Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 31 août 2014

#Centenaire1418 pas à pas : août 1914

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois d'août sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie avant son entrée dans le conflit. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées en notes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er août :

- Papa a acheté l'Indicateur de la Savoie, ce journal catholique qui paraît le samedi. En une : aurons-nous la guerre ?

Indicateur de la Savoie, 1er août 1914 - Mémoire et actualité en Rhône-Alpes

- Bon, la confiance envers les chefs, c'est bien, mais si on n'a pas d'chaussure . . .  

- Le Petit Journal est plus pessimiste et pense que le sort en est jeté (via @geneanet).

- Qu’est-ce que c’est ? Mais c’est le tocsin qui sonne ?!



- Tous, hommes et femmes nous avons été surpris en pleines moissons. Nous sommes restés longtemps figés.

- Les travaux sont finis pour aujourd'hui. Nous nous dirigeons vers le Gros Tilleul, lieu de rassemblement, en silence.

- MOBILISATION GENERALE !!!
 
Ordre de mobilisation générale, Gallica
2 août :

- Les premiers mobilisés se regroupent. Ils arrivent souvent avec leurs plus beaux atours : canotiers et habits du dimanche.

- Des gars sont heureux de partir : on entend des cris, des chants joyeux. D’autres sont abattus. Des femmes pleurent.

3 août :

- Cette fois c’est fait : L’Allemagne déclare la guerre à la France.

- Certains fanfaronnent et n'ont qu'un seul désir : se mesurer avec l'adversaire. Ils disent qu’en quelques semaines, tout sera réglé.

- Tous ne partagent pas cet avis. Beaucoup d’hommes sont silencieux, frappés de stupeur. La paix, on y croyait encore malgré tout.

4 août :

- Pour moi commence l’attente : je ne fais pas partie des premiers convois. Ma classe n’est mobilisable qu’en octobre.

- Mon petit frère Armand caracole autour de la table de la cuzna [cuisine] en jouant à la guerre.

- Il dit qu’il veut partir lui aussi. Ma sœur Marie Louise lui met une taloche et sort en pleurant. 

5 août : 

- La guerre, la guerre, la guerre. Russie, France, Belgique, Angleterre… : la liste s’allonge indéfiniment. 

- Le temps est lourd, lent, sans vent et sans bruit, étouffant de chaleur et de vide [ 1 ], mais la météo n’y est pas pour grand-chose.

- Avez-vous entendu le discours de Viviani, Président du Conseil ? "Soyons des hommes" dit-il !

Discours de Viviani, Gallica 

6 août :

- La montagne s’est vidée de ses hommes. Une même question revient, obsédante et sans réponse : Qui va finir la moisson ? [ 1 ] 

- Avec la réquisition des animaux de trait, qui va labourer en octobre, si toutefois la guerre n’est pas encore gagnée et terminée ? 

- Viviani fait un appel aux femmes en leur demandant de terminer les récoltes et de préparer les semailles d’automne. 

Appel aux femmes françaises, Wikipedia

7 août :
 
- Je retrouve mes copains, les jumeaux Jay, Joseph et Alphonse. Il paraît qu’on est cousins [ 2 ]. En tout cas, on fait les 400 coups ensemble.

- On est de la même classe et on se demande bien où on va être envoyé. 

8 août :

- D’après le Petit Journal, les nouvelles ont l’air plutôt bonnes. En tout cas, encourageantes.

- Joseph dit qu’il ne faut pas se fier à la presse parce qu’ils ne racontent pas tout.

- Sous le Gros Tilleul, on hésite entre espoir, incrédulité, abattement et inquiétude. 

9 août :

- C’est comment la guerre ?

- J’essaie de me souvenir de ce qu’on m’a dit de mon arrière-grand-père, Jean Maurice, soldat valaisan au service de l’empereur Napoléon.

- Je frissonne, d’impatience et de peur mêlée. 

10 août :

- Les jumeaux et moi faisons partie des plus âgés maintenant. Les journées sont longues.

- Nous sommes en effet sollicités régulièrement pour aider à finir les moissons, de fermes en fermes.

 11 août :

- Parfois je m’arrête en pleine besogne et regarde autour de moi, ces si belles montagnes à l’avenir incertain. Qu’adviendra-t-il demain ? 

12 août :

- La liste des nations en guerre ne cesse de s’allonger chaque jour.

- C’est la fin de la grande mobilisation semble-t-il. De toute façon, il n’y a plus d’homme à prendre. Ils y sont déjà tous.

13 août :

- Certaines de nos parcelles sont si inclinées, qu’on dit chez nous qu’il faudrait ferrer les poules ! 

Samoëns - La Rosière, Delcampe

- Les travaux agricoles sont parfois pénibles ici. Mais comment peut-on les faire sans homme ? 

14 août : 

- Je ne peux m’empêcher de ressortir mes papiers militaires suite à la commission du mois de juin.

- Je suis inscrit sous le numéro 3 de la liste du canton de Samoëns. Je n’ai plus qu’à attendre mon ordre de mobilisation. 

15 août :

- De retour du pèlerinage à la Bénite Fontaine. Les prières à Marie ont été particulièrement ferventes cette année.

 
Chapelle de la Bénite Fontaine, notrefamille.com

- Serai-je encore là pour y aller l’année prochaine aussi ? 

16 août :

- L’attente… L’attente… Je préférerais presque partir tout de suite. Attendre sans savoir c’est trop difficile.

17 août :

- Certains épiciers sans vergogne vendent le kilo de riz 80 cts, au lieu des 50cts habituels, et le sucre jusqu’à 1 fc 25 ! Quelle honte ! [ 3 ]

18 août :

- Mon père est trop âgé, mon frère est trop jeune : je serai le seul de la famille à partir... 

19 août :

- Suite à la mobilisation, de nombreux commerces ferment : boulangers, bouchers et autres sont au front. 

20 août :

- Les ouvriers âgés sans emploi et les familles privées de leur gagne-pain grossissent chaque jour un peu plus la population des nécessiteux. [ 4 ] 

21 août :

- La municipalité ouvre des boulangeries et des fourneaux économiques pour distribuer pain et repas aux plus démunis. [ 4 ] 

22 août :

- Les femmes de la paroisse organisent une collecte pour les premiers blessés de guerre : vêtements, pansements, dons en argent… [ 5 ]

23 août :

- Le Préfet de Haute-Savoie fait savoir que, par ordre ministériel, l’ouverture de la chasse n’aura pas lieu cette année jusqu’à nouvel ordre. [ 6 ]

- On ne le sait pas encore, mais hier c’était la journée la plus sanglante de la guerre : 27 000 morts. 

24 août :

- Le Japon a rejoint le cortège des nations en guerre. Est-ce que ce conflit est réellement en train de devenir mondial ? 

25 août :

- D’après ce qui se dit, on sera mobilisé avant octobre. Avec les jumeaux Jay, on attend, fébriles et inquiets. 

26 août 

- Les dépêches officielles sont optimistes : tout va bien. D’aucuns disent qu’il faut savoir lire entre les lignes. [ 7 ]

- Savoir dépister l’euphémisme révélateur d’un insuccès sous le flot des louanges dithyrambiques pour nos succès. [ 7 ]

- On nous bourre le crâne à longueur de journaux sur les atrocités allemandes : cela évite de parler de nos revers de fortune. [ 7 ]

- Viviani démissionne ! 

27 août :

- Encore un mort dans la commune. Cette fois c’est Victor Dechavassine. Il n’avait que 26 ans.

- Alors c’est lui ? C’est le maire qui est le porteur de mauvaises nouvelles, le briseur de vies.

- Accompagné de deux gendarmes, sombres comme des corbeaux, oiseaux de mauvais augure. Chacun prie pour qu’ils ne frappent pas à sa porte.

28 août :

- Cette fois c’est sûr : au lieu de partir en octobre comme c’était prévu officiellement, on partira dès début septembre. 

29 août : [ 7 ]

- Les grandes batailles de la fin août sont un échec. Il ne faut plus en douter : c’est l’invasion. La tristesse se répand sur la vallée.

- Les plus confiants se raccrochent aux affabulations officielles, mais la plupart n’y croient déjà plus.

30 août :

- Avec les jumeaux Jay on regarde la carte à la recherche de localités inconnues de nous et qui sont synonymes de mort et de destruction.

- Morhange, Charleroi, Tamines, Rossignol, Mons, Le Cateau, Guise 

31 août :

- Agitation autour du marchand de journaux aujourd’hui. C’est officiel : le Ministre de la Guerre appelle la classe 14 !

Extrait du Petit Journal du samedi 31 août 1914, Gallica

- Quel sera mon avenir ? ...



[ 1 ] Extrait de la revue Terrain via le blog derdesders
[ 2 ] En fait ils sont bien "cousins", mais il faut atteindre 7 générations pour avoir un ancêtre commun. Les jumeaux Jay ont bien vécu à Samoëns, mais on ignore s'ils étaient amis avec Jean François.
[ 3 ] Tarifs donnés dans un article du Progrès de la Savoie du 5 août 1914, via "La Première Guerre Mondiale vue à travers la presse savoyarde" (AD73)
[ 4 ] Toulouse et la guerre, AM Toulouse 
[ 5 ] C'est la Ligue des femmes françaises de Haute-Savoie qui organise cette collecte, in l’Indicateur de la Savoie du 22/8/1914
[ 6 ] L’Indicateur de la Savoie du 22/8/1914 
[ 7 ] Inspiré de L. Jouhaud : souvenirs de guerre

vendredi 29 août 2014

Marions-nous ! épisode n°1

Le mariage est l'événement clé du devenir familial. Il faut donc trouver un bon parti. Mais ce qui fait le "bon" obéit à différentes logiques :
  • l'âge, qui doit être suffisant pour la procréation.
  • le statut social.
  • les terres et la dot en jeu.
L'amour semble donc entrer finalement assez peu en ligne de compte, et ce pendant longtemps. Ce qui ne signifie pas qu'il en est totalement exclu non plus, Dieu merci !

La paroisse est le bassin principal du choix conjugal. Les rencontres aux veillées, aux foires, autour du four ou de la fontaine, lors des processions : autant de possibilités de rencontrer son futur conjoint et d'évaluer les enjeux de la future noce.

 Bouquet de fiançailles, cparama

Si les familles ne s'y opposent pas, les gens jeunes peuvent "se fréquenter". En Haute-Savoie, il était d'usage que le garçon offre un cadeau à la jeune fille, gage de promesse : une croix, un mouchoir, des rubans, parfois une simple pièce. Si la jeune fille l'accepte, cela signifie qu'elle s'engage elle aussi vis-à-vis du garçon; sorte de fiançailles officieuses.

La parentèle peut alors intervenir ouvertement, pour négocier au mieux les intérêts de chacun. C'est le moment des choses sérieuses : terres, bétail, argent, trousseau seront âprement négociés.

Comme nous l'avons dit plus haut, la procréation est un des buts essentiels du mariage : les époux se doivent donc d'être en âge de procréer, notamment en ce qui concerne une première union. Lorsque la descendance est assurée, cette question est moins pressante; mais l'éducation des enfants la remplace dans l'ordre des priorités.

S'il arrive que les familles s'arrangent entre elles alors que les enfants sont encore petits (pour réunir des propriétés voisines, par exemple), elles attendent néanmoins l'âge de la procréation pour officialiser les noces.

Dans ma généalogie, la moyenne d'âge des époux est de 28 ans; celle des épouses de 23 ans. Néanmoins il y a quelques extrêmes :
  • l’époux le plus âgé : Rouault Pierre a 64 ans, lorsqu'il se marie le 7 juin 1757 à Villevêque - 49 (il s'agit d'une seconde noce et son épouse n'a que... 27 ans !).
  • l’épouse la plus âgée : Picard Marie Anne a 39 ans, mariée le 6 juillet 1728 à Guérard - 77 (seconde noce également - l'époux a 24 ans).
  • l’époux le plus jeune : Beroud Claude a 15 ans, marié le 14/2/1774 à Lalleyriat - 01 (il aura son premier enfant dès l'année suivante; son épouse est de trois ans plus âgée).
  • l’épouse la plus jeune : Pradellis Marie a 13 ans, mariée le 27 janvier 1761 à Ginolhac - 12 (elle aura son premier enfant 5 ans plus tard; son époux a 29 ans lors du mariage).

Dans les actes de mariages (du XIXème siècle notamment, plus rarement avant), l'officier d'état civil ou le curé mentionnent la majorité matrimoniale et précisent si les époux sont majeurs ou mineurs.

