« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 26 avril 2014

Cahier de doléances

Qu'elle ne fut pas ma surprise de reconnaître, au détour d'une page, la signature d'un de mes ancêtres, Antoine Courtin. 
Je feuilletais alors le cahier de doléances de la paroisse de Villevêque (49).
Les cahiers de doléances : vous vous rappelez ? Ce sont ces registres dans lesquels les assemblées chargées d'élire les députés aux États généraux notaient vœux et doléances. Cet usage remonte au XIVe siècle. Mais les cahiers de doléances les plus notoires restent ceux de 1789.  

Les cahiers de doléances du tiers-états sont pour la plupart rédigés le dimanche, jour de la messe, où tous les villageois se retrouvent. Ils peuvent y exprimer, de manière plus ou moins personnalisée, les revendications et attentes des habitants des communautés rurales et des paroisses.  
C'est d'ailleurs ce que nous indique le procès verbal d'assemblée de la paroisse : "en l'assemblée convoquée au son de la cloche, en la manière accoutumée, sont comparus sous le parvis de l'église de ce lieu, ou se tiennent ordinairement les assemblées de cette paroisse" devant le procureur de la châtellenie. Une cinquantaine de personnes présentes sont listées. "Tous nés français ou naturalisés, âgés de vingt cinq ans, compris dans ledit rôle des impositions, habitants de cette ditte paroisse de Villevêque, composée de trois cent feux. Lequels pour obéir aux ordres de sa majesté, portée par les lettres données à Versailles le vingt quatre janvier 1789 pour la convocation et tenue des Etat généraux de ce Royaume [ . . . ] dont ils nous ont déclaré avoir une parfaite connaissance tant par la lecture et publication cy devant faite au prône de la messe de paroisse de ce jour par monsieur le vicaire de cette paroisse et l'affiche qui vient d'en être faite à l'issue de la ditte messe de paroisse au devant de la porte principale de l'église, nous ont déclaré qu'ils allaient d'abord s'occuper de la rédaction de leur cahier de doléances, plaintes et remontrances, et en effet ayant vacqué, ils nous ont représenté ledit cahier qui a été signé par ceux desdits habitants qui scavent signer". Ils ont ensuite élu leurs députés, représentants de la paroisse et porteur dudit cahier à l'assemblée qui se tiendra au palais royal d'Angers le 16 mars suivant afin de "proposer, démontrer [ . . . ] tout ce qui peut concerner lesdits besoins de l'Etat, la réforme de l'abus, d'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les parties de l'administration la propriété générale du royaume et le bien de tous et un chacun des sujets de sa majesté".

Les États Généraux sont une assemblée composée des représentants des trois ordres (noblesse, clergé et tiers-état). Ils n'avaient plus été sollicités depuis 1614. En 1789, ils sont convoqués pour trouver une solution à la grave crise financière, politique et sociale qui sévit dans le royaume.

Le cahier de doléances de la paroisse de Villevêque est composé de 16 pages.

Cahier de doléances de la paroisse de Villevêque, AD 49

"Cahier de vœux, plaintes et doléances des habitants de la paroisse de Villevêque par eux rédigé dans leurs assemblées générales tenue ce jour dimanche huit mars mil sept cent quatre vingt neuf".

On y recense 53 articles :
  • la majorité des articles concerne les finances et les impôts (11 articles)
  • 8 articles concernent la justice
  • 6 articles concernent le clergé
  • 6 articles concernent la tenue des Etats Généraux
  • 5 articles concernent le commerce 

Les autres sujets abordés sont la création des lois, l'administration, le commerce, la liberté, la presse, entretien des orphelins, la mendicité. 

L'article 2 fait allusion aux catégories de personnes qui doivent composer ces Etat généraux : "Que des huit Députés que le tiers Etat a droit et nomme pour les Etats généraux, soient choisis, savoir deux dans la classe des notables bourgeois, deux dans celle des négotiants ou Marchands, deux dans celle des agriculteurs et deux enfin parmi les artisans, observant qu’il y ai au moins deux qui soient habitants de la campagne, en ce que soit des personnes honnestes, instruites et d’une Probité à l’Epreuve et connue sans que pour représenter le tiers Etat on puisse être aucuns nobles, anoblis, privilégiés ni financiers."  

On notera que la royauté et la noblesse ne sont pas (encore) remises en question, puisque les articles 7 et 30 souhaitent "Qu’il soit fait une loi qui établisse et assure irrévocablement les droits du Roy et ceux de la nation" et "Que les nobles puissent faire toute Espece de commerce et exercer tout les arts libéraux, sans déroger ni être privé de leurs privilèges".

