« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 23 septembre 2017

#Généathème : Si nous faisions le point ?

Un généathème particulièrement difficile à traiter pour moi, voyez plutôt :
- Faire le point sur nos projets de début d’année ?
Je n’en avais aucun : je me connais, ils n’auraient jamais été tenus de toute façon (ça, c’est comme les bonnes résolutions du 1er janvier…)
- Où en sommes-nous ?
Nulle part en particulier, partout à la fois !

En plus, je ne suis pas très adepte des bilans : le dernier sur ce blog date de... 2013 (voir ici) !

En effet, je peux bien l’avouer : je n’ai aucune organisation dans mes recherches ! Je ne dis pas que je ne classe pas correctement mes documents, que je ne crée jamais une personne dans mon arbre sans en avoir vérifié l’existence réelle (ou quelques fois probable, mais dans ce cas j’y ajoute une note) ou que…

Mon bureau ? © yahoo.com

Bref, comment je fonctionne ? Un peu au hasard. Beaucoup, au hasard.
Je ne fais pas la course au sosa les plus nombreux ou les plus anciens, mais si j’en trouve, c’est tant mieux. Par contre la recherche de stars ne m’intéresse absolument pas ! J’erre au jour le jour. Au pif, comme on dit.

J’utilise volontiers les alertes de Geneanet, qui m’avertissent lorsqu’il y a des arbres en ligne sur leur site ayant des ancêtres communs avec moi. Mais bien souvent je passe plus de temps à éliminer des pistes fantaisistes (un mariage après le décès de la personne ou, dans le même arbre, deux parentés différentes citées pour la même personne au fur et à mesure de ses mariages successifs). Les déposants d’arbres en ligne ne sont pas tous très rigoureux, de toute évidence. Néanmoins, j’ai parfois plus de chance et cela me permet d’avancer dans mes recherches : je me concentre alors sur le petit bout de branche que je viens d’exhumer et explore toutes les possibilités, les différentes sources potentielles.

Comme je ne tiens pas de journal de recherche (rôôôô….), je fais tout immédiatement : numérisation, ou copies d’écran pour les documents en ligne, nommage, rangement, ajout de la/des personne(s) et source(s) dans l’arbre, note(s) s’il y a lieu. Comme je suis assez têtue, je reste sur « le nid » récemment trouvé jusqu’à épuisement (des sources, pas de moi !).

Par contre, j’ai renoncé à y inclure les témoins : je me suis longtemps demandé si je devais le faire lorsque je me suis aperçue que j’avais un témoin particulier qui revenait très souvent, sur deux générations ; vue l’antique mode qui voulait qu’on donne le même prénom au fils et au père, impossible de les distinguer. Alors j’ai (assez vite) arrêté, d’une part pour une question de lisibilité, d’autre part parce qu’ils sont trop souvent difficiles à identifier. Néanmoins, si je les retrouve plusieurs fois, je mets une note dans la fiche des personnes concernées.

Je suis attentive aux nouvelles mises en ligne (j’habite dans une région où je n’ai aucun ancêtre : travail à distance obligatoire), ce qui m’offre parfois de nouvelles pistes de recherche. Mais je suis inévitablement limitée par l’absence de mise en ligne de certaines sources, en premier lieu l’état civil/paroissial (adieu branche jurassienne !).

Autre piste de recherche : les sujets imposés. J’aime participer aux Généathèmes (la preuve !), RDVAncestral ou ChallengeAZ. Bien souvent ces articles sont l’occasion de recherches complémentaires.

Quand je manque « d’inspiration », je reprends tout mon arbre par ordre alphabétique et je cherche des nouveautés qui m’auraient échappées, pouvant relancer la machine. Au début je ne cherchais que mes ancêtres directs ; puis quand je me suis retrouvée en bout de branche sans filiation ou que j’ai épuisé tous les registres conservés et me suis retrouvée bloquée, j’ai commencé à m’intéresser aux frères et sœurs, premiers ou seconds mariages. Bien souvent, cela m’a permis de débloquer les générations supérieures (parents cités dans l’acte de mariage du frère alors qu’ils le l’étaient pas dans celui de mon ancêtre par exemple). Et puis, cela donne du corps à la généalogie : un seul ancêtre connu c’est tout à fait différent d’une fratrie de douze enfants dont dix sont décédés en bas âge.

C’est ainsi que mon arbre est plutôt étoffé (plus de 10 300 personnes). Mon arbre est complet jusqu’à la G8 comprise (sauf la fille-mère qui me fait un large trou à partir de G6). A G9 je me heurte à la Révolution Française et aux nombreuses disparitions de registres pour la branche Vendée/Deux-Sèvres. Mais côté paternel (Aveyron, Anjou) je suis complète jusqu’à G10. Ma (non) méthode a l’air assez efficace !

