« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 31 décembre 2016

#Centenaire1418 pas à pas : décembre 1916

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de décembre 1916 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er décembre
Le sous-secteur s’appellera désormais : 607-Lesseux.
Les Allemands travaillent au blockhaus 607 : beaucoup de terre remuée.
2 obus et 3 bombes sont tombés, mais aucun dégât.
Écoute du génie : travail actif en souterrain.

2 décembre
Écoute du génie : travail actif dans la demi-lune de droite.

3 décembre
Écoute du génie : travail actif dans la demi-lune de droite.
Roulement de voitures en fin d’après-midi vers Provenchères.
Carte St Dié-Provenchères

4 décembre
Une note de la division précise de se conformer à l’Instruction sur les travaux de campagne pour dénommer le fractionnement des secteurs.
On nous donne donc les 19 nouvelles dénominations des points d’appuis de notre sous-secteur.

5 décembre
Plusieurs accidents entraînent des blessures de chasseurs.

6 décembre
Bruit de travaux sur le château de Lusse et le village entre 7 et 8h.
Bombardements.

7 décembre
Écoute du génie : travail actif dans la demi-lune de droite.

8 décembre
Bruits de travaux à la Sapinette.
Tirs de mitraillette à 8h. Bombardement l’après-midi.
Écoute du génie : comme hier.

9 décembre
L’ennemi semble avoir placé du fil de fer autour du château de Lusse.
Château de Lusse © Delcampe
La 9e rencontre une patrouille boche : échange de coups de feu.

10 décembre
Ordre de relève : le 11e doit nous relever dans la nuit du 12. Nous resterons en réserve vers Laveline.
En attendant nous partons en reconnaissance avec la 8e.
Des torpilles obstruent les tranchées vers 607.

11 décembre
Des éclats d’obus blessent des chasseurs de la 6e.

12 décembre
Circulation très active dans la nuit du 11 au 12.
Ecoute du génie : encore un travail très actif entendu.

13 décembre
Notre Cie part vers 3h pour relever la 2e Cie du 11e à Combrimont.
Les 1ers éléments du 11e arrivent vers 4h pour nous remplacer
La relève s’effectue sans incident.

14 décembre
Arrivée de nouveaux chasseurs affectés à la 10ème Compagnie.

15 décembre
Aucune note pour ce jour.

16 décembre
Revue de Bataillon par le Lieutenant colonel. Remise de croix de guerre.

17 décembre
Aucune note pour ce jour.

18 décembre
2 avions boches ont survolé nos lignes à 10h45 et 11h30.
A 14h ce sont 2 avions français.

19 décembre
Le Capitaine Janin part en reconnaissance. Un peloton de la 9e se rend au camp Gaud en réserve.

20 décembre
Le sous-lieutenant Chandon, venant des aspirants du 14e régiment de Dragons, est affecté à la Compagnie des Chasseurs.

21 décembre
Aucune note pour ce jour.

22 décembre
Le lieutenant Tavernier est affecté au 51e Bataillon de Chasseurs.

23 décembre
La 7e nous relève à Combrimont entre 4 et 6h.
Rien à signaler.

24 décembre
Un avion boche survole, à grande hauteur, la vallée. Tir de notre artillerie antiaérienne.

25 décembre
Je ne sais pas comment font les copains : c’est peut-être le miracle de Noël. En tout cas il y aura de l’oie pour le dîner !
Soldats tuant une oie à Noël, 1914 © Gallica

26 décembre
C’était le 3ème Noël loin des miens… Combien en faudra-t-il encore ?

27 décembre
Les commandants des Cies et  les chefs de section vont faire la reconnaissance de leur point d’appui au CR 607-Lesseux.

28 décembre
Avec la 6 et la 9e, nous relevons 3 Cies à 7h. Pas d’incident. Notre Cie remplace la 3e au PA Lacombe.

29 décembre
La 4e relève la 7e. Tirs de mitrailleuse. Ecoute du génie : travail ennemi dans la région A2 et 5.

30 décembre
2 patrouilles ennemies s’approchent de nos positions au collet Lesseux. La 1ère est mise en fuite par la 9e Cie, la 2ème dispersée à coups de grenades.

