« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

dimanche 6 novembre 2016

Une belle bande de bras cassés

Suite aux récentes mises en ligne des registres de recrutement militaire sur le site des archives départementales des Deux-Sèvres, je me suis précipitée sur mon arbre avec gourmandise pour découvrir le passé militaire de mes ancêtres. Les archives ont bien fait les choses puisque les registres couvrent la (large) période de 1781 à 1920 (même si les dernières années ne voient que les tables alphabétiques, règles de publication obligent).

15 de mes ancêtres directs sont concernés par ces registres. Parmi eux 4 n'ont pas été trouvés : ils sont nés en 1781 (François Roy et Pierre Marolleau), 1792 (François Benetreau) et 1818 (Pierre Gabard). 11 fiches ont donc été découvertes, mais sur ces 11 hommes à peine 3,5 ont fait leur service !

Bon, je sais, 3,5 c'est un chiffre bizarre; expliquons tout de suite : Félix Célestin Gabard, né en 1860, est déclaré dispensé par le conseil de révision car il a déjà un frère aux armées. Cependant il semble bien avoir été affecté dans l'infanterie de l'armée active (pas de date ni de détail sur ses services ou mutations : la case est restée vide) puis dans la réserve (1886, stationné à Parthenay) et la territoriale (1891, 37ème RI) et fait ses périodes d'exercices réglementaires. Il est libéré définitivement du service militaire en 1906. Sa fiche ne dit pas pourquoi la décision du conseil de révision n'a pas été suivie, mais il semble bien avoir rejoint les armées, même si je n'ai pas plus de détails sur son parcours militaire.

Son fils Joseph Elie Gabard, né en 1899, est ajourné pour faiblesse, puis finalement déclaré bon pour le service et incorporé en avril 1921. Mais, coup de théâtre, dès le mois de mai suivant il est à nouveau réformé, définitivement cette fois pour cause de "rétrécissement mitral, frémissement cataire très net précédent la systole, léger roulement diastolique, pâleur, essoufflement, période d'arythmie". Rayé des contrôles, il rentre dans ses foyers le 19 mai 1921.

Alexandre Guetté, né en 1793, a une petite particularité (c'est le cas de le dire) : la taille du conscrit est de 1,490 m et 1,478 m (sic !). Il doit y avoir une explication à cette double mesure (correction ?), mais j'en ignore la raison. De toute façon il est trop petit et la décision du conseil de révision est sans équivoque : réformé pour défaut de taille.

François Aubin Benetreau, né en 1823, est réformé pour "cicatrice scrophuleuse au bras gauche"; soit une fistule purulente d’aspect dégoûtant, un abcès - peut-être bien en lien avec une tuberculose articulaire, car le terme scrofuleux est utilisé dans la sémiologie de cette maladie (*). 

Jean Baptiste Bouju, né en 1810, est exempté. Motif : "humeur [=liquide de l'organisme] dans la cuisse gauche, testicule plus gros l'un que l'autre". Il y a parfois des détails sur nos ancêtres qu'on préférerait éviter de savoir...

François Jean Marc Roy, né en 1814, est exempté pour cause d'hernie double.

Son fils François Jean Baptiste Florent Roy, né en 1847, est affecté dans l'infanterie, 1er bataillon 4ème compagnie. Il a le grade de garde. Il est indiqué qu'il a participé aux campagnes de 1870 et 1871 contre l'Allemagne. Son degré d’instruction est de 0 (ne sait ni lire ni écrire) - mais il a de tout évidence appris à écrire un minimum plus tard car il signe l'acte de décès de sa mère en 1891. Il est libéré définitivement du service le 1er juillet 1893. Au milieu de ses années de services, il a fait un petit retour à la maison : marié en novembre 1872, son premier fils naît en août 1873.

De son fils Joseph Auguste Roy, né donc en 1873, je ne possédais au début que de sa photo : cela a été une de mes premières enquêtes généalogiques. 
Joseph Auguste Roy, date non connue © coll. personnelle
Militaire, de toute évidence.
J'ai fait de longues recherches sur internet pour retrouver son affectation d'après son uniforme (les fiches militaires n'étaient pas encore en ligne).
L'uniforme est composé d'un dolman en drap noir ou bleu foncé orné de brandebourg blanc. Le collet est frappé du n°5, entouré d'un liseré blanc. D'après le costume, ce serait un cavalier de la 5ème compagnie de cavalier de remonte (sans doute basé à Saumur). Pour se fournir en chevaux l’armée avait des centres (dépôts) chargés de l’achat et du dressage des chevaux à la vie militaire. Les compagnies étaient dispatchées par région militaire.
Avec les premières mises en ligne des fiches militaires, j'ai eu la confirmation de mon enquête : d'abord affecté au 25ème régiment de dragon, il est rapidement envoyé à la 5ème compagnie de cavaliers de remonte (unité non combattante). 
Le certificat de bonne conduite lui a été refusé (!). Pour mémoire ce certificat est attribué aux soldats qui n'ont pas encouru de punition, sous réserve d'avoir accompli la durée légale du service. Qu'a-t-il fait pour ne pas le mériter ? Mystère...
Il meurt le 17 août 1914 à l'hospice des aliénés (ancien Hôpital Général) de Niort. La première guerre mondiale est déclarée le 1er août. La mobilisation se termine vers le 15 août. Joseph décède le 17 août : il n'a probablement pas été au combat (en tout cas sa fiche ne le mentionne pas).

Jacques Isidore Bregeon, né en 1813 est exempté. Motif : faible constitution.

Son fils Jacques Célestin Bregeon, né en 1842, est aussi exempté pour faiblesse de constitution.

Jacques Amant Boury, né en1827, est exempté car il est fils unique de femme veuve.

Si vous avez eu la patience de lire cet inventaire à la Prévert, vous avez constaté que sur ces 11 hommes 9,5 ont été exemptés :
  •  6 pour problèmes de santé,
  • 1 pour petite taille,
  • 1 pour soutien de famille,
  • 1 a fait un faut départ et est finalement renvoyé dans ses foyers pour problème de santé également, 
  • et le dernier a été exempté-incorporé (sic).
Donc seuls 2 (ou 3 ?) de mes ancêtres ont fait leur service militaire, dont un dans une unité non combattante. Une pensée pour François Jean Baptiste Florent Roy qui a fait les campagnes contre l'Allemagne et a peut-être été le seul de mes ancêtres des Deux-Sèvres à avoir entendu les bruits du canon.
Quant aux autres (scrofuleux, rachitiques, faiblards en tous genres...), on peut dire que le pays a engendré des enfants de petite constitution...



(*) Merci aux spécialistes des trucs dégoûtants qui m'ont aidé à déchiffrer et expliquer ce motif d'exemption : @gazetteancetre, @guepier92, @chroniques92 et @lulusorcière

1 commentaire:

  1. dégoûtants peut-être, mais paradoxalement assez amusant à lire ;-)(sauf respect pour vos ancêtres...)

    RépondreSupprimer