Bon, si, quand même, il y a bien un projet : le « pas à pas » de mon arrière-grand-père Jean-François Borrat-Michaud, que je suis au jour le jour durant le conflit de la Première Guerre Mondiale : je m’y tiens… depuis trois ans ! Je publie un ou plusieurs tweet(s) par jour, en fonction de l’actualité hebdomadaire (à retrouver sur son compte @jfbm1418), et un récapitulatif mensuel sur ce blog (dans l’onglet #Centenaire1418).  Quelques fois je suis un peu lasse, notamment lorsque les sources d’informations se font plus rares, mais bon, je suis quand même tranquillement assise dans mon canapé tandis que lui était dans les tranchées, alors je ne peux décemment pas me plaindre ! … Mais vivement qu’il meure ou que la guerre se termine, tout de même, que je puisse reprendre une vie normale ! ;-)

Bref, on peut tout à fait faire de la généalogie en papillonnant, en improvisant au jour le jour… tout en se réservant des rendez-vous au long court.

samedi 16 septembre 2017

#RDVAncestral : un arbre bien emmêlé

Le temps étant frais et par trop incertain, on a fait de la place dans la grange, installé des tréteaux et posé des portes dessus pour faire office de tables. Des draps de lit ont servi de nappe. Des toiles de couleurs vives ont compété la décoration. La soirée est maintenant bien avancée. Si trois mariages ont eu lieu en l’église de La Verrie en ce jour de février 1744, deux couples ont fait la noce ici : Jacques Pasquier et Jeanne Piet, tout le deux veuf et veuve d’un premier mariage, ainsi que Mathurin Pasquier, fils de Jacques, et Marie Blin, fille de Jeanne.  

Je suis à un bout de la tablée. Alors que les autres dansent autour de moi, je griffonne un bout d’arbre généalogique pour essayer de m’y retrouver :
- Jacques Pasquier a d’abord épousé Marie Cousseau en 1711. Ils ont eu 7 enfants, dont Mathurin né en 1716. Puis Marie est décédée en 1739.
- De son côté Jeanne Piet a épousé René Blin, dont elle a eu au moins quatre enfants, en particulier une fille prénommée Marie.
- Après il y a donc Mathurin qui épouse Marie, tous deux enfants des premiers lits desdits précédents.
Il y a deux Marie dans l’histoire, sans compter que le curé a prénommé Jeanne en début d’acte de mariage et Marie à la fin [1]; je sens que cela ne va pas me faciliter les choses…

J’essaye d’interpeller Jacques ou Mathurin pour en savoir un peu plus sur leur vie : est-ce Mathurin est journalier comme son père ? Comment les deux familles se sont-elles rencontrées ? Pourquoi ils ont décidé de se marier tous les quatre le même jour ? Mais ils sont tout à la fête et ne prêtent pas attention à moi.

Je me replonge dans mon croquis. Bon, ce cas de figure n’est pas unique : les paroisses sont petites, on fréquente les mêmes endroits, les mêmes gens et inévitablement on se rencontre. Qui de l’œuf ou de la poule (c'est-à-dire des parents ou des enfants) a rencontré en premier son futur conjoint, je ne peux pas le dire… L’originalité, la petite touche en plus, c’est que les deux mariages ont eu lieu le même jour.

Deux mariages le même jour… Cela me rappelle quelque chose… Le père de Jacques, Maixent, ne s’est-il pas remarié lui aussi ?

Entièrement concentrée sur des liens familiaux pas tout à fait ordinaires, je n’entends pas François s’approcher de moi. François est le frère de Mathurin (le fils de Jacques, donc) ; il est aussi mon ancêtre direct. Il regarde par-dessus mon épaule le schéma que j’ai esquissé au fil de mes pensées, un sourire mystérieux aux lèvres. Mais il retourne à la fête avant même que je n’ai eu le temps de lui poser la moindre question. Je regarde mon dessin en fronçant les sourcils : qu’a vu François que je n’ai pas remarqué ?

- Ah ! mais il en manque ! Il faut ajouter la génération précédente ! C’est bien ça : le père de Jacques, le grand-père Maixent, s’est aussi remarié : avec Françoise, la mère de Marie – la grand-mère de Mathurin et François, donc !

Je n’y pensais plus ! Françoise Landreau a en effet épousé en première noces Mathurin Cousseau, en 1678. Un mariage d’amour ? Peu probable : elle avait 12 ans et lui 27 ! D’ailleurs je n’ai pas trouvé d’enfant né de leur union pendant les sept premières années de leur vie commune ; ce qui s’explique sans doute par l’âge de la mariée. A partir de là ils ont eu 7 enfants, dont Marie née en 1691. Mathurin décède en 1707. Françoise se retrouve seule avec encore plusieurs enfants à charge, dont la plus petite n’a pas trois ans. D’où, probablement, les secondes noces.
Maixent, quant à lui, avait épousé Perrine Brosset en 1685, dont il avait eu 6 enfants. L’une n’avait pas vécu, la dernière avait 9 mois quand Perrine est décédée en 1710. Son fils Jacques avait alors 20 ans.

Et on retrouve le même schéma que précédemment : Jacques fréquente Marie, Maixent fréquente Françoise et tout les quatre finissent par aller s’épouser… le même jour tant qu’à faire, en 1711. Maixent et Françoise ne semblent pas avoir eu de descendance (il faut dire qu’ils avaient déjà 49 et 45 ans)… et 12 enfants au total, âgé de 21 à 1 an ; ce qui faisait bien assez à s’occuper.

Donc, ça donne à peu près ceci :

 Arbre simplifié (quoique) des Pasquier, leurs épouses et leurs enfants

Aujourd’hui, jour de noces de Jacques et Mathurin, Maixent et Françoise ne sont plus : ils sont décédés respectivement en 1723 et 1732.

Marie s’approche de moi. Elle ressemble tellement à sa mère qu’on les confondrait presque. Mais je n’ai pas le temps de lui faire signe qu’elle est déjà repartie, entraînée dans une ronde joyeuse. J’aurai aimé lui demander comment sa mère avait rencontré son beau-père – et second époux. Raté !

Maixent était donc le « double beau-père » de feue Marie (Marie Cousseau, vous suivez ?). Ou plutôt il était à la fois son beau-père parce qu’il était le père de son premier époux, Jacques, et parâtre parce qu’il est le second époux de sa mère Françoise. J’aimerai bien savoir comment elle l’appelait : par son prénom ? Mon père ? Beau-père ?

J’aperçois Jeanne et je me demande quel est son véritable prénom. Mais elle est au centre d’une nuée de voisines et d’amies, qui l’engloutissent presque : impossible d’aller lui parler directement et de satisfaire ma curiosité.

La noce touche à sa fin. Au final, je n’ai pu approcher aucun des mariés… Le rendez-vous est quelque peu manqué. Mais j’ai eu toute la soirée pour trier les fils d’une pelote bien emmêlée !


[1] Et un autre curé la prénomme Renée lors de son décès !


jeudi 7 septembre 2017

La médaille mystérieuse


Tout commence par un sms de ma tante : ces deux photos et cette courte phrase « ça t’intéresse ? ».
 
Photo de la médaille mystérieuse et de la rosette © Coll. personnelle

Photo de sa boîte © Coll. personnelle

Quoi ? Un objet ayant appartenu à notre famille ! Je fais un bond sur ma chaise jusqu’à me cogner au plafond ! Bien sûr que ça m’intéresse… mais… heu… c’est quoi, au fait ?
Pendant un instant, j’ai espéré que c’était la croix de guerre de mon arrière-grand-père Jean-François Borrat-Michaud, que je suis pas à pas durant la Première Guerre Mondiale (voir le détail de ce projet ici) et que j’aimerais bien voir un jour. Mais rapidement je distingue sur ladite médaille une femme tenant un enfant. Je pense donc plutôt à une médaille de la famille. Cependant, n’en ayant jamais vue, je pense tout d’abord que cela ne semble pas trop correspondre à l’inscription sur la boîte « Ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociales ».

Caractéristique de la médaille :
- RUBAN : Largeur de 32 mm. Rouge ponceau avec au centre une raie verticale vert lumière de 11 mm. Rosette, aux couleurs du ruban, traversée verticalement d’une bande verte, pour les médailles d’Argent et d’Or. Le diamètre de la rosette étant respectivement de 18 mm et 27 mm.
- INSIGNE (« ma » médaille fait partie du premier modèle, ensuite modifié en 1985) : Étoiles à huit branches en bronze, argent ou or suivant l’échelon et du module de 36 mm, avec une partie centrale ronde. Gravure de Léon Deschamps (« Léon Deschamps fecit »).
Sur l’avers : l’inscription  FAMILLE  FRANÇAISE  entoure une mère portant son enfant.
Sur le revers : l’inscription  LA  PATRIE  RECONNAISSANTE [1] surmontant un emplacement destiné à la gravure du nom du titulaire, est entourée par la légende  REPUBLIQUE FRANÇAISE et MINISTERE DE L’HYGIENE.

Etant encore au travail où je ne dispose que d’une très mauvaise connexion internet, je lance toutefois une bouteille à la mer Twitter pour essayer d’en savoir plus. La bouteille est vite trouvée et j’ai plusieurs pistes à explorer :
- envoyé par @ValdyLyly, sur le site france-phaleristique.com je retrouve le visuel de ma médaille, signalée médaille de la famille française. Ma première intuition était bonne.
- envoyé par @gazetteancetres, des infos sur les médaille de la famille française via Wikipedia. Il n’y a pas d’illustration, mais des informations complémentaires au premier site, notamment sur l’historique de ces médailles, les conditions d’obtention et les bénéficiaires potentiels. Or la médaille d’argent dont je viens d’hériter est attribuée aux familles ayant 6 ou 7 enfants (cf. plus bas) : elle n’a donc pas pu être attribuée à ma grand-mère qui n’en n’a eu que 5.
- @guepier92 me conseille d’aller faire un tour sur Gallica : il y a retrouvé son arrière-grand-mère médaillée de bronze. Ça devra attendre que je sois reliée au monde…

Entre temps, ma tante m’explique qu’elle a retrouvée cette boîte au fond de l’un de ses tiroirs, par hasard, et s’est dit : « tiens, ça pourrait intéresser Mélanie ». Elle pense qu'elle lui vient de feue sa mère; mais comment celle-ci l'a eue, cela reste mystérieux !

Cependant, puisque la fameuse médaille n’a pas pu être attribuée à ma grand-mère, d’où lui vient-elle ?
- Ses parents à elle n’ont que 4 enfants.
- Du côté paternel : ses grands-parents ont eu 9, de 1893 à 1912; soit avant la première attribution de ces médailles, à partir de 1920 [2].
- Du côté maternel : ses grands-parents n’ont eu que 5 enfants. Encore trop court !

Mon grand-père était fils unique. Ce n’était pas pour sa mère !
- Ses grands-parents paternels ont bien eu 7 enfants, mais 5 nés hors mariage (pour une médaille de la famille, c’est pas super super…) dont trois décédés avant l’âge d’un mois.
- Du côté maternel il y a eu 7 enfants, nés entre 1901 et 1910 : ce serait, en l’état de mes recherches, eux aussi des candidats sérieux.

De retour à la maison je commence à chercher si je peux retrouver des informations plus précises sur cette médaille et, peut-être, le nom des quatre ancêtres potentiels qui auraient pu recevoir cette médaille (les noms de naissance des deux arrière-grands-mères et leurs noms d’épouses – ou de veuves selon la date d’attribution) :

Les bénéficiaires :
La médaille de la famille est une décoration créée par décret du 26 mai 1920 sous le nom de « médaille d’honneur de la famille française », pour honorer les mères françaises ayant élevé dignement plusieurs enfants. Ces médailles de la famille comportent trois échelons selon les nombre d’enfants élevés (bronze : quatre ou cinq enfants élevés ; argent : six ou sept enfants élevés ; or : huit enfants élevés et plus).
Il existe différentes catégories de personnes concernées :
- Celles qui élèvent ou ont élevé dignement de nombreux enfants ;
- Les personnes élevant ou ayant élevé pendant au moins deux ans un ou plusieurs orphelins de leur famille,
- Les veufs de guerre élevant ou ayant élevé au moins trois enfants,
- Les personnes qui ont rendu des services exceptionnels dans le domaine de la famille (responsables d’associations familiales par exemple).
- Etc...
A noter : La médaille peut être décernée à titre posthume si la proposition est faite dans les deux ans du décès de la mère ou du père. La médaille de bronze est attribuée aux veuves de guerre qui, ayant au décès de leur mari trois enfants, les ont élevés seules.
L’attribution peut se faire au profit de l'un ou l'autre des parents,  ou bien encore des deux parents ensemble s'ils en ont fait la demande.
Depuis le texte initial de 1920, ces médailles ont connu de nombreuses modifications : formes, noms, bénéficiaires, etc…

Le Ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale :
C’est l’ancêtre du Ministère de la Santé. L'Assistance et de l'Hygiène publique dépendait tout d’abord du Ministère de l’intérieur et la Prévoyance sociale était rattachée à celui du Travail. Le ministère de la Santé publique est créé en 1930, réunissant ces deux branches. Par la suite il va connaître différentes évolutions d’attribution et de nom (on lui rattache ou lui enlève successivement, la Famille, l’Éducation Sportive, les Affaires sociales, etc…).
Au cours de son histoire, le Ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale a décerné plusieurs types de décorations :
- la médaille de l’hygiène (destinée à récompenser les personnes bénévoles, ainsi que les personnels des hôpitaux, hospices, dispensaires et sanatoriums),
- la médaille de la prévoyance sociale (récompensant les services désintéressés rendus à la prévoyance sociale par les personnels des commissions et des conseils d’administration ou de direction des œuvres de prévoyance sociale)
- ainsi, entre autres, que la fameuse médaille de la famille française. Créée au lendemain de la Première Guerre Mondiale, elle visait à souligner le rôle joué par les femmes pendant le conflit, alors que les hommes étaient mobilisés : « La République doit témoigner d'une manière éclatante de sa gratitude et de son respect envers celles qui contribuent le plus largement à maintenir par leur descendance, le génie et la civilisation, l'influence et le rayonnement de la France » (selon le Ministre créateur de ladite récompense). Les candidatures et propositions se font à la mairie du lieu de résidence. Le dossier doit y être accompagné de diverses pièces administratives (notamment des extraits d’actes civils). Le maire de la commune doit porter un avis sur le formulaire de demande ; tout avis autre que favorable ne peut être pris en compte. Le dossier passe ensuite en commission et, s’il y a lieu, la médaille est attribuée par le Préfet.

Le Journal Officiel
Chaque bénéficiaire fait l’objet d’une publication dans le Journal Officiel. C’est ici que j’ai une chance de débusquer laquelle de mes ancêtres s’est vue attribuer la fameuse médaille. Ce JO est numérisé sur site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Or, si le site Gallica est merveilleux et contient des richesses insondables, son moteur de recherche est, hélas, insondable lui aussi. Ainsi, après plusieurs tentatives de recherches sur différents mots-clés, j’ai abandonné devant le résultat obtenu : 943 pages trouvées ! J'avoue ne pas avoir eu le courage de toutes les compulser...
Abandon par KO : je ne sais toujours pas à qui a été attribuée cette médaille.

Enfin la médaille…
Après plusieurs jours, la médaille arrive enfin entre mes mains. Je suis surprise par la petite taille de la boîte, notamment (9,3 x 4 cm). Cette boîte qui a vécu, c’est indéniable : elle est usée, mais l’écriture sur le couvercle reste lisible.
A l’intérieur la médaille, l’épingle pour l’attacher et la rosette assortie.

Mais un détail m’intrigue : à l’emplacement du nom de la bénéficiaire, il n’y a qu’un emplacement vide. Donc de deux choses l’une : ou cette médaille a été attribuée mais le nom de sa bénéficiaire n’a pas été gravé ou cette médaille n’a, en fait, jamais été décernée officiellement. Comme je ne sais pas quand et comment elle est arrivée dans ma famille, il m’est difficile de déterminer laquelle de ces affirmations est correcte.
Mais un jour peut-être…


[1] Dans la version actuelle la « patrie reconnaissante » a été remplacée par « République française ».
[2] Décret officiel sur Gallica de création  


Sources : Wikipedia, france-phaleristique.com, Gallica

jeudi 31 août 2017

#Centenaire1418 pas à pas : août 1917

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois d'août 1917 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er août
Plusieurs changements d’affectation dont 28 chasseurs des classes anciennes qui passent au 4e Bataillon territorial de chasseurs.

2 août
Aucune note pour ce jour.

3 août
Aucune note pour ce jour.

4 août
Ordre de bataillon n°164.

5 août
Le Capitaine Montvigner-Monnet prend le commandement de la 7e Compagnie.

6 août
Aucune note pour ce jour.

7 août
Ordre de bataillon n°165.

8 août
Aucune note pour ce jour.

9 août
Aucune note pour ce jour.

10 août
Aucune note pour ce jour.

11 août
A partir de ce jour chaque samedi les chefs de corps désigneront 12 hommes pour passer au Dépôt Divisionnaire. Ils seront choisis parmi ceux ayant le plus long séjour au front, ce qui permettra un roulement de personnel.

12 août
Ordre de bataillon n°166.

13/18 août
Aucune note.

19 août
Le Général Pétain, accompagné du Général américains Pershing, passe en revue la 47e DI.


Pétain et Pershing passant en revue les chasseurs alpins, 1917 © ebay.fr


20 août
Aucune note pour ce jour.

21 août
Je suis cité à l’ordre du bataillon n°167, par décision du 18/8/1917 en tant que « bon chasseur, brave et courageux ».

La citation comprend le rappel de ma blessure reçue à Metzeral en janvier 1916 « en faisant bravement son devoir »!
Ma mère sera fière...

22/27 août
Aucune note

28 août
Ordre général n°73 : adieux du Général de Pouydraguin à la 47e DI qu’il quitte pour prendre le commandement du 18e CA.

Armau de Pouydraguin, Gaston, Petit Journal, 27 août 1916 © commons.wikimedia.org

29 août
Aucune note pour ce jour

30 août
Ordre général n7°4 : prise de commandement de la 47e DI par le Général Dillemann.

Général Dillemann © 151ril.com

Ordre de bataillon n°168

31 août
Le Général Dillemann passe en revue la 47e Di. 4 aspirants viennent du 11e BCP.

vendredi 25 août 2017

#Généathème : l'album énigmatique

Roman – Paru dans la collection Série généalogique, première édition 2043.

La journée avait commencé comme d’habitude : check des mails, messages sur les réseaux sociaux, vérification des dossiers clients… J’avais préparé des litres de boisson énergisante pour la tâche qui m’était dévolue aujourd’hui : rechercher un acte de naissance dans les registres parisiens.

Depuis mes débuts dans le métier, la technique avait fait beaucoup de progrès avec la mutualisation des métadonnées régionales et internationales… Sauf quelques régions qui résistaient encore, comme le « Grand Paris » (ce qui correspond à une douzaine des anciens départements, la mégalopole s'étant considérablement étendue ces dernières décennies), qui voulaient garder « leurs trésors » pour eux seuls. Comme si la diffusion et le partage étaient un vol caractérisé. Du coup, je me retrouvais à chercher un acte, depuis la troisième journée déjà, et je n’avais que compulsé que deux années et demi pour un seul arrondissement parisien. Si je ne le trouvais pas aujourd'hui je devrais passer à d’autres arrondissements, au hasard : j’en aurai pour des années de vaines recherches à ce train-là !

Tiens les vaines recherches, ça me rappelle ce vieil album de photos qu’une cliente m’avait apporté au début de ma carrière : elle l’avait trouvé dans un lot acheté chez un brocanteur. Elle voulait le rendre à son propriétaire légitime, mais l’album n’était pas légendé et elle n’avait aucune piste pour le retrouver. Elle me l’avait confié et j’avais commencé les recherches. Au premier abord, c’était l’album d’une vie. Des photos qui montrent le temps qui s’écoule : les jeunes fiancés qui se fréquentent, le mariage, l’arrivée successive des enfants, le vieillissement de la génération précédente, les vacances, les communions, les scouts, et puis les fiançailles des enfants devenus grands. Le cycle de la vie. Mais pas de nom. J’avais passé tellement de temps sur cet album que je le connaissais par cœur. A force, j’y ai vu aussi ces éléments plus ou moins invisibles : les lieux d’habitation, les modes vestimentaires, les rites religieux, le niveau social, etc…

Ou une certaine sensibilité artistique du photographe (le père sans doute), qui transparaît au fil des pages, dans les mises en scènes par exemple :

La jeune mariée dans ce qui est sans doute son premier appartement d’épouse © Coll. personnelle

Notez le jeu dans le reflet du miroir permettant de voir le visage de l’épouse.

Les deux filles adolescentes © Coll. personnelle

Un beau cadrage : une grotte enveloppante et maternelle pour deux belles jeunes filles…

Mais malgré de patientes recherches je n’avais jamais pu identifier l’auteur de l’album. Il était resté là, dans un coin de mon bureau. La cliente n’était jamais reparue. De temps en temps l’album m’appelait… comme aujourd'hui. 

Je mets un moment à le retrouver, mais il est bien là. Je caresse la couverture de faux cuir vert. C’est en fait un ensemble de feuillets de carton sur lesquels sont collées les photos, relié par un lacet de cuir désormais élimé. La reliure en est si étroite que les photos du bord intérieur sont difficilement visibles en totalité, mais le nœud était si serré qu’on ne pouvait le défaire sans trancher le lien ; et je n’avais jamais pu m’y résoudre.

Cela faisait longtemps que je ne l’avais plus ouvert. Mais maintenant, avec les technologies nouvelles, je pourrais peut-être faire une nouvelle tentative. On avait fait des progrès en la matière depuis mon premier ordinateur TO7 ! Désormais on pouvait lancer des recherches automatiques et attendre que ça « match », comme dans les séries policières du début des années 2000 : reconnaissance faciale, triangulation d’un lieu grâce à sa silhouette, la position du soleil, etc…

Tant pis ! Adieu les roboratifs registres parisiens : je veux savoir moi aussi qui sont les gens sur les photos. Je lance la recherche automatique. Pendant que l’ordinateur travail je résume ce que je sais déjà : un couple dans les années 1930, d’après leurs vêtements - il y a plus d’un siècle déjà ! – leur mariage, leurs sept enfants qui se ressemblent tellement qu’on dirait des septuplés. Je me rappelle mes premières recherches : je tentais de les différencier en me basant sur leurs vêtements, avant de m’apercevoir que lorsque l’un grandissait, le suivant récupérait ses habits. Raté !

Bien sûr l’habitude que les parents avait prise d’aligner leurs enfants dans l’ordre de naissance facilitait l’identification (n°1, n°2, n°3…).

n°1 © Coll. personnelle

n°1, n°2 © Coll. personnelle

n°1, n°2, n°3 © Coll. personnelle

n°1, n°2, n°3, n°4 © Coll. personnelle

n°1, n°2, n°3, n°4, n°5 © Coll. personnelle

n°1, n°2, n°3, n°4, n°5, n°6 © Coll. personnelle

n°1, n°2, n°3, n°4, n°5, n°6, n°7 © Coll. personnelle     

Mais quand ils sont « mélangés », c’est tout autre chose ! Et puis il y a les vacances à la mer... et les maillots de bain en laine !


n°6 © Coll. personnelle   

Et ensuite l’adolescence, les yéyés…

Soudain, une sonnerie retenti, me sortant de ma nostalgie : match ! Des lieux sont reconnus : la grotte de Lourdes, le domaine du Hutreau près d’Angers, le château de Chambord, La Guérinière sur l’île de Noirmoutier (aujourd'hui engloutie par la montée des eaux), la Loire. Bon honnêtement j’en avais déjà reconnus certains, mais pas La Guérinière.
Second match ! Grâce à une photo de l’aîné des enfants en uniforme militaire, le lien est établi via les fiches matricules. Miracle de la technologie nouvelle. L’aîné des fils étant connu, il suffit en quelques clics de retrouver le reste de la famille. Confirmation de l’identité des enfants avec les registres des communiants, puis ceux des jeannettes et des scouts qui correspondent aux photos de l'album. Les parents, grands-parents sont aussi facilement identifiables grâce aux bases de données biométriques.

Je continue à pianoter sur mon clavier tactile inclus dans ma table de travail. Hélas les registres de décès me confirment ce que je pressentais : la plupart des membres de cette famille marche dans le Monde d’Après. Mais il reste un fils encore vivant, un vieil homme aujourd’hui âgé de 95 ans. Je retrouve facilement son domicile et me rend chez lui avec le précieux album. Je ne sais pas trop comment il va m’accueillir.

D’abord réservé, il devient rapidement ému quand il reconnaît l’objet que je suis venue lui apporter. Malgré son grand âge, sa mémoire est sans faille. Ce carnet vert rectangulaire est pour lui comme une à machine à voyager dans le temps, et jusqu’à une époque qu’il n’a pas connu lui-même :
- La rencontre de ses parents lors d’un pèlerinage à Lourdes,
- Leur mariage en 1935,
- Les naissances successives de leurs sept enfants, entre 1937 et 1949 (il est le n°6),
- Les vacances à La Guérinière,
- La première voiture de la famille,
- Le terrain acheté par la famille à Mûrs Érigné, près d'Angers (ex-Maine et Loire) qu’il a fallu défricher et où il faisait bon prendre du repos devant le cabanon construit au bout du terrain,
- La caravane et son auvent qui emportait toute la famille en vacances,
- La maison de la rue Blandeau à Angers et son jardin garni de roses car « ma mère les aimait tant »…



La famille © Coll. personnelle
Au centre la mère, à gauche la tante paternelle, à droite ses beaux-parents
autour les sept enfants. La photo est prise par le père. 

Je lui laisse l’album avec plaisir. Somme toute la journée s’est terminée mieux qu’elle ne s’annonçait. Enfin, demain je devrais quand même me coltiner les registres parisiens. Mais demain est un autre jour…


___

Sources : ma (très) grande imagination (émaillée de vérités historiques) et l'album de la famille Astié, mes grands-parents (où figurent aussi mes oncles et tantes, mon père bien sûr, mes arrière-grands-parents et la "tante Henriette"), dont les clichés datent des années 1930 à 1970.


samedi 19 août 2017

#RDVAncestral : le vieillard

En ce mois de janvier 1758, je me rends à La Celle sur Morin (Seine et Marne actuelle), dans la demeure de Nicolas Fouchy, vigneron de cette paroisse. L’avant-veille son fils, aussi prénommé Nicolas, a épousé Marie Jeanne Thomeret.

L’ancien est alité près de l’âtre. Le vieil âge, mais aussi ses capacités physiques diminuées, ne lui permettent plus guère de se déplacer hors de la cuisine. Il me demande si j’étais à la noce et comment cela s’est passé.
- Parce que tu vois, hélas, à cause de ma vieillesse et de mon infirmité je n’ai pas pu me rendre à la paroisse voisine assister à la noce. J’ai néanmoins fait part de mon consentement ; ma chère épouse, Françoise Didier n’étant plus là pour parler en notre nom.
Je le rassure sur ce point : tout s’est bien passé. La cérémonie a eu lieu en l’église Guérard, la paroisse de fait de Nicolas fils (La Celle s/Morin restant sa paroisse de droit), après des fiançailles « en la manière acoutumée » et la publication des bans réglementaires. Son consentement a bien été transmis, mais afin que tout soit fait dans les règles, le curé de Guérard va se déplacer lui-même pour s’assurer qu’il l’a bien donné. D’ailleurs, il ne devait plus tarder maintenant.

Nous bavardons un moment, lorsqu’un petit groupe de personnes toque à la porte : mené par le curé de Guérard, il y a là aussi le clerc paroissial de Guérard François Moinet, Nicolas et Jacques Vion, vignerons, Jean Louis Gondart, laboureur, tous demeurant à La Celle. Les hommes s’installent autour de la table pendant que le curé sort un gros registre, une plume et de l’encre. Il commence la rédaction de l’acte : « je soussigné Curé de Guerard certifie que je me suis transporté au lieu et domicile de Nicolas Fouchy vigneron demeurant à la Celle. »
Il regarde Nicolas :
- Nous somme bien en votre domicile ?
- Oui, acquiesce le vieil homme.
- Bon ! Je continue : ledit Nicolas Fouchy « m’a confirmé le consentement quil a donné en présence des temoins mentionné en l’acte de Mariage entre Nicolas Fouchy son fils et Marie Jeanne Thomeret ».
Il regard à nouveau Nicolas :
- Vous avez bien consenti ?
- Oui.
- Bon ! Ledit Fouchy père « ma déclaré que sylle n’a pas paru audit Mariage son Grand age et son Infirmité l’en ont empêché ».
- C’est la vérité ?
- Oui.
- Bon ! Et il a « déclaré encorre quil a consenty et y consent. » C’est la vérité ?
- Oui, oui, bougonne le patriarche qui fatigue de ces consentements à répétition.
Le curé nomme et couche sur le papier les témoins présents. Il les appelle un par un et chacun se doit de répondre présent.
Nicolas n’écoute que d’une oreille cette litanie répétitive.
- « … et ont signé le present acte excepté ledit Nicolas fouchy père dudit marié qui a déclaré ne savoir signé de ce interpellé. » C’est la vérité : vous ne pouvez pas signer ?
- Ben non ! Comme je viens de vous le dire. Mon fils, lui, sait, mais moi…
- Bon, bon, bon ! Je termine. Ah ! la date ! J’ai failli oublier : « le dix neuf janvier 1758 ». Maintenant messieurs, signez au bas de l’acte s’il vous plaît.
Chacun à leur tour ils prennent la plume et apposent leurs signatures.
- Bon ! Je vais vous relire tout cela, pour être bien sûr que cela soit la vérité pleine et entière.
Et le curé de reprendre la lecture de l’acte en entier.

Consentement au Mariage de Nicolas Fouchy, 1758 © AD77

Nicolas est trop fatigué maintenant. Pendant la lecture monocorde du curé, ses pensées s’envolent : vers cette noces à la quelle il n’a pas pu assister, sa tendre épouse trop tôt disparue, ses enfants qui le quittent aujourd’hui et pour qui il a eu de la tendresse… et bien sûr les douleurs de la vieillesse. Lui qui a toujours eu une vie active, dans les vignes.

Je vois dans son regard s’exprimer les regrets que lui ont apportés ces infirmités, l’empêchant de faire son vin, comme il l’a toujours fait. Son fils a quitté la maison, la paroisse, mais aussi le métier et s’est fait charretier. Il aurait bien aimé que son Nicolas reprenne la vigne à son tour, mais les jeunes n’en font qu’à leur tête. Enfin, s’il est heureux, c’est déjà ça. La petite Marie Jeanne est fille de vigneron, alors peut-être qu’un jour il reviendra dans le métier.

Je pose doucement ma main sur le bras de Nicolas, pour le ramener à la réalité : le curé a terminé sa relecture et s’apprête à partir. Il faut dire au revoir à toute la troupe.
Une fois le calme revenu dans la maison, Nicolas se tourne vers moi :
- Eh ben ! Tout ce raffut pour confirmer ce que j’avais déjà dit ! Pfff… Mais ils veulent m’achever ou quoi ?

Je lui souris et remonte sa couverture qui avait glissé de ses genoux. Je m’en vais sur la pointe des pieds, le laissant trouver un sommeil réparateur. Je sais que cette petite séance, si répétitive et ennuyeuse qu’elle lui soit apparue, ne l’achèvera pas : Nicolas vivra encore un an et demi avant de quitter ce monde. Le curé de La Celle, qui rédigera son acte de décès en juin 1760, mentionnera que Nicolas était « agé d’environ quatre vingt neuf ans ».


dimanche 6 août 2017

Pris sous la poussière

J'ai pris de mauvaises habitudes : à force de dépouiller des sources diverses (fiches militaires, recensement, actes notariaux...), j'ai donné corps à mes ancêtres. Une poêle à frire un peu "uzée", un habit de noce neuf, des terres à labourer... Ces mentions donnent chaire au squelette d'un arbre qui, autrefois (quand j'ai commencé ma généalogie), ne comportait que - au mieux - les trois actes qui rythment la vie : baptême, mariage, sépulture. Depuis, il faut bien l'avouer, je ne peux difficilement m'en passer.

L'autre jour, je "feuilletais" mon arbre à la recherche d'une mention insolite, d'un événement qui pourrait donner matière à un article.
Et plus je furetais de branche en branche, plus les informations recueillies se raréfiaient : plus d'acte notarié d'abord, mais aussi des fiches de plus en plus courtes. Ce sont souvent les métiers qui disparaissent en premier : j'ignore alors si mes ancêtres sont de simples laboureurs ou de riches notaires. Et puis la paroisse d'origine qui reste obscure. Et enfin le nom qui m'échappe.

Le curé est moins bavard, les registres ont disparus : les raisons sont multiples à cette désertification progressive. Mais force est de constater que mon arbre se couvre de poussière. La poussière du temps. La poussière de l'oubli.

Arbre qui disparaît via sergeychubarov.ru

Combien sont-ils concernés ? Des centaines, des milliers peut-être...
Ils me font penser à ces corps momifiés par les cendres à Pompéi : on distingue leur silhouette, leur position, mais la poussière s'est déposée sur ces ancêtres, créant à la fois une gaine protectrice les fixant pour l'éternité mais brouillant leur image.

Les ai-je perdu à jamais ou parviendrai-je à les sortir de l'ombre un jour ? L'avenir le dira...


lundi 31 juillet 2017

#Centenaire1418 pas à pas : juillet 1917

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de juillet 1917 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er juillet
La 125e DI relèvera la 47e DI dans les nuits des 3, 4 et 5 juillet.

2 juillet
Travaux d’organisation.

3 juillet
Le Bataillon est relevé dans le quartier B par le 5e bataillon du 76 RI. Aucun incident.

4 juillet
Le Bataillon cantonne au camp de Bourgogne.

5 juillet
Départ par voie de terre pour Arcis Le Ponsard à 5h. Itinéraire : Romain, Breuil s/Vesle, Unchair, Courville. Cantonnement : camp d’Arcis Le Ponsart.

Carte Ventelay-Arcis le Ponsart

6 juillet
Stationnement. Repos. Douches.
Ordre de bataillon n°157.

7 juillet
Départ à 5h par voie de terre. Itinéraire : Dravegny, Cohan, Coulonges, Cierges, Fresne. Cantonnement : Fresne.

Carte Arcis le Ponsart-Fresne

8 juillet
Départ de Fresne à 6h par voie de terre. Itinéraire : Le Charmel, Jaulgonne. Cantonnement : Jaulgonne.
Ordre de bataillon n°158.

Carte Fresne-Jaulgonne

9 juillet
Le bataillon embarque en deux trains à la gare de Mezy : 10h30 et 14h30. Nous sommes dans le second.

10 juillet
Débarquement de nuit à Gondrecourt (Meuse).
Cantonnement du bataillon : Mauvages.

Carte Mézy-Gondrecourt

11 juillet
Installation dans les cantonnements.

12 juillet
Travaux de propreté. Échange d’effets.

13 juillet
La 47e Division est chargée « d’informer » l’armée américaine au camp de Gondrecourt.

14 juillet
Le Général de Division passe en revue la 47 DI et le Bataillon américain de Gondrecourt, sur la croupe située à l’Ouest de Delouze.

15 juillet
Repos.

16 juillet
Échanges avec les Américains.

Soldats américains © centenaire.org

17 juillet
Aucune note pour ce jour.

18 juillet
Reconnaissance de travaux d’aménagement d’un terrain d’exercices.

19 juillet
Le 51e Bataillon est chargé d’informer deux Bataillons américains.

Camp américain © cheminsdememoire.gouv.fr
Travaux : 100 travailleurs chaque jour à l’organisation d’un centre de résistance. Le reste du Bataillon est affecté aux corvées.

20 juillet
Ordre de bataillon n°160.

21 juillet
Par décret du Président de la République le capitaine Montignier est promu capitaine de réserve à T.D.

22 juillet
Ordres de bataillon n°161 et 162.

23 juillet
Aucune note pour ce jour.

24 juillet
Ordre de bataillon n°163.

25-31 juillet
Aucune note.