« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 30 avril 2018

#Centenaire1418 pas à pas : avril 1918

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois d’avril 1918 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er avril
Le médecin me l’a confirmé : je vais bientôt être renvoyé au front.

2 avril
Des visions me reviennent : les horreurs dont j’ai été témoins, les souffrances endurées, les tranchées, la pluie, la boue, le froid, le vacarme infernal des bombardements, les camarades qui tombent…

3 avril
Les infirmières de nuit tentent de calmer les angoisses des nuits interminables, les cris des blessés traumatisés. Ici on les appelle « le Bon Dieu ambulant » ! [1]

4 avril
Je vais bientôt quitter la salle commune. Je pense à ces gars qui sont dans la salle des grands blessés. Les infirmières en parlent avec respect et crainte. Quel sera l’avenir pour eux qui n’ont plus de bras, de jambe ou de visage… ?

5 avril
J’ai survécu à la bronchite ! Le départ est pour demain.

6 avril
Je remonte en première ligne. Je croise une file de blessés qui en reviennent. Ceux qui le peuvent marchent en se soutenant les uns les autres, les plus atteints sont brinquebalés dans des charrettes ou des civières improvisées. Je vois qu’en un mois rien n’a changé finalement…

7 avril
Je fais connaissance avec les gars de la 10ème, ma nouvelle compagnie. Ils pataugent dans la boue car l’eau a envahi tranchées et abris. Mais dès ce soir nous partons relever une division italienne. Relève de 18 à 22h, sans incident.

8 avril
Bref cantonnement à Campo Romignolo puis nous repartons dans la soirée à Préara, par les camions italiens.

9 avril
Préparatifs de départ. Nous devrons embarquer le 11 à la gare de Villaverla. Deux trains et demi y seront mis à notre disposition.

Carte Bertigo-Villaverla

10 avril
Ordre du jour de la 6e armée italienne : «  Dans quelques jours où la 47e Division Française s’est trouvé en ligne sur le front de la 6e armée, elle s’est signalée en prodiguant sans cesse son activité et sa valeur. Au moment où cette belle Division quitte la 6e armée je lui exprime toute mon admiration et toute ma reconnaissance. Je lui souhaite aussi au nom des camarades de la 6e armée italienne, gloire et honneur impérissables dans les luttes nouvelles qui l’attendent dans sa patrie. » Général Lucas Montuori

11 avril
Nous rentrons en France ! Préparatifs de départs.

12 avril
Embarquement dans plusieurs trains à Villaverla.

13 avril
Voyage en chemin de fer par Vicence, Novare, Milan, Turin, Modane, Chambéry, Bourg, Dijon, Montereau, Pontoise, Serqueux.

Carte Vicense-Serqueux

14 avril
Le train est passé à Chambéry, si près de mon pays ! Hélas pour moi je n’ai pas pu m’y arrêter. Quel dommage... Adieu l’Italie. Jamais je n’oublierai les combats du Monte Tomba, de la vallée de la Piave et tous les camarades qui sont tombés sur ces terres.

15 avril
Certains débarquent dans l’Oise (Fouilloy, Abancourt), d’autres dans la Somme (Formerie).

16 avril
Nous nous retrouvons tous au cantonnement de Meigneux au Nord-Ouest de Sainte Segrée. Nous voilà de retour dans la Somme !

17 avril
Étape par voie de terre de Meigneux à Courcelles sous Moyencourt (Somme). Départ à 7h20. Itinéraire : Poix, Croixrault. Arrivée au cantonnement à 12h.

Carte Meigneux-Courcelles

18 avril
Conférence du Général de Division.

19 avril
Distribution des nouveaux masques.

20 avril
Étape par voie de terre de Courcelles à Guignemicourt. Départ à 6h15. Itinéraire : Quevauvillers, Clairy. Arrivée au cantonnement à 12h. On marche sous une pluie fine, sur une route défoncée par les convois. [2]

Carte Courcelles-Guignemicourt

21 avril
Repos. Conférence aux cadres sur l’emploi tactique des chars d’assaut.

22 avril
Travaux de réfection des routes. Instruction par compagnie. Conférence aux cadres sur l’hypérite (sic). On dirait une autre guerre : masques à gaz, chars d’assaut… : que de changements depuis le début du conflit.

23 avril
Le bataillon fait mouvement par voie de terre sur Villers-Bocage où nous cantonnons. Départ à 12h15. Itinéraire : Renancourt, Longpré lès Amiens, Poulainville. Arrivée à 19h30. L’Etat-Major du Corps Australien cantonne dans le même village.

Carte Guignemicourt-Villers

24 avril
Repos. Installation au cantonnement. Travaux de propreté.

25 avril
Instruction par compagnie. M. de Fabry-Fabregues est le Commandant en chef du bataillon. Le lieutenant Barthe commande notre compagnie. Le bataillon est composé de 1234 soldats, les officiers et 263 chevaux.

26 avril
Instruction par compagnie.

27 avril
Instruction par compagnie.

28 avril
Repos.

29 avril
Instruction par compagnie. Ici il n’y a plus rien. Plus de nature. Plus de vivants. [3]

Somme, 1916 © Gallica

30 avril
Instruction par compagnie.


[1] Inspiré de Souvenirs d’une infirmière de Julie Crémieux
[2] Inspiré de « Ils rêvaient des dimanches » de Ch. Signol
[3] Document LPC « 14-18 le sport à l’épreuve du feu »



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire