« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mercredi 31 octobre 2018

#Centenaire1418 pas à pas : octobre 1918

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois d’octobre 1918 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er octobre
Un nouveau docteur rejoint notre groupe pour remplacer l’ancien rappelé à l’intérieur. Le tube 476 de la 1ère batterie est échangé contre le tube 774.

2 octobre
Ordre du colonel : la colonne lourde fera manœuvre à 18h et la colonne légère à 5h pour Outrepont (région de Vitry le François).

Carte Rarecourt-Outrepont

3 octobre
Arrivée de la colonne lourde à 4h et de la colonne légère à 10h à Outrepont où nous cantonnons.

4 octobre
Les camarades me racontent les progrès fait par le régiment d’artillerie lourde depuis le début de la guerre : parti dès le premier jour de la mobilisation, il a constitué une arme nouvelle qui a réussi à participer à tous les grands combats sur les fronts de France, d’Italie ou d’Orient.

5 octobre
Se déplaçant fréquemment le RAL a été appelé là où les bombardements faisaient rage, là où il y avait besoin de la puissance et de la portée de ses canons et de la vaillance de ses soldats.

Artillerie lourde © museevirtuelmilitaire.centerblog.net

6 octobre
L’intelligence de tous, officiers et hommes de troupe, ont permis de perfectionner matériel méthodes. A tel point que le commandement décida la création d’unités analogues.

7 octobre
Si le RAL a subi de lourdes pertes, il a aussi mérité les honneurs, s’illustrant dans les grandes batailles de la guerre : Meuse, Yser, Champagne, Argonne, Verdun, Montdidier, etc…

8 octobre
Le RAL a aussi été récompensé par de nombreuses citations, palmes et étoiles. Sa fourragère verte et rouge restera, nous l’espérons, dans l’histoire comme le symbole du courage et de la vaillance du régiment.

9 octobre
L’ennemi est maintenant hors de portée. Le régiment est alors mis à la disposition de la Ière Armée dans la région de Saint-Quentin : nous reprenons la route.

10 octobre
Le Groupe envoie au PRA un avant train de la 1ère batterie l’affût 102 et la glissière 101 de la 2ème batterie qui vont être échangé contre un nouvel avant train l’affût 351 et la glissière 45.

11 octobre
Tout le régiment fait mouvement pour Sézanne. Nous cantonnons à Barbonne.

Carte Outrepont-Barbonne

12 octobre
Étape de Barbonne à Trocy où nous cantonnons.

13 octobre
Étape de Trocy à Tarlefesse où nous cantonnons 48h. Une reconnaissance est ordonnée pour le lendemain afin de déterminer les positions des batteries entre la côte 87 et la route de Marcy à Bernot.

Carte Barbonne-Bernot

14 octobre
Le chef d’escadron effectue sa reconnaissance avec les commandants de batteries.

15 octobre
A 5h30 départ d’une section par batterie pour les positions situées en bordure de la route de Regny à Seboncourt à 1 500 m au SE de Fontaine Notre Dame où s’installe le PC du chef d’escadron.

16 octobre
Le chef d’escadron prend pour trois jours, en l’absence du colonel, le commandement des groupes de G.P.F. du régiment.

17 octobre
Le groupe participe à une opération déclenchée à 5h30. 158 tirs sont exécutés.

18 octobre
235 coups sont tirés.

Douilles de canon 75 © Wikipedia

19 octobre
Le groupe est chargé par le colonel d’assurer la liaison entre la 33ème DI et le régiment. Tirs exécutés par la 1ère batterie : 105 coups ; par la 2ème batterie : 60 coups.

20 octobre
Tirs exécutés : 120 coups.

21 octobre
Certains disent que c’est l’ultime bataille de la guerre. Pourvu que cela soit vrai !

22 octobre
Tirs exécutés : 62 coups.

23 octobre
Un de nos lieutenants est affecté à la mission française auprès de l’armée américaine. Tirs exécutés de nuit : 40 coups.

24 octobre
Évacuation du sous-lieutenant Monnet. Tirs exécutés : 65 coups et 10 de nuit.

25 octobre
Tirs exécutés : 373 coups.

26 octobre
Le groupe participe aux opérations de franchissement de l’Oise à 5h45 pour la 33ème DI et à 9h pour la 56ème DI. Tirs exécutés : 390 coups pour la 1ère batterie, 409 pour la 2ème batterie.

27 octobre
Reconnaissance des positions de batterie dans la région de Noyales. Tirs exécutés : 209 coups.

Tir au canon de 120 © picclick.fr

28 octobre
Dans la matinée mise hors batterie ; les pièces sont conduites aux nouvelles positions au sud (1ère batterie) et au Nord (2ème batterie) de Noyales. Trois pièces seulement par batterie, les quatrièmes restent à l’échelon. Le PC est installé à Noyales, l’échelon se transporte à Regny. Le tube 520 de la 2ème batterie est échangé contre le tube 759.

29 octobre
Le capitaine Daubon prend le commandement du groupe en l’absence du chef d’escadron parti en permission.

30 octobre
Le groupe participe à l’attaque menée par le 31ème CA dont la mission d’ensemble comporte le franchissement de l’Oise en aval et au SE de Guise. Tirs exécutés : 177 coups.

Carte Bernot-Guise

31 octobre
Tirs exécutés : 176 coups.


samedi 20 octobre 2018

#RDVAncestral : L'homme dans le brouillard

Il faisait froid ce jour-là à Champéry, village haut perché du Valais Suisse. Le paysage était recouvert d’une épaisse couche de neige,  nappant tous les contours du paysage, des maisons, des silhouettes emmitouflées se dépêchant de rentrer chez elles. La buée qui sortait de ma bouche se confondait avec l’épais brouillard qui augmentait la confusion des formes. Tout était d’un blanc cotonneux et l’on ne savait pas où s’arrêtait la terre et où commençait le ciel.

A la sortie de l’église, je repérai Justine, mon ancêtre située cinq générations au-dessus de moi. Nous échangeâmes quelques banalités, puis je proposai de l’accompagner sur le chemin du retour. D’un air distrait, elle accepta. Au moment de se mettre en route, elle sembla soudain se rappeler quelque chose. Elle se retourna et appela :
- Pierre ! Louis !
Deux garçons, qui jouaient avec d’autres à une bataille de boule de neige improvisée sur le parvis de l’église, quittèrent à regret la partie et leurs camarades.
Le premier des garçons était un grand échalas, tout en os, âgé de 19 ans, avec de long bras qui semblaient l’embarrasser plus qu’autre chose. L’autre, âgé de 13 ans, était petit, plutôt rondouillard, ses joues n’ayant pas encore totalement perdu les rondeurs de son enfance.

Tandis qu’ils nous rejoignaient, une légère neige commença à tomber. Doucement le ciel s'assombrissait.

Champéry © lenouvelliste.ch

Tout en marchant, je jetai un coup d’œil en biais au ventre de Justine. Sous son épais manteau, on devinait à peine que sa taille commençait à s’épaissir. Mais bien sûr, moi je le savais, ou du moins je le supposais, puisque c’était le père de mon arrière-grand-père qui devait s’annoncer là ! Il naîtrait en mai et ce serait le dernier de mes ancêtres Suisses à venir au monde de ce côté de la frontière. Deux ou trois décennies plus tard il passerait le col et s’installerait à Samoëns (Haute-Savoie actuelle), faisant souche... et pleins de petits Français !

Mais le brouillard n’était pas que dans le paysage : il entourait aussi la naissance du futur Joseph Auguste. En effet, celui-ci est né de père inconnu.
Déjà, l’identité de sa mère était sujette à caution :
Il était difficile de prouver avec certitude que la Justine que j’avais à mes côtés était bien la mère de Joseph Auguste né en 1863, car il n'y avait pas d'indication de filiation de Justine au baptême de Joseph Auguste. Cependant, voici les indications qui avaient orienté le choix sur cette Justine (ou Marie Justine) Borrat-Michaud lors de mes précédentes recherches :
- le parrain et la marraine de Joseph Auguste sont Joseph Borrat-Michaud et Alphonsine Gex-Collet. Joseph est le frère de Marie Justine, et Alphonsine deviendra sa belle-sœur en 1867 en épousant un autre frère de Marie Justine, Jean-Frédéric Borrat-Michaud.
- d'après les relevés des familles du Val-d'Illiez, et il s'agit de la seule Justine Borrat-Michaud vivante à cette époque à Champéry ; ce qui me l’avait fait « adopter » officiellement comme étant mon ancêtre.
Cependant, Justine est née en 1814, ce qui la fait âgée de 49 ans à la naissance de Joseph ! Le doute persistait donc toujours, comme un brouillard épais et collant. J’espérai que ma rencontre du jour dissiperait les incertitudes.

Le premier fils de Justine est lui aussi né de père inconnu. L’identité du père du second est consignée dans son acte de naissance, bien que les parents ne soient pas mariés : ils vivent seulement ensemble. Celui-ci se nomme Pierre Julien Rey Mouroz. En 1863 il est toujours vivant : est-ce lui alors le père de Joseph Auguste ? Mais dans ce cas pourquoi s’être fait connaître lors de la naissance de Louis, et pas pour celle de Joseph ?

Je retournai toutes ces questions dans ma tête, ne sachant pas très bien comment les aborder avec Justine. Après tout c’était un peu délicat. Justine paraissait toujours soucieuse, presque renfermée. Était-ce sa grossesse qui la préoccupait ? Il fallait que je me dépêche de trouver un angle d’attaque, car nous allions bientôt arriver à demeure et je n’étais pas sûre que la bonté de Justine irait jusqu’à m’inviter à entrer. Finalement, ne trouvant pas de moyen plus subtil, je m’apprêtai à la l’interroger carrément avec une question du genre « est-ce vrai que vous attendez un nouvel enfant de Pierre Julien ? » (Je n’étais pas sûre de mon fait, mais tant qu’à faire de mettre les pieds dans le plat, autant y aller au bluff).

Je pris une grande inspiration et ouvrai la bouche, persuadée de me faire insulter à peine aurai-je posé une question aussi grossière. Mais tandis que je me tournai vers Justine pour perpétrer mon crime, celle-ci tendit vers moi sa main ouverte, m’intimant le silence.
- Un instant, s’il-vous-plaît ! Pouvez-vous garder un œil sur les garçons ?
Et avant que je n’ai pu lui répondre, la voici qui s’élance dans une ruelle. Je l’observai à distance, encore sous le coup de la surprise de ce qui venait de se passer.

A cause du brouillard et de la pénombre naissante, je la distinguai à peine. Cependant, je voyais bien qu’elle y avait rejoint un  homme. Ils parlaient tous les deux et la discussion semblait assez animée. J’entendais des bribes de conversation portées par le vent, quelques mots échappés par hasard et arrivés jusqu’à moi. Il était question d’enfant, de responsabilité, de réputation… Pour moi, plus de doute possible : ce devait être le père de Joseph. Mais je ne le voyais pas bien d’où j’étais. Il semblait grand, enveloppé dans un large manteau, sa capuche retombant sur ses épaules, ses cheveux parsemés de petits flocons blancs. Mais le brouillard m’empêchait de distinguer les traits de son visage. Il demeurait une silhouette floue dans la neige tourbillonnante.

Je devais absolument savoir qui était cet homme. C’est alors que j’avisai une commère qui passait par là, rentrant chez elle d’un pas pressé. Je l’attrapai par la manche pour lui demander si c’était bien Pierre Julien qui discutait avec Justine.
- Mais ! Comment voulez-vous que je le sache ! On n’y voit goutte ! Et, plutôt furieuse, elle se dégagea d’un geste brusque, reprenant sa marche laborieuse dans la neige de plus en plus épaisse du chemin.
Je regardai autour de moi, désespérée : il n’y avait plus personne en vue. Je me décidai donc à aller voir par moi-même, mais à ce moment-là l’homme quitta Justine et s’éloigna vivement. Le brouillard l’enveloppa d’un coup, le faisant disparaître à jamais. Justine revenait à pas rapides. Elle était visiblement bouleversée. Elle appela ses garçons et, semblant m’avoir oubliée, me planta là.

Je restais un moment au milieu du chemin, immobile, désemparée : je n’avais pas pu obtenir les renseignements tant convoités et, pire que tout, j’avais peut-être été à quelques mètres seulement de mon ancêtre sans avoir pu l’identifier. Le constat était amer : je ne pourrai probablement jamais découvrir l’identité du père de Joseph. Enfin, le froid piquant me décida à bouger et à m’en retourner… dans le brouillard.


jeudi 11 octobre 2018

Les enfants inconnus

Marie Louise Gibert se situe 5 générations avant moi. Elle vivait en Seine et Marne, où elle est née en 1845 à La Chapelle sur Crécy. En 1866 elle épouse Théodore Macréau. Je ne leur connais que deux enfants : Albert né en 1867 à Guérard et Henri (mon ancêtre direct) né en 1874 à Meaux. Par contre, je leur connais au moins 5 domiciles différents : La Chapelle sur Crécy, Guérard, Meaux, Tigeaux, Serris, tous situés dans un rayon de 25 km environ. Je perds ensuite sa trace car il n’y a plus d’archives numérisées en ligne après 1902/1912 (selon les communes) et j’ignore donc la date et le lieu de son décès. Au fur et à mesure des années, elle est dite manouvrière,  journalière, domestique ou sans profession. Son époux est manouvrier puis charretier.

Grâce à un long dépouillage des listes nominatives de recensement, j’ai pu suivre la trace de Marie Louise :
Commune de La Chapelle s/Crécy (canton de Crécy la Chapelle) :
- en 1846, en 1851, en 1856, en 1861.
Commune de Guérard (canton de Coulommiers) :
- en 1866 et en 1872.
Elle n'apparaît pas à Meaux dans le recensement de 1876 (son fils y est né deux ans auparavant : la famille a donc déjà déménagé), ni à Tigeaux (leur prochaine destination) ; par conséquent il me manque une adresse supplémentaire entre 1874 et 1881 où je la retrouve à nouveau.
Elle (ré)apparaît à Tigeaux (canton de Rozay en Brie) :
- en 1881, 1886, en 1891, en 1896, en 1901 et en 1906.
Puis la dernière adresse connue : elle apparaît cette fois à Serris (canton de Crécy La Chapelle) :
- en 1911.

Mais ce ne sont pas les multiples déménagements de la famille qui m’ont interpellée : c’est la composition du foyer, détaillée de façon précise par les agents recenseurs.
- en 1846, en 1851, en 1856, en 1861 (de 1 à 16 ans) elle habite avec ses parents et ses frères et sœurs (on voit la famille s’agrandir au fur et à mesure des recensements) ; ce qui est tout à fait normal.
- en 1866, Marie Louise a 21 ans. Elle habite cette fois chez ses beaux-parents (elle s’est mariée en mars et le recensement est de mai) mais son mari n'est pas cité : son travail l’a-t-il éloigné ?
- en 1872. Elle habite cette fois avec son époux et leur fils Albert âgé de 5 ans.
- en 1881. Elle est journalière. Elle habite avec son époux et leurs deux fils Albert (14 ans, vacher) et Henri (7 ans, vacher).
- en 1886. Même chose.
- en 1891 (mois de mai). Elle est sans profession. Elle habite avec son époux et son fils Henri âgé de 16 ans. L’aîné a alors 24 ans et a quitté le foyer familial (il remplit en fait ses obligations militaires : il est sous les drapeaux jusqu’en octobre 1891, date à laquelle il est envoyé « en congés » en attendant de passer dans la réserve, ce qui sera effectif le 1e novembre). Mais le cas étrange de Maie Louise commence ici : dans le foyer « familial » l’agent recense également 2 jeunes enfants : Croisy Gaston (8 mois) et Janvoile Louis (4 mois). Ils sont dits « nourrissons » et « sans profession » (sic). Et dans les recensements suivants on va retrouver ce phénomène, avec des enfants différents.
- en 1896. Marie Louise est dite manouvrière. Elle habite avec son époux et son fils Henri âgé de 22 ans et 3 jeunes enfants : Dangues Marcel (3 ans), Dangues Léontine (2 ans) et Guilmet Lucienne (6 mois).
- en 1901. Elle habite avec son époux (Henri s’est marié en 1900), sa nièce Gibert Lucie (âgée de 11 ans) et 2 autres enfants : Guilmet Andrée (4 ans) et Longchamps Henriette (7 mois).
- en 1906. Elle habite avec son époux et son petit-fils (son fils et sa bru ne sont pas cités : ils demeurent à Serris avec leur autre fille).
- en 1911. Elle a 66 ans et veuve depuis 5 ans : elle habite désormais chez son fils Albert et sa bru Marie. Comme je l’ai dit plus haut, je perds sa trace ensuite.

Marie Louise a donc accueilli 7 enfants « non identifiés », plutôt des bébés (le plus âgé a 4 ans), entre 1891 et 1901, alors qu’elle demeurait à Tigeaux.

Pouponnière © numelyo.bm-lyon.fr

J’ai tenté de pister tous ces enfants qui ne font pas partie de la famille : aucun ne naît dans la commune (ni ne décède, du moins dans les années proches). En élargissant la recherche, cela me donne :
- un Croisy Gaston né le 24/7/1890 à Marles en Brie (canton de Rozay), matricule militaire n°60.
- Jeanvoile Louis, Dangues Marcel n’ont pas été trouvés, ni par leur naissance, ni par leur fiche militaire en Seine et Marne actuelle ou dans l’ancienne circonscription de la Seine. Sont-ils décédés en bas âge ? Ont-ils déménagés ?
- Guilmet Lucienne, Dangues Léontine, Guilmet Andrée n’ont pas été trouvées non plus.
- une Longchamp Henriette est née à Melun en 1900.

Je ne les ai pas trouvés non plus parmi les enfants assistés de la Seine, qui regroupent les enfants trouvés, abandonnés ou  orphelins ; les moralement abandonnés (dont les parents ne peuvent assurer moralement ou matériellement l’éducation) ; les secourus (dont les parents sont aidés financièrement).

Les mentions du recensement étant très lapidaires, difficile de savoir si les Gaston et Henriette trouvés sont bien ceux que je cherchais.

Aucun lien ne semble relier ces enfants à la famille Gibert - ou Macréau (hormis la nièce mentionnée en 1901 et le petit-fils en 1906). Pourquoi ceux-ci habitent-ils chez le couple Macréau, je l’ignore, mais les liens de famille clairement stipulés les écartent du cas particulier des autres enfants qui demeurent au foyer. Pour ceux-ci, on ne retrouve jamais leurs patronymes dans un acte concernant la famille Macréau, en tant que parents, amis ou témoins. Ils ne semblent donc pas faire parti de leurs proches.

Étant donné que ces enfants sont toujours très jeunes, et qu’ils « disparaissent » vite (on ne les retrouve jamais dans deux recensement successifs), j’ai pensé que Marie Louise était peut-être nourrice d’enfants, bien que ce métier ne soit jamais mentionné dans les documents la concernant.

Elle serait ce que l’on appelle une « nourrice au loin », c'est-à-dire  qu’elle emmène le nourrisson chez elle, à la campagne (tandis que les  « nourrices sur lieu » viennent habiter dans la famille de l'enfant).
Si tel était le cas elle aurait dû, pour pouvoir exercer, présenter un certificat constatant que son dernier enfant vivant était âgé de 7 mois à 2 ans maximum, afin de pouvoir allaiter le nourrisson accueilli (l’usage du biberon étant encore très marginal). En général, les nourrices ne s’occupaient que d’un seul bébé à la fois ; théoriquement en tout cas, car on connaîtra des dérives : de nombreux cas de nourrices s’occupant de plusieurs enfants en même temps ayant été signalés. En effet, pour chaque enfant dont elles s’occupaient, les nourrices percevaient un salaire. La misère régnant dans les campagnes entraîna des abus avec l’accueil de plusieurs enfants pour obtenir un salaire plus important.

Or les conditions de ce métier ne correspondent pas vraiment aux informations trouvées sur Marie Louise :
- son fils le plus jeune a 16 ans la première fois qu’elle accueille des enfants : elle n’allaite donc plus depuis bien longtemps !
- elle reçoit plusieurs enfants en même temps.
- certains sont beaucoup trop âgés pour entrer dans le cadre de ces nourrices allaitantes (3 ou 4 ans).

J’en reviens donc à mon point de départ : qui sont ces enfants inconnus ? Est-ce qu’elle fait partie d’un cas exceptionnel, accueillant plusieurs enfants, d’âges variés, un peu comme  une assistante maternelle d’aujourd’hui ? Dans ce cas, elle devait avoir adopté le biberon ou au autre système d’allaitement similaire, puisque la majorité des enfants n’étaient pas sevrés. Et avoir sans doute une vache ou une chèvre, puisque le couple n’était pas agriculteur (exceptée sur une courte période où Marie Louise est dite journalière tandis que son époux est toujours charretier, mais cela se passe avant l’arrivée des enfants). Et que sont devenus ces enfants par la suite ?

En bref, beaucoup de questions soulevées par ces recensements successifs, quelques hypothèses mais bien peu de réponses !




jeudi 4 octobre 2018

Histoire d'une photographie

Augustin Astié et Louise Lejard se marient à Angers en 1912. Une photo de la noce a été prise à cette occasion.
Je vous propose de la faire parler, de façon interactive :

Les flèches sur fond gris à droite permettent d'avancer et à gauche de reculer.

Pour accéder aux informations, cliquez sur le symbole correspondant.

Une flèche vers la droite indique la suite du commentaire.

Sur chaque diapositive, en haut à gauche, une flèche retour permet de revenir à la photo de la noce.

Le symbole "menu" permet de revenir à la page thématique.
Vous pouvez mettre l'animation interactive ci-dessous en plein écran en cliquant sur les trois points en bas à droite.

Maintenant à vous de jouer ! Naviguez comme vous voulez, à votre rythme, dans l'ordre où vous le souhaitez...


Réalisé avec Genially