« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 17 février 2018

#RDVAncestral: deux cousines en voyage

Comme vous le savez peut-être, je suis une habituée des articles à thèmes nommés RDVAncestral : le principe ? rencontrer un ancêtre en faisant fi des critères de temps et d’espace. Mais à force d’avoir des « rendez-vous » avec des ancêtres disparus, j’avais envie de partager cette expérience avec un membre de ma parenté… vivant ! C’est pourquoi j’ai contacté Françoise, du blog Feuilles d’ardoise, ma « multiple cousine » comme je l’appelle ; en effet, nous partageons de nombreux ancêtres (pour en savoir plus, voir l’article « C’est ma cousine » sur ce blog). Je savais, bien sûr, que Françoise n’avais jamais participé au RDVAncestral… mais qui ne tente rien n’a rien. Je lui ai donc proposé d’écrire un article à quatre mains, façons « cadavre exquis », à la différence que l’on découvre l’histoire au fur et à mesure et non pas à la fin seulement : l’une écrit le début, l’autre prend le relais, la première reprend l’écriture continuant l’histoire et ainsi de suite. L’idée est de publier cet article commun le même jour sur nos deux blogs.

C’est pour moi une expérience assez surprenante de faire ce voyage « main dans la main » avec cette cousine qui m’est proche et que pourtant je ne connais pas…

Mais assez parlé. Comme Françoise est l’invitée de la partie, je lui ai laissé choisir les pions blancs : c’est elle qui a choisi le lieu, l’époque, nos ancêtres communs et a donc commencé l’histoire  - ses pensées apparaissent en rouge, les miennes en violet - (pour l’anecdote, je n’aurais jamais mis en scène un texte de cette manière : c’est donc une surprise pour moi mais c’est aussi ce qui fait le sel de cet exercice particulier d’une écriture à quatre mains…).

_____

Nous nous sommes réveillées, toutes les deux, dans un chemin creux de l'Anjou. Nous étions en l'année 1644, mais nous savions qu'il nous suffisait de fermer les yeux pour nous téléporter où nous voulions, et dans l'espace et dans le temps...



Pour lors, nous regardions, terrorisées et incapables du moindre mouvement, une charrette qui fonçait sur nous à toute allure ! Impossible de l'éviter... Et c'est ainsi, alors que la charrette passait sur nous sans même nous effleurer, que nous comprîmes que nous n'étions pas de ce monde, mais seulement des ombres invisibles autorisées à parcourir le passé...



Les voyages pouvaient commencer...

Carte Cassini Le Plessis-Grammoire/Andard © Géoportail

9 mai 1644, Andard...

Les cloches sonnent... Les mariés s'avancent. Jeanne OUDET tient fièrement le bras de sa fille, Andrée NAU. Cette dernière n'est pas apeurée. Elle épouse Laurent FELON, le fils de son beau-père,  Marc FELON, qui est aussi le frère de son beau-frère... En effet, Guillaume, le frère de Laurent, est déjà marié à sa sœur Michelle...

Je devine vos yeux interrogateurs... Moi-même, je suis un peu perdue... Je décide de repartir quelques années en arrière...

27 juin 1640, Le Plessis-Grammoire...

Quatre ans plus tôt, les cloches sonnent également en l'église Saint-Etienne du Plessis-Grammoire, le fils aîné de Marc FELON, Guillaume, épouse ce jour-là Michelle NAU, la fille aînée de Jeanne OUDET. Cette dernière est veuve depuis de longues années déjà et ses filles, Michelle, celle qui se marie aujourd'hui, et Andrée qui n'a encore que 17 ans, n'ont presque pas connu leur père, Anceau NAU, disparu bien trop tôt, il y a déjà de cela une douzaine d'années. Heureusement, Jeanne avait auprès d'elle son fils, René, qui n'a cessé de la soutenir. Il s'est occupé de tout... Pour lors, ce Guillaume FELON lui plaît bien. Il sera un bon époux pour sa fille, elle en est sûre. Il n'y a qu'à regarder son père, Marc. C'est encore un bel homme, dans la force de l'âge. A côté de lui, sa femme, Renée DAUDOUET, a l'air bien maladif. On ne peut s'empêcher de remarquer ses traits tirés, son teint cireux, ses yeux creux. On chuchote qu'elle a été très malade pendant la contagion qui, l'année précédente, a décimé la paroisse, et son pâle sourire cache mal sa maigreur.
Mais Renée quant à elle, songe malgré tout qu'elle est bien heureuse de voir son fils se marier et qu'elle sera peut-être bientôt grand-mère...
Hélas ! Je n'ose le lui dire - d'ailleurs m'entendrait-elle ? - mais sa première petite fille qui naîtra au printemps suivant arrivera trop tard... En son honneur, Guillaume donnera à sa première fille le prénom de sa mère défunte...

Médusée, Mélanie toujours à mes côtés, je me sens soudain enlevée par un souffle invisible. J'ouvre les yeux que j'avais fermés... Un an s'est écoulé...


Église du Plessis-Grammoire © Delcampe

15 juillet 1641, Le Plessis-Grammoire...

De nouveau les cloches sonnent en l'église du Plessis-Grammoire. Cela fait maintenant plus de trois mois que Marc FELON s'est retrouvé veuf. Tout naturellement il s'est tourné vers Jeanne. Il avait tout de suite aimé les manières douces et simples de la mère de sa belle-fille, sa gentillesse, son sourire... Elle était seule. Il est seul maintenant à son tour. Quoi de plus simple que de la demander en mariage !
Marc songe que la vie est bien imprévisible : "Il y a un an mon fils se mariait en cette église. Qui aurait pensé qu'un an plus tard, ce serait mon tour ! Qui plus est avec la mère de sa femme !"
"Marc FELON et Jeanne OUDET, je vous unis par les liens sacrés du mariage..." La voix forte et assurée de l'abbé CLOQUET résonne dans la sacristie...

Je regarde Françoise : à force de changer d’époque et de rencontrer toutes ces différentes générations, elle risque d’avoir la tête qui tourne, surtout pour un premier voyage… Mais elle semble bien supporter l’expérience. Mon attention se porte à nouveau sur la cérémonie.

Il y a du monde dans l’église du Plessis-Grammoire : nous distinguons à peine les mariés. Mais d’où je suis je vois clairement le jeune abbé CLOQUET qui préside à la cérémonie. Il vient d’arriver dans la paroisse et y restera un peu plus de 35 ans : il va en voir passer, de nos ancêtres, depuis la cuve baptismale jusqu’à la fosse finale… Il marquera sans doute toute la paroisse car lors de son décès en 1679 une plaque testamentaire en cuivre portant son effigie peinte sera apposée dans la sacristie. Oubliée des mémoires, elle ne sera redécouverte qu’en 1888 lors de la démolition de d’une cloison de la sacristie. Je regarde le reste de l’assistance : il y a du beau monde parmi les témoins car je reconnais le vicaire Jean CROSNIER ainsi que Charles LESOURD qui est maître chirurgien. A côté de lui, je montre du doigt à Françoise un autre témoin :
- « C’est Maistre René GUESPIN ! Il est sergent royal au Plessis, comme le sera son fils. Il est originaire de Saint Sylvain d’Anjou. Dans quelques années sa fille épousera le notaire royal de la paroisse : tu sais, il existe encore aujourd’hui le château à motte de la Haie Joulain à Saint Sylvain (enfin, une reconstitution) où ils demeuraient. Est-il de tes ancêtres aussi ? »
La cérémonie se termine. Et si nous retournions en 1644, point de départ de notre voyage ?

Une seconde passe. Trois ans se sont écoulés. Nous revoici dans une église pour un autre mariage : nous sommes de retour à Andard. Laurent FELON, fils de Marc, épouse donc Andrée NAU.

9 mai 1644, Andard…

Il y a de la tendresse dans les yeux de Laurent. Lui et Andrée se côtoient depuis quelques années, puisque leurs parents se sont remariés ensemble, sur le tard. Marc avait la soixantaine et Jeanne 10 ans de moins, mais depuis trois ans cette union est un bel exemple à suivre pour Laurent. Il espère que son mariage avec Andrée sera aussi heureux. Il jette un coup d’œil à ses proches : les deux Guillaume, celui que l’on surnomme « Lesné » et l’autre, « le Jeune », son frère, qui sont ses témoins; sans oublier son père bien sûr. Jamais il n’aurait voulu que ce jour arrive sans la présence des membres de sa famille, chaude et rassurante. Mais rapidement son attention se concentre sur celle qui va, dans un instant, devenir son épouse. Il pense à l’avenir et fait le voeu en secret d’avoir une belle et nombreuse famille. Une vie simple mais heureuse.

Bien que plutôt courte, sa vie sera remplie d’enfants (11 tout de même)... mais ça, nous ne pouvons le lui révéler.

Non Mélanie, ne t'inquiète pas, tout va bien ! Je m'habitue et prend plaisir à voyager rapidement sur les courants du temps...

Vers 1645, Andard ...

Andrée NAU met au monde son premier enfant. Il sera prénommé Pierre. A peu près au même moment - peut-être le même jour. Qui sait ? -  sa sœur, Michelle accouche aussi d'un garçon qui sera également prénommé Pierre. Nous voici désormais avec deux Pierre FELON, cousins germains, qui vont vivre à quelques kilomètres l'un de l'autre...

J'ai désormais la maîtrise du temps et, en un quart de seconde, je nous transporte 30 ans plus tard, en 1675...

9 juillet 1675, Le Plessis-Grammoire...

Cette année-là, la même année, à quelques mois d'intervalle, nos deux Pierre FELONs vont se marier dans la même église, celle de Saint-Etienne du Plessis-Grammoire où officie encore l'abbé CLOQUET, celui-là même qui a déjà marié leurs parents ! Tu as raison Mélanie, il a dû baptiser, épouser et ensevelir un nombre incalculable de nos ancêtres !
Ce 9 juillet, c'est Pierre, celui dont nous descendons, le fils de Laurent et d'Andrée, qui se marie avec une fille JOUBERT de la Jousselinière à Villevêque (ou peut-être s’agit-il de La Joussinière... J'ai du mal à comprendre ce que disent les invités...) et le 17 septembre, à la fin de l'été, c'est le second Pierre FELON, son cousin germain, celui de Guillaume et Michelle, qui convole à son tour, juste avant les vendanges, avec une fille  LETTRIE.
Les deux sœurs NAU, Andrée et Michelle, sont très fières de marier chacune leur fils aîné, même si, un peu de tristesse se mêle à leur bonheur, car, hélas, elles sont toutes les deux veuves. Andrée aurait tant voulu que Laurent s’associe à son bonheur...

Allez ! Encore un petit saut de dix ans ! Nous voici en 1685. Toujours accompagnée de Mélanie, je me faufile avec difficulté parmi la foule qui se presse autour de l'église d'Andard afin d’atteindre la grande porte.

27 mai 1685, Andard...

C'est le jour de la nomination du Procureur de la confrérie de Saint-Symphorien. Il y a quelques semaines, l'ancien procureur, Simon GAULTIER, est mort. Il faut donc le remplacer. C’est Mathurin LEBRETON qui en reçoit la charge.
Oh, j'ai bien fait de venir car je m'aperçois que je m'étais trompée ! Eh oui, tout est clair maintenant que je suis sur place !
Tous les paroissiens d’Andard sont là et parmi eux, nos deux Pierre FELONs. Pour les différencier, on les appelle de leur nom suivi de l'endroit où ils vivent. C'est ainsi que j'entends dire que Pierre FELON de La Porcherie est celui qui est Procureur de la Fabrique, tandis que l’autre est dit Pierre FELON de Chauceron. C’est ainsi que je m’aperçois de ma méprise, celui qui signe, ce n’est pas celui de la Porcherie, mais celui de Chaucheron. Et celui de Chaucheron, c’est le mari de Guillemine LETTRIE, qui d’ailleurs va bientôt y mourir.
Vite ! Il faut que je revienne en 2018 et rétablisse la vérité ici

Carte de Cassini © Gallica

Non !!! Trop tard ! Françoise, excitée par sa découverte, est retournée dans le présent pour corriger l’article de son blog. Elle ignorait sans doute qu’à trop penser à une époque on y est transportée automatiquement ! Bon, je n’ai plus qu’à rentrer toute seule… Je n’ai même pas eu le temps de lui dire au revoir. 

_____

Enfin, cette promenade à deux m’aura permis, outre le plaisir de voyager avec Françoise, de rencontrer nombre de nos ancêtres communs : en quelques minutes nous avons parcouru 45 ans et fréquenté 3 générations successives, tout en démêlant les fils de leurs vies. Nous avons ainsi pu confronter nos découvertes, les compléter ou les corriger parfois… Un voyage des plus inattendus, c’est sûr mais quel bonheur cela a été de le faire !

Quoi qu'il en soit, si vous avez débuté votre lecture par ce blog, je vous invite tout de même à visiter celui de Françoise, car ses introduction/conclusion sont différentes des miennes. Pour cela, cliquez ici.



3 commentaires:

  1. sublime idée ce #RDVAncestral entre cousines ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  2. J’aime beaucoup ce RDVAncestral à quatre mains, la partie est superbement jouée.
    Quelle chance d'avoir trouvé cette complicité généalogique !
    J’aimerais bien cousiner avec vous pour écrire ainsi.

    RépondreSupprimer