Extrait de l'acte de mariage Guetté/Bertrand, AD79

L'âge de la majorité matrimoniale a évolué au fil des siècles. En dessous de cet âge il était impossible de se marier sans le consentement des parents.
  • De 1579 au 19 septembre 1792 : 30 ans pour les hommes et 25 ans pour les femmes.
  • Du 20 septembre 1792 à 1804 : 21 ans pour les deux sexes.
  • De 1804 à 1906 : 25 ans pour les hommes et 21 ans pour les femmes.
  • De 1907 à 1973 : 21 ans pour les deux sexes.
  • Depuis 1974 : 18 ans pour les deux sexes.

En fonction de certaines régions, l'age de la majorité était différente, ainsi en Bretagne, sous l'Ancien Régime, la majorité était de 25 ans pour les hommes et 25 ans pour les filles.
Bien sûr, être mineur n'exclut pas le mariage : il s'agit simplement de l'autorisation parentale. 

On a donc trouvé la bonne personne; on a l'âge requis; maintenant les choses sérieuses vont pouvoir commencer. Mais on est encore loin du jour des noces, comme on le verra dans l'épisode n°2...



mercredi 20 août 2014

Les coiffes de nos grands-mères

Les avez-vous remarquées sur vos clichés familiaux ? Attentifs aux visages, on ne fait pas forcément attention aux vêtements. Et pourtant...

On considère généralement qu'à partir du XIVème siècle apparaît le costume dit "personnalisé". On voit une différenciation des vêtements masculins et féminins, mais aussi des particularités régionales.

Au sein d'une même région, on distingue des différences notable dans le costume traditionnel. Par exemple, on ne peut pas parler "du costume breton" mais "des costumes bretons" tellement il existe de variantes, en particulier au niveau des coiffes. Si les techniques, comme le point de chaînette, sont les mêmes partout, chaque pays, chaque localité possède son propre style et ses propres motifs.
On a ainsi compté plus de soixante modes féminines différentes en Bretagne. Les couleurs, les broderies, les types de vêtements, les accessoires… Autant d’éléments qui distinguent une mode d’une autre. 

Ces différences géographiques s’accompagnent d’évolutions dans le temps. De 1850 à 1950, les costumes ne sont pas restés figés et chaque génération apporte des changements aux modes précédentes. Par ailleurs, il faut différencier les costumes portés le dimanche ou lors de cérémonie, du vêtement de travail. De la même manière, on distingue la coiffe usuelle, que l'on porte quotidiennement, de celle des jours de fête.

En Vendée c'est à l'éventaire du colporteur, puis plus tard auprès du mercier ambulant lors des grandes foires, que les paysannes vont trouver les éléments du trousseau qu'elles vont confectionner, ainsi que les éléments de la coiffe qu'elles fourniront ensuite à la lingère pour qu'elle la leur réalise.
Durant tout le XIXème siècle, vont naître de nombreux "grands magasins" qui proposeront leurs produits sur leurs catalogues. Désormais, les femmes choisissent tranquillement chez elles parmi une offre très vaste, tous les articles de mercerie nécessaires à la confection de leur coiffe, ainsi que leurs bonnets pour leur usage quotidien.
Catalogue Samaritaine, Gallica

Parmi les différents éléments du costume, la coiffe possède une connotation particulière, une conscience sociale. On fait remonter son usage, telle que nous la connaissons, à la première moitié du XIVème siècle. Mais depuis toujours, la tradition judéo-chrétienne (et avant celles-ci les religions antiques) désirait soustraire du regard des hommes les chevelures féminines, sujets de leurs désirs irrépressibles. A la puberté, les jeunes femmes ont donc pris la précaution de se chapeauter et ne sortent plus "en cheveux". Les femmes du peuple se couvraient la tête avec simplicité, et les aristocrates avec plus de recherche. Simple voile, petit bonnet de coton, ou hennin sophistiqué, chaque femme, quelle que soit son appartenance sociale ou religieuse, se doit de couvrir ses cheveux.

Le costume féminin, et particulièrement la coiffe, continue d’exister jusqu’au milieu du XXe siècle, date à laquelle, progressivement, les modes citadines sont adoptées et les costumes abandonnés.

