Rechercher dans ce blog

Chargement...

mercredi 20 août 2014

Les coiffes de nos grands-mères

Les avez-vous remarquées sur vos clichés familiaux ? Attentifs aux visages, on ne fait pas forcément attention aux vêtements. Et pourtant...

On considère généralement qu'à partir du XIVème siècle apparaît le costume dit "personnalisé". On voit une différenciation des vêtements masculins et féminins, mais aussi des particularités régionales.

Au sein d'une même région, on distingue des différences notable dans le costume traditionnel. Par exemple, on ne peut pas parler "du costume breton" mais "des costumes bretons" tellement il existe de variantes, en particulier au niveau des coiffes. Si les techniques, comme le point de chaînette, sont les mêmes partout, chaque pays, chaque localité possède son propre style et ses propres motifs.
On a ainsi compté plus de soixante modes féminines différentes en Bretagne. Les couleurs, les broderies, les types de vêtements, les accessoires… Autant d’éléments qui distinguent une mode d’une autre. 

Ces différences géographiques s’accompagnent d’évolutions dans le temps. De 1850 à 1950, les costumes ne sont pas restés figés et chaque génération apporte des changements aux modes précédentes. Par ailleurs, il faut différencier les costumes portés le dimanche ou lors de cérémonie, du vêtement de travail. De la même manière, on distingue la coiffe usuelle, que l'on porte quotidiennement, de celle des jours de fête.

En Vendée c'est à l'éventaire du colporteur, puis plus tard auprès du mercier ambulant lors des grandes foires, que les paysannes vont trouver les éléments du trousseau qu'elles vont confectionner, ainsi que les éléments de la coiffe qu'elles fourniront ensuite à la lingère pour qu'elle la leur réalise.
Durant tout le XIXème siècle, vont naître de nombreux "grands magasins" qui proposeront leurs produits sur leurs catalogues. Désormais, les femmes choisissent tranquillement chez elles parmi une offre très vaste, tous les articles de mercerie nécessaires à la confection de leur coiffe, ainsi que leurs bonnets pour leur usage quotidien.
Catalogue Samaritaine, Gallica

Parmi les différents éléments du costume, la coiffe possède une connotation particulière, une conscience sociale. On fait remonter son usage, telle que nous la connaissons, à la première moitié du XIVème siècle. Mais depuis toujours, la tradition judéo-chrétienne (et avant celles-ci les religions antiques) désirait soustraire du regard des hommes les chevelures féminines, sujets de leurs désirs irrépressibles. A la puberté, les jeunes femmes ont donc pris la précaution de se chapeauter et ne sortent plus "en cheveux". Les femmes du peuple se couvraient la tête avec simplicité, et les aristocrates avec plus de recherche. Simple voile, petit bonnet de coton, ou hennin sophistiqué, chaque femme, quelle que soit son appartenance sociale ou religieuse, se doit de couvrir ses cheveux.

Le costume féminin, et particulièrement la coiffe, continue d’exister jusqu’au milieu du XXe siècle, date à laquelle, progressivement, les modes citadines sont adoptées et les costumes abandonnés.

Les coiffes sont des objets à la fois très précaires et porteurs d'une multiple mémoire. Précaires par la fragilité du tissu, de leur montage, leur légèreté ... Mais objets tenaces aussi, porteur d'histoires, des vies paysannes, des identités, des grands moments de l'existence (mariage, cérémonie, morts des proches...).

La coiffe paysanne consiste le plus souvent en une pièce de tissu simplement nouée et drapée autour de la tête. La forme évolue au cours des siècles, tant dans le volume que dans l'ornement. Mais au début du XIXème siècle, au simple rôle utilitaire que jouait le bonnet à la française porté par les paysannes, va se substituer un rôle essentiellement social. Le bonnet, se transformant en coiffe, va devenir le véritable signe d'identité de la femme du peuple. Cette évolution va débuter après la Restauration, vers 1815, et la guerre de 1914 en achèvera le déclin. L'heure de gloire des coiffes correspond aux heures de gloire de la paysannerie française.

Je n'ai malheureusement aucun cliché de mon aïeule bretonne, installée en Ile de France au tout début du XXème siècle. Et aucune coiffe savoyarde ou aveyronnaise ne figure sur les photos en ma possession.

Par contre, sur tous les clichés que je possèdent de mon arrière-arrière-grand-mère, Louise Chatelain, on la voit arborer la coiffe angevine.


Louise Chatelain, 1917, coll. personnelle 

Il s'agit de la coiffe des Ponts-de-Cé (49).
Appelée aussi coiffe à grand devant, cette coiffe est historiquement la première coiffe à tuyaux de l’Anjou et était portée tant à Angers qu'aux alentours. Elle deviendra le symbole de l’Anjou dans l’imaginaire collectif, comme la Bigouden en Bretagne. 
Le fond de coiffe et la passe sont taillés dans le même morceau de tissu et sont le plus souvent ornés de riches broderies blanches, réalisées à l’aiguille, avec des incrustations de dentelle à l’aiguille. La  dentelle  entourant le visage est assez large pour pouvoir être portée rabattue sur le front et mise en forme avec de larges tuyaux horizontaux au niveau des tempes.

Schéma de la coiffe des Ponts de Cé, Amis du Musée des Coiffes

Posée sur un bonnet de coton noir, la coiffe s’ajuste au moyen de deux lacets coulissants qui se croisent autour de la tête. Ils seront ensuite cachés par la passe du nœud. Ce dernier, en forme de grand papillon aux ailes déployées, est fixé à l’aide de deux grosses épingles à tête blanche au-dessus du front. De taille relativement modeste au temps des premières coiffes, le nœud va prendre beaucoup d’ampleur au fil du temps et se porter pointes en haut et parfois très relevé en diadème.  

Le fond de coiffe est creusé et maintenu en forme grâce à un grand peigne piqué dans le chignon, évoquant ainsi l’arrière des barques de Loire, ce qui lui donne une allure tout à fait caractéristique dite vulgairement "en cul de poule".


Coiffe "angevine", Amis du Musée des Coiffes

Concernant la coiffe de Louise Chatelain, il s'agit d'une coiffe de veuve car elle n'est ornée d'aucune broderie ou dentelle (son époux est décédé en 1901).

Quant à mon arrière-grand-mère, Marie Benetreau (décédée en 1951), elle portait toujours la coiffe vendéenne, qu'elle amidonnait avec soin.


Marie Benetreau, fin XIXème siècle, coll. personnelle

Les photos dont je dispose ne sont malheureusement pas assez nettes pour que je puisse distinguer précisément le type de coiffe qu'elle arbore, parmi les nombreuses coiffes vendéennes qui ont existé.

Supplanté par la puissante attraction de la mode internationale, le port du costume traditionnel est devenu anecdotique en France.
Son port est aussi directement proportionnel à la disparition de la ruralité, de l'attachement au terroir et de l'isolement des campagnes.
Chargé toutefois toujours d'un puissant symbolisme, il est conservé surtout dans le domaine du folklore.






Sources : Wikipedia, S. Pacaud : Costumes et coiffes folkloriques des terroirs de France, Le costume breton (CG du Finistère), Amis du Musée des Coiffes, Coiffes sans visages (Parole et patrimoine),

mardi 12 août 2014

Disparition inquiétante

Je tournais ma petite cuillère en une ronde infinie dans ma deuxième tasse de café de la journée quand la sonnerie stridente du téléphone retentit. Bon sang ! J'avais pourtant dit de ne pas me déranger avant le troisième café du matin !


- Quel est l'imbécile qui me dérange si tôt le matin ?
- Euh ! il est dix heures, chef. C'est moi, chef. On vient de nous signaler une disparition inquiétante, chef.

Je raccroche en bougonnant et j'enfile mon long manteau noir qui ne me quitte pas, assorti du chapeau en feutre noir qui me vient de mon grand-père. Le petit est déjà dans la voiture. On file à l'appartement de la disparue pendant qu'il me briefe : jeune femme de 40 ans, célibataire, a disparu depuis plusieurs jours. . .

- Combien de jours ?
- 17 jours, chef.

Arrivé dans l'appartement, une rapide inspection me suffit pour comprendre qu'il n'y a pas eu d’agression ici. Tout est nickel, bien rangé, rien ne dépasse. Tout le contraire de chez moi ! Il ne manque pas d'objet de valeur, mais le sac à main, le smartphone et l'ordinateur ne sont plus là. La seule bizarrerie : une pièce entière tapissée de photos d'individus non identifiés et une carte de France avec de nombreuses punaises marquant différentes régions de France.

- Chef, on a trouvé un truc, chef. C'est un code secret !
- Un quoi ?
- Un code secret, chef !

Le petit me tend un bout de papier, enthousiaste. Je le regarde d'un œil torve et prend le bout de papier. Dessus est inscrite une série de lettres : AGP, CPA, CA, NMD. Ouais du charabia, quoi ! Par contre, sur le programme télé resté ouvert, sont griffonnées des initiales et le début d'un numéro de téléphone parisien  AD 01. . . Elle n'a pas eu le temps d'écrire le numéro complet. AD ? AD ? Albert Dupontel ? Bon, en attendant d'en savoir plus, on va continuer à l'appeler Albert Dupontel.

Plus tard, au poste, on examine son téléphone : il est débranché. Ses comptes : des déplacements récents vers la Bretagne, l'Anjou, l'Aveyron. . . Rien d’extraordinaire. Mais le dernier paiement est un billet de train vers Bourg-en-Bresse. 

Bourg-en-Bresse ? Quelle idée ? Sans rire : personne sait où ça s'trouve Bourg-en-Bresse ! Bon, ben y'a plus qu'une solution : y aller !

Grâce aux collègues sur place, et aux caméras, on distingue une silhouette qui sort de la gare et qui pourrait être elle. Elle est seule, c'est déjà ça. Elle va peut-être retrouver cet Albert ? Elle se dirige droit vers un grand bâtiment allongé, moitié béton, moitié verre. J'y vais à mon tour.

Deux hypothèses, donc, puisqu'elle était seule et non sous la contrainte d'une tierce personne :
- Soit elle est en train de braquer ce bâtiment avec. . . euh elle n'a pas de port d'arme, donc avec. . . une paire de ciseaux ?
- Non, chef : on n'a pas le droit aux ciseaux dans ce genre d'endroit.
- Ah bon ? un coupe papier alors ?
- Non, chef.
- Un tube de colle ?
- Non plus, chef.
- . . . ?
- Un crayon à papier et une feuille, c'est tout, chef.
- Bon, alors, les braquages aux feuilles de papier, ça fait un moment que j'en n'ai pas vu. Passons à la deuxième hypothèse. Donc, soit. . . je ne sais pas encore.

J'arrive devant l'immeuble. Ce sont les archives départementales. 
Archives, archives. . . ? Archives départementales = AD ! Bien sûr. Bon ben, d'évidence, c'était pas le numéro de téléphone d'Albert Dupontel. 

Plusieurs personnes occupent la grande salle. Un silence de tombeau règne ici, seulement perturbé par un clang-clang régulier provenant d'une énorme machine occupant une alcôve au bout de la salle. Un vieillard chenu y fait défiler des documents si rapidement que je me demande bien comment il peut voir ce qu'il y a dessus. Tout d'un coup il exulte : 
- Ça y est ! j'ai trouvé !
Ma parole, il est si heureux qu'on dirait que c'est le Graal qu'il a trouvé.

Je me présente alors à l'accueil et, sortant ma carte et une photo de la disparue, je demande :
- Avez-vous vu cette femme ?
Aussitôt, une nuée de "chuuut" m'assaille de toutes parts. Je me retourne et les personnes présentes me regardent d'un air mauvais. Un couteau entre les dents n'aurait pas fait meilleure impression. La personne de l'accueil, avec un sourire, me montre une salle plus petite, tout au bout de la grande salle.

Au fur et à mesure que j'approche de cette salle, j’entends comme un bourdonnement. Un murmure constant s'élève des personnes attablées par petits groupes de deux, trois ou quatre devant les ordinateurs de la petite salle. Dans le silence assourdissant de ces lieux, ce bruissement est plus incongru qu'une mouche dans un whisky. Il y a là plusieurs personnes, de tous âges. J'essaie d'attirer leur attention, en vain. Ils discutent en eux, tout doucement, mais tous en même temps. Il y a un je ne sais quoi dans l'air. Une espèce d'euphorie. On dirait des abeilles sur un pot de miel. J'entends des bribes de conversations :

- il est granger là aussi.
- j'ai trouvé des achapts et des acquets.
- ton Vuailliat, c'est un "dit Cognat" ou pas ?

Bon sang ! je suis tombé sur une autre planète ou quoi ? Dans quelle langue on parle ici ? Enfin, je repère ma cible parmi ces extraterrestres. Je lui pose la main sur l'épaule, mais il me faut la secouer un peu pour qu'elle détourne enfin son attention de son écran. Pour moi ces pattes de mouches illisibles ne me retiendraient pas 15 secondes, mais bon.

- Je suis contant de vous retrouver : vous aviez disparu depuis longtemps et vos proches s'inquiètent.
- Disparu ? Mais non, je suis là.
- Ça je le vois !
- Depuis longtemps ?
- 17 jours pour être exact.
- Tant que ça ? Mais je n'ai pas vu le temps passer.
- Vous avez passé tout ce temps ici ?
- Bien sûr. Il y a tant d'informations à glaner !
- . . . ?
- Mais enfin, ne vous êtes-vous jamais intéressés à l'histoire de votre père ? de votre grand-père ?
Je jette un coup d’œil à mon chapeau.
- C'est tout ce que j'ai hérité de lui. Le reste, je ne sais pas : je ne l'ai pas connu. Une brouille familiale je crois.
- Mais vous ne savez donc pas le métier qu'il faisait, où il habitait, quel a été son parcours militaire, quelle est était sa vie, quoi !
- Ben non.
- Vous n'avez pas fait votre généalogie ?
- Géné. . . quoi ? 

Un grand silence soudain se fait dans la salle. Glaçant. Tout le monde a les yeux rivés sur moi, une lueur d'horreur dans les yeux. Quand le silence se fait trop gênant, chacun retourne à ses occupations, mais en chuchotant et en me regardant bizarrement.

- Bon, on ne peut pas vous laisser comme ça. 
Elle ouvre son propre ordinateur et, après m'avoir demandé mon patronyme, laisse courir ses mains sur son clavier. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire elle trouve son adresse, la composition de sa famille, son contrat de mariage, ses affectations militaires, son bail, des documents qui les lient à ses voisins (reconnaissances de dette, ventes) et même son testament et l'inventaire de ses meubles après son décès donnant une description précise du contenu de sa maison. Bon sang j'en ai appris plus sur lui de durant toute ma vie.

- Mais comment vous avez fait ça ?
- Mais enfin, monsieur, c'est ça la généalogie !

Sur la route du retour, je repense à tout ça. Je croyais que la généalogie c'était un truc de vieux. Je ne pensais pas qu'on pouvait en apprendre sur soi-même et sur les siens. Et en rentrant chez moi ce soir là, je me suis dit que la journée avait été plutôt bonne : je n'avais pas simplement retrouvé la fille. . . mais aussi ma famille entière.


vendredi 8 août 2014

Et il n'y a pas d'âge pour transmettre ses découvertes

Il y a quelques temps, j'expliquais qu'il n'était jamais trop tôt pour commencer la généalogie.

Aujourd'hui je déclare qu'il n'y a pas d'âge pour transmettre ses découvertes !

Cette fois, je ne m'adresse plus à mes jeunes neveux/nièces, mais à la génération de mon père. Pour son anniversaire j'ai créé un livre sur sa famille. Ce n'est pas un roman familial, c'est plutôt un document visuel.
Je l'ai réalisé grâce à un site éditeur d'albums photos.

Livre de famille, couverture, coll. personnelle

J'ai choisi le format, le nombre de pages, la couverture. J'ai ensuite réalisé les pages intérieures selon mes envies.

 Livre de famille, pages intérieures, coll. personnelle

Très facile à réaliser :
  • Il suffit d'ajouter un bloc de texte et de rédiger ce que vous souhaitez (un copié-collé est aussi possible, si vous avez déjà rédigé ces informations ailleurs). On peut bien sûr modifier la police, le corps, etc. comme on veut. On place le bloc de texte à l'endroit souhaité. Et on peut même modifier son orientation pour lui donner un air penché qui apporte une dynamique à la page.
  • Ensuite, même chose pour les images : photos de personnes, de lieux, ou tout document iconographique souhaité. L'éditeur vous indique si la résolution de la photo est suffisante pour donner un bon rendu à l'impression. 
  • Pour créer une unité, j'ai rajouté les bandes de couleurs.

Une double-page par génération.

Une fois que le document convient, il suffit de passer commande et d'attendre son colis.

A l'origine, ce livre était prévu pour mon père, mais tant qu'à faire, je l'ai aussi proposé à mes oncles et tantes et l'ai fait éditer en plusieurs exemplaires. Et c'est comme ça qu'ils furent enchantés de recevoir un livre racontant l'histoire de leur famille.

Et c'est ainsi un bon moyen de transmettre ses découvertes généalogiques.




jeudi 31 juillet 2014

#Centenaire1418 pas à pas : juillet 1914

Pour commémorer le centenaire de la guerre 14/18, j'ai décidé de suivre pas à pas mon arrière-grand-père Jean François Borrat-Michaud au cours de ces années de conflit.

Jean François Borrat-Michaud est né en 1894 à Samöens (Haute-Savoie). 


Jean François Borrat-Michaud, vers 1917 ou 1918, coll. personnelle

Son père, Joseph Auguste, est né à Champéry (Suisse) en 1863. Installé à Samoëns sans doute dans la décennie 1880, en tant que cultivateur, il épouse Antoinette Adélaïde Jay en 1893. Lors de ce mariage, ils reconnaissent la fille d'Antoinette, Félicie Césarine (née en 1881) et la fille de Joseph, Marie Louise (née en 1892). Un autre enfant viendra agrandir la famille : Armand, né vers 1905.

Arbre généalogique Jean François Borrat-Michaud
 
Alors que Jean François a tout juste 20 ans, la Première Guerre Mondiale éclate. 

Nous avions déjà parlé de lui sur ce blog (ici, et ). Mais cette fois c'est une façon différente de lui rendre hommage, en le suivant pas à pas.

Revivez avec moi, au jour le jour, son parcours tout au long du conflit de la Première Guerre Mondiale sur son compte Twitter @jfbm1418 ( * ). Ou, si vous préférez la version blog, les tweets du mois seront regroupés dans des articles récapitulatifs mensuels.

Ce "live tweet 14/18" a commencé le 29 juillet 2014/1914 :

- Je m'appelle Jean François et je vais bientôt connaître 4 années peu communes, qui me marqueront à vie.

- J’ai tout juste 20 ans : né le 26 juin 1894, j’ai fêté mon anniversaire en famille le mois dernier.

- J'ai grandi à l'ombre du Criou (la montagne), dans le bourg de Samoëns en Haute-Savoie
Église de Samoëns et, en arrière-plan, le Criou © Delcampe

30 juillet :

- Papa a rapporté le Petit Journal. Ils en parlent encore ce matin : la tension est palpable. Aurons-nous la guerre ?
Le Petit Journal, 30 juillet 1914, © Gallica

- Je reviens de la place de l’église : sous le Gros Tilleul, on ne parle que du discours de Jaurès, longuement applaudi hier.

- Après une journée de labeur dans les parcelles hautes, de retour à la maison, nous apprenons la mobilisation générale en Russie.

31 juillet :

- Rentré en catastrophe à Samoëns, reverrais-je un jour le faubourg St Martin et le troquet où j’étais garçon de café ?
Paris, rue du Faubourg Saint martin, © Delcampe

- Et les jolis yeux bleus de Lisette ?

- Le temps est lourd : les pays d'Europe décrètent la mobilisation générale les uns après les autres; avec allégresse ou frayeur c'est selon.

- Nous venons d’apprendre que Jaurès a été assassiné ! Stupeur générale. Le conflit semble maintenant inévitable.


( * ) Pour mémoire, Twitter est un réseau social sur lequel on s'exprime en courts messages (140 caractères maximum); on peut aussi joindre des photos ou des vidéos. C'est pour cela que les messages de Jean François sont très courts.

lundi 21 juillet 2014

Il n'est jamais trop tôt pour commencer la généalogie

Fort de ce principe, j'ai entrepris de transmettre le goût de la généalogie à mon neveu (4 ans) et ma nièce (9 mois) !

Bon, OK, c'est un peu tôt pour qu'ils passent leurs journées aux archives à compulser de vieux registres en latin. Alors, il a bien fallu trouver autre chose : les sensibiliser à la notion de famille et de parents (au sens large), par exemple. D'autant plus qu'ils habitent loin et que je ne les voit pas souvent. Alors, pour qu'ils n'oublient pas leur branche limousine, j'ai réalisé pour eux des "arbres généalogiques" spécifiques.

Voici le compte-rendu de mon expérience, qui pourra peut-être vous donner des idées . . .

J'ai utilisé deux méthodes différentes :
  • le fait-maison
  • le fait-internet

Mon neveu est dans sa période pirate et sa chambre a un décor marin : je ne voyais pas l'y mettre un grand chêne. J'ai donc confectionné un "bateau pirate généalogique".

Bateau pirate généalogique

Je suis donc partie de mon neveu et j'ai ajouté les photos de sa sœur, ses parents, ses oncles/tantes et grands-parents. Bon l'inconvénient c'est qu'un arbre généalogique est serré à la base (l'individu de départ) et s'élargit au fur et à mesure qu'on ajoute des générations. Or le bateau c'est exactement l'inverse ! Serré en haut, à la pointe de la voile, et large à la base au niveau de la coque du bateau. J'ai donc dû tricher un peu pour pouvoir caser tout le monde. On ne retrouve pas forcément cette belle forme épanouie qui caractérise les arbres généalogiques traditionnels, mais bon il a bien fallu s'adapter au motif choisi.

L'idée est ensuite d'accrocher ledit bateau à hauteur d'enfant (en bas d'un mur de sa chambre, ou au dos de la porte) afin qu'il puisse y retourner souvent pour aller voir les photos des différents membres de la famille. Comme ça, avec un peu de chance, il se souviendra de nos visages quand nous le reverrons à sa prochaine visite.

Si vous ne vous sentez pas l'âme d'un bricoleur, vous pouvez aussi faire appel au magicien internet. Il doit exister de nombreux sites, mais personnellement j'ai contacté Mémé Moustache. A partir de photos, j'ai reconstitué les membres de la famille façon portrait robot. A ma disposition, différentes forme de visage, de nez, de lunettes, des couleurs de cheveux variées, etc . . . que j'ai associé pour faire des portraits qui nous ressemble (enfin, dans l'esprit, quoi !).

Je suis partie de ma nièce et j'ai ajouté sa parenté au fur et à mesure. Ensuite, Mémé Moustache s'est chargée pour moi d'éditer un livre adapté aux jeunes enfants.

Ma famille illustrée, édité par Mémé Moustache

 

Moi, j'ai choisi le format livre, mais il y a aussi la possibilité de faire des jeux de mémoire et des puzzle en bois, des magnets, etc . . .


Et maintenant, mamie peut raconter l'histoire de la famille à sa petite-fille.



Et après, il ne restera plus qu'à attendre qu'ils grandissent pour passer à la vitesse supérieure . . .


jeudi 17 juillet 2014

Quittances et obligations

Donc, c'est une évidence : nos ancêtres passaient leur temps chez le notaire ! Je le soupçonnais déjà, grâce aux archives notariales en ligne en Vendée, mais avec le répertoire des notaires en ligne de l'Ain, c'est devenu une certitude.

Inventaire du notaire Louis Guillermet, détail, AD01

En 10 jours j'ai déjà récolté plus d'une centaine de mentions de mes ancêtres passant des actes chez leurs notaires respectifs.

Bien sûr, j'avais connaissance des contrats de mariage, testaments ou inventaires après décès dont on notait scrupuleusement les termes chez un homme de loi. Mais il y a de nombreuses raisons qui poussent nos ancêtres dans les études les plus proches de chez eux.

Parmi ces raisons, certaines restent un peu mystérieuses, en particulier parce que je ne dispose que d'un inventaire et non des actes complets, et parce que les termes varient d'un notaire à l'autre, d'une forme ancienne à une autre.


  • Une demi-douzaine d'actes sont intitulés "achapt", probablement des actes d'achat, mais le détail n'est pas fourni dans les répertoires.
  • "Acte destat et vizitte d'une maison" : est-ce l'inventaire préalable à la vente d'une maison ?
  • Un certain nombre d'actes sont intitulés (selon les notaires ou les époques) cheptel, chatel, chastail, chetel, chaptel. Ils doivent recouvrir la même réalité : la convention, ou bail, d'un maître avec son fermier, lorsqu'il lui donne un certain nombre de bestiaux pour les nourrir et les soigner, avec partage du profit. Par extension, les bestiaux mêmes formant le fonds du cheptel.

Moins mystérieux, ou plus facilement identifiables : 
  • le bail à ferme : contrat de louage d'un fonds rural.
  • la cense : terre soumise au cens ( * ) ou redevance payée pour des terres, moulins, fours, etc.
  • le codicille : texte, clause, ajouté à un traité.
  • la cession : action ou acte de céder, d'abandonner quelque chose à quelqu'un volontairement ou non. 
  • l'échange : contrat par lequel les parties se donnent respectivement une chose ou un droit contre une autre chose ou un autre droit.
  • la licitation : vente aux enchères d'un bien indivis qui peut se faire à l'amiable ou en vertu d'un jugement. 
  • le transport : acte qui fait passer la propriété d’une chose incorporelle, comme un droit et une action, d’une personne à une autre; par la même la cession qui lui en est faite.

Les actes les plus nombreux sont sans conteste les suivants :
  • l'obligation : lien de droit par lequel une ou plusieurs personnes déterminées sont tenues, en vertu d'un contrat, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose. 
  • la quittance : attestation écrite reconnaissant le paiement d'une somme due (dette, redevance, droit). 
  • la vente (qui se passe de définition, mais en l'absence des actes eux-mêmes on ignore les détails de ces transactions). 

Le record de procédure est détenu par Neymod Janney grangier (exploitant agricole) à Lalleyriat. Il passe 26 fois devant le notaire, en l'espace de 21 ans, dont 17 fois pour des obligations en sa faveur et contre différents de ses voisins.

Les quittances trouvées concernent la plupart du temps des sommes d'argent, mais sont parfois plus diverses, comme celle que passe Blaise Berthet Bondet à Jean Janvion (1793) : 174 livres, une vache, une chèvre, une garde robe.
Ou celle de Marie Françoise Alombert Goget (1783) citant une croix d'or d'une valeur de 23 livres.

On remarque d'ailleurs que les femmes sont nombreuses à passer devant le notaire. On les voit agir en tant que veuve ou "sœur de", mais aussi en leur nom propre.

Enfin, on voit régulièrement des actes notariés passés au nom d'une communauté toute entière :
  • Délibérations des habitants du Poizat par laquelle les habitant du village "nomment des gardes forets pour empecher le déboisement de leur montagne" (1761).
  • Délibération des habitants de Lalleyriat "aux fins de répondre aux demandes de cessation du rolle fait pour les reparations de leur eglise" (1767). 

Aux hasard des registres, j'ai aussi rencontré d'autres types d'actes (mais qui ne concernaient pas mes ancêtres) :
- abandon et permission de prendre l'eau
- procuration
- révocation de procuration
- sentence arbitrale
- assignat (ou assinat)
- ratification
- déclaration de grossesse
- contrat d’apprentissage
- grangeage ( * )

Les tabellions ne chômaient pas !

Il ne me reste plus qu'à attendre la numération des actes eux-mêmes, pour en savoir davantage sur ces différentes transactions.


( * ) pour les définitions précises, voir l'onglet Petit lexique de généalogie

samedi 12 juillet 2014

Pas de défunt !

Les curés sont parfois prolixes : en dehors des actes de naissances, mariages et décès qui font la raison des registres que nous compulsons, ils notent quelques observations diverses. C'est souvent des phénomènes météorologiques, parfois le baptême d'une cloche, plus rarement la naissance - ou le décès - d'un roi.

Personnellement, je savoure ces mentions qui émaillent les registres comme des petites douceurs. Parce qu'elles éclairent la vie de nos ancêtres, parce qu'elles nous font découvrir un pays, une époque qui sont plus ou moins éloignés de nous aujourd'hui.

Mais il faut le reconnaître, ce sont souvent des mentions assez noires : décès en nombres, pillages, avalanches . . .

Heureusement, enfin une bonne nouvelle nous est donnée par le curé de Noailhac (Aveyron) :


"Est a remarquer que depuis le 22 xbre [décembre]
de L'année 1677 Jusques au trentieme mars
de L'année 1679 personne ne mourust ny
 feut mesme malade dans pte [présente] parse [paroisse] de noalhac ainsi
je soussigné [ . . . ] l'atteste                Lacombe"

Soit un an et trois mois sans décès ni maladie dans la paroisse. 


Même si on peut s'interroger de l'absence de malade pendant 15 mois successifs.
Même si la taille de la paroisse est réduite (un peu moins de 16 km²; on ne compte que 641 habitants à la Révolution, date des plus anciens recensements officiels).

C'est plutôt une bonne nouvelle, non ?