« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 20 avril 2019

#RDVAncestral : Au bureau de placement

J’ai rendez-vous aujourd’hui avec Ursule Le Floch, épouse Macréau. C’est ma « dernière » (ou la première : tout dépend dans quel sens on navigue dans l’arbre) ancêtre bretonne ; celle qui s’est exilée en région parisienne. Je suis curieuse d’entendre la propre version de cette expérience vécue par mon ancêtre.

Elle m’a donné rendez-vous devant l’église de Tigeaux, en Seine et Marne. Je la trouve debout près du portail, perdue dans ses pensées, indifférente à la vie de la place et au passage des badauds autour d’elle. Il me faut lui presser légèrement le bras pour la ramener à la réalité.

- Ah ! Vous voilà ! J’étais ailleurs, je le crains dit-elle un peu gênée.
Sous l’embarras, elle tordait ses mains, pressant un joli petit sac légèrement usé. Ayant pitié de mon ancêtre et de son pauvre réticule qui risquait de ne pas survivre au traitement qu’il subissait, je proposais à Ursule de s’installer dans un troquet tout proche. Une limonade bien fraîche l’ayant remise de ses émotions, Ursule commença à me raconter son histoire :

- Nous sommes nombreux, nous les Bretons, à être venus à Paris. Les familles ont beaucoup d’enfants là-bas, dans la très catholique Bretagne, en particulier dans les campagnes. La petite taille des exploitations agricoles ne peut nourrir toutes les bouches. Pour beaucoup c’est l’indigence, voire la misère. Il faut donc se résoudre au départ pour trouver un emploi. C’est ce que j’ai fait.

Quand j’ai débarqué à Paris, je m’en souviens comme si c’était hier. En sortant de la gare, la tête me tournait : je n’avais jamais vu tant de monde. Pourtant ma ville d’origine, Loudéac, dans les Côtes du Nord, est une grande ville déjà : près de 6 000 habitants. Mais là… Rien à voir. Heureusement ma sœur aînée m’attendait. Elle était à Paris depuis près d’une année alors forcément elle était habituée et s’est moquée gentiment de moi. Pour ne pas lui donner une raison de me ridiculiser encore plus, j’ai pris une grande inspiration et je me suis jetée tête la première dans la foule, à sa suite. Nous avons presque dû nous battre pour monter dans un tramway à chevaux qui était bondé. Nous étions très serrées et je n’avais pas l’habitude d’une telle proximité, mais je me suis mordue la langue pour ne pas laisser échapper une plainte. Ma sœur avait l’adresse d’un bureau de placement dans le quartier des Halles. 

Je n’ai pas vraiment eu le temps d’admirer le paysage, les grands immeubles tout en hauteur, ou celui tout rond de la Bourse du commerce : tout ce qui m’importait c’était de garder un minimum de place sans me faire écraser les pieds ni perdre mon bagage. Je serrais si fort les lanières de mon sac que j’en avais mal aux mains ! Enfin ma sœur donna le signal pour descendre : ouf ! 

Nous sommes entrées et avons attendu notre tour. Ça a duré près de deux heures avant que nous soyons reçues : pendant ce temps-là j’ai eu le temps d’observer (discrètement, hein ?, je ne suis pas une commère) les autres personnes qui attendaient. La salle était pleine de filles à l’air triste assises sur leurs bancs. Certaines avaient les joues creuses et les yeux caves : elles sentaient la misère à plein nez. Je les plaignais les pauvres : elles avaient peu de chance de trouver un emploi ici. Et une femme sans homme, sans soutien, dans la capitale, ça finit bien vite dans la rue, si vous voyez ce que je veux dire… L’une d’elles, un peu mieux mise, s’est moquée de moi : elle m’a dit qu’on ne me prendrait pas, parce qu’on cherchait de la viande plus fraîche !

- De la viande ? demandais-je.
- C’est le nom qu’on donne aux jeunes filles qui veulent se placer. Sans doute voulait-elle dire que j’étais déjà trop âgée. Les patrons aiment quand leurs servantes sont jeunes : ils peuvent les façonner à leurs goûts. Mais en même temps il faut avoir de l’expérience : c’est une équation difficile à résoudre ! Quand mon tour est venu, ma sœur m’a poussée en avant. Je me suis retournée horrifiée, voyant qu’elle ne m’accompagnait pas, mais ça aurait été mal vu – ça je l’ai compris plus tard – si je n’étais pas capable de parler à un patron, comment pourrais-je remplir toutes les tâches qui m’incomberaient par la suite ?

J’ai eu de la chance. J’ai plu au recruteur parce que j’étais la seule à porter un chapeau – toutes les autres étaient en cheveux – et que ma robe était propre et pas usée comme certaines. Je n’avais travaillé que chez une seule famille, les Le Ho, des amis de la paroisse qui étaient boulangers. Enfin, chez leur fils surtout. Or il se trouve qu’il a déménagé et n’a pas voulu m’emmener avec lui (enfin, je crois que c’est sa future femme qui ne voulait pas trop que je vienne). En tout cas ils ont été assez gentils pour écrire une lettre de recommandation où ils faisaient mon éloge. C’est comme ça que le soir même j’ai été engagée comme servante. 

La jeune servante, v.1900/1910, Henry Caro-Delvaille © dezenovevinte.net

- Franchement, vous n’auriez pas préféré vivre chez vous, en Bretagne ? demandais-je.
- Ah ça non ! Mon père était dur. Et travailler aux champs, c’est le bagne. Notez que domestique c’est pas beaucoup mieux. Il me fallait trimer de sept heures à vingt deux heures : préparer à manger, brosser les habits, nettoyer les chaussures, astiquer les cuivres, repasser… Je n’avais pas un moment pour souffler. Il y avait un dîner par semaine avec des invités, je devais rester jusqu’à leur départ, parfois à deux ou trois heures du matin. Je me rattrapais pendant les courses : je rognais un quart d’heure par-ci par-là pour admirer les devantures des magasins.
Et puis brutalement mon patron est décédé : un arrêt cardiaque a dit le médecin. On ne m’a pas gardé : il a fallu que je retrouve une nouvelle place. Mais cette fois, je me suis faite embaucher comme cuisinière, c’est quand même moins fatiguant. Et puis, dans ta cuisine, t’es presque ta propre patronne… Enfin, presque, tu vois ?

J’acquiesçais : la cuisine était son royaume, tant que le patron ne se piquait pas de régenter cet espace-là comme le reste de la maison.

- C’est ainsi que je suis arrivée ici à Tigeaux. Là, pour sûr, c’est la campagne : 200 habitants, plus d’arbres et de bêtes que d’hommes ! dit-elle en riant. C’était une bonne place, reprit-elle redevenant sérieuse. Et puis… c’est là que j’ai connu mon époux ajouta-t-elle dans un souffle, rougissante comme une jeune fille. Ou plutôt comme une jeune mariée car les épousailles avaient été célébrées il y a peu. J’ai quittée ma place de cuisinière pour le suivre. Fini la domesticité : c’est le retour à la terre. Mais je ne regrette rien.
- Pas même votre Bretagne natale ? demandais-je, insistant encore sur ce déracinement.
- Des fois, pour sûr. Ma maison, ma famille. Et surtout ma sœur jumelle que j’ai laissée là-bas… La voilà presque triste maintenant.

Après un grand soupir (pour se donner du courage, ou chasser ses idées noires ?), elle dit :
- Mais bon, c’est la vie ! Y a pas de regret à avoir : c’est comme ça ! Et finalement c’est un mal pour un bien puisque maintenant j’ai trouvé le bonheur et puis ma belle-famille m’a fait bon accueil : j’ai pas à me plaindre. D’autres que moi ont eu des expériences bien plus difficiles sans doute… Allez, c’est pas tout, mais il faut que je rentre maintenant. C’est que j’ai un bout de chemin avant de retrouver ma maison.

Je la remerciais et la regardais partir, quand tout à coup elle se retourna vers moi :
- Merci à vous ! Je n’avais jamais raconté ça à personne. Chez nous, on est plutôt des taiseux. Je suis contente d’avoir pu parler avec vous. Au revoir !
Elle me fit un signe d’adieu avec la main et en un instant elle disparut. C’est ainsi qu’elle me quitta, sans remord ni regret, ma petite Bretonne courageuse, pour reprendre le cours de sa vie d’exilée.


mardi 2 avril 2019

Retrouver un Parisien perdu

Pour ceux qui ont suivi j’ai, dans deux épisodes précédents, parlé d’une pionnière de ma généalogie, Marie-Louise Cognacq-Jay, puis de la lettre calomnieuse envoyée à son encontre.

Dans ce dernier article, je m’interrogeais sur l’auteur de la lettre. Je n’avais que deux indices pour l’identifier :
- Sa signature : je pensais à un « A. Camus », mais je n’étais pas tout à fait sûre de la déchiffrer correctement.

Signature de la "lettre calomnieuse", 1906 © Base Léonore

- Son adresse en 1906 (date de la lettre) : 21 rue de la Monnaie à Paris [1er arrondissement, NDLR] « depuis 25 ans » précisait-il.

Par acquis de conscience, je me suis dit allons vérifier sur les recensements si je le trouve bien là. N’ayant pas d’ancêtres à Paris, j’ignorais l’état des collections utiles aux généalogistes. Mais là, surprise : pas de recensement à Paris avant 1926 ! C’est, en général, la date à laquelle ils s’arrêtent dans les départements de Province où j’ai mes habitudes.
Je décidais donc de laisser l’histoire là et je faisais taire ma petite voix qui me disait « Est-il marié et père ? Jusqu’à quand a-t-il vécu ? ». Bon, peut-être que j’étais de parti pris, mais après tout, le bonhomme ne m’était pas très sympathique vu la lettre qu’il avait écrite insultant ma lointaine ancêtre. Et d’autre part, retrouver un Camus à Paris vers 1900, me semblait impossible avec aussi peu d’élément. Je publiais donc mon article en l’état, laissant ces questions, somme toute un peu en marge du sujet, en suspens.

Et voilà que dès le lendemain je reçois un message : « contactez-moi j’ai retrouvé votre Camus » ! Intriguée, comme tout bon détective, je prends contact avec ma source anonyme. Avec son accord je vous livre son identité (merci Delphine !) et sa méthode très efficace pour retrouver une aiguille dans une botte de foin. Le tout tient en quatre étapes. Suivons donc Delphine :

1) Je me suis dit qu'il avait peut-être eu des enfants dans le 1er arrondissement.
J'ai ouvert le site des archives de Paris, cherché le nom de CAMUS dans les tables de naissances vers 1881 dans le 1er arrondissement : j’en ai trouvé 4 entre 1883 et 1891.
Sur les 4, une seule correspond !
Adrien CAMUS, 30 ans, boulanger et Clémence Juliette Victorine CHOISEL, boulangère, habitant le 21 rue de la Monnaie ont eu un fils : Maurice Germain Clément le 31 juillet 1883.

Et hop ! Le sieur Camus est logé, et son prénom dévoilé : Adrien. Aussi simple que ça. On aurait pu s’arrêté là mais Delphine, de son propre aveu, est un peu droguée à la généalogie. Alors elle continue. Elle cherche si le couple a eu d’autres enfants, mais fait chou blanc. Idem pour le mariage. Cependant Delphine n’est pas du genre à se décourager pour si peu : étape n°2 !

2) J'ai poursuivi avec l'acte de mariage de leur fils : Maurice s'est marié dans le 2ème arrondissement le 7 août 1913. A cette date, il est lieutenant au 11 RI colonial. Son père Adrien est domicilié à Créteil, 8 rue de Plaisance, et sa mère est décédée.
Donc Adrien est encore en vie en 1913 et habite Créteil.

Petite vérification pour la forme : étape n°3.

3) Clémence, la femme d'Adrien, est décédée 3 ans plus tôt le 9 janvier 1910. A cette date, le couple habite encore dans le 1er arrondissement, rue de la Monnaie. Elle est boulangère et dite née à la Chapelle en 1857. Adrien est toujours boulanger.

Reste le mariage d’Adrien et de Clémence : dernière étape.

4) round : j'ai pu retrouver l'acte de mariage d'Adrien et Clémence, dans le 18ème arrondissement (la Chapelle en fait partie depuis 1860) le 26 avril 1879. Adrien est boulanger, 26 ans, né à St Marcel dans l'Indre le 15 octobre 1852 et habite 145 rue St Dominique dans le 7ème. Ses parents sont domiciliés à St Marcel.
Adrien a pour témoin ses deux frères, boulangers également.

La signature d'Adrien est identique à la signature de la lettre calomnieuse !

Ne me demandez pas comment Delphine est arrivée dans le 18ème, c’est son jardin secret. Du coup, je me suis demandé s’il y avait eu des enfants nés dans le 18ème : en effet, des faux jumeaux sont nés en février 1880 : un fils et une fille qui n’ont pas vécu (décédés 2 jours après leur naissance) ; puis un fils en juin 1881, marié à Paris 10e le 29 octobre 1908 (à cette date il est alors représentant et n’habite plus chez ses parents), décédé à Château Gonthier en 1943. C’est dans les 6 mois (ou environ) après cette naissance que le couple s’installe rue de la Monnaie.

Arrondissements et quartiers de Paris

Mais toujours est-il que voilà une grande partie de la vie de mon bonhomme est découverte. Cependant, tout cela ne nous dis pas pourquoi il a écrit la lettre, comme le remarque Delphine :
« Et voilà ! on en sait un peu plus sur l'homme, même si l'on ne saura jamais sans doute ce qui a attisé sa jalousie (?) ou motivé sa lettre calomnieuse envers Mme Cognacq-Jay.
J'avais pensé que peut-être sa femme avait pu éventuellement avoir été employée par les Cognacq-Jay et que cela ce soit mal passé, mais apparemment, ce n'est pas le cas. Comme vous le dites bien, il était boulanger, pourquoi la Samaritaine lui aurait-elle fait de l'ombre ? Mystère ! »

Donc, si vous avez des ancêtres disparus à Paris, en 4 étapes vous pouvez les retrouver très rapidement.
« C'est tout simple » 
(surtout si vous avez une Delphine sous la main).

Quand à moi, comme je suis aussi droguée à la généalogie, j’ai été fouiller sur les pistes ouvertes par Delphine : effectivement on ne trouve pas d’autres enfants au couple. Les parents ont toujours vécu dans l’Indre, ils se son marié en 1935 à Argenton sur Creuse et ont eu une nombreuse nichée. Le père était voiturier.

J’ai suivi la piste d’Adrien à Créteil : on sait qu’il demeure encore à Paris en 1910 (décès de son épouse) et a déménagé avant 1913 (mariage de son fils). J’ai commencé par les recensements puisque, grâce à Delphine, j’avais son adresse : en 1911 il est lacunaire (moins de 30 pages au lieu des 300 habituelles) : je ne l’ai pas trouvé. Le précédent date de 1896 : beaucoup trop tôt. Mais il apparaît bien à l’adresse indiquée en 1921, 1926, 1931 et 1936. Il n’y a pas de recensement en ligne postérieur : je perds sa trace. Je me tourne vers l’état civil : il n’y a pas d’acte d’état civil en ligne postérieur à 1915, mais des tables décennales qui vont jusqu’en 1942. Il n’y figure pas : soit il est décédé plus tard, soit il est décédé entre 1936 et 1942, mais pas à Créteil. Il faut se rappeler qu’en 1936 il a 84 ans.

En parallèle, Twitter s’emballe et on me suggère d’aller feuilleter le bottin pour retrouver mon boulanger. Ce que je fais à tout hasard : on le retrouve bien en 1907 par exemple (lacune en 1906). Trois Camus figurent comme boulangers à des adresses différentes, aucun n’a de prénom mais le « mien » est dit « jeune ». Est-ce parce que les deux autres sont ses frères aînés ? En effet, rappelez-vous que dans l’acte de mariage d’Adrien figurent deux de ses frères, tous les deux boulangers ; après vérification leurs adresses correspondent bien à celles des deux autres boulangers du bottin. D’ailleurs Adrien habite chez l’un d’eux lors de son mariage : il est probablement monté à la capitale à la suite de ses frères.

Annuaire-almanach du commerce de l'industrie, 1907 © Gallica

Dans sa lettre, Adrien disait qu’il était boulanger rue de la Monnaie depuis 25 ans : j’ai donc cherché à partir de quelle date il s’était vraiment installé dans le quartier. Il ne figure pas dans le bottin de 1881, mais on le retrouve bien à cette adresse en 1882.

En relisant les actes que j’avais glanés, je me suis aperçue que lors du décès de son épouse et du mariage de son fils, parmi les témoins ou déclarants les actes il y avait… des chevaliers de la Légion d’honneur !

Est-ce parce que finalement lui ne l’a jamais eue, cette médaille, qu’il a écrit la lettre ? ou simplement parce, fréquentant leurs porteurs, il avait des idées bien arrêtées sur la question (par exemple, qu’une femme n’était pas digne d’en être honorée ?). Ironie de l'histoire, son second fils l'a eue, lui ! (dommage que son dossier ne soit pas communicable).

Quand à se plaindre de la ruine du quartier, comme il l’a fait dans la fameuse lettre, vous savez comment on qualifie notre pauvre boulanger les 23 dernières années de sa vie ? « Propriétaire et rentier ». Donc, je pense que la ruine dont il se plaignait en 1906 n’a pas trop dû l’affecter…

Merci encore à Delphine, que vous pouvez retrouver sur son blog : genealancetre.canalblog.com


mercredi 27 mars 2019

La Lettre calomnieuse

Suite à mon article « les pionnières de ma généalogie », j’ai découvert que ma lointaine cousine Marie-Louise Jay, épouse d’Ernest Cognacq (les fameux Cognacq-Jay) avait reçue la Légion d’honneur en 1920.

Pour mémoire, la Légion d'honneur est la plus haute distinction française. Elle a été fondée en 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense les mérites éminents rendus à la Nation. Nul ne peut demander pour soi-même un grade dans la Légion d'honneur : il faut être proposé par quelqu'un d'autre. Les mérites dont il est question doivent avoir été exercés au moins pendant au moins 20 ans. Le nom doit être proposé par un Ministre, après consultation d’un dossier constitué par une administration, une association, une personnalité politique... C’est le Grand Chancelier qui valide, ou non, la proposition. Après ratification par le Président de la République, le décret de nomination est publié au Journal Officiel. La remise de la décoration fait l’objet d’une cérémonie (publique ou privée). La médaille est une étoile à cinq rayons doubles surmontée d’une couronne de chêne et de laurier avec un ruban rouge.

Médaille de la Légion d’honneur © Wikipedia

On distingue plusieurs grades dans la Légion d’honneur (du plus bas au plus haut) : chevalier, officier, commandeur, grand officier, crand-croix. A noter : pour les civils, la Légion d’honneur ne donne pas droit à une gratification. La légion d’honneur n’est pas transmissible à ses descendants.

Dans le dossier de Marie-Louise figurent les documents traditionnels : une copie de son acte de mariage, son acte de décès (ajouté à posteriori donc), un récépissé des 25 francs versés à la Recette centrale pour droits de la chancellerie, un extrait de casier judiciaire (vierge), le procès verbal de réception d’un chevalier de la légion d’honneur.

Mais visiblement son nom avait été suggéré bien plus tôt car dans son dossier figure aussi une lettre de 1906 évoquant cette possible distinction.

Cette lettre  est adressée au Grand Chancelier de la Légion d’honneur et aux membres de son conseil. Elle fait état de différents éléments qui, selon l’auteur, empêcherait Mme Cognacq de recevoir ladite distinction.

L’auteur est très virulent, utilise un vocabulaire grossier et ordurier : il dit que Mme Cognacq  (Marie-Louise Jay) a un tempérament haineux et inhumain, qu’elle est mue par un esprit malfaisant et pervers, pur orgueil, vanité, rapacité, son infernal caractère, ses grossières insolences, parle d’une femme plutôt méprisable qui dispose d’une fortune mal acquise. [Toutes les citations en italiques sont extraites de la lettre]


Il l’accuse de plusieurs vices :
  • Mauvaise vie
Il parle de son union libre qu’elle forme avec Ernest ; celui-ci n’est jamais nommé mais appelé son concubin.
En fait ils se sont rencontrés en 1856 alors qu’ils travaillaient tous les deux à la Nouvelle Héloïse. Mais Ernest quitte ensuite ce magasin et a eu différentes expériences (notamment en Province), jusqu’à ce qu’il fonde "A la Samaritaine" en 1871. A cette date Marie-Louise est employée au Bon Marché. Il la fait venir à la Samaritaine et l’épouse l’année suivante en 1872.
Pourquoi l’auteur de la lettre parle d’une union libre en 1906 ? Le couple est marié légalement, très uni et nulle part on ne trouve à leur sujet d’histoire scabreuse ou contraire à la morale.

  • Corruption  publique
Elle compte sur  la puissance de ses millions afin de conquérir un peu d’estime publique. Elle a fait ériger un parc sous la dénomination de son nom, désormais porté à la postérité samoisienne (parc de jésyna) […] : elle prétend, par un cadeau, influencer ses juges et acheter la croix nationale.
D’abord l’auteur se trompe : sur le nom de habitants de Samoëns (les Septimontains et non les Samoisiens) et dans le nom du jardin (la Jaÿsina et non la jésyna). Par ailleurs, Ernest a lui aussi effectué une fondation (un musée en l’occurrence) dans son village natal. Ces œuvres s’inscrivent dans leurs actions de philanthropie et non pour se faire bien voir et élire à quoi que ce soit. On notera que dans le dossier d’Ernest ne figure aucune lettre de ce type, et encore moins d’un courrier signé de cet auteur.

  • Abus  de la crédulité des gens avec des projets valorisants pour elle mais qui ne voient pas le jour (selon lui)
Profitant  de la déconfiture du trop fameux abbé Rosembert, elle devint propriétaire de son château de Rueil (bâti pour des œuvres avec les libéralités de feu Mme la Duchesse d’Albufera).
Cet abbé dont il est question s’est en fait révélé être un escroc qui, sous prétexte de morale religieuse, abusait de grandes fortunes (dont celle de la comtesse d’Albufera) dont il détournait les fonds à son profit : il prétendait fonder des établissements religieux mais en fait gardait tout l’argent pour lui. Quand cela commençait à se voir, il changeait de région ou de pays (Bretagne, Canada…). Il eut l’idée de l’établissement de Rueil en 1892 : avec l’argent de la comtesse d’Albufera il achète une partie des terres du domaine de Malmaison (celui de Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon Bonaparte), alors en très mauvais état, pour construire un édifice de style anglais destiné à accueillir les enfants déshérités et les jeunes filles étrangères, sous le nom de la « Lumière éternelle ». En 1895 l’abbé ne paie que le minimum légal de ses nombreuses dettes, fait des promesses, trouve des excuses, laisse passer le temps et joue de ses nobles et influentes fréquentations pour faire patienter les créanciers. Cependant cette fois le pot au rose est découvert : avec l’accumulation des dettes l’affaire est portée en justice qui décide la saisie et la vente des biens. L’abbé prend la fuite mais, finalement rattrapé, il est ensuite condamné pour escroquerie. Ce sont ces biens de Rueil qui sont rachetés par M. et Mme Cognacq-Jay en 1898. Ils y créèrent le premier centre social en Ile de France avec un pouponnat, une maison de convalescence et une maison de retraite ; le bâtiment existe toujours aujourd’hui et il y subsiste une maison de retraite gérée par la Fondation Cognacq-Jay. Contrairement à ce que l’auteur de la lettre prétend, ces établissements ont donc bien existé.

  • Trahison de la confiance de ses vieux employés
La fondation de Rueil avait pour but d’y installer soit disant une maison de retraite pour ses vieux employés, qui tous sont jetés à la porte sans aucune considération avant d’atteindre l’âge exigé, cette fameuse maison de retraite ne fut ouverte que pour y installer une pension de famille payante, elle […] ne fut qu’un trompe l’œil.
On sait que les Cognacq-Jay étaient sévères avec leur personnel, mais de là à « tous les jeter à la porte », c’est peut-être un peu exagéré. Je n’ai pas trouvé de trace de cette soit disant pension de famille payante : je ne sais pas à quoi l’auteur fait allusion.


La Samaritaine (rue de la Monnaie à gauche), 1905 © ruedeparis.com
  • Abus  et mépris pour son personnel, allant jusqu’à dévoyer les jeunes filles
Mme Jay utiliserait l’incompétence, la crédulité et la coquetterie prolétarienne pour amasser un scandaleux capital. Par ailleurs Mme Cognacq quoique 300 fois millionnaire, dirige et conduit en personne le rayon des costumes de son magasin. Non seulement elle est détestée de tout son personnel en général, mais encore elle est méprisée d’une façon spéciale de celui de son rayon en particulier, qui journellement subit et supporte avec amertume de son infernal caractère ses grossières insolences et ce qui est le plus ignoble encore ses infâmes encouragements aux jeunes filles sous ses ordres à la débauche, elle exige que toutes les femmes de son rayon quoi que peu rétribuées portent la toilette une fois sorties de chez moi leur dit-elle, faites ce que vous voudrez, fréquentez les abords des gares ou autres lieux publics, l’argent n’a pas d’odeur.
Là encore on reconnaît la sévérité de direction de Marie-Louise, mais je doute qu’elle encourage ses jeunes vendeuses au vice. Elle-même a été formée au Bon Marché où les règles de moralité étaient très strictes ; d’où vraisemblablement son attitude à la Samaritaine. Employer du personnel dévoyé serait une atteinte à la bonne réputation de la maison, et je doute que ces attitudes soit non seulement permises, mais encouragées.

  • Responsable  de la mort d’enfants dans son pouponnat à cause de son incompétence
Au pouponnat, l’alimentation étant exclusivement observée par l’élaboration du lait cru sans aucune préparation de stérilisation préalable fit des victimes. Cette alimentation économique pendant les chaleurs détermina une épidémie foudroyante, puis une véritable hécatombe s’ensuivit, emportant cinq enfants le même jour et un sixième à huit jours d’interval (sic). Cet événement qui a été étouffé par Mme Cognacq.
Il y a là une double accusation fort grave : la mort de nourrissons et l’étouffement de l’affaire. Malgré des mots très durs ("épidémie foudroyante, véritable hécatombe") elle est pourtant noyée dans la lettre, sans plus y insister. Y a-t-il eu des décès au pouponnat ? Sans doute vu la mortalité infantile de l’époque. Est-ce dû à une incompétence du personnel ? Plus difficile à dire. Si tel était le cas, il y aurait sans doute eu une enquête. Et une condamnation, si les faits étaient avérés ; or on sait que le casier de Marie-Louise était vierge puisqu’il figure dans son dossier de Légion d’honneur. Est-ce que le tableau a volontairement été noirci pour assurer le propos de l’auteur ? Est-ce une invention pure et simple ? Ou y a-t-il plusieurs décès sans qu’un coupable ne soit trouvé ? Il faudrait mener une enquête plus spécifique sur cette affaire pour le savoir.


  • Responsable de la mise à mort commerciale du quartier de St Germain de l’Auxerrois
Le développement d’une activité exceptionnelle (la Samaritaine) et la réussite de leur accaparement commercial commun (des Cognacq-Jay) fut pour le quartier Saint Germain l’Auxerrois une véritable plaie publique et un effondrement général du petit commerce, et apportera au centre d’un quartier autrefois prospère, la désolation commerciale, la ruine de déshonneur et le suicide
La véritable raison de la lettre n’est-elle pas en fait ce dernier point : la concurrence d’un grand magasin qui met le (son) petit commerce en péril ? L’argent est un point essentiel de cette lettre : on le devine au nombre de fois où il parle de la fortune de Mme Cognacq. De plus, il l’accuse d’être responsable de la mort commerciale d’un quartier. Or, au fur et à mesure des agrandissements, il a bien fallu créer des emplois (dans le bâtiment d’abord, puis la vente et les activités annexes comme la manutention, la livraison etc…). Évidemment ce n’est plus le petit commerce d’autrefois et sans doute certaines petites boutiques ont dû souffrir de ce nouveau mode de consommation. Cependant les Cognacq-Jay ne sont pas les seuls à les mettre en pratique : c’est une époque de changement et le couple ne fait que suivre (ou devancer) les habitudes commerciales. D’ailleurs on les voit plutôt qualifiés de précurseurs que d’assassins en général !
On pourrait d’autan plus s’en étonner car l’auteur de la lettre est boulanger, la Samaritaine n’est donc pas un concurrent direct.

Peut-on en déduire que c’est la jalousie le véritable motif de cette lettre ? Voir une éclatante réussite si proche de la sienne est-elle si insupportable qu’il faille prendre sa plume pour répandre son fiel ?


Signature de l'auteur de la lettre © Base Léonore

Un mot sur l’auteur de la lettre : les cinq feuillets accablants « l’ignoble Mme Cognacq » sont en effet signés. La signature semble être celle d’un « A. Camus » (si je lis bien), qui ne peut s’empêcher de rajouter :
« boulanger notable commerçant
21 rue de la Monnaie depuis 25 ans »

Pour mémoire la rue de la Monnaie est l’une des rues où est implanté le premier magasin de la Samaritaine (qui en comptera quatre au final : pour les détails voir l’article sur Marie-Louise). Hélas un Camus (si c’est bien son nom) à Paris en 1900 : impossible à trouver ! Je sais seulement qu’il est boulanger et qu’il demeure au 21 rue de la Monnaie, 1er arrondissement, quartier de Saint Germain de l’Auxerrois depuis au moins 1881 (c'est-à-dire 10 ans après l’ouverture de la Samaritaine, soit dit en passant). Est-il marié et père ? Jusqu’à quand a-t-il vécu ? Est-ce que la Samaritaine lui a véritablement porté préjudice (et l’obliger à fermer son commerce ?) ou est-ce juste de la malveillance ? Nous ne le saurons probablement jamais… Cependant, à mon avis c’est bien la jalousie qui a présidé à la rédaction de ce courrier venimeux.

Cette lettre a peut-être déclenché une enquête approfondie. Ce qui expliquerait la présence, dans le dossier, de la déclaration sur l’honneur de Marie-Louise assurant qu’elle « n’a réalisé au cours des hostilités [Première Guerre Mondiale, NDLR] aucun bénéfice sur les commandes faites pour la défense nationale » et son extrait de casier judiciaire vierge.

Mais finalement cette lettre haineuse restera sans effet, puisque Marie-Louise Jay recevra bien la Légion d’honneur en 1920. Je ne sais pas si elle a eu connaissance du courrier de son voisin ni s’il y a eu des répercussions pour lui-même (les Cognacq-Jay ont-ils porté plainte pour diffamation par exemple ? - si toutefois cela existait à l'époque -). On peut cependant se demander quel genre de lettre ce monsieur aurait écrite quelques décennies plus tard…


___


Transcription complète de la lettre :

« Paris, le 22 décembre 1906
A Monsieur le général Florentin grand Chancelier d e la Légion d’Honneur.
A messieurs les membres du conseil de l’ordre de la Légion d’Honneur.
Messieurs
En raison de l’incessante rumeur, des bruits persistants donnant corps à la future et prochaine nomination de Mme Cognacq propriétaire des magasins de la Samaritaine au grade de chevalier de la Légion d’Honneur
Pour ces motifs j’ai cru de mon devoir d’intervenir. […] Si ces bruits sont fondés […] le décret de cette nomination serait un défi à l’Honneur même et soulèveraient dans toute les classes de la société Parisienne, particulièrement dans le commerce et l’industrie une légitime indignation générale publique.
Cette femme dont les antécédents déplorables ont illustré sa frivole jeunesse, a avec les années développé encore ses mauvais instincts, poursuivant sans cesse ses nombreuses victimes.
Cette femme qui pratique sans scrupule les principes de collectivisme conjugal.
Cette femme enfin au tempérament haineux et inhumain par excellence mue par un esprit malfaisant et pervers ne peut vu son passé exécrable, sa manière de voir présente intolérable prétendre se parer des insignes de l’Honneur.
Qu’a donc fait Mme Cognacq pour envier et se croire digne du ruban rouge ? où sont ses titres pour qu’une pareille audace ose espérer égaler les braves.
Quoi qu’il en soit Messieurs, avant la sanction du conseil avant votre arrêt définitif, j’ai cru devoir vous signaler que dans le cas où il y aurait existence d’un dossier favorable, ce dossier ne serait issu que de la vénalité politique […] malsaine et dangereuse devant rester sans valeur à la porte de la grande Chancellerie.
Prenant toute responsabilité personnelle du présent acte qui peut avoir pour effet d’arrêter la marche audacieuse d’une ambition susceptible de faire naitre une honte publique ; veuillez Messieurs de ce fait excuser mes paroles brutales mais extrêmement justes et me permettre de solliciter de votre haut jugement, une enquête qui en tout point vous confirmera mes dires, en quelques mots, voici l’exposé succinct des véritables titres de Mme Cognacq.
1) Mme Cognacq a collaboré il faut le reconnaître de mèche avec celui qui avant de légitimer son union libre fut son concubin, à l’exploitation de l’incompétence de la crédulité et de la coquetterie prolétarienne (gangrène sociale) à amasser le scandaleux capital de 300 millions dont certaines unités au préjudice de la fortune naissante, sont journellement sacrifié en pature intéressé, à la corruption des pouvoirs publics.
2) Mme Cognacq escomptant la puissance de ses millions afin de conquérir un peu d’estime publique de ses compatriotes, à par pur orgueil, vanité et réclame, pour les besoins de sa cause, fait ériger un parc sous la dénomination de son nom, désormais porté à la postérité samoisienne ( parc de jésyna). Cette dotation conditionnelle ne saurait du reste justifier l’honorabilité, et la valeur personnelle de celle qui prétend, par un cadeau, par un trafic professionnel, influencer ses juges, et acheter la croix nationale.
3) Mme Cognacq il y a quelques années fut inspirée d’une généreuse idée, qui cependant ne fut qu’éphémère, car rien de cette conception ne vit le jour, profitant de la déconfiture du trop fameux abbé Rosembert, elle devint propriétaire de son château de Rueil (bâti pour des œuvres avec les libéralités de feu Mme la Duchesse d’Albufera) pour y installer soit disant une maison de retraite pour ses vieux employés, qui tous sont jetés à la porte sans aucune considération avant d’atteindre l’âge exigé, cette fameuse maison de retraite ne fut ouverte que pour y installer une pension de famille payante, elle est du reste sous ce titre inscrite au rôle des contributions de Rueil, cette […] ne fut qu’un trompe l’œil.
4) Mme Cognacq hantée par sa mentalité des grandeurs honorifiques, n’ayant à son actif que des titres fabriqués, des plus aléatoires sinon illusoires, décida afin de corser la facticité de sa valeur personnelle, par de nouveaux moyens pécuniers, et sur les conseils de ses obligés protecteurs politiques mit à exécution son projet de pouponnat qu’elle avait conçu, le fit installer dans sa propriété de Rueil.
Cette inspiration intéressée ne fut pas heureuse, l’alimentation étant exclusivement observée par l’élaboration du lait cru sans aucune préparation de stérilisation préalable fit des victimes. Cette alimentation économique pendant les chaleurs détermina une épidémie foudroyante, puis une véritable hécatombe s’ensuivit, emportant cinq enfants le même jour et un sixième à huit jours d’interval (dans cet événement qui a été étouffé l’imprévoyance et la rapacité de Mme Cognacq ont présidé).
5) Mme Cognacq en collaboration de son auguste associé qui lui aussi prétend à la cravate de commandeur, développa une activité exceptionnelle à la réussite de leur accaparement commercial commun, l’extension de cette combinaison de crédit Dufayel fut pour le quartier Saint Germain l’Auxerrois une véritable plaie publique et un effondrement général du petit commerce, et apportera au centre d’un quartier autrefois prospère, la désolation commerciale, la ruine de déshonneur et le suicide.
6) Mme Cognacq enfin quoique 300 fois millionnaire, dirige et conduit en personne le rayon des costumes de son magasin, non seulement elle est détestée de tout son personnel en général, mais encore elle est méprisée d’une façon spéciale de celui de son rayon en particulier, qui journellement subit et supporte avec amertume de son infernal caractère ses grossières insolences et ce qui est le plus ignoble encore ses infâmes encouragements aux jeunes filles sous ses ordres à la débauche, elle exige que toutes les femmes de son rayon quoi que peu rétribuées portent la toilette une fois sorties de chez moi leur dit-elle, faites ce que vous voudrez, fréquentez les abords des gares ou autres lieux publics, l’argent n’a pas d’odeur, je veux que vous soyez bien mises (ces paroles sont authentiques et communes de tout le personnel du magasin) et cette femme plutôt méprisable, pour quelques parcelle d’une fortune mal acquise voudrait porter sur son […] poitrine les insignes qui ne doivent être réservés qu’aux sans tache, la légion d’Honneur n’a pas été institué pour elle Messieurs.
Vous avez tenu tête à l’orage Ministériel, vous avez résisté aux désirs injustifiés ainsi qu’à la tenace volonté d’un Ministre Messieurs pour la nommination d’une comédienne en renom, en ce qui concerne Mme Cognacq je suis convaincu que la pression de ses rabatteurs sera accueilli par un légitime refus et ce sera justice.
Agréez Messieurs l’assurance de mes sentiments les plus distingué.
A. Camus
boulanger notable commerçant 21 rue de la Monnaie depuis 25 ans »



samedi 16 mars 2019

#RDVAncestral : Le volume doré de Pontivy

Aujourd’hui j’ai rendez-vous avec Olivier Cadoux à Loudéac. Ce noble vieillard affiche 84 ans (ou "environ" car je ne connais pas véritablement sa date de naissance). Il est tranquillement assis devant son moulin, ses mains reposant sur une belle canne noueuse sans doute aussi vieille que lui.

- Ah ! mon petit, je vous attendais. Venez, prenez place ici à mes côtés.
Je m’assois donc sur le banc, un peu intimidée de me retrouver dans cette Bretagne de 1766.
- Que me vaut l’honneur de votre visite ?
- Et bien, je voulais parler avec vous de votre vie.
- Ahhh ! ma vie ! Mais qu’en dire ? Elle n’a pas beaucoup d’importance : je ne suis pas un seigneur ! Je ne suis pas quelqu’un d’important !
- Mais si voyons ! ce ne sont pas les titres qui font la valeur !
Mon indignation le fait rire.
- Mais par quoi commencer alors ?
- Et bien, parlez-moi de votre épouse, de vos enfants par exemple. Vous en avez eu sept je crois ?
- Vous êtes bien renseignée. J’ai rencontré ma femme lorsqu’elle avait 20 ans. J’en avais 11 de plus qu’elle. Je ne sais pas pourquoi elle m’a épousé, mais pas un jour je ne l’ai regretté. Ça fait 6 ans déjà qu’elle m’a quitté, mais j’ai décidé d’aller la rejoindre : assez de cette vie sans elle.
- Mais enfin, on ne décide pas de partir ainsi. Ce n’est pas à vous de choisir le moment.
- Peuh ! Il faudrait voir ça ! J’ai décidé, j’ai décidé, un point c’est tout !
Et pour souligner sa détermination, il frappa le sol d’un puissant coup de canne.
Le vieil homme étant sans doute fragile vu son âge, je ne voudrais pas provoquer un accident en attisant sa colère ; je change alors discrètement de sujet :
- Vous avez vécu ici à Loudéac, mais vos parents sont originaires… (J’hésite un instant car, bien sûr, il n’est pas question de parler de Morbihan et de Côtes d’Armor, ces concepts lui étant étrangers…) d’un autre pays ?
- Oui, c’est vrai : mon père a reçu les derniers sacrements quelques années après mon mariage, à Noyal-Pontivy [Morbihan], et ma mère une quinzaine d’année plus tard à Saint-Thuriau [Morbihan]. Elle était malade la pauvre.
- Et votre sœur Pauline est née à Neulliac [Morbihan] : vos parents ont beaucoup déménagé… Mais vous-même où êtes-vous né ?
- Ah ! Ah ! Ah ! Vous voudriez bien le savoir, petite curieuse ! Avez-vous exploré toutes les pistes ?
- [Soupir] Je vous ai longtemps cherché à Loudéac [Côtes d'Armor], avant de découvrir il y a très peu de temps seulement que vos parents n’étaient pas originaires de cette paroisse ! Alors ? Dites-moi ?
- Bah ! Ce n’est pas à moi de faire vos tâches ! D’ailleurs, je suis fatigué : je rentre.
Et avant que je n’ai pu dire quoi que ce soit, voilà mon gentil vieillard qui rentre, clopin-clopant, dans sa chaumine et me claque la porte au nez, révélant une force dont je ne le soupçonnais pas capable.

Un peu vexée d’être si grossièrement remerciée, je me dépêche d’aller jusqu’à Neulliac : sa sœur y née en 1691 comme je viens de le découvrir récemment. Olivier, lui, est censé être né en 1682 : peut-être était-ce dans la même paroisse ?
J’arrive à Neulliac : je me dirige aussitôt vers l’église. Je suis accueillie par le recteur Thepault.
- Que puis-je faire pour vous mon enfant ?
- Est-ce que vous avez le livre des naissances ?
Bien qu’un peu étonné par cette requête formulée par une étrangère à sa paroisse, le recteur me répond :
- Oui, bien sûr, dans la sacristie.

Nous nous rendons dans une petite pièce lambrissée de chêne contenant des placards et des coffres. Il flotte une bonne odeur d’encens et de cire de cierge pure. Un grand crucifix orne le mur, dominant la pièce. Sur le mur opposé une petite lucarne dispense une faible lumière. Le recteur ouvre un coffre et farfouille parmi les documents et répertoires qu’il contient. Il finit par trouver un registre aux ferrures dorées et le sortit. Les pages craquèrent un peu quand il l’ouvrit.

- C’est l’œuvre d’un relieur de Pontivy. Il est ancien, mais solidement cousu avec de la bonne ficelle. Il est fait pour durer ! Mais pourquoi cet intérêt ?
- Je recherche l’acte de baptême d’Olivier Cadoux, fils d’Olivier et de Marie Gainche, sans doute en l’an de grâce 1682. Son nom s’y trouve-t-il ?
- Oh ! oui, certainement, s’il est né dans cette paroisse, il y est forcément.

Volume ancien © lerelieurduchateau.com

Je m’approchais et prit le lourd volume entre mes mains. Le posant sur un coffre, je commençais à feuilleter les pages à l’écriture fine et lignes serrées. Je me rendis compte que je retenais mon souffle : outre la beauté de l'objet, j'avais au bout de mes doigts un morceau d'histoire, des vies qui commençaient, des petits morceaux de destin qui s'arrêteraient peut-être très vite ou bien longtemps après, donnant naissances à leurs tours. J'étais presque aussi émue que lorsque j'avais rencontré mon ancêtre Olivier quelques instants plus tôt. Au bout d’un moment, la lumière ayant baissé, je m’approchais de la petite fenêtre pour mieux voir les mots qui dansaient devant mes yeux : une succession de noms, de dates, mais point de trace de mon ancêtre.

- Hum, hum !
Le recteur toussa fort civilement derrière moi afin d’attirer mon attention :
- Je dois maintenant célébrer l’office.
Il jeta un regard vers le vêtement liturgique délicatement brodé déposé sur un coffre.

