« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 4 novembre 2017

Prénoms imposés

Il y a quelques temps, ma généalogie se trouvait un peu en panne : j’avais écumé les sources disponibles jusqu’à extinctions des registres, examiné les arbres en ligne même les plus fantaisistes pour voir s’il ne s’y cachait pas une once de vérité... Bref, j’étais un peu en panne/pause. J’attendais que les archives aux quatre coins de la France (et de Suisse) mettent en ligne de nouvelles sources, puisque j’ai la malchance d’habiter une région où aucun de mes ancêtres n’a fait ne serait-ce qu’un bref passage - et donc un assaut régulier et prolongé du bâtiment de « mes » archives locales est inutile.

Comme nombre de généalogistes sans doute, j’ai commencé mes recherches uniquement sur mes ascendants directs. Et puis, faute de source comme je l’expliquais à l’instant, j’ai commencé à m’intéresser aux frères et sœurs  de mes aïeux. Histoire de m’occuper. Histoire de faire de nouvelles découvertes, cocasses parfois (merci aux parents d’avoir prénommés tous leurs fils Pierre, ça facilite grandement les recherches !), d’autres fois tristes (décès de 10 enfants sur 13). C’est comme ouvrir une porte : tout d’un coup on discerne la réalité qui entoure notre ancêtre. Et puis, autre raison non négligeable, lorsqu’un acte de mariage d’un ancêtre direct n’est pas filiatif, celui d’un frère peut l’être, ce qui permet de remonter une ou des génération(s) supplémentaire(s) alors qu’on croyait être irrévocablement bloqué. En un mot, si vous commencez votre généalogie, ou si vous ne l’avez pas encore fait, intéressez-vous aux fratries toutes entières, voire à leurs conjoint(e)s (et si vous êtes très motivés à leurs enfants !).

Tout ça pour dire que, un beau jour, alors que j’égrenais les enfants de Géraud Martin et son épouse Jeanne Raols (8 enfants en 15 ans), je m’aperçus d’une particularité commune à tous leurs actes de baptême (excepté ceux des deux enfants mort-nés) :
- 1698, Guilhaume : « je soubsigné pretre et recteur de Saint-Marcel [aujourd’hui Conques, Aveyron] ay baptisé un enfant […] auquel a esté imposé le nom guilhaume… »
- 1701, Guilhaume [notons au passage que le précédent est toujours vivant] : « … auquel a esté imposé le nom guilhaume… »
- 1702, Catherine : « Monseigneur Cantaloube pretre de la ville de Conques a mon absance a baptisé une fille […] a laquelle a esté imposé le nom catherine… »
- 1704, Anthoinette : « … a laquelle a esté imposé le nom anthoinette… »
- 1705, fils mort-né, « baptisé par la sage-femme a cause du danger qu’il y avoit ». Non prénommé.
- 1707, Pierre : « … auquel a esté imposé le nom pierre… »
- 1709, Pierre [le numéro 2] : « … auquel a esté imposé le nom pierre… ». Le prêtre a souligné dans l’acte avoir « demandé sil y auroit dans la famille du susd[it] martin dautre garçon du mesme nom, m'ont repondu y en avoir un autre de mesme nom » [ce qui ne les a pas empêché de le prénommer pareil] ; celui-ci est mon ancêtre direct – enfin je le suppose, son frère éponyme jouant les trouble-fêtes…
- 1713, enfant mort-né, sexe inconnu « baptisé à un main » par la sage femme. Non prénommé.

J’ai remarqué également que ces enfants étaient très rarement baptisés le jour même, comme c’était alors la coutume, mais plus tard : jusqu’à 6 jours pour Guilhaume n°2.

Évidemment c’est la mention « a esté imposé » qui m’a interpellée. Pourquoi le prêtre de la paroisse, et même celui de la paroisse voisine en l’absence du premier (en 1702), se permettent-ils d’imposer le prénom des enfants de la fratrie ?

J’avais déjà eu le cas de parrains/marraines refusés : voir l’article Luxure en Vendée.
Pour résumer l'histoire, le prêtre mentionnait dans les actes de baptême qu’il refusait les parrains et marraines choisis par les parents et qu’il en désignait lui-même des remplaçants ; ce qui était en fait dû à la religion protestante des parents, exemple de "catholicisation" forcée qu'ils subissaient. Mais ici, tous les actes concernant les parents, leurs frères/sœurs, grands-parents semblent indiquer que ce sont de bons catholiques, mariés à l’église, ayant reçu les sacrements avant d’expirer… bref, pas de protestant. Alors quoi ?

Après une rapide recherche infructueuse, j’ai donc lancé un appel sur Twitter. Et Sophie (@gazetteancetres) m’a rapidement trouvé la réponse :

D’après le Dictionnaire de l'Académie française, 1ère édition (1694) [1], on peut faire un mix entre deux définitions du verbe « imposer » :

- On dit, Imposer le nom, imposer un nom, pour dire, Donner le nom, donner un nom; & se dit de ceux qui ont droit de le faire. Untel imposa le nom à cet enfant au Baptesme.

- Mettre dessus: & en ce sens il ne se dit guère au propre qu'en cette phrase. Imposer les mains. l'Evesque luy imposa les mains en le faisant Diacre.

Sophie posa toutefois une condition à sa théorie : c’est que le prêtre imposait des noms à tous les enfants qu’il baptisait, et pas seulement à ma fratrie ; ce qui se vérifia effectivement. J’adoptais donc officiellement cette explication (il faut toujours croire ce que dit Sophie !).

Baptême © culture.gouv.fr

Le prêtre Valette avait donc en fait une lubie, un tic de langage et il goûtait si fort cette expression « d’imposer un nom » qu’il en usait et abusait. Y avait-il un geste grandiloquent pour appuyer son propos le jour du baptême ou était-ce seulement une formule qu’il utilisait à sa guise dans les registres, je ne le ne saurais jamais.

Après un examen attentif des registres, il apparaît que le prêtre Valette a utilisé cette formule dès son entrée en fonction en 1675. Son prédécesseur l’a utilisé également, mais seulement subitement à partir de juin 1673, alors qu’il ne le faisait pas auparavant. Valette, quand à lui, l’a utilisé jusqu’à ce qu’il quitte son ministère (ou tout au moins qu’il disparaisse des registres).

Mais désormais, je sais ce que peut signifier « imposer un nom » lors d’un baptême. Et vous aussi du coup !


2 commentaires:

  1. Merci pour la mention Mélanie.
    Il faut toujours croire ce que dit sophie 😂 Vérifie tout de même. Personne n'est infaillible !

    RépondreSupprimer