« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 22 mai 2015

Villevêque, d'hier à aujourd'hui

Si le berceau de mes ancêtres éponymes est à Conques (en Aveyron), le plus grand nombre d'ascendants a été trouvé à Villevêque, commune située à une quinzaine de kilomètres d'Angers (49).

Vue générale de Villevêque © cparama

38 branches différentes de mon arbre y ont vécu, soit environ 450 personnes. L'ancêtre le plus lointain y est né vers 1570; le dernier l'a quitté en 1891. J'y ai recensé 545 événements (dans le jargon généalogique, cela désigne les naissances, mariages et décès). Le premier acte trouvé date de 1617 : je n'ai pas pu remonter plus loin parce que... il n'y pas de registre antérieur à 1616 !
Autrement dit près de quatre siècles d'histoire.

Extrait registre mariage, 1616, AD49


Ces ancêtres exerçaient des professions agricoles en majorité (définitions à consulter sur le lexique de généalogie) :
  • laboureurs, cultivateurs, métayers, fermiers, marchands et/ou marchands fermiers, closiers, propriétaire
  • vignerons, 
  • poulailler
Mais aussi d'autres types de professions :
  • drapier
  • tissier en toile
  • tailleurs d'habits
  • maréchal en œuvres blanches
  • couvreur d'ardoise
  • charpentiers
  • boulanger
  • syndic, procureur marguillier

La plus longue lignée villevêquoise est celle des Saulnier : 6 générations, depuis les années 1600 jusqu'à la Révolution; suivies de deux autres générations avec changement de patronyme (mariage par les femmes), jusqu'en 1813.

Aujourd'hui Villevêque compte un peu mois de 3 000 habitants (1 600 en moyenne au XIXème). Située sur la rive gauche du Loir, elle doit son origine à la résidence des évêques d'Angers, surplombant la ville. Forteresse élevée au XIIème siècle, elle perd son aspect défensif au milieu du XVème pour devenir une agréable résidence.

 
Ancienne résidence des évêques à Villevêque © bartko-reher-cpa.fr

Le musée-château aujourd'hui © businesspme.com

Aujourd'hui elle abrite la collection de Daniel Duclaux, industriel et amateur d'art éclairé qui a réuni des pièces du Moyen-Age et de la Renaissance. Son épouse a légué le château et la collection à la ville d'Angers. On peut y voir des tapisseries, des émaux limousins, des céramiques, une riche bibliothèque, etc... [ 1 ]

Mes ancêtres ont donc dû connaître :

Il est amusant de constater que, si les échanges et les rencontres sont nombreux avec la paroisse voisine de Corzé (12 branches cumulent des événements à la fois à Corzé et à Villevêque), ils sont beaucoup plus rares avec Soucelles (2 branches seulement), autre paroisse voisine, mais située en rive droite : le passage du Loir devait donc être beaucoup plus rare que les échanges rive gauche.

Mes ancêtres habitaient le bourg ou des lieux-dits, comme Craon, La Joulainerie, Les Humeaux, Reugnier et surtout l'Hôpitaux (le plus souvent cité).

S'il n'est pas toujours facile d'imaginer la paroisse du XVIème siècle, par manque de source précise, on peut en revanche faire quelques comparaisons avec son état du XIXème. En effet, pour cette période, il existe plusieurs cartes postales qui nous permettent de "voir" le Villevêque qu'a connu une partie de mes ancêtres. Et, si l'on excepte les inévitables quartiers de pavillons qui fleurissent de nos jours à proximité des grandes villes, on peut s'apercevoir que le centre bourg n'a pas beaucoup changé.

Tâchons de mettre nos pas dans les leurs...
  • La Rue Principale : cœur du village, où se tenaient probablement les foires autrefois, comme la foire de la Pentecôte.
Rue Principale © bartko-reher-cpa.fr

Rue Principale © GoogleMaps

On reconnaît très facilement la grande bâtisse blanche qui ferme la place et le bâti sur la gauche qui n'a guère changé, notamment la grande maison dont l'emprise au sol est un peu de biais.
  • La Rue Neuve: on donnait souvent ce type de nom aux artères percées lors d'une période d'expansion de la cité, signe de vitalité économique.

Rue Neuve © notrefamille.com

Rue Neuve © GoogleMaps
  • La Grande Rue : nom donné à l'artère principale, bien sûr, et souvent la plus commerçante.
Grande Rue © bartko-reher-cpa.fr

Grande Rue © Google Maps
  • Les moulins : Il y avait trois moulins à Villevêque dépendant du domaine propre de l’Évêché : le Moulin de Froment, le Grand Moulin, nommé ainsi car il possédait deux roues situé à proximité d'une porte marinière (aujourd'hui disparue) permettant la navigation sur le Loir et enfin le Moulin de Guichet, à l'emplacement du port actuel et détruit depuis. Les activités des moulins de Villevêque étaient surtout céréalières, il y avait également un moulin à foulon ainsi que des meules à papier et huile.[ 2 ]

 Les Moulins © Mme Lemée

Les Moulins © panoramio
  • L'église : L’église St Pierre présente une nef unique du début du XIème siècle. Elle est couverte d’une voûte de lambris datée de 1771. La porte sud a été refaite au XIXème. Un beau et haut clocher fut accolé à la nef à la fin du XIème : trois étages dont deux décorés de fausses arcades, le troisième à baies géminées (doubles). Le chœur à chevet plat et à fenêtres ogivales est du XIIIème. L'église était entourée par une galerie extérieure sur deux côtés, au sud et à l’ouest, qui servait de porche à l’entrée principale et de lieu de rassemblement pour la "communauté des habitants" avant la Révolution. Celle-ci fut détruite en 1903 par le curé Budan avec l’accord de la municipalité de l’époque, afin d’en utiliser les matériaux pour la reconstruction des sacristies et la restauration du chœur. [ 1 ]
L'église © bartko-reher-cpa.fr

L'église © Google Maps

Cette église qui a vu le baptême de tant de mes ancêtres...

Villevêque aujourd'hui :

Vue générale de Villevêque © Mairie Villevêque

Peut-être qu'un jour j'irai moi aussi à Villevêque...


[ 1 ] Source : villeveque.fr 
[ 2 ] Source : moulindevilleveque.fr


3 commentaires:

  1. Sympa de voir un article sur Villevêque ! C'est le village de mon enfance... Des souvenirs tendres et nostalgiques... Je me souviens du bourg, bien-sûr, mais nous y allions finalement peu, sauf à l'église bien-sûr, où ma mère s'est mariée, où moi-même j'ai assisté à plusieurs mariages, de mes oncles ou tantes, et à un enterrement, celui de mon grand-père... Pour le reste, ce sont des images de petits chemins serpentant de hameaux en hameaux, bordés de fleurs au milieu d'une verdure envahissante, que nous ramassions pour les rapporter à ma grand-mère qui ne manquait pas, jamais, de les mettre en vase ! Ou bien, le Loir, qui débordait toujours et noyait les champs de peupliers... Ou encore les souterrains secrets et dangereux, creusés un peu partout, mais effondrés et interdits aux enfants.. Mais je m'arrête avant de ne plus pouvoir le faire...
    Moi aussi j'ai hâte d'y retourner encore ! ...

    RépondreSupprimer
  2. -Villevêque cher à mon coeur,l'église, la place ou je suis née,le château où j'ai vécu mon enfance et adolescence (je précise,pas en tant que châtelaine !) les souterrains où nous nous aventurions....les bords du Loir,les baignades (plage alors non aménagée),avec son grand bateau lavoir, lieu de rencontres et son très beau moulin ,où mon ancêtre Jehan Davau était meunier en des temps plus anciens.
    -Nous vous y attendons...

    RépondreSupprimer
  3. Sympathique illustration d'un lieu d'enracinement généalogique

    Fanny-Nésida

    RépondreSupprimer