs, les plans définitifs furent tracés sur papier aquarellé, et plus tard monté sur tissu. Leur taille est très variable : de quelques m² à 66 m² pour le plus grand.

Les mappes constituent donc un des plus anciens cadastres d'Europe puisqu'il remonte au premier tiers du XVIIIe siècle. Les plans sont accompagnés de différents registres cadastraux :
  • Les livres de géométrie : ils énumèrent les parcelles dans l'ordre des numéros portés sur la mappe; c'est pourquoi on les nomme également livres des numéros suivis.
  • Les livres d'estime : rédigés avec l'aide des estimateurs, ils reprennent la description des parcelles par numéros suivis en les classant par "mas" (lieux-dits), en les affectant d'un "degré de bonté" (productivité) et en précisant la nature des cultures et le rendement annuel.
  • Les tabelles préparatoires : appelés également cadastres minute, ces livres représentent un état plus élaboré car refondant les données des livres d'estime, ils leur adjoignent les contenances des parcelles en mesures de Piémont et de Savoie Propre, mais ils les classent cette fois par ordre alphabétique des propriétaires.
  • Les tabelles alphabétiques : ces livres sont constitués par un ou plusieurs forts registres oblongs, solidement reliés en parchemin et formés de feuilles du cadastre imprimées, très soigneusement et clairement calligraphiées.
  • Les cottets à griefs : cahiers contenant les réclamations formulées par les intéressés lors de l'affichage dans la communauté, du cadastre préparatoire. Ils sont généralement annexés aux livres d'estime ou aux tabelles préparatoires.

Ces documents fournissent des informations sur le nom et statut des propriétaires, la superficie des parcelles et leur degré de bonté, la nature des cultures, etc... Certains volumes ont disparu, mais un grand nombre subsistent.
L’administration sarde se heurta très vite à la difficulté de tenir à jour les mutations foncières. Les mappes restent néanmoins l'instrument de référence jusqu'à la mise en œuvre des cadastres français dans les années 1860.

Le statut du propriétaire est classé en cinq catégories : Noble, Ecclésiastique, Bourgeois, Communier, Forain.
Le degré de bonté de la parcelle en comporte trois : 0 pour une terre de nul produit, 1 pour une excellente parcelle, 2 pour une moins bonne, 3 pour une parcelle médiocre.
L'estime précise la nature des cultures : vin, froment, blache [ 1 ], fève, cavalin [ 2 ], foin de bœuf [ 3 ], foins de cheval [ 3 ], etc...

C'est ainsi que j'ai découvert que mon ancêtre Tabrelet Pierre, demeurant en la paroisse de Morzine, possédait :
  • 3 maisons, pour un total de 470 m², à Culet, Le Grand Mas et La Combe au Jean
  • 14 champs (fèves, cavalin, foin de bœuf), pour un total de 18 314 m², à Culet, Le Grand Mas, Le Nant de l'Isle, Chantarel, Les Grangettes
  • 1 pré marais, 218 m², à Culet
  • 6 pâturages (foin de bœuf essentiellement), pour un total de 8 034 m², à Culet, Le Grand Mas, Chantarel, Les Grangettes
  • 1 murgier [ 4 ], 101 m², à Culet
  • 4 prés (fèves, cavalin), pour un total de 11 017 m², à Culet, La Combe au Jean, Le Ravaret
  • 2 jardins, 195 m², à Culet, La Combe au Jean
  • 1 pré verger, 202 m², au Grand Mas
  • 2 bois sapin, 7 857 m², à Picarron, Le Ravaret
  • 1 place et grenier, 101 m², La Combe au Jean
  • 2 granges, 138 m², aux Grangettes, Le Ravaret
  • 1 place, 72 m², aux Grangettes
  • 1 broussaille, 243 m², aux Grangettes
  • 2 marais, 6 261 m², aux Grangettes
Total : 41 parcelles, 53 223 m².

Informations précises et précieuses car le testament de Pierre ne m'a signalé aucune de ces possessions.

Aujourd'hui les deux premières maisons de Pierre ont été remplacées par un vaste club de tennis (une dizaine de courts). A l'emplacement de la troisième il y a bien une maison, mais la parcelle semble avoir évolué et le bâti doit être plus récent. Le grenier attenant a, quant à lui, disparu.

Exemple de localisation d'une de ses maisons sur la carte moderne et la mappe :



Pachon Claude François est un peu moins possessionné : 28 parcelles, pour un total de 20 116 m².

Avec Baud Claude, j'ai eu moins de chance. Le moteur de recherche m'indique en effet plusieurs Claude : 
  • Claude fils de feu Claude dit Parvay, 
  • Claude et Jean fils de feu Claude, 
  • Claude fils de feu Claude et ses frères. 
Moi-même, dans ma généalogie, je compte déjà deux Baud Claude, fils de Claude (le premier ayant aussi un frère prénommé Claude !). Il m'est donc impossible de déterminer si les résultats de la requête correspondent à un ou plusieurs de mes ancêtres.


  • Les plus de cette mise en ligne :
- Les registres recensant les propriétaires et renseignements divers (numéros de parcelles, surfaces, occupations) accompagnent les plans. Les autres services d'archives se contentant de mettre en ligne les plans, sans les matrices, ce qui ne sert à rien : si on ne peut pas identifier les propriétaires des parcelles, inutile de les voir.
- Un état précis des possessions de nos ancêtres.
- La comparaison entre l'état ancien et l'occupation du sol actuelle.


  • Les moins de cette mise en ligne :
- Comme pour l'état civil [ 5 ] les mappes numérisées ne couvrent pas la totalité du département : sur les quatre communes qui m’intéressent, trois ne sont pas numérisées.
- Un seul clic pour identifier les parcelles de votre ancêtre c'est bien, mais après il faut 5 heures pour les trouver sur la mappe ! En effet, l'option "localiser" renvoie à une Google map moderne, mais pas sur les plans originaux; qui sont souvent des documents vastes et donc assez long à ouvrir avec un niveau de zoom suffisant pour voir les numéros de parcelles.
- Le mode d'emploi qui les accompagne n'est pas complet. Un certain nombre de termes ne sont pas définis et restent obscurs.
- Le cartel qui s'ouvre sur la carte (moderne donc) associé à la parcelle comporte des informations qui restent elles aussi totalement mystérieuses : degré de bonté : 2, estime 1 : foin de bœuf, quantité 1 : 6. Il faut aller chercher ailleurs la traduction de ces précieuses informations.
- Une recherche facile et multicritères, mais en tapant un patronyme le moteur de recherche indique parfois "aucun résultat" : ne pas s'y arrêter car en cliquant sur "rechercher" on obtient tout de même des résultats.
- A chaque recherche, une fenêtre s'ouvre signalant que le script ne répond pas. Si on ne le débogue pas correctement, la localisation de la parcelle s'ouvre sur un emplacement situé en plein milieu de l'océan près d'Hawaï !

A mon sens, cette mise en ligne des mappes sardes est une très bonne initiative, mais la mise en œuvre reste un peu limitée, notamment au niveau des explications pour les profanes et quelques problèmes techniques.



[ 1 ] Variété de roseaux qu'on utilise comme litière ou dans l'alimentation du bétail; Synonyme de blachère.
[ 2 ] Mélange de céréales.
[ 3 ] Fourrage.
[ 4 ] Tas de pierres provenant de l'épierrement du sol.
[ 5 ] Une annonce de la mise en ligne de tout l'état civil de l'arrondissement de Bonneville m'a mise en joie... avant la douche froide : par exemple deux tables de la fin du XIXème seulement sont en ligne pour la commune de Samoëns. Bien décevant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire