« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 27 juin 2020

#Défi_2706

 A l'initiative de Geneatch, et en lien avec le premier Salon Virtuel de la Généalogie qui a lieu le 27 juin 2020, voici le défi d'écriture #2706 :

"Racontez en 100 mots un événement de votre généalogie survenu un 27 juin."

A partir de cet événement racontez cette journée du 27 juin

ou évoquez la vie de votre ancêtre en quelques lignes (entre 80 et 120 mots).

___


Ah ! Marie, petite reine aujourd’hui.

Née un 27 juin 1696, tu es déjà repartie 6 ans plus tard.

Un souffle à l’échelle généalogique. Mais trop court pour une vie.

6 ans ! Tes frères ont-ils seulement eu le temps de s’intéresser à toi ?

6 ans ! Ton père a-t-il déjà pensé à un mariage qui arrangerait son toit ?

6 ans ! Ta mère a sans nul doute eu le temps de s’attacher à toi.

27 juin : A-t-elle gravé cette date dans sa mémoire ?

Mais 100 mots c’est trop court… même pour une aussi courte vie !



© photofunky

- Marie ROY, 27 juin 1696, La Chapelle-Largeau (79) / 24 octobre 1702, Treize Vents (85) -


samedi 20 juin 2020

#RDVAncestral : Le déménagement

On avait profité de cette journée chômée d’août 1805 pour entasser toutes les affaires du jeune couple, Augustin et Catherine, dans une charrette tirée par un vieil âne. Le placide animal renâclait un peu mais Pierre, le frère aîné d’Augustin, l’encouragea d’une tape sur la croupe :
- Allez ! T’inquiètes pas, c’est tout en descente dans ce sens-là. Et quand tu devras remonter, ce sera à vide ! Allez !

La famille et les voisins étaient réunis : tous mettaient la main à la pâte. Ce n’est pas tous les jours qu’un fils quitte la maison de son père. En plus de l’attelage de l’âne, il y avait aussi des charrettes à bras, tirées par les hommes qui en avaient la force, et des ballots ou paniers portés par les femmes et les enfants.
L’ambiance était plutôt bon enfant et dans un joyeux hennissement, l’âne donna le signal du départ à l’équipage. Le convoi s’ébranla. Dans les rangs, on commenta fort ce départ, plaisantant, s’interpellant ou glissant des sous-entendus intimes pour le jeune couple qui allait enfin avoir son propre chez soi et ne serait plus gêné par la présence des parents… Je jetai un coup d’œil à Catherine : elle semblait bien prendre les plaisanteries, à vrai dire assez courantes dans ce genre de situation. 

Augustin, lui, ne les entendait pas. Il était resté à l’arrière et contemplait la maison qu’il quittait aujourd’hui. Il avait un air triste. Je m’approchai de lui et mis doucement une main sur son épaule. Il se retourna, surpris et un peu embarrassé.
- Je viens ! Je viens ! dit-il précipitamment. Et, empoignant solidement son fardeau, il se mit en route.
- On ne va pas par-là ? demandai-je innocemment, indiquant une route étroite et très pentue, à l’opposée de la direction que prenait Augustin.
- Bon Dieu non ! On se romprait le cou ! Malheureuse ! me répondit aussitôt Augustin, le plus sérieusement du monde. Tu n’es pas d’ici toi, ça se voit ! – je fis une discrète moue : pour un généalogiste ça veut dire quoi « être de quelque part » ? Mais bon, je ne rentrai pas dans ce débat et laissai Augustin poursuivre : 
- Non, on va faire le tour. C’est un peu plus long, mais moins risqué.

C’est ainsi que, ajustant le ballot que l’on m’avait confié sur ma hanche (pas question de partir les mains vides, bien sûr), je réglai mon pas sur celui d’Augustin. Nous nous dirigeâmes vers les anciens remparts : il nous faudrait sortir de la ville pour y rentrer presque aussitôt par la porte de la Vinzelle. Les plus chargés feraient le détour par la rue des Écoles avant de remonter la rue qui menait à l'abbatiale, tandis que ceux qui ne craignaient pas la pente rejoindraient notre destination par le haut de cette rue.

La (probable) chapellerie Astié à Conques

Je gardai le silence un moment, et laissai manœuvrer Augustin dans un passage délicat, avant de reprendre : 
- Êtes-vous triste de quitter la maison du Palais ?  
On l’appelait ainsi car elle était située quand le quartier du Palais, sur les hauts de Conques. 
- Bah ! C’est la vie ! répondit d’abord Augustin. Puis, réfléchissant sérieusement à la question il ajouta : 
- Quand même ! Ça me fait quelque chose ! C’est que, cette maison, je l’ai toujours connue. Pour moi, mais aussi avant : c’était la maison de mon père et celle de son père avant lui. Ça en fait des souvenirs qu’ont vu passer les murs de cette maison ! 
- Et le père de votre grand-père ! demandai-je mine de rien, à la fois taquine et intéressée car je ne savais pas où logeaient mes premiers ancêtres Astié à Conques. 
- Oh là ! Mais ça on sait pas ! C’est bien trop loin ! Déjà que j’ai à peine connu mon grand-père, qu’est mort quand j’avais une dizaine d’années. Ma grand-mère – tiens elle s’appelait Catherine aussi, comme ma femme – elle je l’ai pas connue : elle nous a quitté juste après ma naissance. Mon frère dit qu’il s’en rappelle mais, eh !, il marchait à peine ! A mon avis il se vante ! 
- Mon frère... reprit-il pensif. C'est lui qui hérite de la maison du Palais. Ben, c'est normal, crut-il obligé de préciser, c'est l'aîné après tout. 

Nous débouchâmes dans la rue qui, désormais, allait être la sienne. Un peu plus loin on distinguait le début du convoi qui ne nous avait pas attendu pour commencer à déballer les biens du ménage : lit conjugal, ustensiles de cuisine, linge…
Augustin était encore un peu nostalgique. Pour chasser d’éventuelles mauvaises pensées, je l’encourageai : 
- Ah ! voilà votre nouvelle maison : vous allez être bien là-bas, avec Catherine.
- C’est sûr ! Ce sera notre chez-nous !
- Et puis, pour installer la chapellerie, ce sera pratique. Cette grande rue m’a l’air d’être bien fréquentée : elle mène tout droit à l’abbatiale.
- Ma foi oui ! Et puis comme ça on sera moins serrés. Et pour le commerce ce sera bien. 

Et pourtant, il taisait ses regrets de quitter la maison de son enfance, la maison de ses pères. Celle du souvenir et des temps heureux. Une nouvelle page se tournait et, devant l’inconnu qui se profilait, la douceur du passé était réconfortante. 
- Regardez, cette jolie maison à pans de bois avec ses trois ouvertures, c’est la maison de vos enfants. Ceux que vous aurez avec Catherine. Ce sera aussi la maison du bonheur… 
Il me regarda, d’abord étonné, puis sourit au futur heureux que j’évoquai. Oui, décida-t-il, ce serait une maison où il serait comblé ! 
- Oh là ! T’en a mis du temps Augustin ! Et pour quoi ? Cette toute petite charge de rien du tout ! 
Les plaisanteries accompagnèrent Augustin dans son nouveau logis et ainsi débuta un nouveau chapitre de l'histoire de sa famille… notre famille…



mercredi 10 juin 2020

Les égarés du XVIème

Ils sont comme une foule située au loin. Ils marchent vers moi et ainsi je les devine de mieux en mieux (ou pas). Parmi eux, je peux distinguer trois groupes différents :
- les premiers sont bien identifiés. Ils sont 23 : ce sont mes ancêtres directs [1].
- derrière eux, le deuxième groupe. Je les connais un peu moins, je les ai trouvés par hasard. Il m’en manque certainement : ce sont les frères et sœurs des premiers. A ce jour ils sont au nombre de 124.
- les derniers sont plus flous : ils restent dans le brouillard. Je sais qu’ils sont là, mais je ne les ai pas trouvés formellement. Ce sont les ancêtres dont j’ai une mention de naissance au XVIème, mais dont je n’ai pas trouvé les actes les concernant. J’en compte 74.

Tous forment mes ancêtres nés au XVIème siècle. Ils sont mes « bouts de branches » [2], les extrémités de mon arbre.


  •  Les biens connus
J’ai donc retrouvé 23 actes de naissance du XVIème. Dans ce groupe je trouve Gaspard, Jean, Charlotte, Urban, Bernarde, Macé et les autres…
Les actes les plus anciens datent de 1567 et 1570

Naissance Ryondel Jean, 1560 © Coll. personnelle

9 sont ceux de femmes. J’y retrouve deux couples et trois cousins. Certains sont témoins d’actes d’autres membres de ce groupe. Ils sont originaires de Haute-Savoie et d’Anjou. En Haute-Savoie ils sont principalement originaires de Samoëns, qui a eu la bonne idée de conserver précieusement ses registres dans ses locaux de la mairie : baptêmes depuis 1552, décès depuis 1568, mariages depuis 1642. Les registres angevins ont été trouvés en ligne sur le site des archives départementales.
Pour certains, j’ai trouvé aussi leurs actes de mariage et décès mais dans ce n'est pas systématique car, dans plusieurs paroisses, il n’y a plus que les registres de baptêmes (mariages et sépultures ayant disparus).

