« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mercredi 21 février 2018

#Généathème : Le cabinet de curiosités

L’histoire pourrait commencer ainsi :

On célèbre la joie aujourd’hui. Une naissance inespérée. La mère s’est bien remise de ses couches. On a fait venir parents et amis pour admirer le nouveau-né, Nicolas. Les aînés du premier lit paternel sont là aussi. Et près de cheminée, il y a Pierre. Le vieillard de 72 ans reste assis là. Isolé. Il est heureux, mais reste incrédule. Il regarde Magdelaine, son épouse. Il n’arrive pas à croire à son bonheur. Elle est rayonnante, inondée du bonheur de sa récente maternité et de sa jeunesse ; elle qui n’a que 34 ans.
Déjà, lorsqu’ils se sont mariés, il y a 7 ans, il ne pensait pas à la joie qui lui procurerait cette nouvelle union…

Mais, comment en est-on arrivé là ?

Nicolas Rouault est mon ancêtre à la VIIIème génération (sosa n°154). Il est né en 1764 à Villevêque (Maine et Loire) du second mariage de son père Pierre. Celui-ci a épousé (en 1715) en premières noces Andrée Lemele, dont il a eu quatre enfants, puis Magdelaine Saulnier (en 1757) dont il a eu trois enfants. Nicolas est le dernier-né.

Jusque là rien de très anormal. Je poursuis donc mes recherches en remontant (facilement) d’une génération, le curé ayant aimablement renseigné l’identité des parents dans l’acte de mariage de Nicolas. Je m’intéresse à Pierre Rouault (sosa n°308). Celui-ci est aussi le dernier-né mais d’un premier lit cette fois. De la même manière l’identité de ses parents est indiquée (dans ses deux mariages). Pas de doute possible donc : son père, René, a épousé Perrine Dalibon, dont il a eu 5 enfants. Mais Pierre n’a quasiment pas connu sa mère car elle est décédée deux ans après sa naissance. Trois ans plus tard René s’est remarié avec Louise Repussard, - il fallait sans doute s’occuper des enfants, âgés de 5 à 13 ans - dont il a eu cinq autres enfants.


Extrait arbre famille Rouault

Mais ici les choses se compliquent : comme je viens de l’indiquer, la parenté de Pierre ne semble faire aucun doute car elle est très détaillée dans ses deux actes de mariages. Or Pierre est né en 1692. Marié la première fois en 1715, il a 22 ans. Mais lors de son second mariage en 1757 il a 64 ans ; ce qui n’est pas si mal. Or son épouse, Magdelaine Saulnier, elle, n’a que 27 ans, soit 37 ans d’écart ! S’ils ne détiennent pas le record dans mon arbre (eh non, j’ai mieux ailleurs…), ils obtiennent tout de même la médaille d’argent. Cependant, si vous vous rappelez le début de l’article, Pierre a eu trois enfants de son second mariage. C'est-à-dire qu’il a été père à 65, 67 et 72 ans !!! Bon là, pas de discussion possible : il gagne haut la main la médaille d’or du père le plus âgé de ma généalogie.

Donc, lorsque notre petit Nicolas est né, son père avait 72 ans ! Autant vous dire que mon logiciel de généalogie clignote de partout : « alerte ! alerte ! ». Pour un peu il se mettrait à sonner. En tout cas, c’est trop vieux pour lui, 72 ans, et il me le fait savoir. Bon, j’avoue que moi aussi je tique un peu. Alors je reprends tous les actes. Mais je ne décèle aucune anomalie. Je pense à frère homonyme éventuellement et je reprends la lecture des registres page après page pour être sûre de ne pas avoir loupé un frère. Cependant, comme la mère de Pierre, Perrine, est décédée 2 ans après sa naissance, cela ne laisse guère de place pour un frère plus jeune. Rien on plus avant. J’examine à nouveau tous les actes en ma possession sur les trois générations concernées, détaillant les témoins, m’intéressant particulièrement aux membres de la famille, mais là aussi tout semble concorder.

Rien à faire : il semble bien que Pierre ait été père, pour la dernière fois, à 72 ans ! [*] A l'âge où, donc, il aurait pu être arrière-grand-père. A-t-il profité des joies de la paternité (sa septième paternité) me direz-vous ? Un peu ma foi : il est décédé en 1776, âgé de 83 ans… Ce qui n’est pas si mal non plus, soit-dit en passant.
Nicolas, quand à lui aura davantage connu sa mère, qui décède alors qu’il est âgé de 28 ans et qu’il est lui-même marié depuis trois ans. Ses filles n’auront pas cette chance : l’année suivante, en 1794, il suit sa mère dans la tombe – il avait 30 ans seulement : les petites n’ont que un et deux ans. Comme quoi, la question d’âge n’est pas héréditaire…


[*] Si quelqu’un trouve une preuve contredisant cette thèse, qu’il n’hésite pas à se manifester…


3 commentaires:

  1. Je ne crois pas qu'il y ait d'erreur... René ROUAULT est également l'un de mes ancêtres, chère cousine multiple, mais il est pour moi de la génération 11 (d'ailleurs il est deux fois mon sosa, beaucoup d'implexes dans ces branches là...) et je descends aussi d'un Nicolas ROUAULT,fils dudit René ROUAULT et de sa deuxième femme, Louise REPUSSARD.

    RépondreSupprimer
  2. C'est une curiosité intéressante à noter en effet ! Suite à ton article je suis allée chercher dans mon arbre pour voir l'âge du père le plus âgé, eh bien il devait avoir 64 ans...

    RépondreSupprimer
  3. Analyse intéressante et bon réflexe de vérification :)
    Je suis aussi d'accord. A mon avis il n'y a pas d'erreur. J'ai également retrouvé l'âge du père le plus âgé, et je plafonne à 60 ans... mais ce n'est déjà pas si mal.

    RépondreSupprimer