« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mercredi 31 décembre 2014

#Centenaire14/18 pas à pas : décembre 1914

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de décembre sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas directement Jean François.

Sa fiche militaire indique une période "Intérieur" après sa mobilisation et avant d'aller "Aux armées". J'en déduis que c'est la période où il fait ses classes.
Tous les éléments détaillant l'instruction militaire sont issus de "L'infanterie en un volume, Manuel d'instruction militaire" (Librairie Chapelot, 1914) trouvé sur Gallica.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er décembre
- Comment traverser un cours d’eau qui n’a plus de pont ?
- Évaluer la largeur du cours d’eau, mesurer la vitesse de l’eau, sa profondeur.
- Trouver des matériaux pour construire une passerelle de fortune : arbres, tables, charrettes

2 décembre
- Il n’y a pas de pont ? Débrouillez-vous, il faut traverser !
Manœuvres militaires 1912, Gallica 

3 décembre
- Au bivouac, on construit un abri léger à l’aide de branchage, planches, pailles… 
 
Construction belge, 1914, Gallica

4 décembre
- Route encaissée, fossé, haie d’arbres, muret : tous les types de couverts sont envisagés pour servir de protection.

5 décembre
- Le train de combat (TC) comprend, par compagnie, une voiture à munitions, une à vivres et bagages, une cuisine roulante.
- Il comprend, par bataillon, une voiture médicale, une voiture à viande.
- Le train régimentaire (TR) comprend 13 fourgons à vivres et une partie des chevaux haut-le-pied.

6 décembre
- En campagne, l’autorité militaire peut faire appel au zèle charitable des habitants pour recueillir des blessés ou malades.
- A ceux qui répondent favorablement à cet appel, il leur sera accordé une protection spéciale.

7 décembre
- L’exercice du jour (ou plutôt de la nuit) ne pose pas de problème : reconnaître le Nord grâce aux étoiles.
- Ça me rappelle le pays, ma vie d’avant

8 décembre
- L’exercice de tir à la mitrailleuse exige sérieux et concentration.
Mitrailleuse, 1914, Gallica

9 décembre
- On nous enseigne à déceler les indices indiquant une présence.
- La poussière signale une colonne en marche.
- Les reflets du soleil sur des objets brillants indiquent une troupe en mouvement.
- La fumée ou des feux supposent un bivouac (quand ils ne sont pas allumés exprès par l’ennemi).

10 décembre
- Le combat a pour but de briser par la force la volonté de l’adversaire.

11 décembre
- Je regarde mon copain Désiré.
- Puis tous les autres gars de la section.
- De nous tous, combien seront encore là après la guerre ?
Rueil classe 1917, Gallica

12 décembre
- Le soldat doit faire appel aux plus nobles inspirations de son cœur, à son énergie et à son instruction militaire.
- Confiant en ses chefs, il doit en toutes circonstances obéir aux sentiments d’honneur, de discipline et d’abnégation.

13 décembre
- L’éducation physique a pour objet le développement, l’entretien et le perfectionnement du soldat.

14 décembre
- Chaque soldat a une fiche individuelle où sont notés ses progrès en gymnastique.
Fiche individuelle gymnastique, Manuel instruction militaire, Gallica

15 décembre
- Les marches ont pour but de développer notre endurance.
Manœuvres militaires, 1909, Gallica

16 décembre
- On a retrouvé Henri Rattelier-Parchet et François Simond, des gars de Samoëns, qui viennent de nous rejoindre au 97è RI.
- Ils nous donnent un peu des nouvelles du pays. Des fraîches.

17 décembre
- Malgré son état de santé fragile, Alphonse Jay a (enfin) été mobilisé : il est parti au 22è bataillon de chasseurs.

18 décembre
- Ils ont mobilisé la classe 1915 ! Avec 10 mois d’avance ! Dire que nous, nous n’avons été appelés qu’avec un seul mois d’avance.

19 décembre
- Dire qu’ils nous avaient promis une guerre courte et efficace

20 décembre
- Les exercices succèdent aux exercices.
Soldat cherchant un espion, 1914, Gallica

21 décembre
- La présentation au drapeau est une cérémonie solennelle, faite au cours d’une revue passée en grande tenue de service.
- Le colonel évoque les souvenirs glorieux du corps et rend les honneurs au drapeau.
- Il fait appel aux sentiments élevés nécessaires au soldat pour l’accomplissement de son devoir en toutes circonstances.

22  décembre
- Les soldats ne peuvent écrire qu’après autorisation de leurs chefs.
- Ces écrits ne doivent concerner ni les affaires politiques ou religieuses, ni les puissances ou les armées étrangères.
- Ils ne doivent pas faire mention des fonctions spéciales qu’ils peuvent remplir au service.

23 décembre
- La belle tenue des troupes, la conduite digne des militaires témoignent de leur éducation, discipline et bon esprit.

24 décembre
- Ils paraissent si nombreux, ceux qui sont évacués blessés du front
Évacuation des blessés par train sanitaire, 1917, Gallica

25 décembre
- C’est mon premier Noël loin de la maison. Espérons que ce soit le seul

26 décembre
- La gymnastique éducative est continuée par la gymnastique d’application.
- Elle a pour objet d’apprendre au soldat à vaincre les difficultés qui se présenteront en campagne.

27 décembre
- Les exercices au gymnase (corde, équilibre, barres) succèdent à ceux sur le terrain (course, transport de fardeau, parcours d’obstacles).

28 décembre
- Tout militaire doit, en toutes circonstances, des marques extérieures de respect à ses supérieurs.
- L’inférieur s’adresse à son supérieur avec politesse et déférence, sans cependant se montrer timide ni obséquieux.
- Le tutoiement est interdit. Tout militaire doit le salut, de jour comme de nuit, à ses supérieurs.

29 décembre
- Les distinctions récompensent les efforts des soldats et stimulent leur zèle.
- En temps de guerre, après un combat, chaque commandant établit un rapport sur la journée et signale les hommes qui se sont distingués.
- Pour avoir pris un drapeau, un canon, pour sa belle conduite, sauvé son chef, un soldat peut être cité à l’ordre de l’armée.
- Bonnes notes, citation, promotion, certificat de bonne conduite, dispense de travaux sont les faveurs attribuées aux soldats méritants.

30 décembre
- Les manquements au devoir et faute contre la discipline sont punis, suivant leur gravité.
- Les punitions des soldats peuvent être la consigne au quartier, la prison, la rétrogradation de la 1ère à la 2è classe

31 décembre
- On nous donne quelques notions de premiers soins à donner à un blessé : le ranimer, le réchauffer, le mettre à l’abri derrière un arbre
- Stopper les hémorragies en appliquant un linge, fixé par une bande un peu serrée, ou un garrot si cela ne suffit pas.
- En cas de fracture, redresser le membre déformé, l’immobiliser (écharpe, attelle...) et attendre l’arrivée du médecin.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire