« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 31 décembre 2015

#Centenaire1418 pas à pas : décembre 1915

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de décembre 1915 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er décembre
Séjour à Arnould.

Carte Gaschney-Anould
Ordre de bataillon n°93 : nomination.

2 décembre
Séjour à Arnould.
Ordre de bataillon n°94 : cassation.

3 décembre
Séjour à Arnould.

4 décembre
Séjour à Arnould.
Ordre de bataillon n°95 : rétrogradation.

5 décembre
Séjour à Arnould.

6 décembre
Séjour à Arnould.
On apprend que le repos est déjà terminé : départ demain avant l’aube.

7 décembre
Le bataillon quitte Arnould entre 6h et 6h30 et fait étape en automobile jusqu’au Collet.
Etape à pied du Collet à Gaschney où le Bataillon bivouaque et passe l’après-midi et la nuit.

8 décembre
Le Bataillon quitte Gaschney vers 7h et fait étape jusqu’à Mittlach où il cantonne jusqu’au soir.
A la nuit il relève dans le sous-secteur de Metzeral le 7e Bataillon de Chasseurs.
Trois compagnies sont en 1ère ligne : 1 en section au Camp Girard, 2 en réserve à Mittlach.

9 décembre
Aucune note pour ce jour.

10 décembre
Echange de quelques grenades vers 19h.
Un Boche très jeune portant une casquette a été tué sur le parapet de la tranchée ennemie.
Perte : 1 blessé par balle.
Ordre de bataillon n°96 : nominations.

11 décembre
Aucune note pour ce jour.

12 décembre
Journée assez calme.
Dans la matinée l’ennemi envoie quelques obus sur nos tranchées.
Perte : 1 Chasseur blessé par balle.

13 décembre
Pour réagir à l’action efficace d’un tir de notre artillerie, l’ennemi envoie sur nos tranchées du Kiosque environ 25 bombes et une dizaine d’obus.
Pertes : 2 Chasseurs blessés par éclat d’obus.
Ordre de bataillon n°97 : décorations.

14 décembre
Dans la journée activité par l’artillerie ennemie. De 14h à 15h arrosage de la région de Metzeral Est et Sud.
Dans la nuit échange assez vif de coups de fusil et de grenades.
Un avion boche (biplan DFW) venant de Kahlenwasen s’est dirigé dans la matinée vers Metzeral où il a lancé 3 bombes.
Biplan allemand DFW © akpool.fr.

15 décembre
Lutte assez vive de grenades et d’engins de tranchée dans la région du Kiosque.
Perte : 1 Chasseur blessé.
Ordre de bataillon n°98 : nominations et affectations.

16 décembre
Dans la matinée l’ennemi bombarde nos tranchées du Kiosque (20 obus de 105 environ).
Perte : 3 Chasseurs blessés par balle.

17 décembre
Entre 14h et 15h30 l’ennemi bombarde nos tranchées de la région du Kiosque.
Perte : 2 Chasseurs blessés par balle, 5 par éclat d’obus.

18 décembre
Journée et nuit calmes.
Un biplan boche survole dans la matinée la cote 664 : notre artillerie tire et il s’éloigne.
Perte : 1 Chasseur blessé par éclat de grenade.
Ordre de bataillon n°99 : nomination.

19 décembre
Dans la région du Kiosque et de 664 échange de grenades à fusil.
Perte : 1 caporal blessé par éclat de grenade.

20 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur blessé par balle.

21 décembre
L’ennemi lance plusieurs grenades à fusil sur nos tranchées de 664.
Ordre de bataillon n°100 : décoration.

22 décembre
J’apprends le décès de Jean Baptiste Menage, un copain du Bataillon, il y a 4 jours à l’hôpital de Gérardmer.
Vers 15h les boches bombardent nos tranchées du Kiosque et de 664.
Notre artillerie riposte sur les emplacements présumés de minenwerfer et de mitrailleuses à l’Est du Kiosque.
Devant les positions de Meryersbühl des mouvements sont aperçus dans la matinée (hommes espacés avec armes et bagages).
On voit se croiser environ 2 sections, probablement en cours de relève. Notre artillerie renseignée envoie des rafales.
Dans le sous-secteur de l’Oder on aperçoit des boches vêtus comme des chasseurs et coiffés de bérets ( ??) ; ils sont dispersés par le feu des sentinelles.
Perte : 1 chasseur tué d’une balle à la tête.
Ordre de bataillon n°101 : nominations.
Minenwerfer et servants © arbrebaz.fr

23 décembre
De notre tranchée du Kiosque on remarque une circulation assez active dans Muhlbach.
Le commandant du 53e bataillon confirme que des boches vêtus en chasseurs et coiffés de bérets gris ont été vus dans la région.

24 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur blessé.
C’est déjà le deuxième Noël loin des miens. On tâche de trouver un sapin pour la fête.
Soldats coupant un sapin, Noël 1914 © Gallica

25 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur blessé (éclat de grenade).
Ordres de bataillon n°102 et 1031 : rétrogradation et nominations.
Ce fut une réunion des plus gaies et des plus cordiales.
Noël 1915 © aquarelle E. Gabard

26 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.

27 décembre
Vers 12h l’ennemi envoie sur le camp Girard une vingtaine d’obus de 77 et 105 sans produire de grands dégâts.
Entre 14h et 15h30 il bombarde violemment nos tranchées de 664 par une trentaine de projectiles de gros calibre.
Les tranchées sont sérieusement endommagées.
Pertes : 1 Chasseur tué ; 6 chasseurs blessés.
Ordre de bataillon n°104 : citation.

28 décembre
Vives actions d’artillerie dans la journée et dans la nuit de notre part sur l’Illienkopf. L’ennemi riposte sur 664 et ne produit que peu de dégâts.
Pertes : 1 sergent et 2 Chasseurs blessés.

29 décembre
L’ennemi bombarde sérieusement Metzeral par obus de gros et petits calibres pendant la journée et une partie de la nuit.
Le bombardement est particulièrement violent de 10h15 à 12h30 ainsi qu’à 20h.

30 décembre
De 10h à midi les tranchées de 664 du mamelon intermédiaire et du Kiosque sont soumises à un sérieux à un sérieux bombardement d’obus de gros calibres. Les tranchées subissent de nombreux dégâts. Les mitrailleuses boches battent les brèches.
Bombardement intermittent pendant le reste de la journée et de la nuit.
Perte : 1 sergent et 6 Chasseurs blessés.
Plus de 20 000 hommes ont disparu sur ces terres lors des combats de 1915. Combien en faudra-t-il encore ?

31 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur tué, 4 blessés.




Source complémentaire :

"Journal résumé de la guerre 1914-1918", par Jean Pouzoulet, caporal au 23e Bataillon de chasseurs alpins, AD Hérault
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire