« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 12 février 2016

#Généathème : une famille sous l'œil des recensements

J'avais déjà eu l'occasion de parler des richesses des recensements dans l'article "Un, deux, trois...", sous un angle plutôt généraliste. Pour ce généathème, je vais m'attacher à une famille en particulier, les Macréau. Ils habitent en Seine et Marne, au Sud de Meaux aux XIX et XXème siècles. J'avais repéré leur lignée grâce aux dépouillements des registres d'état civil.

Extrait des recensements de population, liste nominative de Guérard © AD77

Observons plus particulièrement à Étienne Théodore, né en 1812 à Guérard, et à Théodore Louis Léon, son fils né en 1840. Je les retrouve 13 fois pour le premier et 12 pour son fils dans les listes de recensement au cours de leurs vies (les listes de recensement commencent en 1836).

Avec ces deux générations seulement (sur 15 années différentes de recensement), j'aurais pu nommer ce billet "les mystères insondables des listes nominatives". En effet, si ces documents peuvent être de précieuses sources pour le généalogiste, ils posent aussi de nombreuses questions qui, en l'occurrence, sont restées pour moi sans réponse.
Ainsi lors du premier recensement où apparaît Étienne, à Guérard en 1836, il habite avec son épouse Angélique Fouchy et une fille prénommée Louise âgée d'un an. Or le couple s'est marié en 1834 et n'ont encore qu'une enfant,  Mathilde Rose Angélique, née en 1835. Néanmoins on remarque que sur les tables elle est prénommée Mathilde Louise Angélique.
Première inconnue : qui est cette Louise ?
Hypothèses :
- c'est bien Mathilde Rose Angélique qui apparaît dans le recensement mais prénommée usuellement Louise ?
- c'est la nièce du couple, Aimée Louise née en 1835 ? Mais non, ce serait trop simple : cette dernière apparaît bien dans le recensement avec ses parents !

Dans les deux recensements suivants, le couple a deux enfants : leur fils (prénommé seulement Léon) et une fille qui cette fois est dite Angélique Rose Mathilde (1841) puis seulement Mathilde (1846). On ne l'appelle plus Louise (si jamais c'était bien elle en 1836).

En 1866, trois personnes habitent le domicile : Étienne ("sabotier, chef de ménage"), Angélique son épouse, et Marie Louise Gibert, leur bru. En effet Théodore Léon s'est marié avec Marie Louise en mars 1866 (le recensement a été terminé et reçu officiellement en juillet). Mais il n'y a pas de trace de Théodore !
Deuxième inconnue : où est Théodore ? Il a alors 26 ans. Il est charretier. Il ne doit pas être bien loin car son épouse est bientôt enceinte (leur premier enfant naît en juin 1867).

En 1886 Étienne et Angélique habitent avec un petit garçon dit "petit-fils" Coquillard Armand, âgé d'un an. Or leur unique fille est décédée en 1850, âgée d'une quinzaine d'années.
Troisième inconnue : de qui ce petit Armand est-il le fils ? Il n'y a plus de fille susceptible d'épouser un Coquillard dans la famille Macréau.

Si je peux suivre facilement Théodore Léon lorsqu’il est enfant (il demeure avec ses parents de 1841 à 1861 à Guérard), je le perds une première fois en 1866 - seul - (cf. plus haut) et à nouveau en 1876 - avec épouse et enfants. Après son mariage je sais grâce à l'état civil qu'il déménage plusieurs fois : Dammartin sur Tigeaux, retour à Guérard, puis Meaux et Tigeaux. Les recensements ont été compulsés (mention spéciale à ceux Meaux, beauuuucoup plus longs et fastidieux que les autres communes plus petites).
Quatrième inconnue : où a encore déménagé Théodore ?

A partir de 1886 on retrouve la famille à Tigeaux. Théodore habite avec son épouse Marie Louise et leurs deux fils Albert et Henri. En 1891 le fils l'aîné a quitté le foyer, mais à la place on voit deux nourrissons : Gaston Croisy (8 mois) et Louis Janvoile (4 mois).
Cinquième inconnue : qui sont ces bébés ? Leurs actes de naissance n'ont pas été trouvés sur tables de Tigeaux. On ne retrouve pas ces patronymes dans l'entourage de la famille.

En 1896 ils habitent avec trois jeunes enfants : Marcel Dangues (3 ans), Léontine Dangues (2 ans) et Lucienne Guilmet (6 mois).
Sixième inconnue : qui sont ces enfants ?

En 1901 Théodore habite avec son épouse et à nouveau des enfants : Lucie Gibert (âgée de 11 ans), Andrée Guilmet (4 ans) et Henriette Longchamps (7 mois).
Septième inconnue : qui sont ces enfants ? Seule Lucie a été identifiée : c'est la nièce du couple (du côté de Marie Louise Gibert l'épouse de Théodore).

En 1906 on retrouve au domicile de Tigeaux Théodore, son épouse et leur petit-fils Lucien âgé de 5 ans. Mais point de trace de la génération intermédiaire, Henri le fils de Théodore et son épouse Ursule. Où sont-ils ? Ils habitent tranquillement 25 km plus loin à Serris avec leur deuxième fille de 4 ans !
Huitième inconnue : pourquoi Henri et Ursule se sont-ils séparés de leur fils aîné et l'ont-ils confié à ses grands-parents ?

Extrait carte de Cassini Sud de Meaux © Geoportail

Bref, beaucoup de questions ! Les recensements sont des documents administratifs et n'ont pas vocation à tout expliquer, mais certains sont plus mystérieux que d'autres.

Si je me risquais à quelques hypothèses, je dirais que :
  •  les prénoms officiels et usuels ne sont pas toujours les mêmes. Louise est peut-être donc Rose (oui, je sais la relation n'est pas évidente au premier abord).
  • les métiers entraînent parfois les hommes au loin, les faisant disparaître des recensements.
  • les déménagements ne sont pas toujours connus : je retrouverai peut-être un jour les disparus dans d'autres communes...
  • les jeunes enfants domiciliés chez Théodore sont-ils placés en nourrice et élevés par son épouse Marie Louise ?
Par contre les va-et-vient des petits-enfants (dont l'identité même est parfois floue) restent une énigme, qui appartient sans doute à l'histoire familiale aujourd'hui oubliée...



2 commentaires:

  1. Je pense que ces "mystères" sont en partie dus au fait que les recensements sont des documents déclaratifs : les agents notent ce que les gens veulent bien leur dire, qui peut différer avec le temps. D'où une question de plus : qui répond aux questions lors du recensement ? le chef de famille ? la personne présente au moment où l'agent toque à la porte ?

    RépondreSupprimer
  2. Vos articles m'ont donne l'inspiration de me pencher sur les recensements egalement. Mon grand-pere maternel a eu une vie tres mouvementee et pour le suivre dans les recensements je me suis servie de sa fiche matriculaire qui indique les dates et lieux ou il a du s'enregistrer a la gendarmerie du lieu. J'ai egalement eu du mal avec la ligne paternelle, car ils etaient tous dans l'industrie textile dans les Vosges et allaient d'un village a l'autre pour trouver du travail. Les fiches matriculaires des grands-grands oncles ont egalement ete tres utiles pour retrouver une bonne partie de la famille dans les recensements, car il semble qu'ils se suivaient toujours les un les autres.

    RépondreSupprimer