31 décembre
Vers 22h une patrouille ennemie s’approche de nos défenses mais disparaît devant nos coups de feu. Ecoute du génie : coups de mines fréquents.  




samedi 17 décembre 2016

#RDVAncestral : la loge dans la forêt

J'avance lentement dans la forêt. Je suis partie tôt car je n'ai pas le sens de l'orientation et je sais que je vais me perdre. En effet j'ai un mal fou à suivre le sentier. D'ailleurs "sentier" c'est beaucoup dire : c'est plutôt une trace dans l'herbe, entre les arbres. J'erre un moment, reviens sur mes pas, avant d'apercevoir enfin la loge. Les maisons de bûcherons ou de charbonniers étaient installées directement en forêt, au plus près de leurs chantiers : celle qui m'intéresse est située près du village de La Prise (dont le nom signifie "pris sur la forêt"), paroisse de La Sauvagère (61).

Carte de Cassini, village de La Prise, paroisse de La Sauvagère © Geoportail

J'y ai rendez-vous avec la famille Guillouard : François le père, Jeanne son épouse, et Pierre leur fils. Les forestiers ont plutôt la réputation d'être des taiseux, mais là, assemblés près de la cheminée (nous somme en février 1657), la famille me raconte volontiers sa matinée.
Père et fils sont de retour du bourg de La Sauvagère où, ce matin, ils étaient chez le notaire Me Perier. Accompagné de Jean Bernier, ils ont fait rédiger un contrat de mariage pour Pierre avec la sœur de Jean, prénommée Marie. 

Ils m'expliquent que le père de Marie étant déjà décédé, c'est Jean qui s'occupe de tout désormais. Les deux fiancés se sont promis que, "au plaisir de Dieu [mariage] sera fait et accomply selon les constitutions et cérémonies de nostre mère sainte église catholique apostolique et romaine."

Jean Bernier "a promis, en faveur dudit mariage, en don pécuniel la somme de 150 livres". Cette somme représente à la fois la part de Jean, l'héritage paternel et les "biens meubles". Elle sera versée en plusieurs termes, dûment définis. Marie apportera aussi dans la corbeille de mariage un beau trousseau qu'elle a dû patiemment élaborer : "un habit honneste et selon son usage, un lit fourny de couette, traversier, oreiller, couverture et courtine et pendant dudit lit selon la coustume, avec une douzaine de linge." Ce linge sera complété par de la vaisselle : "6 écuelles, 6 assiettes, un pot, le tout d’estain." Le tout sera disposé dans "un coffre de bois de chesne fermant à clef bon et suffisant." Du bétail complète la dot : "une vache pleine ou le veau après elle, une genisse de 2 ans, 6 brebis pleines ou les aigneaux après elle." 
- Et toi François, qu'as-tu promis ?
- J'ai "consenty et accordé que de ladite somme de 150 livres en soit mis et employé en fond ou rente la somme de 100 livres au nom et ligne de ladite fille pour assignat." Et si jamais mon fils venait à décéder du vivant de Marie, j'ai promis quelle "ait son douaire coustumier sur tous ses biens comme sy dès à présent Pierre estoit héritier."

L'ensemble ne représente pas une grande fortune, mais les deux familles sont des gens modestes.
Je me tourne vers Pierre : 
- "Tu es content ?" 
Un large sourire est ma seule réponse.
- Le notaire a tout rédigé selon vos vœux ? Et il vous a fait signer le document ?
- Ben, nous autres on ne sait pas écrire, mais on a mis notre marque. Chacun a la sienne.
Extrait du contrat de mariage de Pierre Guillouard, 1657 © AD Orne via Geneanet

La nuit commence à tomber. François me raccompagne à la lisière de la forêt grâce à un petit lumignon qui n'éclaire pas grand chose; mais heureusement il connaît le chemin par cœur. Au moment de nous quitter, je me retourne et lui chuchote : "ne t'inquiète pas : il aura une belle vie...".