On retrouve des articles "classiques", sur la liberté de la presse par exemple : "Que la liberté de la presse soit établie à la charge par les auteurs de signer leurs manuscrits qui resteront entre les mains de l’imprimeur pour leur sûreté, et par les imprimeurs de mettre leurs noms sur les imprimés." (article 10).

On pense "Qu’il seroit avantageux pour tout le Royaume qu’il n’est qu’une seule loy coutumière qui seroit rédigée d’après l’Equité et la Raison pour cet effet il faudroit que chaque province fit le sacrifice d’une partie de ses us et coutumes anciennes à l’avantage d’avoir une loy unique" (article 21). C'est le début de la fin pour les langues régionales !


Le volet social se préoccupe des orphelins et des "filles du monde" : "Qu’il soit Etabli dans chaque province et dans la ville capitale, un hopital d’enfants trouvé ou orphelins lesquels seront Reçus à l’age de trois ans accomplis, jusqu’au quel temps des paroisses ou ils auront été trouvés ou sur lesquelles ils seront nés, seront obligés de les faire nourrir et entretenir à leurs dépens." (article 27); "Comme aussi qu’il soit Etabli une maison de force pour la punition en Correction des filles du monde de chaque province." (article 28).

En dehors des grandes préoccupations sur les impôts ou les biens du clergé, on a aussi des préoccupations plus locales, comme : "Que les chemins publics soient entretenus et réparés par les municipalités, lesquelles aussi profiteront des arbres plantés sur iceux." (article 46).

Les inquiétudes d'aujourd'hui ont des racines anciennes : chômage, sécurité . . . : "Qu’il soit Etabli dans chaque paroisse un Bureau de charité lequel sera composé De la municipalité et au moins de deux femmes ou Demoiselles charitables de la paroisse et sera daté de l’Excédant du Revenu de biens Ecclesiastiques et pour faire cesser absolument la mandicité il sera défendu de faire aucune aumônes particulières, à peine par ceux qui en Recevront, d’être privés de l’aumônes publiques de la paroisse. Et pour faire entièrement disparaître l’oisiveté il sera Etabli des ateliers et travaux de charité tan pour les hommes et femmes que pour les enfants, de manière que quelqu’un qui Refuseroit ou negligeroit de travailler seroit privé des aumônes de la paroisse, et se trouveroit sans Ressource, puisque par le Reglement qui seroit [ . . . ] à cet Egard, toute personne qui seroit trouvée mendiant soit dans sa propre paroisse ou dans toute autre, seroit Emprisonnée pendant trois mois pour la première fois, pendant un an pour la seconde, et condamnee aux travaux publics pour la troisième." (article 47).

Pris d'un remords soudain, les rédacteurs du cahier ont rayé intégralement l'article 49 : "Que les communautés d’habitants qui sont en Bonne possession de joüir des communs situés dans l’étendüe de leur paroisse, soient confirmés dans la propriété, possession et joüissance d’iceux, sans être obligé de Représenter leur titres de propriété, la plupart Etant dans l’impossiblité de le faire ou parce que les titres leur ont été enlevés par les seigneurs sous de vains pretextes, ou parce qu’ils ont été perdus lors des Recherches que le Roy a fait faire en différents temps, notamment en les années 1550 et 1640 desquels communs elles jouiront et laquelles aviseront [suivent des mots rayés] pourront partager entre tous les usages ou les laisseront en commun, selon qu'elle le croiront plus avantageux pour le bien de leur communauté, sans que les seigneurs puissent y avoir d'autre droit que leur par afferente audit partage, s'il ne produiront des titres en bonne forme (et qui ne soient pas des aveux) qui leur donnent d'autres droits et don la datte soit antérieure à 1500 ."

"Fait et arreté au dit Villevêque, le dit jour et an"

Suivent une vingtaine de signatures, dont celle d'Antoine.


Signature d'Antoine Courtin à la fin dudit cahier de doléances, AD 49


Antoine Courtin est tantôt qualifié de fermier ou closier. Son père était qualifié d' "honnête homme marchand fermier", mais le fils ne semble pas avoir poursuivi les activités de marchand de son père. Il est mon sosa n°318.

dimanche 13 avril 2014

Vénale et superficielle

Comme je suis vénale et superficielle, je ne m'intéresse qu'aux stars dont je puisse être la descendante. C'est d'ailleurs bien le (seul ?) intérêt de faire de la généalogie, si l'on tient compte d'une récente émission de télévision qui a consacré un dossier à la généalogie. Je suis donc tous les jours connectée à Geneastar.

La première célébrité (star ?) à laquelle je me suis intéressée est Marie Louise Jay (*). 

 Marie Louise Jay, women-equity

Bon, les moins de vingt ans ne peuvent pas savoir, mais c'est (bien sûr) celle des fameux "Cognacq-Jay", co-fondatrice de la Samaritiane. Depuis tout temps, on dit chez nous qu'on est de la même famille. Elle est originaire de Samoëns en Haute-Savoie (comme ma famille maternelle), où elle est née le 1er juillet 1838 (et décédée à Paris en 1925). A 15 ans, elle part tenter sa chance à Paris. Vendeuse à La Nouvelle Héloïse, magasin pour Dames, elle rencontre Ernest Cognacq, également vendeur. En 1872, ils se marient, et s’associent pour faire prospérer le commerce qu’Ernest Cognacq a établit en 1867.
Ensemble, ils fondent « La Samaritaine ». Le succès est immédiat. Entre 1905 et 1910, le magasin de mode devient un véritable empire avec l’acquisition de quatre bâtiments de style Art Nouveau rue de Rivoli. En 1925, l’entreprise compte 8 000 employés, pour une surface commerciale de 47 000 m², répartie entre différents bâtiments et différents types de clientèle.

A la tête d'une immense fortune, sans enfant, Marie-Louise et Ernest se consacrèrent à des activités caritatives, via la création d’une fondation, qui gère plusieurs établissements philanthropiques situés à Paris et en Savoie (crèche, pouponnière, maison de retraite pour les salariés de la Samaritaine, maternité et logements sociaux). Le couple rassemble, entre 1900 et 1925, une collection d’œuvres d’art, qu’il expose au dernier étage de la Samaritaine Luxe.

Ils n'oublièrent jamais le village natal de Marie Louise. Il y a un peu plus de 100 ans, en 1906, Marie-Louise créa le jardin botanique de la Jaÿsinia. Plus que le simple témoignage de son attachement à son village, la Jaÿsinia est un lieu unique, sculpté sur le flanc montagneux sud dominant le village de Samoëns. 

Comme je suis vénale : j'ai bien repéré qu'ils n'ont pas eu d'enfants et qu'il y a de nos jours des opérations immobilières importantes. C'est le moment ou jamais !
C'est là qu'intervient le talent du généalogiste : prouver sa parenté (sous entendu : pour faire valoir ses droits). 
Ni une ni deux, j'observe à la loupe mon ascendance du côté Jay :
- Antoinette Adélaïde (première ancêtre Jay)
- Jean François Edouard
- Joseph Marie
- Jean François
- François
- Claude
- Nicolas François
- Humbert
Bon, là on est déjà rendu en 1595. Redescendons un peu :
- Humbert
- Nicolas
- Bernard
- Louis
- Jean Joseph
- Aimé
- Marie Louise, épouse Cognacq
     . . .
Bon, ben finalement, heureusement que je ne suis pas si vénale et superficielle que ça ! Parce qu'il faut remonter à Humbert pour trouver un ancêtre commun. 
Autant dire que :
  • pour faire valoir ses droits sur la Samaritaine, c'est un peu mince
  • pour dire qu'elle est de notre famille, c'est un peu mince aussi 

Mais en fait, ça m'est bien égal. Parce que je ne fais absolument pas ma généalogie pour trouver des "stars" parmi mes ancêtres. Je suis tout aussi fière de ce petit peuple humble et laborieux, ces laboureurs et vignerons, ces bordières et filles de peine. C'est grâce à eux que je suis là et mon plaisir est de les rencontrer. Qu'elle qu'ait été leur vie. Ils sont un peu de la mienne aujourd’hui.



( * ) A noter : Au pays, son nom s'orthographie Jaÿ et se prononce Ja-i.


vendredi 4 avril 2014

#Généathème : Lettre à l'enfant

Trouvé dans une pile de vieux documents, au fin fond du grenier, une lettre sur papier jauni :

Lettre, PhotoPin

" Cher enfant,

je ne te connais pas, car tu n'es pas encore né(e). Mais je t'imagine pourtant facilement. Tu es sûrement en train de lire cette lettre sur le banc que mon père a installé sous l'alisier blanc, là où ma mère aimait s'installer. Là où je t'écris aujourd'hui. 
Pourquoi cette lettre, me diras-tu ? Simplement parce que ma vie s'éteint tout doucement. J'aurai souhaité te dire tout cela de vive voix, mais cela ne se fera pas. Alors me voici, couchant sur le papier ces quelques lignes. Je ne sais pas bien par où commencer, à vrai dire . . . Je n'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de chose. 

