« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 31 août 2015

#Centenaire1418 pas à pas : août 1915

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois d'août 1915 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er août
Mêmes emplacements.
Réfection d’un boyau de  communication entre le Bois carré et le col du Braunkopf.

2 août
Mêmes emplacements.
Continuation de l’aménagement du boyau entre le Bois carré et le col du Braunkopf.
Ordre de bataillon n°21 : Citations.

3 août
Mêmes emplacements.
Continuation de l’aménagement du boyau entre le Bois carré et le col du Braunkopf.
Ordre de bataillon n°22 : nomination.
Tout devient difficile. Le moindre geste du quotidien est difficile : manger, se laver, bouger, tout est contraint dans ces maudits boyaux.

4 août
Mêmes emplacements.
Transport de matériel aux compagnies de première ligne.
Bombardement allemand d'une violence inouïe.
Éclatement d'une mine, 1915 © Gallica

Il paraît que 40 000 obus ont été lancés sur un front de 3 km, ensevelissant morts et vivants. Les chasseurs s'épuisent.
L’eau propre et potable est de plus en plus difficile à trouver.
Ô, si je devais tomber demain, enterrez-moi ici,
Afin qu’au dessus de ma tombe à chaque jour qui revit,
Les fleurs des champs puissent fleurir, et les tourterelles s’aimer,
Et les amoureux, dans cet endroit inconnu,
S’embrasser tendrement en regardant la lune qui luit.
[ 1 ]

5  août
Assauts et contre-attaques de part et d'autre. Le sommet du Linge change plusieurs fois de main.
Le 23ème Bataillon de Chasseurs est relevé de ses emplacements par le 6ème BCA.
Nous retrouvons notre ancien bivouac au col du Sillacker avec ceux de la 3ème compagnie. Les autres retournent au Gaschney.
La relève s’est effectuée sans incidents.

6 août
Bivouac au Sillacker.
Nettoyage du camp. Nettoyage des hommes, des équipements, des armes.
Nettoyage enfin !
On trouve de la terre partout, dans ses poches, dans son mouchoir, dans ses habits, dans ce qu'on mange. [ 2 ] 

7 août                                                                        
Mêmes emplacements.
Travaux de propreté. Continuation du nettoyage du camp.
Quelques chanceux apprennent avec joie qu’ils peuvent partir en permission et quitter cet enfer.
Ordre de bataillon n°23 : nomination.
On entend la contre attaque allemande : mines et obus fusent.
Un bruit circule : le Général Joffre a décidé de passer à l'offensive dans ce secteur tout en refusant un nouveau renfort. 

8 août
Le Bataillon est rassemblé à 8h30 dans le pré du Gaschney. Le Drapeau des Chasseurs doit être présenté aux 23ème et 24ème Bataillons. Les deux fanfares sont là. Il est amené par la garde du Drapeau. Les honneurs sont rendus au glorieux emblème. Le commandant Rosset s’avance vers lui et donne lecture de l’ordre du Colonel Lacapelle (voir le 25 juillet 1915).
Drapeau Chasseurs, 8/8/1915 © Histoirémilitaria
Le Colonel Lacapelle salue et embrasse, avant son départ, le Drapeau des Chasseurs que la 4ème Brigade a été si fière de posséder pendant quelques jours.
Le Bataillon quitte ensuite le camp du Gaschney et se rend au camp d’Haeslen situé au Nord Est de l’Altenberg et occupé précédemment par le 24ème Bataillon de Chasseurs. Nous nous installons dans les baraques du camp. Le Drapeau est déposé au logement du Commandant.
Toute la matinée on entend les violents bombardements au-dessus de la route de la Schlucht, probablement avec des obus de gros calibre type 380.
L’après-midi on a appris avec stupéfaction le décès de 3 permissionnaires du Bataillon, tués en passant au col de la Schlucht. 5 autres ont été blessés. Quel gâchis !

9 août
Séjour au camp d’Haeslen.
Le Drapeau quitte le camp à 4h du matin avec la garde. Il doit être remis au Collet aux représentants de la 3ème Brigade.
Travaux de propreté.
Le soir c’est fanfare !
Ordres de bataillon n°24, 25 et 26 : mutations et citation.