Étouffant un gémissement, car je n’avais pas trouvé ce que je cherchais, je refermais délicatement le magnifique ouvrage. Mais je me fis la promesse de continuer mes investigations : ce serait sans doute sur un ordinateur et les images que je verrai seront sûrement en noir et blanc. Il n'y aurait certainement aucun charme à ce visionnage. Et il est aussi fort probable que je ne consulterai plus le beau volume doré de Pontivy et n’entendrai plus le craquement de ses pages : ainsi va la vie. J'espère en tout cas qu'un jour je trouverai la naissance d’Olivier, comme j’ai retrouvé la trace de ses parents, bien longtemps après le début de mes recherches, quelque soit le support qui me révélera ce trésor.


vendredi 8 mars 2019

Les pionnières de ma généalogie

J'ai déjà eu l'occasion de raconter la vie de certaines pionnières de mon arbre, mais aujourd'hui je vais vous parler de Marie-Louise Jay.  Elle se trouve un peu loin dans mon arbre : il faut remonter 12 générations pour nous trouver un ancêtre commun. Cependant elle est bien de la famille de mon arrière-arrière-grand-mère. Cette famille est depuis la nuit des temps originaire de Samoëns (Haute-Savoie). Marie-Louise y est née le premier juillet 1838. Son père, Aimé, est maçon (une spécialité locale) et sa mère « campagnarde ». Elle est la huitième de neuf enfants. Comme nombre de Savoyards, elle quitte le domicile familial pour la capitale afin de chercher du travail. Elle est assez jeune, 15 ans semble-t-il, mais elle est accompagnée d'une tante et d'un cousin [1]. Elle est embauchée comme vendeuse à La Nouvelle Héloïse, une boutique de lingerie féminine avant d’intégrer le personnel du Bon Marché. Rapidement elle grimpera les échelons et y deviendra première vendeuse au rayon confection.

Marie-Louise Jay, 1903 © Wikipedia, Siren-Com

En 1856, elle fait la connaissance d’Ernest Cognacq, un provincial lui aussi (il est originaire de l’Ile de Ré) monté à la capital pour faire fortune. Après avoir exercé divers métiers de vendeur pour un patron ou pour son propre compte, Ernest Cognacq était devenu calicot (un vendeur de nouveautés pour la clientèle féminine) dans une petite boutique sur le pont Neuf appelée « corbeille ». C’est alors qu'il s'entendit avec un petit café qu'il fréquentait rue de la Monnaie pour louer, à partir du 21 mars 1870, sa salle annexe peu utilisée et en faire un petit commerce de nouveautés : c’est la naissance de son échoppe « À la Samaritaine ». Le premier avril suivant la boutique s'agrandissait déjà.

Le nom de la Samaritaine provient de la fontaine qui se trouvait à cet endroit. En effet, sur le Pont Neuf se situait une pompe à eau dont l’existence remontait à Henri IV. Cette pompe était décorée d'une représentation de l’épisode évoquant la rencontre de Jésus et de la Samaritaine au Puits de Jacob. Le tout était surmonté d'une horloge, puis plus tard d'un carillon. Elle a été détruite en 1813.

Mais Marie-Louise ne se contente pas d’être une bonne épouse et tenir le ménage pendant qu’Ernest fait fructifier les affaires : elle a aussi le titre de directrice et propriétaire du magasin. Tous deux sont dotés de la bosse du commerce, d'un indéniable don d'anticipation et d'un véritable sens de l'entreprise. La petite boutique des débuts se transforme ainsi petit à petit en véritable empire, constitué de plusieurs magasins, répartis en quatre îlots voisins. 

En effet, entre 1852 et 1870, les halles de Paris se sont modernisées avec la construction des dix pavillons de Baltard. Le couple profite de l'achèvement de ces travaux et de l'attractivité de plus en plus évidente du quartier pour agrandir et moderniser leur entreprise. Le premier magasin en 1883, puis le deuxième en 1903 sont aménagés dans un style contemporain, de type Art nouveau. À l’apogée de son rayonnement commercial, la Samaritaine se compose d’un ensemble de quatre magasins-îlots, situés entre le quai du Louvre et la rue de Rivoli. Initiées en 1883, l’installation, la construction et la reconstruction de ces édifices hétérogènes sur les bords de la Seine s’étalent sur une cinquantaine d’années.

En matière d’architecture le couple Cognacq-Jay se révèle novateur : à partir de 1885 Ernest Cognacq fait appel à l’architecte Frantz Jourdain pour l'aménagement, l'agrandissement et la transformation des nouveaux magasins. Associés avec Marie-Louise, ils conçoivent dans les années 1903-1904, un plan directeur pour encadrer le réaménagement et l’extension des surfaces regroupées, ainsi que la colonisation des îlots voisins. Une architecture de métal et de verre à la mise en œuvre rapide se substitue de proche en proche à la construction traditionnelle. La couverture des cours au moyen de verrières et la propagation des planchers de verre permettent une colonisation des nouvelles parcelles. Le magasin y gagne en volume et en luminosité, phénomène très remarquable jusqu’à la généralisation de l’éclairage électrique. La longévité des planchers de verre jusque dans les années 1980 atteste de l’étonnante performance technique du procédé, assuré par Saint-Gobain. La Samaritaine s’enrichit ensuite de deux grands halls rectangulaires à escalier monumental qui n’ont pas leur égal dans tout Paris. Éclairé d’une immense verrière commune, cet atrium double très dessiné deviendra l’espace intérieur identitaire de l’ensemble des quatre magasins. Les proportions de cette cathédrale du commerce participent de l’exaltation d’une marchandise foisonnante et tentatrice. C’est l’invention d’une mise en scène novatrice, où la clientèle est invitée à parader : désormais on va au grand magasin autant pour voir que pour être vu.

Plan des 4 magasins © amc-archi.com

Entre temps, Marie-Louise et Ernest se sont mariés, le 18 janvier 1872 à la mairie du Vème arrondissement.

Ils font partie de ces grands entrepreneurs commerciaux du XIXème qui révolutionnent le mode de consommation. Comme Marguerite et Antoine Boucicaut qui ont développé « Au Bon marché » (lire ou relire Au bonheur des Dames de Zola qui s’inspire de leur histoire pour s’imprégner de cette véritable révolution commerciale), les Cognacq-Jay comme on les appelle - car ils sont indissociables l’un de l’autre - savent que pour réussir il convient d'innover et d'offrir aux clients une nouvelle conception du commerce. Ils structurent leurs magasins en rayons autonomes, placé sous l'autorité d'un véritable responsable. Ils inaugurent une politique de faibles marges et développent la vente à crédit aux mêmes prix que les achats au comptant - ce qui ne se faisait pas ailleurs. S'inspirant des pratiques commerciales des Boucicaut, ils instaurent des périodes de promotion pour certains produits : deux fois par an, à l'automne et à la fin de l'hiver, ils organisent ainsi une vente d'articles nouveaux. Les prix sont fixes, et clairement affichés : on ne vend plus « à la tête du client ». C’est la révolution dans les rayons ! En revanche, plus question de négocier, de marchander, de discuter des remises : les prix sont les mêmes pour tous. Cependant les clientes pourront essayer les vêtements et, si elles le souhaitent, échanger la marchandise défectueuse.

Ils développent également la vente par correspondance et la livraison à domicile : des catalogues sont édités afin que les clientes puissent faire leurs choix puis, à partir d'un entrepôt situé quai des Célestins, ils envoient les commandes grâce au chemin de fer et au bateau au départ de Marseille pour l'outre-mer.

 Catalogue A la Samaritaine, 1920 © tresorsdugrenier.canalblog.com

Le couple confectionne méticuleusement un fichier de clients pour leur expédier un catalogue des produits de La Samaritaine. Les adresses sont collectées au fur et à mesure des gros achats opérés dans leurs magasins. Ils installent également un grand atelier de confection de vêtements pour hommes, où travaillent près de 500 ouvrières, afin de produire à coûts moins élevé. La politique de Marie-Louise et Ernest consiste à ne pas fermer complètement les magasins le dimanche afin que les familles qui se promènent ou déambulent dans le centre de Paris puissent y faire des achats.

Les Cognacq-Jay ne sont cependant pas de bons samaritains (sans mauvais jeu de mot) : si des ristournes importantes, de l'ordre de 15 %, sont peuvent être accordées aux employés de La Samaritaine, ce n’est pas sans arrière-pensée mais pour qu'ils achètent sur place ce dont ils ont besoin et n’aillent pas à la concurrence. Tout employé à La Samaritaine a droit à quinze jours de congé par an. Par contre les Cognacq-Jay exigent beaucoup de leurs employés : un parfait professionnalisme et une tenue impeccable sont indispensables. Un carnet est remis à chaque employé, précisant ses obligations. Ainsi, il est obligatoire pour les hommes le port "de vêtements de nuance foncée; pas de cols mous ni de chemises de couleur. Les chaussures sont noires". Le personnel féminin doit revêtir des lainages discrets ; le noir et le blanc sont les seules couleurs admises. Un corps d’inspecteurs est recruté pour surveiller les étalages, mais aussi les employés ! Ils doivent veillent à la politesse du personnel à l'égard des clients et à leur tenue : "Pas de mains dans les poches ni de jambes croisées". Les Cognacq-Jay imposent en effet à leurs vendeurs une courtoisie sans faille. Ils sont persuadés que si les clients sont bien reçus, s'ils sont satisfaits de l'accueil, ils reviendront à La Samaritaine. "Quand un des rayons sous sa surveillance est encombré, l'inspecteur ne doit pas hésiter à prélever du personnel dans les rayons où il y a peu de clientes pour les faire débiter ou faire des ventes dans ceux où il y a foule. Une prime est accordée pour chaque débit", indique le règlement. Les instructions précisent aussi à chaque vendeur qu'il "ne doit sous aucun prétexte" quitter une cliente avant de "s'assurer qu'un autre employé s'occupe d'elle". La discipline est sévère, les écarts ne sont guère tolérés. Pendant le travail, les employés ne doivent pas bavarder entre eux, si ce n'est pour les nécessités du service. Naturellement, les absences sans motif ou répétées ne sont pas acceptées. Il n'est pas bon, dans ces conditions, de contester l'organisation ou les méthodes, ni de critiquer la discipline. Lorsqu'un salarié affiche trop ouvertement une appartenance syndicale, il est vite repéré et, s'il persiste, tout est mis en œuvre pour qu'il quitte l'entreprise.

Marie-Louise et Ernest règnent, dirigent, ordonnent, veillent et surveillent en permanence. Pour eux, la vie, c'est d'abord et presque exclusivement le travail. Pendant que l'un prend son repas, l'autre assure une présence visible de tous. La Samaritaine est leur revanche sur la vie et sur leurs débuts difficiles ; c'est l'enfant qu'ils n'ont pu avoir, car leur mariage est resté infécond, sur lequel ils veillent jalousement et sans partage, attentifs à sa croissance. Marie-Louise est, de ce point de vue, l’égale de son époux.

Les Cognacq-Jay, devenus riches, vivent dans un hôtel particulier avenue du Bois-de-Boulogne. Mais cette réussite, ils entendent la partager avec leur personnel. En effet, s’ils peuvent se montrer durs et intransigeants, ils savent aussi être reconnaissants du travail effectué. À l'instar des Boucicaut, ils instituent l'intéressement aux bénéfices. En plus de leur salaire, les employés reçoivent un pourcentage sur le chiffre d'affaires réalisé dans leur rayon. C’est ainsi que 65 % des bénéfices sont redistribués chaque année. Les Cognacq-Jay cèdent la moitié du capital aux salariés et l'autre moitié à la Fondation qu'ils créent en 1916 pour financer de nombreuses œuvres sociales et caritatives. Cette Fondation a pour mission de faire fonctionner une maternité, une maison de retraite, un "pouponnat" prenant en charge 40 enfants d'employés jusqu'à l'âge de cinq ans, un orphelinat pour cinquante enfants, une maison de repos et de cure en montagne, des colonies de vacances à la mer et à la montagne pour les enfants du personnel, un musée, etc... Des allocations sont accordées aux familles dont l'un des parents travaille à La Samaritaine; elles varient en fonction du nombre d'enfants à charge. Des indemnités de maladie sont versées aux employés non assurés. Le prix Cognacq-Jay a été créé grâce à un don de 20 000 francs or donné à l'Institut de France, destiné aux familles nombreuses.

Deux créateurs, une œuvre © encheres.parisencheres.com

Marie-Louise n’a pas oublié son village natal : elle a apporté son aide à différentes actions (restauration de l’église par exemple) et a fondé la Jaÿsinia en 1906, jardin botanique alpin ouvert au public, classé jardin remarquable de France qui se visite encore aujourd’hui et permet d’admirer plus de 5 000 espèces végétales issues des différentes zones montagneuses des cinq continents.

En 1920, pour ses actions d’œuvres de bienfaisance, Marie-Louise est nommée Chevalier de la Légion d’honneur. Elle reçoit la prestigieuse médaille grâce au rapport rendu par le Ministre de l’Hygiène, l’Assistance et la Prévoyance sociale… et en dépit d’une lettre calomnieuse signée d’un bon commerçant de la rue de la Monnaie ! Le motif d’attribution de la distinction est les dotations attribuées aux familles nombreuses, la fondation Cognacq-Jay pour l’entretien d’œuvres existantes et la création d’œuvres nouvelles.

On notera que son époux a été élevé au grade de chevalier de la légion d’honneur dès 1898, officier en 1903 et commandeur en 1922; lui aussi pour ses œuvres de bienfaisance.

Alors que la Samaritaine prospère près du pont Neuf, les Cognacq-Jay visent à toucher une nouvelle clientèle, plus aisée : ils font construire dans un autre quartier de Paris un nouveau magasin inauguré en octobre 1917, boulevard des Capucines. Obéissant à un nouveau concept, La Samaritaine de luxe, est faite pour attirer une clientèle plus fortunée ou étrangère et populariser le luxe.

Marie-Louise s’éteint dans son hôtel particulier du Bois de Boulogne, le 27 décembre 1925. C'est ainsi que disparaît une pionnière du commerce moderne. 
Son mari la rejoindra le 21 février 1928.

À leur mort, le couple laisse une entreprise florissante de quelque 8 000 employés et de 48 000 m², la plus importante en terme de surface de vente.


[1] Sources : Wikipédia (dont M. Germain : Personnages illustres de Haute-Savoie), base Léonore, amc-archi.com