Ma vie a passé comme un souffle d'air à la surface d'un lac, troublant à peine la surface de l'eau. Je n'ai jamais eu de grandes ambitions, sinon d'avoir une belle vie, d'être un homme bien. 

J'ai vu le jour dans ce fier pays, à l'ombre de la montagne de Retord. Mon père, Claude, m'a prénommé Jean. C'était il y a près de quatre vingt dix ans déjà. Mais en fait, je ne sais pas exactement quand je suis né ! C'était quelques années après le rattachement des pays de l'Ain à la France [*]. Ce fut un siècle troublé : des tensions avec nos voisins savoyards, les épidémies et famines qui les accompagnent; mais aussi les impôts qui accablent les petites gens comme nous, pauvres laboureurs.

Je ne sais pas encore combien de temps je pourrai rester dans cette maison des Gallanchons. Mais une chose est sûre : si je suis aujourd'hui détenu d'une certaine maladie, je jouis toutefois de mes bons sens, jugement, entendement, non troublés par la grâce du Bon Dieu. Craignant le péril de la mort, considérant en la fragilité de ce monde, et que toutes personnes est sujet a mourir une fois, et rien plus certain, et incertain que l'heure et avènement d'icelle mort, à ces cause je fais cette lettre et je me retourne un moment sur ma (longue) vie.

De ma jeunesse, il n'y a pas grand chose à dire tant j'ai l'impression que ma vie n'a vraiment commencé lorsque j'ai rencontré ma future épouse, Estiennette. Je me rappelle de mon impatience, lorsque nous avons passé ce contrat de mariage chez Maître Devaux, à Montanges. J'avais grand hâte de la ramener à la maison. Elle était si belle.

Elle m'a donné cinq beaux enfants : mon unique fils, que j'ai prénommé Jean comme moi, et quatre adorables filles : Claudine (ma petite Clauda), Marie, Benoîte et enfin Izabeau.
Même si le travail est dur, ensemble la vie est belle.

A force de labeur, j'ai fait prospérer la maison de mon père, cette maison qui consiste en une cuisine et deux chambres; avec ses trois cours et la petite pièce de pré clos, appelée le verger; la grange du côté de bise; le pré et le courtil autour; les terres et chènevières, dont les prés de Grosnid et sa petite maison, aujourd'hui indivise, mais qu'il faudra sans doute partager un jour.

Si tu as besoin d'en savoir les détails, tu pourras te référer aux titres et papiers que je conserve. Ils consistent en 16 pièces : les deux testaments que nous avons rédigé en commun avec Estiennette, "l'assinat [**] du mariage de Bernardine Jacquinot fait en sa faveur" par moi après son mariage avec mon fils Jean, notre contrat de mariage avec Estiennette, trois quittances, le contrat de mariage de ma fille Marie, un contrat de vente, un partage entre moi et mes frères, un contrat d'assinat en faveur de mon épouse Estiennette, trois documents de procédure contre les fils d'Annibal Thomasset, et deux reconnaissances de dettes. [***]

Finalement, je crois avoir bien réussi mon rêve, puisqu'on m'a surnommé "Bon garçon". Surnom que j'ai transmis à mon fils, qui fut aussi une belle âme.

Malheureusement, mon Jean nous a quitté. Les enfants ne devraient jamais partir avant leurs parents. La douleur est trop grande.
Je laisserai Bernardine, sa veuve, maîtresse gouvernante et usufruitière de tous et un chacun, des biens meubles et immeubles. Je la coucherai sur mon testament, pour qu'elle n'ai pas de compte à rendre, ni d'être accusée de spoliation des effets délaissés par moi à Claude et François Buffard mes petits-fils pupilles et mineurs âgés d'une dizaine d'années. 

Peut-être, à ton tour, tu utiliseras la crémaillère à une branche et quatre boucles avec un petit crochet en dessous qui est dans ma cheminée et pèse environ dix livres. Les deux chaudrons de cuisson rouge un peu usés seront-ils toujours là ? Les deux pots de fer, dont l'un est un peu cassé au bord seront sans doute trop abîmés, tellement on les a utilisés.

Dans la cuisine, tu trouveras un bassin à beurre de cuisine rouge tout neuf, une poêle a frire de peu de valeur, une lampe assez bonne, un poids à peser.
Il y a aussi un fusil et un pistolet assez bons.