Leurs dates de naissance me sont données par plusieurs sources : la bibliographie pour Gaspard de Sales, dont la branche noble a fait l’objet de plusieurs ouvrages, un répertoire pour deux autres ancêtres (ou du moins je le pense, car les tables ne donnent pas l'identité des parents), les actes de baptême eux-mêmes pour les derniers. Certains sont joliment calligraphié, d’autres… beaucoup moins. 

Naissance Dolbeau Urban, 1596 © AD49

Les actes de Haute-Savoie sont en latin, tandis que ceux de l’Anjou sont en français.
Leurs métiers sont rarement connus : quand ils le sont, nous rencontrons un métayer, des laboureurs, ou un seigneur de noble lignée.
Deux signatures ont été trouvées, dont celle du sergent royal et notaire angevin René Guespin.

Signature de Guespin René, né en 1597 © AD49

Le métier du second signataire, Maugars Jacques, n’est pas connu mais plusieurs sergents royaux et notaires sont témoins de ses noces ce qui suppose une appartenance à un milieu plutôt favorisé.



  •   Les fratries
Trouvés au hasard de mes pérégrination dans le XVIème, ces ancêtres collatéraux sont parfois seuls, parfois plus nombreux; se succédant alors souvent à un rythme d’une naissance tous les deux ans. Cela concerne 42 couples. La moyenne est de 3 enfants par couple, mais cela ne reflète pas la réalité puisque les enfants n’ont pas tous été systématiquement cherchés et que certains membres de la fratrie sont nés au tout début du XVIIème et ne sont donc pas comptabilisés. 
Néanmoins, le record de la plus grande fratrie née au XVIème est de 11 enfants. Il est détenu par le couple Felon Pierre et Chastillon Renée dont les enfants sont nés entre 1579 et 1599 (mon ancêtre direct, Jean, est le petit dernier). 
La naissance la plus ancienne date de 1522 ; il concerne encore la famille de Sales. Je n'ai pas trouvé l'acte, mais la bibliographie donne sa date précise. Or, comme cela concerne François de Sales, père de Saint François de Sales, j'ai tendance à y accorder foi. 

Détail tableau François de Sales © Pourpris historique

On retrouve les deux mêmes régions d’origine : la Haute-Savoie et l’Anjou.
Partir à la recherche des fratries, c’est aussi parfois débloquer une branche et atteindre une génération supplémentaire lorsque les parents sont cités dans un acte concernant un frère/une sœur alors qu’ils ne l’étaient pas dans l’acte de son ancêtre direct. Bref, c'est toujours utile.


  • Les égarés
J’ai trouvé leurs dates de naissance grâce à leurs décès, donnant l’âge « ou environ ». Après vérification, je n’ai pas trouvé leurs actes de baptêmes, souvent à cause de la disparition des registres. Le plus ancien daterait de 1500 tout rond : "l'état des âmes" [3] de Morzine en donne le nom, Jean Baud de Mollie (et même deux générations supplémentaires, mais sans date de naissance). 


Dans ce groupe, la zone géographique est étendue à la Suisse, l’Ain, la Seine et Marne, la Bretagne. Quelques uns sont des frères et sœurs des personnes identifiées dans les deux groupes précédents. Les informations les concernant sont réduites à la portion congrue.
On notera la présence, dans ce groupe, de Le Floc Mathurine, qui serait née en 1573 et décédée en janvier 1677 à Loudéac (Côtes d'Armor)... soit à l'âge de 104 ans ! Il y a bien un acte de naissance en 1573 qui pourrait correspond, cependant, j'ai du mal à lire ce document (ci-dessous). De ce fait l'année de naissance n'est pas très sûre... Mais si l'âge est exact, ce serait assurément la doyenne de ma généalogie !

Possible acte de naissance de Le Floc Mathurine, 1573 © AD22
(oui, je sais, on ne voit rien ! Pour les plus curieux, cet acte de naissance est dans le 
registre de Loudéac, AD22, Lot 1, B 1556/1624, vue 49/386, page de droite)

Ce troisième groupe est suivi d'un éventuel quatrième groupe, composés de ceux qui se sont mariés et/ou sont décédés au tout début du XVIIème (et donc forcément nés au XVIème). Mais ceux-là restent davantage encore dans le brouillard et n'ont pas été comptés. Du travail pour l'avenir peut-être ? 


 
[1] Sur les 1 242 actes de naissances trouvés à ce jour, concernant les 11 200 personnes que compte ma base généalogique (chiffre qui évolue en permanence...).
[2] Exception faite de ma branche noble qui remonte jusqu'au XIVème siècle, voire plus loin selon certaines bibliographies.
[3] Le but de ce document était d’établir la liste de toutes les personnes -les âmes- qui dépendaient spirituellement du curé : il importait donc de procéder à la reconstitution des familles de la paroisse.


samedi 16 mai 2020

#RDVAncestral : Le pavé


Dimanche 18 avril 1784

A l’issue de la grande messe, la cloche convoqua les habitants de la paroisse de Saint Amand sur Sèvre au devant de la porte et principale entrée de l’église paroissiale, de la manière accoutumée.



Enfin… quand on dit les « habitants » on dit surtout les « hommes ». Du coup, je détonnai un peu dans cette communauté. En me faisant toute petite, je reconnaissais là plusieurs représentants des familles de Saint Amand apparentées à mon arbre : Jean Vandé, Jean Baudry ou Pierre Foulonneau dont le fils épousera en troisièmes noces mon ancêtre Modeste Boissinot. Mais aussi les Birgnonet dont la famille donnera un maire à la commune pendant une dizaine d’années ou le curé Fariau. Et d’autres que je ne connaissais pas comme René Réthoré, les frères Roquet ou André Brillaud… Quand à cet élégant qui consultait sa montre, ce devait être Me Turpault, le notaire royal de Saint Mesmin convoqué pour établir le procès verbal de la réunion du jour. Je laissai intentionnellement traîner mes oreilles pour en savoir un peu plus sur cet attroupement : propriétaire, mais aussi chapelier, boulanger ou même cultivateur composaient l’assemblée. Ils étaient jeunes ou déjà dans la force de l’âge, en général bien habillés (en tout cas du mieux qu’ils le pouvaient).

Le syndic de la paroisse de saint Amand, représentant général des habitants, Jacques Gabard se racla la gorge. J’étais venue pour lui : c’était le frère de mon ancêtre… aussi prénommé Jacques ! Je scrutai d’ailleurs la foule pour voir si ce dernier était là. Mais le syndic prit la parole et mon attention fut aussitôt captée :
- Je veux vous rappeler ici qu’au mois de septembre 1782 il fut présenté une requête à Monseigneur l’Intendant de la Généralité de Poitiers par laquelle il lui fut exposé que la majeure partie du bourg de Saint Amand était pavée de mais que la pierre en était si dérangée que les rues étaient véritablement impraticables…
- Oui, oui ! approuva l’assemblée.
Jacques Gabard reprit :
- … Que les propriétaires riverains des rues reconnaissent l’indispensable nécessité de refaire ce pavé.
A nouveau les hommes manifestèrent leur accord :
- C’est vrai ! On l’a dit !
- … Qu’il pouvait y avoir environ un quart ou un tiers du bourg qui autrefois n’avait pas été pavé parce que, lors de la confection du pavé, cette partie fut jugée assez solide pour s’en passer. Mais qu’entre temps il s’y est formé des bourbiers et des creux chemins qui rendent cette partie du bourg impraticable et difficile accès.
Charles Roquet, le cabaretier, prit la parole :
- La chaussée est trop abîmée : comment la clientèle peut-elle se rendre dans nos boutiques ? Si elle doit être toute crottée, elle préfèrera ne plus venir ! Et comment on va vivre, nous autres, si la clientèle ne vient plus ?
- Oui ! Oui !

Jacques Gabard eut du mal à reprendre la parole :
- C’est pourquoi je dis qu’il est d’une pareille nécessité de rétablir le pavé !
- Ouuui !
Le syndic emporta la foule. Il faut dire que c’était un fabuleux orateur… Et que son auditoire était conquis d’avance à sa cause. Calmant l’enthousiasme des hommes, il poursuivit :
- A cet effet il fut demandé à Monseigneur l’Intendant d’ordonner la réfection totale du pavé dans le bourg de Saint Amand… Tant dans la partie déjà pavée que dans celle qui ne tient pas…
L’assistance était presque en liesse.
- … A la charge par les propriétaires riverains de payer la main-d’œuvre…
L’atmosphère fraîchit soudain, comme je le remarquai amusée. Le grommellement sourd qui enflait de la foule mécontente m’empêcha d’entendre la suite du discours. Je ne fus pas la seule et des « Chut ! » impétueux fusèrent afin de rétablir le calme. Entre les deux factions (les rebelles et les partisans du silence), j’entendis le syndic en pointillé :
- … pour leur adoucir le fardeau … que les métayers de la … à pied d’œuvre…
- Chut !
- … Au premier ordre de Monseigneur son subdélégué à Châtillon, le pavé nécessaire à charroyer et les autres matières nécessaires aux déblais et remblai.

Le calme revenant véritablement, Jacques poursuivit :
- Les uns et les autres seraient sous la conduite et direction du syndic et de quatre notables habitants de la paroisse.
Bien sûr, on discuta pour savoir comment seraient décidés les noms de ces quatre notables. Finalement, il fut décidé que ce serait au subdélégué de Châtillon de les choisir.

Le discours reprit, mais l’assemblée n’y était plus vraiment et devenait de plus en plus indisciplinée. Je n’entendais que des bribes du propos de Jacques Gabard :
- … Que sur cette requête et intervention le 25 dudit mois de septembre… l’ordre de Monseigneur l’Intendant portant renvoi à Monseigneur De la Roche … qu’enfin le 1er novembre suivant est intervenue l’ordonnance définitive … de faire droit …
Le reste se perdit dans le brouhaha de la foule. En bref, il y était question de dire si les habitants approuvaient ou refusais lesdits travaux… Mais dit avec les formes et la manière, bien sûr.
Je remarquai alors le notaire qui, tout près du syndic, ne perdait pas une miette du discours, lui, puisqu’il avait à le retranscrire fidèlement. La plume volait sur le parchemin et ne s’attardait pas plus que nécessaire.
Il fit signer l’orateur :
« Gabard syndic »

Puis entreprit de faire signer les témoins à leur tour, du moins ceux qui savaient le faire. Pour faire patienter la foule, il fit lecture de l’acte en même temps qu’il le rédigeait :
« À l’instant ont aussi comparu … composants la plus saine et majeure partie des habitants de ladite paroisse … entré en délibération après quoi ils ont déclaré que les représentations faites à Monseigneur l’Intendant sont du plus légitime qu’il est de l’utilité publique que le pavé dudit bourg de Saint Amand a besoin d’être refait … Que les endroits dudit bourg qui ne l’ont point été cy devant ont également besoin de l’être tant pour leur commodité que pour celle des voyageurs qui très souvent courent le risque d’y périr. En conséquence lesdits habitants requièrent … la reconstruction dudit pavé. De tout quoi ont requis acte que nousdit notaire leur avons octroyé pour leur valoir et servir ce que de raison.
Fait et passé au devant de ladite porte et principale entrée de l’église paroissiale, etc, etc… »

Le « mestre en chirurgie » s’approcha le premier pour signer l’acte dressé par le notaire. Puis, chacun leur tour, s’approcha une vingtaine de personnes, signant de façon malhabile ou au contraire soignée et sophistiquée. Pendant ce temps-là, j’en profitais pour interroger discrètement un homme que je supposai être le maréchal Henry François Bignonet :
- Et ça arrive souvent, ce genre de réunion des habitants à la porte de l’église ?
- Oh ! Oui. Chaque fois qu’on a besoin. Tiens ! L’année dernière c’était cet homme-là qui était le syndic. Il me désigna Pierre Bremaud. On a fait une réunion à la saint René* pour l’autoriser à faire, en notre nom à tous, les poursuites nécessaires contre les nommés Minet et Huot, pour parvenir à la restitution des sept à huit cents livres de métal qu'ils ont conservées en refondant les cloches de l'église d'un poids inférieur à celui d'origine !
Je n’eus pas le temps de demander si la requête avait porté ses fruits que mon interlocuteur s’était fondu dans la foule.
D’ailleurs, en un rien de temps, l’assemblée s’était dispersée. La réunion était terminée. Ne restait sur place que le notaire qui rassemblait ses plumes et parchemins, avant de quitter la place à son tour.
Quant à moi, j’avais les oreilles pleines du discours de Jacques Gabard et j’étais heureuse d’avoir entraperçu un pan du quotidien des habitants de la commune de Saint Amand.

* Saint René : 19 octobre.






Texte inspiré par l'acte notarié "Acte d'assemblée de la paroisse de Saint Amand" rédigé par Me Turpault, notaire à Saint Mesmin, AD85.


dimanche 3 mai 2020

Les petits cailloux de la guerre de Vendée

Apprenant par hasard que des archives relatives au secours aux soldats vendéens avaient été numérisées et mises en ligne sur Geneawiki (par jeangontard : merci à lui), j’ai tenté d’y retrouver la trace de mes ancêtres, puisqu'une branche de mon arbre est originaire du Nord Deux-Sèvres, près la « frontière » vendéenne : il y a donc de forte chance que quelques uns d’entre eux aient laissé leur trace dans ces documents…

Quatre en effet y ont semé des petits cailloux : trois ancêtres directs, simples soldats dans l’armée du roi, ainsi qu’un collatéral, capitaine dans cette même armée. Ces cailloux m’ont donné quelques informations – certaines précieuses, d’autres dont je me serai peut-être bien passée…

 Pièce du dossier de Jean Gabard © AD79 via Geneawiki

  • Le petit caillou de la naissance
Les dossiers de demande de pension sont composés de plusieurs pièces dont un acte de naissance, ou à défaut un multi-témoignage attestant de ladite naissance. C’est ainsi que pour certains de mes ancêtres j’ai enfin la preuve de leur naissance. Par exemple : Jean Gabard. Selon les actes il serait né en 1776 (acte de décès de son père), 1779 (son acte de décès), 1778 (son acte de mariage qui mentionne "un extrait de naissance délivré par les archives de Niort" pour pouvoir procéder à la cérémonie), ou 1782/1783/1786 (actes de naissance de ses enfants). Mais aucun registre antérieur à la Révolution n’a été conservé à Saint-Amand-sur-Sèvres afin confirmer une date. C’est finalement le dossier de demande de pension qui peut le faire : Jean Gabard fait comparaître sept témoins qui « ont déclaré certifier que Jean Gabard est né dans la commune de Saint Amand dans le courant de l’année mil sept cent soixante seize. »
Ceci nous apprends deux choses : que son année de naissance est bien 1776 et que Jean ne devait pas connaître la date précise de son anniversaire puisqu’il ne peut donner que son année de naissance, et non pas la date entière.
Le dossier de Mathurin Gabard, son cousin, nous indique que « les registres de naissances de la commune de Saint Amand » sont introuvables pour cette période car ils ont disparu dans « l’incendie qui le dix neuf décembre mil huit cent cinq a consumé à Niort [lesdits] registres ».

  • Le petit caillou des combats
Ces quatre dossiers sont déposés dans la procédure d’attribution d’une rente viagère attribuée aux « anciens militaires des armées royales de l’Ouest ». Logiquement ces hommes ont donc combattu du côté des royalistes.
Au travers de leurs différents dossiers, on voit l’évolution des combats :
- 12 mars 1793, bataille de St Florent (49) : deux jours auparavant, la loi sur la levée en masse est annoncée à St Florent le Vieil. Trois cent mille hommes doivent être désignés ou enrôlés par tirage au sort, parmi les hommes de 18 à 35 ans de toute la France, pour venir grossir les rangs de l'armée. Ces levées en masse renforcent considérablement les armées mais suscitent de forts mécontentements populaires régionaux, entraînant des émeutes et insurrections. C’est ainsi qu’à St Florent des échauffourées éclatent. Les jeunes convoqués pour le tirage au sort des conscrits réclament l’ajournement du tirage au sort. Suite à un premier coup de feu tiré, les gardes nationaux répliquent en tirant sur la foule. Mais ils doivent finalement se replier : St Florent est aux mains des insurgés.
- 13 avril 1793, bataille des Aubiers (79) : l’opposition à la levée en masse gagne les rangs de la noblesse locale, incarnée par le comte de la Rochejaquelein, un des chefs de l’armée catholique et royale de Vendée. Lorsqu’arrive une colonne républicaine aux Aubiers, les paysans se rangent derrière la bannière du comte pour la combattre. Plus nombreux mais mal armés, ils engagent un véritable combat de rues dans le bourg des Aubiers. Tandis que Quetineau et sa colonne se replie derrière les murs du cimetière, les insurgés prennent le dessus sur les républicains. Ceux-ci s’enfuient, en déroute, vers Bressuire.
- le 13 mai 1793, La Châtaigneraie (85) : les Vendéens s’organisent et planifient désormais des attaques ciblées. Mais les paysans sont nombreux à ne vouloir qu’une chose : rentrer chez eux. Les effectifs des troupes s’en ressentent et diminuent de façon importante. Le 13 mai ils sont entre 12 000 et 15 000 hommes à attaquer La Châtaigneraie où sont réfugiés les 3 000 hommes du général républicain Chalbos. Celui-ci ordonne finalement le repli et la ville est livrée au pillage.
- le 16 mai 1793, Fontenay (85) : trois jours après l’armée vendéenne se présente sous les murs de Fontenay-le-Comte. Cependant, non seulement les effectifs ont encore diminué (10 000 environ), mais ces hommes sont habitués à pratiquer une guerre d'embuscade dans le bocage et ne sont pas préparés à une guerre qui se professionnalise avec des batailles rangées, à terrain découvert, comme sur les plaines devant Fontenay où s'étaient déployés les 6 000 soldats républicains du général Chalbos. Après une charge de cavalerie, celui-ci réussit à prendre les Vendéens en tenaille et à les mettre en déroute.
- le 5 juillet 1793, Châtillon (79) : la violence monte d’un cran. Après avoir repris la ville et mis en déroute le cruel général Westerman (« le boucher de la Vendée ») les royalistes, ivres de vengeance, ripostent impitoyablement aux exactions commises par les républicains en massacrant de nombreux prisonniers.
- le 14 août 1793, bataille de Luçon (85) : l’état-major vendéen est divisé sur la suite des opérations : étendre le conflit vers les côtes du Nord, afin de permettre un débarquement allié via un port breton, ou protéger les villes du sud de la Vendée jugées plus vulnérables. Il est finalement décidé de rester en Vendée. On élabore alors un plan d'attaque complexe en lançant plusieurs assauts à différents échelons, déployant fantassins et artillerie. Si la bataille semble un temps favorable aux Vendéens, le manque de coordination finit par fragiliser leurs rangs. Dans la confusion ils prennent la fuite, poursuivis par la cavalerie républicaine. Selon les sources les chiffres des blessés et tués lors de cette bataille varient grandement (de 1 500 à 6 000 morts). Mais on s’accorde à dire que cette bataille est alors la plus désastreuse de toutes celles qui s'étaient déroulées jusqu'à présent.

  • Le petit caillou des blessures
Mathurin Gabard, « par sa valeur » ôtera un drapeau aux troupes républicaines dans cette « affaire qui eut lieu aux Aubiers » mais, à La Châtaigneraie, il est atteint de deux coups de feu, le premier au côté droit au dessous du sein et le second au poignet droit dont une balle ayant porté sur les tendons fléchissant « lui occasionnant une difficulté dans le mouvement de la flexion ».
Pierre Rabaud fut blessé à St Florent et Fontenay où il reçu un coup de sabre sur la joue et une balle au bras, blessures qui le gêne beaucoup « pour gagner la vie ».
Jean Gabard « a été blessé à Châtillon à l’affaire de vestherman […] d’un coup de bayonnette blessure qui est guérie mais qui le gene pour travailler et gagner l’existence à six enfants. »
Quant à Jacques Jadaud, il fut atteint d’une hernie inguinale « qui lui est survenue au combat de Luçon, en sautant un fossé étant poursuivi par la cavalerie, ce qui le prive de travailler fort souvent, rapport aux coliques qu’il éprouve et de gagner la vie à ces sept enfants. »
Coups de sabre, balle, baïonnette : la guerre a laissé son empreinte dans les corps des hommes.

  • Le petit caillou des démarches administratives
C’est le 3 décembre 1823 qu’est passée officiellement cette ordonnance royale accordant la possibilité d’une pension aux anciens soldats des armées royales de Vendée. Mais pour obtenir cette pension, il faut remplir un certain nombre de critères : prouver sa naissance, sa blessure et son indigence.
- le 11 juin 1824, Mathurin Gabard et Pierre Rabaud sont les premiers à se lancer dans les démarches administratives : Mathurin se rend à Châtillon et Pierre à Nueil, chacun pour faire établir un certificat de santé prouvant leurs blessures. Le 15 juin le certificat de Mathurin est authentifié par le maire de Châtillon. Le 16 juin Mathurin retourne à Châtillon voir le juge de paix, accompagné de sept témoins, pour obtenir deux certificats prouvant sa naissance (puisque les registres ont été ravagés dans un incendie) et attestant de sa présence aux combats.
Il fait cette démarche en même temps que Pierre Rabaud.
Le 20 juin Mathurin va à la mairie de Saint-Amand pour chercher un certificat d’indigence rédigé par le maire de la commune. Il peut désormais envoyer son dossier.
Le certificat de santé de Pierre n’est authentifié que le 20 juin par l’adjoint au maire de Nueil et le 23 par le maire des Aubiers.
Le 29 juin Pierre voit le juge de paix de Châtillon pour obtenir son acte de notoriété et le 6 juillet le maire de Saint-Amand pour son certificat d’indigence.
Le 30 juillet le sous préfet de Bressuire a une grosse journée devant lui : il légalise une première partie des pièces des dossiers de Mathurin et de Pierre (et de bien d’autres sans doute). Le 4 août a lieu la légalisation des dernières pièces des dossiers et leur présentation officielle par les demandeurs (Mathurin sait signer mais il en est empêché, Pierre ne sait pas).
Ces dossiers sont ensuite envoyés à l’échelon supérieur.
Le 9 août Jean Gabard et Jacques Jadaud commencent leurs démarches : officier de santé et juge de paix à Châtillon, maire à Saint-Amand (11 et 16 août), sous préfet à Bressuire (18, 19, 20 août).
A partir du 24 août le préfet de Niort légalise les signatures, examine les dossiers.
Puis les dossiers passent en commission et les jugements tombent : « Brave soldat, blessé grièvement et dans l’indigence », « blessé légèrement et sans fortune », « infirme et sans fortune », « la blessure de ce militaire ne sont pas aussi graves que celles de ses camarades qui précèdent », « il n’est parvenu sur son compte aucun éléments défavorable »…

Mathurin et Pierre apparaissent dans les tableaux de pensions du 30 septembre 1824. Ils reçoivent une pension de 100 francs pour Pierre, simple soldat, et 200 francs pour Mathurin qui fut capitaine.
Jean et Jacques n’ont pas obtenu de pension, leur cas ayant été jugé « hors de l’ordonnance » : Jean n’ayant pas droit et la blessure de Jacques (la hernie inguinale) n’étant pas reconnue consécutive aux combats.
Régulièrement les dossiers font l’objet d’un réexamen, mais « mes » deux pensionnés ne seront pas remis en cause.

  • Le petit caillou de l’indigence
Si j’ai été ravie, grâce à ces dossiers, de découvrir enfin la date de naissance de mon ancêtre Jean - longtemps recherchée, jamais trouvée - j’ai été nettement moins ravie de découvrir qu’à 57 ans Mathurin était un journalier sans ressource, vivant dans l’indigence, empêché de travailler correctement à cause de blessures de guerre reçue à 19 ans.
De la même manière, je n'étais pas pressée d'avoir des détails sur les coliques de Jacques !

Mais en généalogie on ne choisit pas ce que nous réservent les archives…

___

Et comme les grands esprits se rencontrent, retrouvez ici l'article de Raymond paru sur le même thème !


jeudi 30 avril 2020

#Genealogie30 2020

Pour ce mois d'avril, le défi #Genealogie30 est de retour.
Nous nous retrouvons autour de ce mot clé pour partager sur les réseaux sociaux, sur nos blogs, notre passion pour la généalogie, nos coups de cœur.
Tous les jours un thème différent nous est proposé.

Tout comme le #ChallengeAZ, le but est de nous retrouver pour faire la fête et partager notre passion. Pas besoin de grands discours, un mot, une image suffisent parfois à communiquer et à toucher.
___

Comme de nombreux généalogistes, j'ai posté une infographie (sur Twitter et Facebook) au jour le jour, selon le thème imposé. Si vous avez manqué une ou plusieurs de ces publications, ou juste pour le plaisir, retrouvez-les ici réunies. 



Le diaporama démarre automatiquement et change de diapo toute les 30 secondes.Vous pouvez aussi avancer à votre rythme en cliquant sur les flèches en bas à gauche du diaporama.

Jacques Célestin BREGEON a vu le jour le 6 juin 1842, sous la Monarchie de Juillet, à Saint-Amand-sur-Sèvre (79) petite localité à la croisée du pays poitevin saintongeais, de la Vendée militaire et du Sud Anjou. Fils de Jacques Isidore BREGEON et Geneviève Céleste JADAUD, il est l'aîné d'une fratrie de sept enfants. Seulement cinq d'entre eux atteindront l'âge adulte. L'un des témoins de sa naissance est son oncle, Esprit JADAUD, avec lequel il gardera des liens étroits tout au long de sa vie, travaillant avec lui à la métairie de la Ruffinière.

Il n'a dû aller à l'école que le strict nécessaire car il savait juste lire et écrire son nom. Il devait parler le  poitevin saintongeais, que l'on appelle le "parlanjhe". Et "jarthi !" ("peste !") il devait avoir un sacré accent car tout au long de sa vie son nom sera tantôt compris BREGEON tantôt BERGEON. Ce nom, courant dans l'Ouest et la Vienne, et qui connaît de nombreuses variantes (Brejon, Bergeon, Bréjeon...) dérivant sans doute d'un terme régional désignant une pièce de terre de forme triangulaire, rappelant son origine rurale.

A 20 ans il se rend au chef-lieu de canton, Châtillon sur Sèvre, pour le tirage au sort des conscrits. C'est son déplacement le plus long connu (13,5 km !). Mais finalement il est exempté pour "faiblesse de constitution". Il ne verra pas davantage de pays avec l'armée.

En 1871, il épouse Clémentine BOURY, jeune paysanne d'une métairie voisine. Son oncle Esprit est encore là pour l'accompagner. Ensemble, ils s'installent à La Ruffinière, où ils vont donner naissance à 11 enfants. Dit fermier ou cultivateur selon les modes du temps, il cultive la métairie héritée de la famille de sa mère.

Vivant un peu à l'écart du monde, et de ses changements politiques parfois violents, ils mènent une vie paisible sans faire de bruit (ils n'apparaissent pas dans la presse, ne semblent pas très actifs dans la vie de leur communauté). Modestement sans doute (la garde robe de Jacques n'est estimée qu'à 20 francs lors de son décès); leur seule richesse est la ferme. Mais ensemble. Ils restent fidèle à la famille, vivant à La Ruffinière avec plusieurs générations : parents, l'oncle Esprit bien sûr, leurs enfants, ou son jeune frère Louis. Voyant grandir leurs enfants, partageant une chouée (plat à base de choux) ou un pâté aux prunes, tous autour de la table. Ils assistent aux mariages des enfants, à la naissance d'une nouvelle génération. Et lorsqu'arrive le grand âge, ils rejoignent le coin de l'âtre tandis que leur fils aîné, aussi prénommé Jacques, a repris la ferme.

 Jacques Célestin BREGEON, début XXème © Coll. personnelle

Jacques s'éteint le 18 novembre 1917, au milieu des siens à La Ruffinière de Saint-Amand, à l'âge de 75 ans. C'était  mon ancêtre à la 6ème génération, l'arrière-grand-père de ma grand-mère maternelle.