« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 28 janvier 2019

En quête d'un bébé


Ce billet fait suite au #RDVAncestral : la rencontre, publié en décembre.

Je vais parler de personnes aux noms et/ou prénoms similaires, je vais donc faire en sorte d'être la plus claire possible pour que vous puissiez comprendre mon cheminement. Il s'agit de :
- François Fortin et André Fortin (sans qu’un lien de parenté n’ait été trouvé entre eux).
- Marguerite Merlet et sa fille Marguerite Coeffard (qu’on surnommera La Jeune pour la différencier de sa mère).
- André Fortin et André Fortin, le parrain et le filleul (qu’on surnommera bébé André pour le différencier de son parrain, qui est aussi son cousin par alliance).

Résumons:
Le couple Merlet Jean et Jaunereau Françoise, mariés en 1682, ont 8 enfants. Parmi eux on compte notamment Marguerite et Louise.
Louise épouse François Fortin (en secondes noces). La date n’est pas connue (entre 1722 et 1724 semble-t-il). De leur union naîtront sept enfant, notamment André Fortin en 1734. C’est lui « bébé André » dont j'ai raconté la naissance dans l'article de décembre.
Marguerite épouse Jacques Coeffard. De leur union naîtra notamment Marguerite « La Jeune » qui épousera André Fortin ; Malheureusement des lacunes dans les registres paroissiaux nous privent de la date de leur mariage. Tous les deux seront les parrain et marraine de bébé André né en 1734 (le cousin de  Marguerite la Jeune, vous me suivez ?).

On trouve les membres de cette famille dans différentes paroisses, voisines les unes des autres, mais dans trois départements distincts : Saint Hilaire de Mortagne et Evrunes (en Vendée), Cholet, le May sur Evre, La Tessoualle et Saint Christophe du Bois (en Maine et Loire), Le Puy Saint Bonnet (autrefois dans les Deux-Sèvres, aujourd’hui associée à Cholet, les limites des deux départements ont donc été modifiées à cette occasion, en 1973). Certaines de ces paroisses ont aujourd'hui disparues, absorbées par d’autres.

Territoire d'investigation © GoogleMaps

Lors de ce fameux RDVAncestral, j’ai donc raconté le baptême de bébé André. Son acte de naissance, trouvé dans les registres de Cholet (paroisse de St Pierre) est ainsi libellé : "Le 30 janvier 1734 par moy vicaire soubsigne a ete suplée les ceremonies de baptême a un enfant né du jour precedent dans la cour de la trembay de leglise mere de françois fortin laboureur et de louise merlet baptisé à la maison par la sage femme à cause du danger de mort ledit enfant a été nommé André par André Fortin son parrain et marguerite coeffard sa marraine qui ont declaré ne savoir signer."

A partir de ces quelques lignes, j’ai imaginé l’histoire d’une naissance fragile et d’un baptême par la sage-femme. Pour tout vous avouer, j’ai complètement raté mon exercice, car en fait je désirais aborder la rencontre de Marguerite La Jeune et d’André Fortin son (futur ?) mari. Mais de toute évidence je suis passée complètement à côté car, à ma grande surprise, beaucoup parmi vous ont surtout retenu l’histoire de la naissance de bébé André et, s’ils ont été touchés par mon récit, ils se sont surtout inquiétés du sort du bébé et pas du tout de ses parraine et marraine. Mais bon, tant pis !

En décembre, j’avais fait une rapide enquête mais n’avait point retrouvé la trace postérieure du bébé. Devant l’émoi provoqué par ce billet, j’ai donc repris mon enquête.

J’ai commencé par chercher les actes concernant les proches de bébé André.

J’ai trouvé 8 actes de mariages (un pour son frère François, un pour sa sœur Marie Hélène, trois pour son frère Jean et deux pour son « frère de mère », c'est-à-dire un demi-frère utérin né d’un premier lit de sa mère). André n’apparaît dans aucun d’entre eux parmi les témoins. Pas davantage dans les actes de décès de ses parents, en 1763 (tous les deux décédés à deux jours d’intervalle) alors qu'il serait théoriquement âgé de 29 ans.

