« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 18 mars 2017

#RDVAncestral : les petits héritiers

Aujourd’hui j’ai revêtu une longue robe, taillée simplement, mais ornée de quelques broderies aux encolures et aux poignets, ainsi que des souliers fins de cuir souple. Une houppelande me protégeait de la fraîcheur du matin. La capuche ayant glissé, elle laissait voir mes cheveux emprisonnés dans une fine résille ornée de perles. J’accompagnais Ermina, la nourrice du château.

Dès le portail franchi, une effervescence rompit avec le calme environnant qui nous avait accompagné tout au long du chemin. Des palefreniers sellaient les chevaux qui piaffaient sur le sol de la grande cour, impatients de sortir des stalles où ils avaient passé bien trop de temps à leur goût. Près de la porte menant à la grande salle, se tenaient les hommes, prêts à partir à la chasse ; tout aussi impatients que leurs montures d’aller se dégourdir les jambes au grand air. Dans un tumulte de sabots et d’ordres lancés à grands cris, les seigneurs du lieu et leurs invités s’en allaient passer la journée à chasser sur leurs terres giboyeuses.

Château de Thorens [*] de nos jours, vue aérienne © DgCphotographe, gpps.fr

Le calme revenu, je les aperçu enfin : deux jeunes turbulents qui ne connaissaient pas l’inactivité, toujours en mouvement, à courir, explorer leur domaine, se chercher querelle rien que pour le plaisir de la joute. Tout cela se terminaient parfois en légère catastrophes : combien de fois ne les avait-on pas retrouvés leurs chemises d’une propreté douteuse, voire déchirées, des ecchymoses un peu partout ? D’un premier abord, ils se ressemblaient, certains les prenant même pour des jumeaux (nés à seulement à un mois d’écart), mais en les examinant de plus près on pouvait les différencier.

Le premier des jeunes garçons se tenait bien campé sur ses jambes. Il était de petite taille, trapu, avec une tignasse brune et de grands yeux noirs. Le modelé ferme du menton contrastait avec la rondeur enfantine de ses joues. Plus tout à fait un enfant mais pas encore véritablement un homme. Il était habillé d’un manteau et d’une cotte bleu clair, de chausses grises. Ses vêtements étaient froissés : malgré l’heure matinale, il n’avait pas dû se tenir tranquille bien longtemps ce jour-là, mais avait sans doute vagabondé, arpentant la cour, inventant sans cesse de nouveaux jeux lorsque le précédent le lassait. Cependant il portait ces vêtements froissés avec une assurance toute aristocratique.

L’autre garçon, légèrement plus grand, le dominait d’une demi-tête. Il avait un visage tout en longueur, un front large. Il était tête nue et ses cheveux noirs luisaient comme le jais. Son ceinturon arborait une dague au fourreau incrustée d’argent. Il avait un port tout aussi altier. Difficile de dire qui était l’aîné des deux, et donc l’héritier du château, des terres et des fermiers qui l’exploitaient, libres ou serfs.

Voici donc les deux cousins, Gaspard et François. Ermina et moi avons la lourde tâche de les surveiller pour la journée. Heureusement, de nombreux serviteurs gardent aussi un œil sur eux, l’air de rien, car les suivre en permanence est une gageure en soi. Ce qui nous laisse le temps pour des travaux de broderies. Ermina avait été la nourrice de lait de Gaspard et si elle revenait de temps au temps au château, ce n’était plus elle qui avait en charge l’éducation des garçons. A treize ans il était temps pour eux d’apprendre leurs futurs responsabilités de gestionnaires de grands domaines, le métier des armes, bref, toutes les responsabilités qu’incombaient aux jeunes nobles de ces années 1580.

D’ailleurs, leur maître d’arme arrivait pour leur donner leur leçon du jour. Des épées à leur taille leur avaient été confectionnées et ils entendaient bien en user « comme les grands ». Parfois quelques entailles superficielles où perlait une goutte de sang arrêtaient la leçon.

Même pour le dîner il était difficile de les garder au calme. Une fois avalé un quignon de pain et une tranche de lard, ils ne cessaient de s’agiter, se donnant de grandes bourrades dans le dos, jusqu’à ce qu’on les autorise à quitter la haute table. Il serait bien temps, plus tard, d’apprendre la patience des longs banquets qu’ils donneraient inévitablement lorsqu’ils auraient hérité des titres et domaines de leurs pères.

L’après-midi s’écoula si rapidement. Je ne cessais de m’émerveiller à les contempler. Force était de constater que certains étaient des êtres d’exception. Quelque fut leur âge, on ne pouvait pas les manquer. Ces enfants en faisaient partie et c’était un réel plaisir de les admirer. Ma broderie n’avançait pas beaucoup, mais cela n’avait pas d’importance.

En fin d’après-midi les chasseurs étaient rentrés, aussitôt accueillis par les nombreux serviteurs et palefreniers du château. Les uns s’occupaient d’ôter les bottes de leurs maîtres, les autres pansaient les chevaux avant de les nourrir et de les rentrer dans leurs stalles pour la nuit. L’agitation qui régnait dans la cour avait ravivé celles des enfants qui, un moment plus tôt, ne savaient plus quoi faire.

Ermina et moi nous apprêtions à partir. Sous le porche, je me retournais une dernière fois. Au même moment, les cloches sonnaient à la chapelle du château pour l’office des vêpres. Gaspard proposa à François de « jouer à la chasse » mais celui refusa.
- «  Non, je préfère aller écouter l’office. »
Il laissa tomber négligemment son épée sur le sol de terre battue de la cour du château et rejoignit le groupe de gens qui se dirigeait vers la chapelle. Gaspard resta un instant seul, déçu, donnant par dépit un léger coup de pied pour faire valser l’épée abandonnée. Puis il haussa les épaules. Il s’aperçut alors qu’il commençait à faire froid, le soleil déclinant ne réchauffant plus la grande cour. Alors, résigné, il suivit les autres. Pour rattraper son retard, il se mit à courir vers la chapelle.
C’est la dernière fois que je le vis.


Gaspard de Sales, fils de Louis, naquit le 29 juillet 1567 en la paroisse de Thorens-Glières (Haute-Savoie actuelle, autrefois terres du Duc de Savoie), au château de Sales. Il est mon ancêtre direct (sosa n°6578) à la XIIIème génération.
François, fils de François, était son cousin germain. Né le 21 août 1567, il est plus connu sous le nom de Saint François de Sales. Il consacra sa vie à Dieu et renonça à tous ses titres de noblesse sur les terres de Sales. Il devint l'un des théologiens les plus considérés de son temps. Ce grand prêcheur accéda au siège d’évêque de Genève et fonda l’ordre religieux de la Visitation.


[*] Le château de Sales qu’ont connu Gaspard et François a été démantelé (en 1630). Il était édifié à 200 m de celui de Thorens. Néanmoins le château de Thorens a bien appartenu, lui aussi, à la famille de Sales.



2 commentaires:

  1. Avoir un saint dans sa famille, ca c'est cool :) Comme d'habitude, un article d'une grande qualité. A quand un roman pour nous raconter l'épopée de ta famille ? Bravo

    RépondreSupprimer
  2. -Le décor est joliment planté.
    -Et qu'elle bonne idée de faire parler les personnages...

    RépondreSupprimer