De retour dans le présent, je ne résiste pas à aller aux archives voir s'il reste des traces de cette matinée. Mais, si j'ai découvert plusieurs documents sur la famille confirmant ma prédiction (Pierre sera collecteur de taille [*] par exemple), je suis déçue car je ne trouve pas le contrat de mariage dans la liasse des archives du notaire Perier en 1657. Finalement, c'est O. Halbert qui va me donner la solution : "Il existe un véritable problème pour trouver les contrats de mariage dans les énormes registres reliés des archives notariales de l’Orne, car en fait puisque les dots étaient rarement payées dans les temps, on devait se référer à ce contrat souvent des décennies plus tard, lors de la "reconnaissance". Le notaire sortait donc à ce moment là le contrat de son année réelle, et le reclassait avec la transaction passée des décennies plus tard. Ainsi, à titre d’exemple, le contrat de Pierre Guillouard, passé en 1657, est classé en 1679, soit 22 ans plus tard." Et effectivement, il est là, bien plus tard que prévu, mais bien là, souvenir et preuve de notre rencontre en février 1657...

[*] Selon O. Halbert, le fait que Pierre ne sache pas signer n'est pas un obstacle à son métier de collecteur de taille : savoir compter et faire rentrer l'argent suffit !


dimanche 4 décembre 2016

Noël aimait les (jeunes) femmes

Tout commence normalement : Noël Barré habite La Coulonche (61). Il est issu de l'une des nombreuses familles Barré du lieu : selon Odile Halbert (via Lucien Regnauld), on trouve 25 couples Barré primitifs à La Coulonche (15 garçons et 13 filles) dont 11 couples mariés avant 1615, date du premier registre paroissial connu.
Noël naît en 1618... le 25 décembre, vous vous en doutez. Il est dit cuilronnier : c'est celui qui fabrique des couverts de table (on dit aussi cuironnier, cuilleronnier ou cuilleriste*).

A 25 ans il épouse Noëlle Laisné - et c'est un(e) des rares Noël(le) de ma généalogie qui n'est pas né(e) un 25 décembre. Elle a 18 ans. Ensemble ils auront 9 enfants, nés entre 1648 et 1669. Leur mariage va durer 32 ans. Noëlle meurt à 50 ans en octobre 1676. C'est jeune pour notre époque, mais plutôt commun pour le XVIIème siècle. Sans doute tous les enfants n'ont-ils pas tous quitté le foyer : la dernière-née se marie en 1696 par exemple; mais vu la difficulté de consultation des archives en ligne de l'Orne, seuls 4 mariages de la fratrie ont été identifiés et je ne sais pas si les autres sont parvenus à l'âge adulte.
En résumé > Noël, à 25 ans, épouse Noëlle, âgée de 7 ans de moins que lui. Ils ont 9 enfants. Elle meurt à 50 ans.

L'année suivante, Noël prend une nouvelle épouse, Margueritte Couppe. Est-ce pour s'occuper des enfants (la dernière-née n'a que 7 ans) ? Toujours est-il que, moins d'un an après le décès de sa première épouse, en juillet, il se marie donc en secondes noces avec Margueritte, âgée de 45 ans environ. Hélas le mariage sera court : Margueritte meurt 5 ans plus tard en mai 1682.
En résumé > Noël, à 58 ans, épouse Margueritte, âgée de 14 ans de moins que lui. Pas de postérité connue. Elle meurt à 50 ans.

Cette fois, Noël n'a pas beaucoup de patience : il se remarie à nouveau seulement quatre mois après le décès de sa deuxième épouse. La nouvelle mariée se nomme Françoise Mezenge et elle est âgée de 40 ans. Le mariage est beaucoup plus long cette  fois : 21 ans. On ne leur connaît pas de postérité non plus, mais en même temps Noël commence à être âgé pour enfanter. Mais pour la troisième fois, Noël va conduire son épouse au cimetière, en octobre 1703.
En résumé > Noël, à 63 ans, épouse Françoise, âgée de 24 ans de moins que lui. Pas de postérité connue. Elle meurt à 40 ans.

Veuf pour la troisième fois, Noël doit s'ennuyer... Il décide de se marier à nouveau avec Julienne Delaunay, 45 ans. Trois mois seulement se sont écoulés. Le veuvage est de plus en plus court. En même temps, Noël n'a plus vraiment le temps d'attendre : il a 85 ans ! Ce qui, pour le coup (et le siècle) commence à être remarquable, au sens premier du terme. Le mariage dure 8 ans et à nouveau Noël doit prendre le chemin du cimetière : il enterre sa quatrième épouse en juin 1712.
En résumé > Noël, à 85 ans, épouse Julienne, âgée d'environ 41 ans de moins que lui. Pas de postérité connue. Elle meurt à 53 ans (selon son acte de mariage) ou 60 ans (selon son acte de décès).

Donc plus ça va, plus le veuvage est court, plus Noël épouse des femmes de plus en plus jeunes. On double la différence d'âge à chaque mariage !

Et Noël me direz vous ? A 93 ans il décide de ne pas se remarier une cinquième fois. Ou peut-être qu'il n'a pas trouvé de candidate...
C'est finalement en mai 1713, à 94 ans donc, que Noël se décide à quitter ce monde. Par cette vie peu ordinaire, il fait partie des records de ma généalogie; et à plusieurs titres :
  • le nombre de mariages,
  • les écarts d'âge entre les époux,
  • l'âge de l'époux lors de ses mariages,
  • l'âge de l'époux au décès.
Une pensée pour toutes ces épouses qui se sont mariées avec un homme dont l'écart d'âge est si important. Hélas, les quelques lignes d'actes paroissiaux qui permettent de retracer les liens qu'elles ont noués avec Noël ne permettent pas de savoir pourquoi elles se sont mariées avec cet homme. Est-ce un choix de leur part ? Noël était-il particulièrement séduisant ? Ou au contraire leur a-t-on imposé ces noces ? Et du côté de Noël, pourquoi tous ces mariages, notamment les derniers ? Était-il amoureux ou y avait-il d'autres raisons (économiques, sociales, domestiques...) ? On atteint là les limites de la généalogie : nous ne le saurons sans doute jamais...




* Source : vieux métiers

jeudi 1 décembre 2016

#Centenaire1418 pas à pas : novembre 1916

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de novembre 1916 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er novembre
De retour dans les Vosges, si près de l’endroit où j’ai combattu si longtemps et où j’ai été blessé…
Tant de souvenirs me reviennent.

2 novembre
Le sous lieutenant Ajoux prend le commandement du canon de 57.

3 novembre
D’après la nouvelle organisation des bataillons de Chasseurs, le 51e reçoit une nouvelle Compagnie et un peloton de mitrailleuse.

4 novembre
Le bataillon doit recevoir un deuxième canon de 57.

5 novembre
Aujourd’hui au menu c’est rat des champs. Heureusement que Marius est devenu très habile à la chasse !
Chasse aux rats, 1916 © Gallica

6 novembre
Une chanson circule dans les tranchées :

Les sacrifiés
Lorsqu'au bout de huit jours,
Le repos terminé,
Nous allons reprendre les tranchées,
Notre tâche est inutile,
Car sans nous on prend la pile,
Mais nous en avons assez,
Personne ne veut plus marcher,
Car le cœur gros, avec des sanglots,
On dit adieu aux civlots ;
Et sans tambour, sans trompette,
Nous partons tous, en baissant la tête.

Refrain
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes,
C'est pas fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C'est à Verdun, sur le plateau
Qu'on va laisser sa peau.
Car nous sommes tous des condamnés,
Nous sommes les sacrifiés.

Nous voilà partis, et tous sac au dos,
On dit adieu au repos.
Car pour nous la vie est dure,
C'est terrible, je vous l'assure.
A Verdun, là-haut,
On va se faire descendre,
Sans pouvoir même se défendre,
Car si nous avons de très bons canons,
Les Boches répondent à leur son.
Forcés de se cacher
Au fond de la tranchée
Attendant l'obus qui viendra nous tuer.

Huit jours de tranchée,
Huit jours de souffrances,
Cependant on a l'espérance,
Car ce soir c'est la relève,
Que nous attendons sans trêve…
Tout-à-coup dans l'ombre et le silence,
On voit quelqu'un qui s'avance,
C'est un officier de Chasseur à pied,
Qui vient pour vous remplacer.
Doucement, dans l'ombre,
Sous la pluie qui tombe,
Les petits chasseurs vont chercher leur tombe.

C'est malheureux de voir
Sur les grand boul'vards
Tous ces gens qui font la foire
Car si pour eux la vie est rose,
Pour nous ce n'est pas la même chose.
Au lieu de se cacher,
Tous ces embusqués
Feraient mieux de monter aux tranchées
Pour défendre leur bien,
Puisque nous n'avons rien,
Nous autres les purotins,
Pour défendre les biens de tous ces gros-là.