Par ailleurs, j’ai retrouvé très peu d’actes concernant le couple Fortin/Coeffard et leurs enfants : ils vivaient au Puy Saint Bonnet, où il n’y a pas d’acte en ligne antérieur à l’An IX. D’ailleurs, les quelques mentions trouvées le sont la plupart du temps… dans les registres des paroisses voisines ! Ainsi les naissance des enfants du couple sont connues grâce au registres de Cholet, où il sont dits « baptisés au Puy Saint Bonnet ». Parmi ces raretés, bébé André n’apparaît pas non plus.

D’un premier abord, on peut penser que le petit André est décédé avant les mariages de ses frères et sœurs, c'est-à-dire au moins avant 1751 (donc avant ses 17 ans). Ou est-il simplement trop jeune pour être cité parmi les témoins ?

Il me reste un dernier test : la méthode escargot. Chercher dans tous les registres où la famille est connue, c'est-à-dire :
- Cholet (trois paroisses, avec une préférence pour Saint-Pierre dont ils dépendent), où sont nés ses frères et sœurs,
- Saint Hilaire de Mortagne où sont nés plusieurs de ses oncles et tantes,
- Le May sur Evre, où est décédée sa grand-mère et où demeure sa tante Marguerite lors de son mariage,
- Saint- Christophe du Bois, où ont eu lieu la plupart des mariages de sa fratrie,

J’ai d’abord privilégié l’année 1734 puisque bébé André a un petit frère qui naît seulement 19 mois après lui : l’écart entre ces deux naissances n’est pas extraordinaire mais révèle peut-être un indice sur la possible brièveté de la vie de bébé André.

J’ai commencé par compulser les registres de Cholet Saint Pierre, puisque c’est la paroisse de la demeure familiale de bébé André depuis les années 1720 (mariage des parents) jusqu’en 1737 (naissance du dernier enfant de la famille). Il n’apparaît pas sur l’excellent moteur de recherche des archives municipales. Cependant, des actes sont parfois libellés de cette façon : « est décédé un petit enfant de machin » : je ne sais pas comment ces actes ont été indexés. Mais si je trouve en septembre 1734 « est décédé un petit enfant de françois fortin âgé de 8 mois ou environ » je peux supposer qu’il s’agit de bébé André. Hélas ces recherches ont été vaines.

Je ne l’ai pas trouvé non plus à St Christophe du Bois où la plupart de ses frères et sœurs se marient, ni au May sur Evre.

Les recherches continuent, mais l’hypothèse de la mort précoce de bébé André est donc, pour l’instant, favorisée.

A celles et ceux qui se sont ému(e)s de son sort, je ne peux malheureusement pas vous renseigner précisément, même si je ne suis guère optimiste. Si quelqu’un croise sa route, n’hésitez pas à me faire signe !


samedi 19 janvier 2019

#RDVAncestral : Le dernier chemin

En cette fin de mois de janvier 1893, j’ai rendez-vous Célestine rue du Mail, sur le plateau de la Croix Rousse à Lyon. Je ne connais pas bien la ville et je suis un peu perdue. Au pied de la Montée de la Grande Côte j’avise une élégante jeune femme vêtue d'un mantelet brodé dernière mode sur une robe de mousseline blanche, portant sur la tête une toque en gaze de soie joliment ornée et, bien sûr, les indispensables gants assortis sans lesquels une femme du monde ne sortirait pas. Elle me confirme que je dois emprunter la Montée pour atteindre « la colline qui travaille », celle qui fourmille d’ateliers de canuts, ces ouvriers de la soie.
- C’est un peu raide, mais une fois sur le plateau la marche est plus aisée, vous verrez… m’assure-t-elle avec un grand sourire.
- Je vous remercie… heu…
- Marie ! Je me nomme Marie ! Bonne journée !
A peine ai-je eu le temps de la remercier que, dans un froufrou de satin, elle disparaît, happée par la foule. J’entreprends la fameuse montée et j’avoue que, une fois arrivée en haut, je ne suis pas mécontente d’avoir enfin atteint le plateau !

Débouchant sur la place de la Croix Rousse, je trouve Célestine qui m’attend.
- Je suis venue à ta rencontre car j’avais peur que tu te perdes dans cette grande ville…
Voyant que je suis encore un peu essoufflée, la vieille dame se met à rire.
- Moi aussi, la première fois, j’ai été essoufflée. Il faut dire que j’avais une soixante d’années, moi !
Et vlan pour mon ego.
- Bon, maintenant j’en ai plus de soixante quinze, alors je veux bien ton bras pour m’aider à marcher, ajoute-t-elle en riant toujours sous cape.
Nous nous dirigeons vers la rue du Mail, bras dessus bras dessous. Célestine se laisse aller à ses souvenirs :
- La première fois que je suis arrivée ici, quelle frayeur j’ai ressentie. Tu comprends, j’arrivais tout droit du Poizat. C’est un petit village de 700 habitants situé sur le Plateau de Retord, dans le massif jurassien, au milieu des bois. J’étais veuve depuis une dizaine d’années. Mes quatre aînés étaient casés, le cinquième fiancé et mon petit dernier… Elle essuya furtivement une arme qui perlait puis se reprit… Mon « petit » dernier, qui avait en fait une vingtaine d’années, était décédé à l’hôpital militaire de Belfort en 1873.
Je l’aurai bien interrogée plus avant sur ce décès, mais même s’il avait eu lieu vingt ans plus tôt, visiblement la blessure était toujours ouverte. Je laissais donc mes questions et, pressant le bras de Célestine, je l’encourageais à continuer.
- Bref, je me retrouvais seule et ma fille aînée Philomène qui demeurait à Lyon depuis les années 1860 insistait pour que je l’y rejoigne. Je m’y suis finalement résolue au début de la décennie 1880.

Quel drôle de voyage cela a été : je suis partie de ma campagne à l’arrière de la charrette d’un aimable voisin pour arriver dans la cité lyonnaise par le chemin de fer. C’était la première fois que je prenais un train. J’ai trouvé ça un peu bruyant et sale avec les fumées de la locomotive à vapeur et ces escarbilles qui encrassent les vêtements et brûlent les yeux. En arrivant gare Saint-Clair, j’ai eu l’impression d’avoir changé de monde ! Je venais de mon petit village où tout le monde se connaît pour arriver à la grande ville qui grouille d’inconnus. Quel chemin !

Pour rejoindre le domicile de ma fille et de mon gendre j’avais une petite heure de marche. Mais cela ne me faisait pas peur : dans nos campagnes on marche toujours beaucoup. Par contre, j’ai été très impressionnée par la ville : les rues encombrées de gens, de badauds, de portefaix avec leur marchandises, de cochers qui demandent à faire place pour pouvoir avancer, d’élégantes admirant les vitrines ; les bruits des souliers sur les pavés, des vendeurs de journaux qui crient les titres de la une, des marchands qui vantent leurs produits ; et les odeurs ! celles de la foule, mélange de sueurs, de corps au travail, de crasse, de parfums de dames parfois, des rôtisseries, du crottin de cheval ici ou là. Bien sûr, ayant grandi à la campagne, j’étais habituée à certaines (mauvaises) odeurs, mais ce mélange-là était inédit.

Finalement, après m’être égarée une ou deux fois, j’ai réussi à retrouver la rue du Mail et la résidence de ma fille et de mon gendre. Ma fille voulait que je vienne chez elle pour me reposer : elle me disait que je l’avais bien mérité. Mais je me suis vite ennuyée alors je les ai aidé à l’épicerie qu’ils tiennent au numéro 35 de la rue. 


Rue du Mail, Lyon, 1910 © AM Lyon

Tu sais, il y a bien longtemps la Croix Rousse n’était qu’un petit hameau sur une colline. Puis il a pris de l’importance et le commerce s’y est développé. La rue du Mail se trouve dans un secteur de la ville animé. Parallèlement à la rue du Mail il y a par exemple la Grand Rue de la Croix-Rousse où se trouvent des boutiques, des ateliers d’artisans, des débits de boisson et des auberges… C’est un quartier assez populaire, mais il y a aussi tout proche de là des rues où se trouvent des habitations bourgeoises avec des jardins, et même pas très loin des petits coins de campagne où poussent des cultures maraîchères. Bref, il y règne une certaine mixité : on peut y croiser bourgeois ou ouvriers, marchands ou miséreux. Mais on dit qu’ici l’air est réputé pour être meilleur que celui de Lyon ! Et oui : la Croix Rousse pense toujours un peu qu’elle ne fait pas partie de la ville. Pourtant elle a été annexée officiellement à la cité de Lyon dans les années 1850. Le quartier s’est alors modernisé. C’était l’époque des grands travaux d’urbanisme : la voirie a été améliorée, on a percé de grandes avenues, aménagée des places accueillantes plantées d’arbres, créé des réseaux d’eau potable, construit de gracieux hôtels particuliers et même les immeubles les plus modestes ont bénéficié de belles façades et de tout le confort moderne. Bien loin de ce que j’ai connu chez moi avant d’arriver là, tu peux me croire !

Ce quartier de la Croix Rousse est aussi celui des ateliers des canuts, les « soyeux ». Tu vois ces immeubles qui  ont cinq ou six étages et de grandes fenêtres : c’est pour abriter les immenses métiers à tisser. Les familles vivent en général dans les soupentes.

Il y a une cinquantaine d’années la ville a connu de grands troubles. On a appelé ça la révolte des canuts. C’était l’époque des grandes insurrections républicaines à Paris ou ailleurs. Si la ville n’en n’a pas gardé beaucoup de traces, les mémoires, elles, n’ont pas oublié. Il faut dire que les conditions de travail des ouvriers étaient rudes. Puis l’industrie de la soie a fait la gloire de Lyon et sa renommée. Mais depuis une dizaine d’années les crises se succèdent. La soie est concurrencée par d’autres tissus, moins chers. On a vu de célèbres ateliers fermer leurs portes les uns après les autres. Je ne sais pas comment cela finira…

Mais je parle, je parle ! et nous voilà arrivées sans même que nous nous en soyons aperçues !

Nous sommes en effet arrivées au n°35 depuis un petit moment mais, subjuguée par l’histoire de Célestine, je ne l’avais pas remarqué. Elle reprend, un peu rêveuse :

- Ce quartier en a fait du chemin. Comme moi finalement : tu te rends compte, moi, la fille d’un petit cultivateur de montagne, me voila citadine et rentière ! oui : rentière ! c’est ce que l’agent recenseur a inscrit en face de mon nom la dernière fois qu’il est venu nous inscrire dans ses grands registres il y a deux ans. Ça, on peut dire que j’en ai fait du chemin. De la campagne à la ville, des sabots aux souliers, du dénuement à l’aisance… Mais bientôt il me faudra entreprendre un autre chemin car je suis au bout de ma vie, je le sais bien… Regardant à l’Est elle ajouta : je n’ai pas de regret car j’ai eu une belle vie, mais… pour mon dernier chemin j’aurai bien aimé aller au levant, retourner au pays, être inhumée aux côté de mon époux… Pointant le doigt dans la direction opposée : au lieu de ça, je pense que j’irai plutôt du côté du couchant... 
Suivant son regard, j’imaginai, au-delà des immeubles, le cimetière de la Croix-Rousse.

Je comprenais sans mal ce sentiment de vouloir retourner au pays. Cependant, je restais sans voix : que dire ? je savais bien que jamais Célestine ne reviendrait dans ses chères montagnes. Heureusement c’est l’instant que choisit Philomène pour sortir de l’épicerie et nous accueillir sans remarquer notre nostalgie, toute à la joie de nous recevoir. Avant d’entrer dans la boutique et de partager cet heureux moment de rencontre, je regardai une seconde en direction du dernier chemin qui ne sera jamais pris…

___


Un grand merci à Marie qui a guidé mon chemin dans cette grande ville…


samedi 5 janvier 2019

2019

Je suis 2019. Sosa 2019.

Sur une idée originale (comme ils disent dans les génériques de films) de @FFGenealogie, je vous présente 2019.

Tweet de @FFGenealogie

Les habitués de la généalogie savent que chaque ancêtre a un numéro et que les impairs sont tous des femmes. 2019 est donc une femme; mon ancêtre à la XIème génération plus précisément.
Elle se nomme Marie Boisseau et a vécu à la charnière du XVII et du XVIIIIème siècle à Saint-Malo-du-Bois, localité située dans le bocage vendéen, au Nord du département actuel, arrosée par la Sèvre Nantaise.
Bon c’est Saint-Malo ou Saint-Malô, je n’ai jamais pu savoir et même sur le site internet de la mairie ils l’écrivent des deux manières (je l’ai même vu orthographié Saint-Mâlo, c’est dire…). Quoi qu’il en soit, à l’époque de Marie c’était Saint-Malo, sans accent nulle part.
De toute évidence, le Malo en question fait référence à son célèbre homonyme situé un peu plus au Nord. Et quand au Bois, son origine « provient du bocage épais qui environnait jadis le bourg ». C’est, toujours selon la mairie, « un petit village, presque sans histoire. Ni châteaux, ni belles demeures [ce que contredit Wikipedia en mentionnant un château sur les hauteurs du village au XVème siècle, NDLR]. Le vent de la tourmente a [tout de même, NDLR] soufflé en 1793, tout le pays étant à feu et à sang au lendemain de la Révolution. » Saint-Malo dépendait des terres du Puy du Fou.


Saint Malo du Bois © AD85

Comme vous l’aurez constaté Marie a un nom assez peu original :
Boisseau, ou sa variante Boissel, aurait pour origine le surnom d’un mesureur (le boisseau étant une mesure de capacité pour les grains). Patronyme très présent, notamment dans les années 1700 entre Nantes et Poitiers. [*]
Marie se rapporte évidement à la mère de Jésus-Christ et l’un des prénoms les plus répandus (15% des prénoms donnés en 1700). [*]
Autant dire qu’elle doit avoir une palanquée d’homonymes. Bon, en fait pas tant que ça : une seule à Saint Malo – mais quand même 80 résultats si on élargit la recherche à 30 km (allez ! j’avoue : je triche un peu. 80 est le nombre de résultats donnés par Geneanet mais il y a beaucoup de doublons, donc un peu moins de 80 en fait…).

Je connais son époux, Etienne Pasquier, et au moins trois filles, dont mon ancêtres directe Jeanne, épouse Boury. Je sais qu’elle est décédée le 16 juin 1754 à l’âge d’environ 75 ans ; ce qui la fait naître vers 1679. Sa fille Jeanne étant née vers 1705 (d’après son acte de décès), j’estime le mariage de Marie aux environs des années 1700.

Cela fait beaucoup de flou et de « environ », n’est-ce pas ? C’est qu’à Saint-Malo on se heurte à la fameuse barrière de 1737 : il n’y a pas de registre antérieur. Pour mémoire, en août 1539, l'ordonnance de Villers-Cotterêts prescrit l’enregistrement des baptêmes (obligation étendue aux mariages et aux sépultures en mai 1579). En avril 1667, l’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye impose la tenue de ces registres dits paroissiaux en deux exemplaires : l’un reste aux mains du curé, le second est transmis au greffe de la sénéchaussée, juridiction royale et non ecclésiastique. Mais on retrouve des lacunes récurrentes antérieures à 1737, dans nombre de paroisses. Ce phénomène s’explique par la multiplication des offices (charges achetées, dont les revenus viennent grossir le Trésor royal), soit disant pour assurer un meilleur fonctionnement, mais aboutissant en fait à une désorganisation du système. Finalement une déclaration royale du 9 avril 1736 rappelle et complète l'ordonnance de 1667. Elle est efficace car elle permet, dès l’année suivante, de retrouver des collections de registres paroissiaux quasi-complètes dans toutes les paroisses. [**]

Pour en revenir à Marie, je connais donc son époux, Etienne Pasquier. Il était laboureur ; ce qui indique un niveau de vie sans doute peu élevé. Il est décédé avant son épouse, en 1741. Celle-ci ne semble pas s’être remariée.

Et trois filles.
Certains généalogistes donnent davantage d’enfants : après vérification j’ajoute Gabrielle qui semble bien faire partie de la fratrie. Et peut-être Charles, témoin à un mariage d’un de ses neveu Boury (mais il est indiqué avec la parenté de l’épouse ; est-ce une erreur du rédacteur ou un homonyme ?). Par contre, je ne vois pas comment rattacher Mathurine, donnée comme sixième enfant du couple. Cet article est donc l’occasion d’ajouter deux feuilles à mon arbre (ou 1,5, la deuxième n’étant pas complètement sûre). Un fil entraînant un autre, j’ai aussi complété la famille de Louis Boury, l’époux de Jeanne.

Je ne connais pas les parents de Marie, même si sur internet figure un Luc ou Lucas Boisseau en tant que père (la mère n’est pas identifiée) ; mais cette information n’est pas sourcée et je n’ai pas pu, pour le moment, le relier à Marie. Par contre, je sais qu’elle a un frère, Pierre, présent au décès de son beau-frère Etienne Pasquier. De la même manière, j’ignore si Laurence, présentée comme sa sœur, l’est véritablement ; les actes que j’ai trouvés ne la rattachant pas formellement à Marie et/ou à sa famille.

2019 garde donc quelques trous et mystères, mais de nouvelles découvertes ont déjà été faites : c’est prometteur pour l’année généalogique à venir…


[*] Selon Geneanet
[**] Archives départementales de Vendée