« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • Présentation
  • 1914
  • 1915
  • 1916

vendredi 12 février 2016

#Généathème : une famille sous l'œil des recensements

J'avais déjà eu l'occasion de parler des richesses des recensements dans l'article "Un, deux, trois...", sous un angle plutôt généraliste. Pour ce généathème, je vais m'attacher à une famille en particulier, les Macréau. Ils habitent en Seine et Marne, au Sud de Meaux aux XIX et XXème siècles. J'avais repéré leur lignée grâce aux dépouillements des registres d'état civil.

Extrait des recensements de population, liste nominative de Guérard © AD77

Observons plus particulièrement à Étienne Théodore, né en 1812 à Guérard, et à Théodore Louis Léon, son fils né en 1840. Je les retrouve 13 fois pour le premier et 12 pour son fils dans les listes de recensement au cours de leurs vies (les listes de recensement commencent en 1836).

Avec ces deux générations seulement (sur 15 années différentes de recensement), j'aurais pu nommer ce billet "les mystères insondables des listes nominatives". En effet, si ces documents peuvent être de précieuses sources pour le généalogiste, ils posent aussi de nombreuses questions qui, en l'occurrence, sont restées pour moi sans réponse.
Ainsi lors du premier recensement où apparaît Étienne, à Guérard en 1836, il habite avec son épouse Angélique Fouchy et une fille prénommée Louise âgée d'un an. Or le couple s'est marié en 1834 et n'ont encore qu'une enfant,  Mathilde Rose Angélique, née en 1835. Néanmoins on remarque que sur les tables elle est prénommée Mathilde Louise Angélique.
Première inconnue : qui est cette Louise ?
Hypothèses :
- c'est bien Mathilde Rose Angélique qui apparaît dans le recensement mais prénommée usuellement Louise ?
- c'est la nièce du couple, Aimée Louise née en 1835 ? Mais non, ce serait trop simple : cette dernière apparaît bien dans le recensement avec ses parents !

Dans les deux recensements suivants, le couple a deux enfants : leur fils (prénommé seulement Léon) et une fille qui cette fois est dite Angélique Rose Mathilde (1841) puis seulement Mathilde (1846). On ne l'appelle plus Louise (si jamais c'était bien elle en 1836).

En 1866, trois personnes habitent le domicile : Étienne ("sabotier, chef de ménage"), Angélique son épouse, et Marie Louise Gibert, leur bru. En effet Théodore Léon s'est marié avec Marie Louise en mars 1866 (le recensement a été terminé et reçu officiellement en juillet). Mais il n'y a pas de trace de Théodore !
Deuxième inconnue : où est Théodore ? Il a alors 26 ans. Il est charretier. Il ne doit pas être bien loin car son épouse est bientôt enceinte (leur premier enfant naît en juin 1867).

En 1886 Étienne et Angélique habitent avec un petit garçon dit "petit-fils" Coquillard Armand, âgé d'un an. Or leur unique fille est décédée en 1850, âgée d'une quinzaine d'années.
Troisième inconnue : de qui ce petit Armand est-il le fils ? Il n'y a plus de fille susceptible d'épouser un Coquillard dans la famille Macréau.

Si je peux suivre facilement Théodore Léon lorsqu’il est enfant (il demeure avec ses parents de 1841 à 1861 à Guérard), je le perds une première fois en 1866 - seul - (cf. plus haut) et à nouveau en 1876 - avec épouse et enfants. Après son mariage je sais grâce à l'état civil qu'il déménage plusieurs fois : Dammartin sur Tigeaux, retour à Guérard, puis Meaux et Tigeaux. Les recensements ont été compulsés (mention spéciale à ceux Meaux, beauuuucoup plus longs et fastidieux que les autres communes plus petites).
Quatrième inconnue : où a encore déménagé Théodore ?

A partir de 1886 on retrouve la famille à Tigeaux. Théodore habite avec son épouse Marie Louise et leurs deux fils Albert et Henri. En 1891 le fils l'aîné a quitté le foyer, mais à la place on voit deux nourrissons : Gaston Croisy (8 mois) et Louis Janvoile (4 mois).
Cinquième inconnue : qui sont ces bébés ? Leurs actes de naissance n'ont pas été trouvés sur tables de Tigeaux. On ne retrouve pas ces patronymes dans l'entourage de la famille.

En 1896 ils habitent avec trois jeunes enfants : Marcel Dangues (3 ans), Léontine Dangues (2 ans) et Lucienne Guilmet (6 mois).
Sixième inconnue : qui sont ces enfants ?

En 1901 Théodore habite avec son épouse et à nouveau des enfants : Lucie Gibert (âgée de 11 ans), Andrée Guilmet (4 ans) et Henriette Longchamps (7 mois).
Septième inconnue : qui sont ces enfants ? Seule Lucie a été identifiée : c'est la nièce du couple (du côté de Marie Louise Gibert l'épouse de Théodore).

En 1906 on retrouve au domicile de Tigeaux Théodore, son épouse et leur petit-fils Lucien âgé de 5 ans. Mais point de trace de la génération intermédiaire, Henri le fils de Théodore et son épouse Ursule. Où sont-ils ? Ils habitent tranquillement 25 km plus loin à Serris avec leur deuxième fille de 4 ans !
Huitième inconnue : pourquoi Henri et Ursule se sont-ils séparés de leur fils aîné et l'ont-ils confié à ses grands-parents ?

Extrait carte de Cassini Sud de Meaux © Geoportail

Bref, beaucoup de questions ! Les recensements sont des documents administratifs et n'ont pas vocation à tout expliquer, mais certains sont plus mystérieux que d'autres.

Si je me risquais à quelques hypothèses, je dirais que :
  •  les prénoms officiels et usuels ne sont pas toujours les mêmes. Louise est peut-être donc Rose (oui, je sais la relation n'est pas évidente au premier abord).
  • les métiers entraînent parfois les hommes au loin, les faisant disparaître des recensements.
  • les déménagements ne sont pas toujours connus : je retrouverai peut-être un jour les disparus dans d'autres communes...
  • les jeunes enfants domiciliés chez Théodore sont-ils placés en nourrice et élevés par son épouse Marie Louise ?
Par contre les va-et-vient des petits-enfants (dont l'identité même est parfois floue) restent une énigme, qui appartient sans doute à l'histoire familiale aujourd'hui oubliée...



dimanche 31 janvier 2016

#Centenaire 1418 pas à pas : janvier 1916

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de janvier 1916 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er janvier
Dans la région du Kiosque l’ennemi exécute plusieurs tirs de mitrailleuses sur nos tranchées et lance des grenades à fusil dans la nuit du 31 au 1er.
Perte : néant.
Ordres de bataillon n°1 et 2 : citation.
Ordre de général n°50 : « Soldats de la République !
Au moment où se termine cette année de guerre, vous pouvez tous considérer votre œuvre avec fierté et mesurer la grandeur de l’effort accompli.
En Artois, en Champagne et dans les Vosges, vous avez infligé à l’ennemi des échecs retentissants et des pertes sanglantes, incomparablement plus élevées que les nôtres.
L’armée allemande tient encore, mais elle voit diminuer chaque jour ses effectifs et ses ressources. […]
Au contraire, les alliés se renforcent sans cesse. […]
Soyons fiers de notre force et de notre droit ! Ne songeons au passé que pour y puiser des raisons de confiance ! Ne pensons à nos morts que pour jurer de les venger.
Pendant que nos ennemis parlent de paix, ne pensons qu’à la guerre et à la victoire !
Au début d’une année qui sera, grâce à vous, glorieuse pour la France, votre Commandant en Chef vous adresse, du fond du cœur, ses vœux les plus affectueux.
Signé : J. Joffre »
Joseph Joffre © Wikipedia

2 janvier
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.

3 janvier
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.
Le ravitaillement a réussi à se frayer un chemin à travers la neige.
Ravitaillement à travers la neige, 1915 © Gallica

4 janvier
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.

5 janvier
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.

6 janvier
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 sergent blessé.
Ordres de bataillon n°3 et 4 : citations.

7 janvier
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.
Ordre de bataillon n°5 : nominations.

8 janvier
Journée et nuit calmes.
Brouillard et neige.
L’ennemi lance quelques bombes sans effet sur nos tranchées de la côte 664.
Perte : 1 chasseur blessé par balle.
Ordre de général n°320 : le Général Hollet, commandant la 66e division, a la douleur de porter à la connaissance de votre division le deuil qui la frappe : le Général Serret, blessé le 20 décembre à l’Hartmannswillerkopf, a succombé ce matin aux suites de ses blessures.
General Serret © D.Boussat via pages14-18.jpg

9 janvier
De 10h30 à 11h l’ennemi bombarde nos tranchées de 664 et du mamelon intermédiaire.
De 12h à 15h l’artillerie de la 47e Division soutenue par celle de notre secteur, exécute sur le Bois Noir un tir de démolition d’une extrême violence.
A 14h30 l’observatoire du kiosque signale une quinzaine de boches fuyant du Bois Noir sur Mühlbach.
Le tir sur ce village provoque plusieurs incendies.
Pertes : 3 chasseurs tués, 7 chasseurs blessés.
Ordre de bataillon n°6 : citations.

10 janvier
De 15h15 à 15h45 l’ennemi bombarde nos tranchées du mamelon intermédiaire par des lances bombes et nos tranchées de 664 par des obus de 105.
Pertes : 2 chasseurs blessés.

11 janvier
Journée et nuit assez calmes.
A 6h30 l’ennemi lance quelques bombes sur le mamelon intermédiaire et à 12h  une dizaine d’obus sur 664 ; de même à 17h.
Perte : néant.

12 janvier
L’ennemi bombarde assez violemment nos tranchées de 664, du mamelon intermédiaire et des abords du camp Girard où se trouve une Compagnie de réserve.
Ce bombardement ne produit que quelques dégâts matériels.
Pertes : néant.
Ordre de bataillon n°7 : nominations.

13 janvier
Journée et nuit très calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.

14 janvier
Journée et nuit calmes.
Tourmente de neige.
Perte : 1 chasseur blessé.
Ordres de bataillon n°8 et 9 : nominations.

15 janvier
Journée et nuit assez calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.

16 janvier
Journée et nuit assez calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 chasseur blessé.

17 janvier
De 12h30 à 14h l’ennemi bombarde Metzeral dans la région de l’église par obus de 105 sans produire de dégât.
Dans la matinée plusieurs avions boches survolent la région.
Perte : néant.


18 janvier
L’ennemi bombarde nos ouvrages de la première ligne à 20h et 20h40.
Nuit calme.
Pertes : 1 caporal et 2 chasseurs blessés.

19 janvier
L’ennemi bombarde par obus de 105 la carrière de 664 sans produire de dégât.
Lutte de grenades à fusil au Kiosque et à 664.
Pertes : 1 chasseur blessé par grenade à fusil.

20 janvier
Journée et nuit calmes.
Bombardement intense.
Aucun événement à signaler.
Perte : néant.

21 janvier
De 10h à 12h l’ennemi bombarde assez violemment nos tranchées de 664 par obus de 77 et 105.
Notre artillerie riposte sur nos positions ennemies situées en face des nôtres.
Pertes : 1 chasseur tué par balle, 1 chasseur blessé.

22 janvier
De 10h à 10h50 l’ennemi bombarde violemment nos tranchées de 664 et les boyaux y accédant.
Une sape s’effondre : 1 caporal et 1 chasseur contusionnés.
De 12h à 12h50 il bombarde la ligne de soutien et dans la journée la carrière. Les dégâts ne sont que matériels.
Pertes : 1 caporal et 1 chasseur tués, 1 chasseur blessé par éclat d’obus.

23 janvier
Je tombe sur un exemplaire du Petit Journal Illustré.
J’espère que cette couverture du Journal ne sera pas prémonitoire pour moi !
Dans la journée l’ennemi envoie quelques obus sur notre ligne de soutien, la carrière et le camp Girard.
Dans la nuit ils envoient quelques obus de 105 à diverses reprises sur nos travailleurs à 664. Ils n’occasionnent aucun dégât.
Pertes : 3 chasseurs blessés par éclats d’obus.

Petit Journal Illistré, 23 janvier 1916 © Gallica

24 janvier
Matinée calme.
A 15h bombardement de nos cantonnements au camp Renaud à Mittlach.
Nuit calme.
Perte : néant.
Ordre de bataillon n°9 : nominations à la réserve.

25 janvier
Matinée calme.
Lutte d’artillerie très active dans l’après-midi.
De 14h45 à 15h60 l’ennemi envoie une soixantaine d’obus de 105 dans la région Metzeral-Mittlach, château de Metzeral…
Pas de dégât.
Pertes : 2 chasseurs blessés par grenade.
Ordre de bataillon n°10 : décoration.

26 janvier
De 9h à 10h l’ennemi bombarde violemment nos tranchées du mamelon intermédiaire et cause de nombreux dégâts matériels.
Riposte de notre artillerie sur l’Ilienkopf et le petit Braunkopf.
On signale des cyclistes circulant sur la route de Mühlbach-Munster.

27 janvier
Journée et nuit calmes.
A 20h20 un de nos dirigeables franchi nos lignes se dirigeant vers l’ennemi. Il les repasse à 22h20.
Perte : néant.
Ordre de bataillon n°11 : nominations.

28 janvier
L’ennemi envoie dans la journée une trentaine d’obus de 105 sur les tranchées du mamelon intermédiaire.
Au milieu du vacarme, soudain une douleur vive. La tête me tourne. Je n’entends plus rien.
Très vite c’est le noir total.
Je ne me vois même pas tomber au sol.
Extrait JMO 23ème BCA, 28 janvier 1916 © Gallica

30 janvier
J’essaie d’ouvrir un œil. Tout est blanc.

Petit à petit le halo blanc laisse place à des formes de plus en plus précises.

Je suis vivant. A l’hôpital, mais vivant !
Infirmières au front, detail © ONF.CA
J’ai reçu un éclat de bombe. « Plaie pénétrante dans la région claviculaire gauche » a dit le docteur lors de sa visite.

31  janvier
J’essaye d’en savoir plus car je n’ai que peu de souvenir des jours passés.
Une infirmière m’apprend que j’ai été transporté par l’ambulance alpine n°2/64.
Extrait du registre des carnets de passage et des entrées de l'ambulance alpine 2/64 © SAMHA

vendredi 22 janvier 2016

Le sieur Estienne

C'est étonnant de constater combien un ancêtre peut garder ses zones d'ombre alors même qu'on le retrouve si souvent dans les archives. Estienne Regourd est mon ancêtre à la douzième génération (sosa n°2221). Il a vécu à Conques (12) au XVIIème siècle.

Je sais qu'il est originaire de Varen (Tarn et Garonne) mais j'ignore quand il est né à cause de lacunes des registres paroissiaux. Quand et pourquoi est-il arrivé à Conques (distant d'une centaine de kilomètres) ? Cela reste un mystère.

Fils de praticien, il est praticien lui-même en 1672, l'année de son mariage. On le désigne ensuite sous le terme de marchand, sans que la nature des marchandises ne soit jamais révélée. Dans les documents il est distingué par les titres de "maître" (lorsqu'il est praticien) ou de "sieur" (titre donné, notamment, aux marchands aisés). Il épouse Marie Benavent, fille d'apothicaire; ce qui n'a rien d'étonnant puisqu'ils devaient fréquenter les mêmes cercles, facilitant leur rapprochement. Les témoins de son mariage sont procureur d'office ou notaire. Tous signent. Estienne évolue donc dans un milieu favorisé, parmi les notables de la ville de Conques.

Grâce à cela, je peux le suivre aisément à travers les documents d'archives. Je retrouve sa belle signature au bas de nombreux actes, paroissiaux ou notariés : comme témoin du  mariage d'Issanjou Amans et Avalon Antoinette à Conques en 1693 (par ailleurs mes ancêtres à la onzième génération), du décès du chanoine Benoit du Moulin en 1694, ou de nombreux documents de son ami et témoin de son mariage Me Flaugergues de 1688 à 1702 (et sans doute plus loin encore, mais les recherches sont encore en cours). On le voit apparaître aussi comme parrain, rôle essentiel dans la vie religieuse de l'époque : il est celui d'Issanjou Etienne (fils d'Amans et d'Antoinette) né en 1700, par exemple.

Signature Estienne Regourd, 1701 © AD12

Estienne est sans doute proche de la famille Issanjou : Amans est marchand lui aussi et on le retrouve témoin de plusieurs baptêmes d'enfants Issanjou répartis sur deux générations.

Lors du mariage de sa fille Marie en 1701, il lui offre une dot assez conséquente, reflet de son aisance matérielle : deux paires de linceaux (draps), une nappe, une douzaine de serviettes, un chaudron, un pot, deux plats, deux assiettes, deux écuelles, une bague d'or et la somme de 650 livres.

Ce notable a aussi un rôle conséquent dans la cité : on le retrouve "second consul" de la ville de Conques en 1692 [*]. Cette fonction de consul n'est pas toujours facile à déterminer car elle évolue selon les époques et les régions. D'une manière générale, le consul s'occupe de la gestion des affaires publiques : il peut percevoir les taxes, réglementer les transactions commerciales ou s'occuper de justice... Il est l'ancêtre du conseiller municipal. Dans cet acte notarié de 1692 il organise le "bail de la regence des escolles de conques a Mres Geraud Cantaloube pretre et antoine Labro accolyte dudit Conques".

Au fil des ans, je le vois marier ses filles : Hélène, Marie Anne, Antoinette. Pour cette dernière (en 1716) il n'est pas présent mais il a envoyé son consentement, "habitant présentement Lieucamp" (paroisse de Sonnac). Or il n'y a pas de registre antérieur à 1737 pour Lieucamp. Je ne sais donc pas quand (ni où) il est décédé. J'attends de voir s'il a laissé un testament auprès de son ami le notaire Pierre Flaugergues (mais je n'en suis qu'à l'année 1702 : il me reste encore quelques belles années à éplucher...).

En bref, je ne connais ni le début ni la fin de l'histoire... mais le milieu reste riche d'informations.



[*] Information trouvée grâce à la récente mise en ligne des minutes notariales par les AD12.




vendredi 8 janvier 2016

#Généathème : je prépare mon année généalogique

Ce mois-ci je me permets de faire une (légère) entorse à la règle des généathèmes (un mois/une idée) : je mixe en effet le généathème de décembre ("je prépare mon année généalogique") - en janvier ! - et le nouveau défi 3 mois pour ma généalogie. En fait je prépare mon année depuis le mois de novembre et cela va durer beaucoup plus que trois mois, j'espère :

Mon année sera marquée par des arbres de vie, armoiries et autres sautoirs généalogiques. En effet, grande nouveauté : je m'installe comme émailleuse d'art sur métaux. Créatrice de bijoux, tableaux ou objets de décoration, je n'oublie pour autant pas ma passion : je prévoie donc de créer des collections de pendentifs "arbre de vie", des "sautoirs généalogiques" et, pourquoi pas, à la demande, des tableaux représentant des armoiries. Je ne néglige pas les Poilus, bien sûr, c'est pourquoi une collection de bleuets viendra compléter mon catalogue.

Pour le reste, j'aime m'inspirer des motifs anciens (médiévaux, art déco, japonais...) et les retravailler pour en faire des pièces modernes.
Pour le moment, je me débats avec les formalités administratives d'installation; ce que je raconte sur le blog Chemin d'émail.

J'aurai peut-être un peu moins de temps à consacrer à ce blog généalogique mais j'espère pouvoir garder les liens avec vous, notamment via les réseaux sociaux et la lecture de vos blogs.

Si vous ne connaissez pas, je vous invite à découvrir l'émail, matière vivante et magique qui se transforme sous l'effet du feu grâce à différentes techniques.

J'ai choisi, comme symbole de ma nouvelle activité, cette pièce réalisée il y a une dizaine d'années :


Elle symbolise ma démarche aujourd'hui : réaliser une pièce selon une technique ancestrale (en l'occurrence ici l'émail "champlevé" où on creuse la pièce de cuivre pour aménager des cavités que l'on remplit de poudre d'émail), mais avec une démarche plus moderne (un motif abstrait et un mélange de couleurs dans la même cavité). En outre, les cloisons de cuivre tracent, dans l'émail, un chemin : celui que je me propose de suivre aujourd'hui...

Si vous voulez prendre une bonne résolution, suivez-moi donc tout au long de mon aventure :
Page Facebook : facebook.com/chemindemail
Twitter : twitter.com/chemindemail
Instagram : instagram.com/chemindemail
et bien sûr le blog... D'ailleurs, à ce propos, si vous voulez m'aider à choisir un visuel pour ma future carte de visite : votez sur le blog !

Au plaisir de vous y voir !




jeudi 31 décembre 2015

#Centenaire1418 pas à pas : décembre 1915

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de décembre 1915 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er décembre
Séjour à Arnould.

Carte Gaschney-Anould
Ordre de bataillon n°93 : nomination.

2 décembre
Séjour à Arnould.
Ordre de bataillon n°94 : cassation.

3 décembre
Séjour à Arnould.

4 décembre
Séjour à Arnould.
Ordre de bataillon n°95 : rétrogradation.

5 décembre
Séjour à Arnould.

6 décembre
Séjour à Arnould.
On apprend que le repos est déjà terminé : départ demain avant l’aube.

7 décembre
Le bataillon quitte Arnould entre 6h et 6h30 et fait étape en automobile jusqu’au Collet.
Etape à pied du Collet à Gaschney où le Bataillon bivouaque et passe l’après-midi et la nuit.

8 décembre
Le Bataillon quitte Gaschney vers 7h et fait étape jusqu’à Mittlach où il cantonne jusqu’au soir.
A la nuit il relève dans le sous-secteur de Metzeral le 7e Bataillon de Chasseurs.
Trois compagnies sont en 1ère ligne : 1 en section au Camp Girard, 2 en réserve à Mittlach.

9 décembre
Aucune note pour ce jour.

10 décembre
Echange de quelques grenades vers 19h.
Un Boche très jeune portant une casquette a été tué sur le parapet de la tranchée ennemie.
Perte : 1 blessé par balle.
Ordre de bataillon n°96 : nominations.

11 décembre
Aucune note pour ce jour.

12 décembre
Journée assez calme.
Dans la matinée l’ennemi envoie quelques obus sur nos tranchées.
Perte : 1 Chasseur blessé par balle.

13 décembre
Pour réagir à l’action efficace d’un tir de notre artillerie, l’ennemi envoie sur nos tranchées du Kiosque environ 25 bombes et une dizaine d’obus.
Pertes : 2 Chasseurs blessés par éclat d’obus.
Ordre de bataillon n°97 : décorations.

14 décembre
Dans la journée activité par l’artillerie ennemie. De 14h à 15h arrosage de la région de Metzeral Est et Sud.
Dans la nuit échange assez vif de coups de fusil et de grenades.
Un avion boche (biplan DFW) venant de Kahlenwasen s’est dirigé dans la matinée vers Metzeral où il a lancé 3 bombes.
Biplan allemand DFW © akpool.fr.

15 décembre
Lutte assez vive de grenades et d’engins de tranchée dans la région du Kiosque.
Perte : 1 Chasseur blessé.
Ordre de bataillon n°98 : nominations et affectations.

16 décembre
Dans la matinée l’ennemi bombarde nos tranchées du Kiosque (20 obus de 105 environ).
Perte : 3 Chasseurs blessés par balle.

17 décembre
Entre 14h et 15h30 l’ennemi bombarde nos tranchées de la région du Kiosque.
Perte : 2 Chasseurs blessés par balle, 5 par éclat d’obus.

18 décembre
Journée et nuit calmes.
Un biplan boche survole dans la matinée la cote 664 : notre artillerie tire et il s’éloigne.
Perte : 1 Chasseur blessé par éclat de grenade.
Ordre de bataillon n°99 : nomination.

19 décembre
Dans la région du Kiosque et de 664 échange de grenades à fusil.
Perte : 1 caporal blessé par éclat de grenade.

20 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur blessé par balle.

21 décembre
L’ennemi lance plusieurs grenades à fusil sur nos tranchées de 664.
Ordre de bataillon n°100 : décoration.

22 décembre
J’apprends le décès de Jean Baptiste Menage, un copain du Bataillon, il y a 4 jours à l’hôpital de Gérardmer.
Vers 15h les boches bombardent nos tranchées du Kiosque et de 664.
Notre artillerie riposte sur les emplacements présumés de minenwerfer et de mitrailleuses à l’Est du Kiosque.
Devant les positions de Meryersbühl des mouvements sont aperçus dans la matinée (hommes espacés avec armes et bagages).
On voit se croiser environ 2 sections, probablement en cours de relève. Notre artillerie renseignée envoie des rafales.
Dans le sous-secteur de l’Oder on aperçoit des boches vêtus comme des chasseurs et coiffés de bérets ( ??) ; ils sont dispersés par le feu des sentinelles.
Perte : 1 chasseur tué d’une balle à la tête.
Ordre de bataillon n°101 : nominations.
Minenwerfer et servants © arbrebaz.fr

23 décembre
De notre tranchée du Kiosque on remarque une circulation assez active dans Muhlbach.
Le commandant du 53e bataillon confirme que des boches vêtus en chasseurs et coiffés de bérets gris ont été vus dans la région.

24 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur blessé.
C’est déjà le deuxième Noël loin des miens. On tâche de trouver un sapin pour la fête.
Soldats coupant un sapin, Noël 1914 © Gallica

25 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur blessé (éclat de grenade).
Ordres de bataillon n°102 et 1031 : rétrogradation et nominations.
Ce fut une réunion des plus gaies et des plus cordiales.
Noël 1915 © aquarelle E. Gabard

26 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.

27 décembre
Vers 12h l’ennemi envoie sur le camp Girard une vingtaine d’obus de 77 et 105 sans produire de grands dégâts.
Entre 14h et 15h30 il bombarde violemment nos tranchées de 664 par une trentaine de projectiles de gros calibre.
Les tranchées sont sérieusement endommagées.
Pertes : 1 Chasseur tué ; 6 chasseurs blessés.
Ordre de bataillon n°104 : citation.

28 décembre
Vives actions d’artillerie dans la journée et dans la nuit de notre part sur l’Illienkopf. L’ennemi riposte sur 664 et ne produit que peu de dégâts.
Pertes : 1 sergent et 2 Chasseurs blessés.

29 décembre
L’ennemi bombarde sérieusement Metzeral par obus de gros et petits calibres pendant la journée et une partie de la nuit.
Le bombardement est particulièrement violent de 10h15 à 12h30 ainsi qu’à 20h.

30 décembre
De 10h à midi les tranchées de 664 du mamelon intermédiaire et du Kiosque sont soumises à un sérieux à un sérieux bombardement d’obus de gros calibres. Les tranchées subissent de nombreux dégâts. Les mitrailleuses boches battent les brèches.
Bombardement intermittent pendant le reste de la journée et de la nuit.
Perte : 1 sergent et 6 Chasseurs blessés.
Plus de 20 000 hommes ont disparu sur ces terres lors des combats de 1915. Combien en faudra-t-il encore ?

31 décembre
Journée et nuit calmes.
Aucun événement à signaler.
Perte : 1 Chasseur tué, 4 blessés.




Source complémentaire :

"Journal résumé de la guerre 1914-1918", par Jean Pouzoulet, caporal au 23e Bataillon de chasseurs alpins, AD Hérault