10 août
Séjour au camp d’Haeslen.
Exercices de détails. Revue d’armes par le sergent armurier qui rectifie l’auget des fusils pour permettre l’emploi de la cartouche D.A.M.
Retour de la garde du Drapeau qui a reçu un accueil inoubliable à Gérardmer et Remiremont.

11 août
Séjour au camp d’Haeslen.
Exercices de détails.
Ordre de bataillon n°27 : nomination.

12 août
Le Bataillon reçoit l’ordre d’aller relever dans la nuit le 12ème Bataillon au Barrenkopf.
Attaques et contre-attaques s’y sont heurtées sans arrêt depuis plusieurs semaines.
Nous nous préparons donc à remonter en première ligne en fin d’après-midi.
Départ du camp d’Haeslen à 17h30. Arrivée prévue au camp de Wezstein vers 22h.
Pourvu que la relève se fasse sans incident.
Les unités doivent être disposées de la manière suivante :
Première ligne : 3ème et 5ème Compagnies (la nôtre).
Soutien : 4ème Compagnie.
Deuxième ligne : 2ème, 1ère et 6ème Compagnies.
Ordre de bataillon n°28 : nomination et mutation.
Colonne montant aux tranchées © Gallica

13 août
Séjour aux tranchées du Barrenkopf et du Schratzmännele.
Bombardement de nos tranchées de 12h à 15h par du gros calibre et des bombes.
Pertes : 2 tués et 12 blessés, dont 10 rien que dans notre Compagnie !
Nuit calme.

14 août
Mêmes emplacements.
Journée et nuit calmes.
Travaux d’aménagement.

15 août
Le matin à 6h violent bombardement de nos tranchées de première ligne par 77 – 105 et bombes.
Tranchées bouleversées. 14 morts, 35 blessés.
Tranchée allemande bouleversée, Vosges © Gallica

Notre artillerie lourde (155) exécute à 14h un tir de représailles.
Nouveaux bombardements à 15, 16 et 18h. Les deux compagnies de première ligne se comportent courageusement. Plusieurs actes d’héroïsme seront consignés dans le prochain ordre de Bataillon.
La nuit est assez calme.
Les tranchées sont presque complètement remises en état par la 2ème Compagnie qui a relevé la 3ème, et la 6ème Compagnie qui a relevé la 5ème.

16 août
Bombardement avec pièces de gros calibre de 8h30 à 9h et de 12h à 15h. Pertes : néant.
Les deux compagnies de première ligne remettent en état les tranchées et les boyaux démolis par le bombardement.
Le séjour est pénible, les organisations précaires et les communications difficiles.
La 4ème Compagnie et la mitrailleuse s’organisent.

17 août
Bombardement intermittent de nos tranchées de première ligne.
Vosges, bombardement, 1915 © Gallica

Vers 15h l’artillerie française inonde littéralement les positions ennemies. C’est un vacarme ininterrompu et un spectacle qui nous venge de nos pertes de naguère. Cette action d’artillerie devait servir de prélude à une attaque au Lingekopf. Après la terrifiante canonnade des blockhaus allemands ébranlés mais non démolis partirent des feux nourris qui prouvèrent que la garnison avait été épargnée par les obus. 
L’attaque fut remise.
Le Bataillon met en usage des cuisines roulantes.
Pertes : 3 tués, 2 blessés (obus tombé sur un abri de la 4ème compagnie).
Ordre de bataillon n°29 : mutation et affectation.

18 août
Matinée assez calme.
Dans l’après-midi le bombardement recommence. Les Boches [ 3 ] ne ripostent pas.
L’attaque se déclenche à 18h, menée par les 11, 22 et 23è Bataillons.
Son but est de s’emparer d’un blockhaus ennemi situé sur la crête du Linge.
Le 23ème se tient prêt, si les circonstances le permettent, à élargir son front de façon à gagner la crête du Barrenkopf.
Dans la soirée une fusillade assez vive éclate au Schratzmännele.
La relève entre la 1ère et la 2ème compagnie s’effectue sans incident.
On nous distribue des casques de tranchée, ce qui change étrangement notre aspect. Si on regrette la « tarte », ce casque aura l’avantage de nous préserver de nombreuses blessures.
Casque Adrian © alpins.fr
Nuit calme. Perte : néant.
Ordre de bataillon n°30 : cassation pour manque absolu d’énergie.
Ordres de bataillon n°31 et 32 : décorations et nominations.

19 août
Matinée calme. Nous apprenons que l’attaque hier a réussi.
Dans l’après-midi, bombardement par l’artillerie allemande en arrière de nos positions avancées.
La relève entre la 4ème et la 6ème compagnie s’effectue sans incident.
Ordres de bataillon n°33 et 34 : nominations et cassation. 

20 août
Journée assez calme. Peu d’obus.
Les troupes ennemies qui occupent le Barrenkopf sont décidément de mœurs paisibles. Aucun coup de feu.
Des prisonniers faits au Linge ont déclaré qu’ils appartenaient à la Landsturm.
Le poste du commandant a été transféré à la Crête Rocheuse. On renforce les défenses accessoires.
Ordre de bataillon n°35 : nominations. 

21 août
Mêmes emplacements.
Journée et nuit calmes.
Ordre de bataillon n°36 : nominations et affectations.

22 août
Au matin les 2ème et 6ème Compagnies relèvent les 1ère et 4ème.
Depuis la veille il est décidé qu’une attaque se produira dans le secteur Schratzmännele-Barrenkopf.
Chaque Compagnie reçoit son objectif. L’attaque a lieu avec entrain. Mais malgré des débuts brillants, la situation vire au médiocre.
La 2ème n’a pu conserver de son gain que quelques éléments de tranchée.
La nuit est employée à retourner les tranchées prises et à faire des boyaux de communications.
Pertes : 7 tués, 31 blessés et 33 disparus.

23 août
Matinée calme. Peu d’obus, quelques coups de feu par intermittence. Une nouvelle attaque doit avoir lieu dans l’après-midi.
Préparation d’artillerie de 16h à 18h. Elle se révèle excellente, bouleversant littéralement le terrain.
Les lignes ennemies sont à 30 mètres des nôtres : pendant le bombardement nous avons dû évacuer nos propres lignes pour éviter le tir de nos obus !
Les Boches s’enfuient dans la direction du Kleinkopf. D’autres trouvent préférable de sauter dans nos tranchées et de venir se rendre.
A 18h15 l’attaque se déclenche.
Chacun avec son outil portatif creuse quelques marches d’escalier dans le parapet pour pouvoir monter à l’assaut.
Baïonnette au canon, on attend le signal du départ.
Le départ s’effectue dans de bonnes conditions, malgré quelques rafales parties du camp ennemi qui commence à réagir après nos bombardements.
Non loin de moi, le jeune Honoré Lottier, un gars de Menton, est blessé et s’écroule. Le Sergent Ardisson est tué en essayant de le mettre à l’abri. J’apprendrai plus tard qu’Honoré fait partie des tués du jour.
Le Barrenkkopf est complètement évacué. Nos Compagnies couronnent le sommet.
Mais des feux de flancs assez nourris paralysent le mouvement en avant et nos Compagnies sont obligées de revenir dans leurs tranchées de départ.
Pertes : 14 tués, 63 blessés, 44 disparus.
Soldats sortant de tranchée © lepoint.fr

24 août
Journée et nuit calmes.
On remet les tranchées en état.
Les terribles bombardements par minens (torpilles aériennes) qui ont pulvérisé les tranchées ces jours derniers ont fait beaucoup de dégâts.
Tout en travaillant, je me souviens d’avoir été la veille enterré jusqu’à la taille par un minen tombant sur le bord de la tranchée.
Heureusement j’ai pu m’en sortir !
C’était alors un véritable lieu de désolation où émergeaient bras et jambes et où agonisaient nombre de chasseurs.
Combien des nôtres furent enterrés ?
Les Compagnies sont relevées. La nôtre est portée à Combekopf.
Pertes : 1 tué, 5 blessés.

25 août
Journée calme.
A 17h, bombardement des tranchées du Combekopf : 2 blessés dans notre Compagnie.
Les Boches essayent dans la nuit un coup de main sur les tranchées conquises par nous le 22.
Tout le monde est de faction aux créneaux.
La fatigue se fait sentir : à cause de la proximité des tranchées ennemies et des combats à la grenade fréquents, personne ne dort.
Notre Compagnie réussit à les repousser vers 21h en se portant sur la gauche de la 4ème Compagnie.
Un tir de 65 et 75 des mieux réglés et certainement efficace les soumettent.
Pertes : 1 tué et 6 blessés.

26 août
Journée et nuit assez calmes. Grande activité aéro des Boches.
Relève des Compagnies : nous remplaçons la 4ème.
Ordre de bataillon n°37 : décorations de la Médaille militaire à 6 Chasseurs pour leur belle attitude au feu.
Outre les bombardements, nous souffrons de la chaleur et de la soif : nous ne touchons qu’un quart de vin et un quart de café par jour pour étancher notre soif.
Certains assoiffés buvaient l’eau d’une source coulant au fond d’une tranchée dont les abords étaient plein de cadavres.
Le ravitaillement nous parvient la nuit : un peu de bœuf bouilli est notre ordinaire.
Mais l’appréhension de la mort qui nous guette coupe bien souvent l’appétit aux plus braves d’entre nous.

27 août
Journée calme.
Au matin bombardement de nos tranchées par des crapouillots [ 4 ] ; quelques pertes.
L’artillerie (75) cherche à contre battre la pièce ennemie dont le tir cesse au bout d’un instant.
Journée et nuit calmes. Canonnade dans la région du Linge. Les défenses accessoires sont renforcées.
Pertes : 2 tués et 1 blessé.

28 août
Journée calme.
Tout l’éperon du Combekopf est maintenant occupé par nous, le 297ème ayant dégarni les tranchées de Glassborn.
Renforcement pendant la nuit des défenses accessoires.
Pertes : 3 blessés.

29 août
Bombardement intermittent du secteur avec du gros calibre.
Les travaux sont activement poussés (défenses accessoires, renforcement des parapets, etc…).
La batterie de 65 du 1er de montagne quitte la Crête Rocheuse.
Mauvais temps, pluie ; les tranchées sont inondées et les boyaux impraticables.
Dire qu’il y a quelques jours encore nous avions si soif !
Pertes : 3 blessés, 1 évacué pour douleurs lombaires.

30 août
Matinée calme. Quelques obus seulement.
Visite du Colonel Passaga aux tranchées de première ligne.

31 août
Matinée calme.
Le général d’Armau de Puydraguin, Commandant de la 47ème division, vient visiter nos tranchées de première ligne.
Il constate l’état de fatigue des Chasseurs et promet un repos prochain.
10h30 : bombardement du secteur avec du gros calibre.
11h : notre artillerie répond… et tape dans nos tranchées y faisant 5 blessés.
A partir de 13h, bombardement particulièrement violent sur le Schratzmännele, Combekopf et la Crête Rocheuse.
Soudain un obus est tombé tout près avec un bruit mou, très différent du vacarme habituel.
On a aussitôt ressenti des démangeaisons dans le nez, puis la gorge.
- Les gaz ! Les gaz !
J’ouvre rapidement mon sac et trouve le masque placé sur le dessus, comme c’est recommandé.
D’autres mettent plus de temps à le trouver et le fixer. On les entend crier, suffoquant sous la brûlure des poumons.
Ils s’étouffent sur place, sans qu’on puisse les secourir. [ 5 ]
Jusqu’à la nuit c’est un bombardement puissant sur toutes nos positions de première ligne, positions arrière et jusqu’aux camps éloignés qui subissent aussi l’effet des obus asphyxiants.
Vers 17h l’ennemi attaque. Il emploie des liquides enflammés et les gaz asphyxiants.
Nous apprenons par la suite qu’il nous a enlevé une tranchée au Col du Linge.
Pendant la nuit bombardements intermittents.
Pertes : 8 tués, 11 blessés, 1 disparu.
Soldats portant des masques à gaz © Gallica


[ 1 ] Plaque en l'honneur d'Alan Seeger à l'ossuaire 1 de Lihons
[ 2 ] Lettre H. Barbusse, via Cliotexte
[ 3 ] C’est la première fois que le terme de « Boches » est utilisé dans le JMO. 
[ 4 ] Crapouillot : mortier de tranchée 
[ 5 ] Inspiré de « Ils rêvaient des dimanches » de Ch. Signol

Sources complémentaires :
http://www.linge1915.com/fr/historique/
http://www.alsace.lib-expression.fr/site/site_alsacien.php?pSitId=FRAL68LING&pSitLib=Le%20Linge
http://www.francebleu.fr/infos/centenaire-de-14-18-la-bataille-du-linge-en-images-1686711



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire