« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral
  • #52Ancestors

vendredi 29 avril 2022

#52Ancestors - 17 - couple Macréau/Le Floch

 

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 17 : Documentez votre généalogie (où sont les sources ?)

A l'occasion de cette dix-septième semaine du challenge #52Ancestors dont le thème est "Documentez votre généalogie", je reviens sur les sources qui m'ont permis d'écrire le polar généalogique lors du ChallengeAZ 2020. Vous ne l'avez pas lu ? Retrouvez ici cette histoire policière basée sur le travail de recherche que j'ai mené autour de mes ancêtres Henri Macréau et son épouse Ursule Le Floch.

___

 

L’intrigue du polar se base sur un travail de recherche rigoureux auprès d’un éventail de sources varié. 

Tout est parti de l’état civil, comme souvent en généalogie. Il m’a donné le squelette de l’histoire, comme il donne l’armature d’un arbre généalogique. Avant de commencer la rédaction je connaissais les dates de naissance et mariage d’Henri et Ursule. Mais j’ai trouvé le décès d’Henri seulement au cours de rédaction. Le chapitre I est assez véridique : la mention curieuse du "domicile" à Coulommiers et ma quête sur Google StreetView pour résoudre ce mystère. 

Pour étoffer ma généalogie comme mon histoire j’ai épluché les recensements. Ils m’ont servi pour reconstituer le parcours d’Henri : ses adresses successives ont été utilisées notamment dans le chapitre D. Et bien sûr les recensements m'ont été utiles lors de l’enquête préparatrice pour établir les liens entre les personnages ayant véritablement existé (voir le "making of : les personnages"). 

J’ai voulu faire des recherches sur l’enregistrement : les actes notariés doivent être enregistrés par un receveur des impôts, c’est-à-dire transcrits sur un registre public, contre la perception d’un droit d’enregistrement. Cela permet de donner des détails sur le patrimoine de nos ancêtres, et peut être une bonne alternative pour connaître la date d’un décès que l’on ne trouve pas dans l’état civil (ce qui était mon cas). Hélas l’enregistrement n’est pas en ligne en Seine et Marne pour la période qui m’intéresse, comme je le raconte dans le Chapitre H. Il ne me reste qu’à ajouter une visite aux archives départementales sur ma to do list ! 

Les fiches militaires m’ont servies pour reconstituer le parcours militaire de certains protagonistes, mais aussi pour les informations périphériques qu’elles contiennent : descriptions physiques, blessures (la mutilation de l’index de Georges Thiberville mentionnée au chapitre E fait partie de ces petits détails véridiques qui émaillent le récit), adresses successives, motifs d’ajournement (comme la claudication d’Henri par exemple, utilisée au chapitre N). 

Les archives judiciaires sont intéressantes pour donner des détails sur la vie de nos ancêtres, même si ce n’est pas forcément ceux que l’on veut connaître en premier (apprendre que son ancêtre a été un mauvais garçon n’est pas toujours facile). J’ai abordé cette source au chapitre V. Dans le cas présent je n’ai pas pu les consulter car elles ne sont pas en ligne en Seine et Marne, mais cela peut-être une bonne piste à explorer. 

Par contre, sur le site des archives départementales j’ai trouvé des monographies communales qui m’ont données quelques informations ayant permis d’étoffer le cadre de vie de mes ancêtres, d’en savoir plus sur les mariniers et les charretiers de Tigeaux, les briqueteries, etc... 

Autre source précieuse : la tradition orale. Cette source est abordée dans le chapitre T. Si vous avez la chance d’avoir des anciens dans votre famille ou dans votre entourage, n’hésitez pas à les interroger : même si vous n'apprenez que des anecdotes ou des souvenirs un peu flous, ce sont autant d’histoires qui font la vie de vos ancêtres. Et s’il y a eu plusieurs témoins d’un même événement, n’hésitez pas à les interroger tous : vous verrez comme le même souvenir peut se révéler différent selon les points de vue ! 

La tradition culinaire a été abordée au chapitre R. Là encore c’est une source "secondaire" mais elle permet de comprendre l’environnement de nos ancêtres. La cuisine est le reflet d’une région, de son agriculture, de ses traditions : appréhender les recettes locales c’est aussi découvrir un pan de la vie de nos ancêtres. 

Lors de ma formation de guide conférencière, j’ai étudié la lecture du bâti et du paysage. C’est ce qui m’a permis de faire la "visite" du quartier des Egyptes du chapitre P. Cette lecture du bâti m'appris beaucoup sur la région. C’est en voyant ce quartier où a vécu Henri que j’ai mesuré l’importance des briqueteries dans la région par exemple. 

La lecture d’ouvrages divers a nourri ma réflexion et m’a aidé à rédiger l'histoire : le chapitre D évoque l’émigration bretonne, les prénoms et leurs variantes ont été abordés au chapitre S tandis que les maisons de famille sont au cœur du chapitre O. Cartes postales anciennes et dictionnaire des métiers ont aussi participé à enrichir mon texte. Bref, quand les sources "généalogiques" viennent à manquer il reste bien d'autres ressources à approfondir. 



Et voilà comment j’ai utilisé de vraies sources pour une fausse histoire ! 



vendredi 22 avril 2022

#52Ancestors - 16 - François Aubin Benetreau

 

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 15 : Recensez ce que vous n’avez pas trouvé (c’est aussi une source !) 


Je n’ai pas trouvé un acte de décès. Celui de François Aubin Benetreau. La vie de ce dernier m’est assez bien connue : il naît à Saint-Aubin-de-Baubigné (79) en 1823.

Grâce aux recensements de population je peux le suivre aisément de son enfance à sa vie d’homme. Je le vois ainsi déménager de St Aubin à la Petite Boissière puis Saint-Amand-sur-Sèvre (communes distantes de moins de 15 km). Il est d’abord dit cultivateur puis bordier.

Il apparaît sur les listes de tirage au sort militaire du canton de Châtillon. Sa taille nous est alors précisée : il mesure 1,67 m. Il présente le motif d'exemption suivant : "cicatrice scrophuleuse au bras gauche" (infection chronique de la peau).

En 1856 il épouse Louise Bouju, dont il aura 8 enfants. On notera au passage que son fils se prénomme François Aubin et deux de ses filles Marie Henriette… ce qui, vous vous en doutez, ne facilite pas les recherches.

Selon les archives notariales, il établit une société commune avec son épouse, sa fille Marie Henriette l'aînée et l’époux de celle-ci Arsène Arbet, tous résidants dans la commune de La Petite Boissière.

On le voit témoin aux mariages de ses enfants en 1879, 1886, 1892. En juin il est dit domestique à St Jouin (lors du mariage de Marie Henriette la cadette) et en novembre 1892 (mariage de Marie Thérèse) dit cultivateur à St Amand. Il a 69 ans. Je perds sa trace ensuite.

 

Son acte de décès n'a pas été trouvé dans les registres d’état civil de St Amand, dernier domicile connu. J’ai élargi mes recherches dans les communes où il avait habité précédemment : St Jouin, La Petite Boissière et St Aubin jusqu'en 1932 (j’ai ratissé large : il aurait alors de 109 ans). Sans succès.

Je n’ai pas trouvé d'inventaire après décès sur les répertoires notariaux du chef lieu de canton, Châtillon, mais ces répertoires étant partiellement lacunaires il a peut-être existé sans que je puisse le trouver.

Du côté de l’enregistrement, je n’ai pas trouvé de testaments ou de succession à son nom (mais il n’y a pas de table postérieure à 1895).

Bref, François semble avoir disparu. Qu’est-ce qui pousse un homme de 69 ans, domestique de son état, a disparaître ainsi ?

  • Déchéance financière ? Avoir un ancêtre devenu mendiant, errant sur les routes, n’est pas si improbable. Mais pour le retrouver, c'est autre chose.
  • Problèmes judiciaires ? Les Archives départementales des Deux-Sèvres ne conservent pas les registres d'écrou de la Maison centrale de Thouars. Seul est parvenu un répertoire alphabétique des noms des détenus pour la période 1874-1925. Son nom n'y a pas été trouvé.

A tout hasard j’ai fait un tour sur la base de données des dossiers individuels des condamnés au bagne, des fois qu’il ait eu de sévères démêlés avec la justice. Ce site, hébergé par le site des Anom, recense les condamnés qui ont subi leur peine dans les bagnes coloniaux, principalement ceux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie.… en vain.

 

A-t-il déménagé ? 

  • Peut-être pour trouver du travail ailleurs - si toutefois il en cherche (il a 69 ans) - mais dans ce cas il serait allé au-delà des limites cantonales, ce qu’il n’avait jamais fait avant. Difficile alors de deviner où il a atterri. 
  • Ou bien pour se rapprocher de ses enfants - mais les derniers domiciles connus de 4 de ses enfants survivants sont dans le canton. A tout hasard, je cherche dans la commune du cinquième et dernier enfant, sa fille Marie Thérèse. Elle demeure à Combrand, commune limitrophe de La Petite Boissière et de St Amand… mais dans le canton voisin de Bressuire.

Je commence par les tables des successions de l’enregistrement. Et là, surprise ! Je trouve un Benetreau François, demeurant à Combrand, décédé en 1894. Est-ce mon François Aubin ? Il est dit veuf de Louise Bouju : pas de doute possible. Je confirme auprès de l’état civil : c’est bien lui. J’ai enfin trouvé son acte de décès ! Et en bonus, sa succession (bon, en l’occurrence c’est un certificat constatant que le défunt ne possédait aucun actif, mais enfin, c’est toujours mieux que rien).

 

Alors, du coup, c’est dommage pour le thème de l’article de la semaine puisque j’ai trouvé ce que je n’avais pas trouvé ! Mais en refaisant soigneusement le tour de toutes les sources disponibles pour rédiger l’article, ça m’a donné de nouvelles idées où chercher… et j’ai l'ai eu !

 

vendredi 15 avril 2022

#52Ancestors - 15 - Sébastien Gallaud

 

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 15 : Paléographie (êtes-vous sûr/sûre de l’orthographe ?)

 

Je suis la lointaine descendante d’une famille de Villêveque (49) – de plusieurs, en fait, mais nous nous intéresserons spécialement à celle-ci aujourd’hui. Je peux les suivre sur 5 ou 6 générations, entre le début du XVIIème siècle et 1766.

 

Pendant longtemps j’ai inscrit cette famille sous le nom de Galland. La première fois que je les rencontre, c’est en remontant les générations depuis la descendance, puis le mariage, de Jeanne Galland, épouse Saulnier. Au moment de ces recherches on est dans la première décennie du XXIème siècle : je consulte souvent un arbre en particulier sur Geneanet car nous entretenons de nombreux cousinages, celui de "jackyjoul". Grâce à ses informations, je remonte sans difficulté les générations des ascendants de Jeanne :

  • Jacques et sa femme Marie Joulain, ses parents
  • Jacques et sa femme Marie Belu, ses grands-parents
  • Vincent et sa femme Andrée Repussard, ses arrière-grands-parents
  • Sébastien et sa femme Marie Gilbert ses AAGP
  • Et un dernier ancêtre dont l’identité n’est pas connue (mais mon logiciel oblige à créer une fiche lorsque je veux créer des frères ou sœurs à un ancêtre, comme c’est le cas pour Sébastien et sa sœur au prénom plutôt rare de Phélice – ou Félice).

Bien sûr je n'oublie pas de vérifier toutes ces données (comme je l'ai expliqué dans l'article de la semaine dernière). De temps en temps Galland s'orthographie aussi Galand, ce que je prends soin de noter. Mais cette famille ne semble pas présenter de difficultés particulières. J'enregistre au passage un record de ma généalogie, médaille d'or : Jacques et Marie Belu son épouse ont l'un des plus grand nombre d'enfants dans une seule union trouvé à ce jour (17 enfants !). Je remarque qu'ils ont encore un enfant en 1701, l'année même où leur fils aîné Jacques se marie avec Marie Joulain (mes sosas 1278 et 1279).


Sur Geneanet, c'est une famille bien connue. A titre d'exemple, Sébastien et son épouse Marie Gilbert apparaissent dans environ 25 arbres en ligne.

 

Puis au fur et à mesure des années, je me suis aperçue que la famille Galland  apparaissait dans une dizaine d’autres arbres… sous l’orthographe Gallaud ! Ô surprise !

 

J’ai donc vérifié « mes » Galland. Et effectivement, il s’avère que les Galland sont des Gallaud ! A ma décharge, rien ne ressemble plus à un U qu’un N.

 

Galland ou Gallaud ? © AD49


J’ai donc modifié les 6 générations qui apparaissent dans mon arbre. De cette histoire je retiens qu’il faut multiplier les pistes de travail et rester ouvert à toute modification possible. Ce que l'on écrit à un moment donné n'est pas gravé dans le marbre car la généalogie est une quête perpétuelle, toujours en mouvement.

 

 

PS spécial à l’intention de Feuilles d’ardoise, ma multiple cousine : j’ai trouvé la date de décès de Jacques Gallaud fils - époux de Marie Belu - si ça t’intéresse… ;-)

 

 

 

vendredi 8 avril 2022

#52Ancestors - 14 - Ollive Videlo

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 14 : Vérifier votre généalogie



Je distingue deux sortes d’éléments dans ma base généalogique :

  • Les événements (dates et lieux)
  • Les notes

 

Je tiens de mes études d’histoire une certaine rigueur vis-à-vis des sources. C’est pourquoi tout ce qui est entré en tant qu’événement a été vérifié d’abord, c'est-à-dire que j’ai consulté une source fiable qui prouve la véracité dudit événement. Si je ne trouve pas cette source alors je rentre l’info dans mes notes mais pas dans les événements.

Ainsi pour Ollive Videlo : elle est originaire de Mûr de Bretagne (22). Je l’ai identifiée en remontant les générations par sa fille. Je sais qu’elle a été mariée à Morice Le Masson et qu’ils ont eu 6 enfants. Je connais son acte de décès (en 1690) et une année de naissance approximative.

Sur Geneanet ce couple donne 180 résultats, dont une soixantaine donnent une date de mariage. La majorité de ces arbres donne comme date le 10 mars 1645 à Mûr. Cette date est probable, compte tenu du fait que le premier enfant du couple a été trouvé en 1646. Mais l’acte n’a pas été trouvé à cette date (ni ailleurs) dans les registres. Très peu d’arbres en ligne donnent leur source. Quand ils le font, c’est pour donner le nom d’un autre arbre en ligne.

N’ayant pas la possibilité de me rendre dans les Côtes d’Amor, je dispose de peu de solutions pour confirmer ou infirmer cette date. Genearmor, base en ligne fruit d’un partenariat entre le département et le cercle généalogique, ne donne aucun résultat.

J’ai donc inscrit ce mariage possible dans la note conjugale, ainsi que l’état des recherches effectué sur ce mariage introuvable, mais rien dans les événements.

Je n’exporte et mets en ligne que les événements, de ce fait mon arbre en ligne est fiable (hors erreurs involontaires comme des erreurs de frappe…).

Cette façon de faire me permet d’éviter d’avoir une liste longue comme le bras de données à vérifier. Et c’est plus satisfaisant pour moi de me dire que mon arbre est solide.

 

Bon après, je ne suis pas une machine : je ne suis pas à l’abri d’erreurs non plus, erreurs de transcription, de frappe ou carrément de branche !

 

En fait, je vérifie régulièrement ma généalogie… sans m’en rendre compte vraiment.

 

A l’occasion de la rédaction d’un article, je fais toujours un tour sur Geneanet pour voir si je ne pourrais pas glaner quelques informations nouvelles sur la personne ou le couple étudié. C’est l’occasion de :

  • vérifier les informations déjà en ma possession.
  • préciser l’environnement familial : mariages et enfants des frères et sœurs par exemple, qui n’ont pas été collectés de façon systématique quand j’ai commencé la généalogie.
  • faire de nouvelles découvertes grâce aux arbres en lignes par exemple.

Et bien sûr les recherches préalables à la rédaction de l’article peuvent apporter de nouvelles informations que je peux ajouter dans mon logiciel.

 

Je révise aussi ma généalogie au fur et à mesure des nouvelles mises en lignes sur internet : un nouveau fonds, c’est l’occasion de nouvelles recherches. Et les nouvelles recherches sont une manière évidente de vérifier sa généalogie : en confrontant des nouveautés aux données anciennes on s’aperçoit vite si une erreur s’est glissée dans les informations déjà enregistrées.

 

En panne d’inspiration, je check parfois ma généalogie : je prends la liste des patronymes et une par une je vérifie les infos que je possède déjà et je tente d’en recueillir d’autres par la même occasion.



vendredi 1 avril 2022

#52Ancestors - 13 - François Le Maux

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 13 : Sœurs  



François Le Maux est l’aîné. Il a eu un frère et huit sœurs. Né en 1761 au Quilio (22), de Mathurin Le Maux et Marie Le Corre.

Dès l’année suivante il voit naître une première petite sœur, Anne Marie. Sans doute n’en n’a-t-il pas eu conscience, compte tenu de son jeune âge. Mais ils ont vécu leurs premières années ensemble.

En 1766 François a 5 ans. Je l’imagine penché au-dessus du berceau, curieux, observant sa nouvelle petite sœur, Marie Françoise. L’expérience a dû avoir un goût de nouveauté puisqu’il était trop jeune pour se souvenir de la précédente naissance. S’est-il senti « grand frère » ? Lui a-t-on déjà donné quelques responsabilités dans la garde et la protection de ses jeunes sœurs ? A-t-il gonflé le torse, empli de fierté, en disant aux visiteurs de la maisonnée « voici ma petite sœur » ? Ou peut-être a-t-il quelque peu déchanté devant les vagissements du bébé : « Pffff ! Elle pleure tout le temps, maman ! ».

Pour ses 7 ans, maman lui a promis une surprise. Impatient François passe en revue ce que ça pourrait être : un jouet, un nouveau costume ? Mais deux semaines avant son anniversaire, branle bas de combat dans la maison : la surprise arrive plus tôt que prévu. Malgré sa grande imagination, il ne s’attendait pas à ça : une autre petite sœur ! Yvonne Perrine est arrivée le 10 janvier 1768.

Mais cette arrivée dans le monde fut rapidement troublée car le 18 janvier Marie Françoise, deux ans, s’est éteinte. François avait un peu de mal à se souvenir, mais il lui semblait que l’atmosphère était différente après la naissance précédente… Bien sûr, le nouveau bébé réclamait des soins comme sa sœur aînée, mais la joie n’était pas vraiment là depuis le départ de Marie Françoise. Hélas le climat ne s’éclaircit pas, bien au contraire, car à la mi-février c’est Anne Marie qui partit à son tour. François n’avait plus de petite sœur. Enfin, il y avait le bébé, mais on ne pouvait pas jouer avec elle comme il le faisait avec Anne Marie.

Maman ne mit pas longtemps à fabriquer un nouveau bébé, se dit François en la voyant avec son gros ventre. C’est que, maintenant, il avait l’habitude : à chaque fois qu’elle se déplaçait avec lenteur et difficulté, qu’elle s’asseyait pour souffler un peu, il y avait eu un nouveau bébé à la maison ! Et il avait raison : en septembre 1769 naquit Suzanne. François fixait la nouvelle petite sœur avec attention. Il se demandait combien de temps il allait la garder celle-là. Parce que les petites sœurs avaient une fâcheuse tendance à mourir vite !

La vie ne tarda pas à donner raison à François : en 1770 Yvonne Perrine décéda à son tour. Ne restait que la petite Suzanne.

François avait 10 ans lorsqu’il vit de nouveau le ventre de sa mère s’arrondir l’année suivante. « Encore une petite sœur ! » se dit-il. Il se désintéressa rapidement de la chose. Encore une petite sœur… dont il faudra s’occuper ! « Pfff ! » C’est dans la chaleur de juillet que naquit un nouveau bébé. Oh ! Surprise : c’était un garçon ! Est-ce qu’un garçon est vraiment différent d’une fille ? se demanda François. Hélas, il ne se posa pas longtemps la question : avec les premiers froids le petit Yves s’éteint à son tour. « Zut ! »

François guetta discrètement le ventre de maman. Maintenant qu’il savait qu’elle pouvait faire des petits frères, il avait hâte de la voir s’arrondir à nouveau. Ce n’est que deux ans après la naissance d’Yves qu’il fut exaucé. En juillet 1772 naquit… Françoise ! Quoi ? Encore une petite sœur ? Mais ça devait être un petit frère ! François fut déçu.

François avait 13 ans quand Marie Françoise (la deuxième) vint au monde. Maman le prit à part et lui dit : « Tu es grand maintenant, tu vas pouvoir m’aider avec tes petites sœurs. » François n’était que moyennement emballé par l’idée. Il trouvait qu’il le faisait déjà et il était un peu déçu que maman ne s’en soit pas aperçue. Lorsque Marie Françoise s’éteint à son tour en février 1776, il se sentit un peu responsable. Mais il n’eut pas longtemps pour s’appesantir sur la question : en août maman donna naissance à Marguerite. Craignait-elle de la perdre elle aussi ? François s’interrogea mais ne put déchiffrer son visage.

Il récapitula : c’était sa septième sœur. Cinq n’avait pas vécue (plus le petit frère). Il jeta un coup d’œil à Suzanne : du haut de ses 7 ans, c’est la seule qui avait survécu. Mais elle était encore bien jeune, il ne fallait pas crier victoire trop tôt.

En 1780 François fêta ses 19 ans. C’était un homme à présent. Fin septembre sa mère donna naissance à une dernière petite sœur, prénommée Françoise. Il n’eut pas beaucoup de temps pour s’y attacher : moins d’un mois plus tard elle avait déjà quitté ce monde. Elle fut celle qui eut la vie la plus courte.

Suzanne et Marguerite furent les seules sœurs de François à atteindre l'âge adulte.

Trois ans plus tard, François se maria. Il se demanda si lui aussi allait devoir enterrer 7 enfants…