Le linge est composé de quinze draps de lit de toile mêlée, assez bons, trois nappins de toile cordée, cinq couvertes de lit desquelles sont moitie laine et fillet bien usées, et les trois autres appelées talixches, l'une étant neuve, et les deux autres de peu de valeur. Peut-être mettras-tu mes habits de serge de pays : une casaque, un haut de chausses et une paire de bas, mon chapeau, et mes solliers qui sont de peu de valeur, mes quatre chemises. A moins que mon Estiennette ne les donne à quelques parents qui en auraient plus besoin.

Les trois chalets de bois sapin sont de peu de valeur, mais pourront te servir. Comme les deux greniers du même bois, l'un presque neuf et l'autre de peu de valeur, dans lesquels s'y est trainé soixante mesures d'orge et douze mesures de blandon, treize mesures de fèves, une mesure de vesces, une mesure d'avoine et trois de lentilles; et une petite arche du même bois de peu de valeur. Tu auras aussi les quatre sacs propres d’avoir le blé et farine, assez bons, et environ trente livres de chanvre peigné.

Tu auras de quoi travailler nos terres avec l'outillage que je te laisse. Tu verras, même s'il est un peu usé, il m'a servi fidèlement : les trois tarares, petits et gros qui sont assez bons, deux haches et une cognée assez bonnes, une petite doloire presque neuve, six fossoux [ **** ] assez bons, quatre rappes, deux desquelles sont de peu de valeur, une herse garnie de dents de fer presque neuve, une charrue garnie de ses fers et chariot asses bonne. Deux scies, l’une de trois pieds et demi et l'autre de trois, assez bonnes. Une gouge, deux alênes, un marteau avec une enclume propre a battre les faux.

Tu prendra bien soin de nos bêtes, j'en suis sûr : les quatre bœufs à poil rouge, deux étant âgés de cinq ans et les deux autres petits âgés de trois ans; les cinq vaches mères toutes de poil rouge; la génisse de deux ans, du même poil; les trois veaux d’un an, aussi au poil rouge, l’un mâle et les deux autres femelles; les neuf chèvres mères au poil blanc et leurs trois petits chevreaux d’un an, du même poil; et enfin les trois brebis, une de laine noire et les deux autres blanches.
Toi aussi, à ton tour, tu garniras les solliers de la grange de tout le foin et paille nécessaire pour l’entretien et la nourriture du susdit bétail pendant le reste de l'hiver. 

C'est là tout notre bien. Il peu sembler de peu de valeur et bien usé, mais représente tout de même mille livres, suivant l'estimation qui en a été faite, à savoir huit cent livres pour les biens immeubles, et deux cent pour les meubles. Je ne sais pas ce qui te parviendra, mais sache que c'est là notre vie, notre quotidien.

Le moment venu, je recommanderais mon âme à Dieu le créateur, à la Glorieuse Vierge Marie, et à tous les saints et les saintes du paradis, à ce que par leur intercession ils soient colloqués parmi les membres des Bienheureux jusqu’au jour de la Résurrection générale.

Je voudrai et espèrerai la sépulture de mon corps au cimetière de l’église paroissiale d'Ardon au tombeau de mes prédécesseurs, lesdits Buffard. Quant a mes obsèques, funérailles, œuvres pies je les remettrais et confieraient à la volonté et à la discrétion de mes héritiers, lesquels je les prie de s'en acquitter le plus honorablement qu'il leur sera possible.

Je voudrai qu’il soit dit, et célébré pour le repos de mon âme, sept messes, dites incontinent après mon décès, à savoir trois grandes et quatre petites, payables par lesdits héritiers après la célébration d’icelles. 

Je souhaite que cette lettre te parvienne sans que rien n'y soit changé, emportant le témoignage de la vérité. 

Fait dans ma maison d’habitation audit lieu des Gallanchons,

Jean Buffard dit Bon garçon "


Jean Buffard (père) était mon sosa n°2612.
Article réalisé à partir de son testament (1704), l'inventaire de ses biens réalisé par sa bru après son décès (1707), et le partage de ses biens par ses petits-fils Claude et François (1735).


[* Ce rattachement a eu lieu en 1600. Jean Buffard est né vers 1617]
[ ** assinat = constitution de rente sur un immeuble : don par lequel un père fait part de son bien à ses enfants en leur assignant de quoi se marier] 
[ *** tous ces documents ont été rédigés entre 1676 et 1702]
[**** fossoux = fossoir ? : sorte de houe pour labourer les vignes]