Les coiffes sont des objets à la fois très précaires et porteurs d'une multiple mémoire. Précaires par la fragilité du tissu, de leur montage, leur légèreté ... Mais objets tenaces aussi, porteur d'histoires, des vies paysannes, des identités, des grands moments de l'existence (mariage, cérémonie, morts des proches...).

La coiffe paysanne consiste le plus souvent en une pièce de tissu simplement nouée et drapée autour de la tête. La forme évolue au cours des siècles, tant dans le volume que dans l'ornement. Mais au début du XIXème siècle, au simple rôle utilitaire que jouait le bonnet à la française porté par les paysannes, va se substituer un rôle essentiellement social. Le bonnet, se transformant en coiffe, va devenir le véritable signe d'identité de la femme du peuple. Cette évolution va débuter après la Restauration, vers 1815, et la guerre de 1914 en achèvera le déclin. L'heure de gloire des coiffes correspond aux heures de gloire de la paysannerie française.

Je n'ai malheureusement aucun cliché de mon aïeule bretonne, installée en Ile de France au tout début du XXème siècle. Et aucune coiffe savoyarde ou aveyronnaise ne figure sur les photos en ma possession.

Par contre, sur tous les clichés que je possèdent de mon arrière-arrière-grand-mère, Louise Chatelain, on la voit arborer la coiffe angevine.


Louise Chatelain, 1917, coll. personnelle 

Il s'agit de la coiffe des Ponts-de-Cé (49).
Appelée aussi coiffe à grand devant, cette coiffe est historiquement la première coiffe à tuyaux de l’Anjou et était portée tant à Angers qu'aux alentours. Elle deviendra le symbole de l’Anjou dans l’imaginaire collectif, comme la Bigouden en Bretagne. 
Le fond de coiffe et la passe sont taillés dans le même morceau de tissu et sont le plus souvent ornés de riches broderies blanches, réalisées à l’aiguille, avec des incrustations de dentelle à l’aiguille. La  dentelle  entourant le visage est assez large pour pouvoir être portée rabattue sur le front et mise en forme avec de larges tuyaux horizontaux au niveau des tempes.

Schéma de la coiffe des Ponts de Cé, Amis du Musée des Coiffes

Posée sur un bonnet de coton noir, la coiffe s’ajuste au moyen de deux lacets coulissants qui se croisent autour de la tête. Ils seront ensuite cachés par la passe du nœud. Ce dernier, en forme de grand papillon aux ailes déployées, est fixé à l’aide de deux grosses épingles à tête blanche au-dessus du front. De taille relativement modeste au temps des premières coiffes, le nœud va prendre beaucoup d’ampleur au fil du temps et se porter pointes en haut et parfois très relevé en diadème.  

Le fond de coiffe est creusé et maintenu en forme grâce à un grand peigne piqué dans le chignon, évoquant ainsi l’arrière des barques de Loire, ce qui lui donne une allure tout à fait caractéristique dite vulgairement "en cul de poule".


Coiffe "angevine", Amis du Musée des Coiffes

Concernant la coiffe de Louise Chatelain, il s'agit d'une coiffe de veuve car elle n'est ornée d'aucune broderie ou dentelle (son époux est décédé en 1901).

Quant à mon arrière-grand-mère, Marie Benetreau (décédée en 1951), elle portait toujours la coiffe vendéenne, qu'elle amidonnait avec soin.


Marie Benetreau, fin XIXème siècle, coll. personnelle

Les photos dont je dispose ne sont malheureusement pas assez nettes pour que je puisse distinguer précisément le type de coiffe qu'elle arbore, parmi les nombreuses coiffes vendéennes qui ont existé.

Supplanté par la puissante attraction de la mode internationale, le port du costume traditionnel est devenu anecdotique en France.
Son port est aussi directement proportionnel à la disparition de la ruralité, de l'attachement au terroir et de l'isolement des campagnes.
Chargé toutefois toujours d'un puissant symbolisme, il est conservé surtout dans le domaine du folklore.






Sources : Wikipedia, S. Pacaud : Costumes et coiffes folkloriques des terroirs de France, Le costume breton (CG du Finistère), Amis du Musée des Coiffes, Coiffes sans visages (Parole et patrimoine),