Refrain
Ceux-là qui ont le pognon,
Ceux-là reviendront,
Car c'est pour eux qu'on se crève.
Mais c'est fini, tous les troupiers
Vont bientôt se mettre en grève.
C'est à votre tour, Messieurs les gros,
De monter sur le plateau.
Puisque vous voulez la guerre.
Venez la faire de votre peau !

Paroles : Pierre Chapelle (*)
Partition

7 novembre
Le nouveau tableau d’effectif est porté à notre connaissance : Etat-Major, Compagnie de mitrailleuses, Compagnies de Chasseurs.
Bataillon actif : 111 sous officiers ; 1 046 hommes de troupe ; 241 chevaux et mulets.
Compagnie de dépôt : 12 sous officiers ; 58 hommes de troupe.

8 novembre
Enfin quelques jours de tranquillité.

9 novembre
Aucune note pour ce jour.

10 novembre
Aucune note pour ce jour.

11 novembre
Plus de deux ans que je suis aux armées.
Combien de temps encore ça va durer ?
Combien sont tombés, le visage dans le sang et la boue, endormis à jamais ?
Combien de temps encore leur souvenir va-t-il perdurer ?

12 novembre
Aucune note pour ce jour.

13 novembre
Aucune note pour ce jour.

14 novembre
A 10 mètres de moi, deux gars s’empoignent pour une paire de godillots. Ils en viennent aux mains.
J’essaie de les séparer avant qu’un gradé arrive et les mettent aux arrêts. (**)

15 novembre
Aucune note pour ce jour.

16 novembre
Aucune note pour ce jour.

17 novembre
Aucune note pour ce jour.

18 novembre
Aucune note pour ce jour.

19 novembre 
Le capitaine Berlon est désigné pour suivre le cours d’Etat-Major à Senlis. C'est la valse des sous-off.

20 novembre
Aucune note pour ce jour.

21 novembre
Aucune note pour ce jour.

22 novembre
Reçu de la 10e Compagnie un renfort de 12 chasseurs.

23 novembre
Le sous lieutenant Morel venu du 16e Dragons est affecté au bataillon, 9e Compagnie.

24 novembre
Le sous lieutenant Bozon rentré de convalescence est affecté à la 8è Compagnie .
On reçoit aussi un renfort de 2 sergents, 18 caporaux et 53 chasseurs.

25 novembre
On bouge ! La Division se dirige vers le secteur de St Dié où nous devons relever la 76e Division.
Départ par voie de terre. Etape sur Taintrux. Reconnaissance des avant-postes le chef de Bataillon.

26 novembre
Etape à Taintrux, à Laveline devant St Dié, de 17h à 22h.

27 novembre
Après-midi. Relève du 6e Bataillon du 227e RI.
Dispositif du Bataillon : les différentes Compagnies partent en relève. Mais la nôtre, la 8e, reste en réserve.

28 novembre
6 bombes allemandes lancées entre 11 et 12h sur le Front III.
60 obus français de 90 entre 12et 13h sur le blockhaus de la côte 607.

29 novembre
Le capitaine Janin est désigné pour inspecter le matériel contre le gaz.
Soldats équipés de masques à gaz © passionmilitaria.com

En vue d’une modification de la répartition des troupes dans le secteur, le chef de Bataillon reçoit l’ordre de faire effectuer demain une reconnaissance dans le sous-secteur de Combrimont : il désigne la 9e.
Des roulements de voitures sont entendus sur la route de Provenchères vers 18h et entre 20 et 21h.
20 obus boches sont tombés vers 20h aux environs de la ferme Simon.
Les écoutes du génie signalent : travail actif dans la demi-lune de droite ; rien dans celle de gauche.
Soldat du génie à l'écoute © histoire-passy-montblanc.fr

30 novembre
La 9e part en reconnaissance.
Écoute du génie : comme la veille.
Nombreuses rafales de mitraillettes provenant des blockhaus de 607 et d’autres positions. Bruits de ravitaillement sur la route de Frapelle.



(*) Chanson qui a circulé après l'offensive de Nivelle en avril 1917. Elle témoigne de la lassitude envers la guerre des Poilus après 3 ans de combats et des grandes offensives très meurtrières à répétition. Lassitude qui a engendré les grandes mutineries de l'année 17.
(**) Inspiré d’A. Perry « au temps des armes »