« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 6 février 2015

Bête féroce à Jarzé

De 1695 à 1697, la paroisse de Jarzé est "terrifiée par les courses d'une bête féroce qui dévore les enfants" [ 1 ].


Bête du Gévaudan, Gallica


C'est le curé Pierre le Roy qui annote son registre BMS, avec des descriptions assez précises (cœurs fragiles, accrochez-vous).

Françoise Picault et Marie Guitton, jeunes filles âgées d'une douzaine d'années, sont les premières de cette sinistre série. Au mois de juin 1695, on les retrouve à cinq jours d'intervalle, toutes deux victimes de la bête. Marie est dite "dévorée et demie mangée à la base par une beste feroce".

Pendant plusieurs mois on n'entend plus parler de la "maligne beste". Mais elle est de retour en 1697, toujours au mois de juin. Cette fois, ce sont des enfants gardant les troupeaux dans les prés (probablement) qui sont attaqués. Marie Mezange, une fillette de sept ans, s'est laissée surprendre : "Ladite fille a esté devorée dans la lande au bout de l'avenue de la Roche Thibault. Les jambes et les cuisses ont esté mangées entièrement et séparées du corps.

Fin juillet c'est un jeune garçon de douze ans, Pierre Dubois, qui est "devoré par la beste feroce dans la lande a lentrée des bois d'aigrefoin sur le grand chemin qui conduit a angers [...] ladite beste l'a tout a fait mangé fors les foyx et quelques petits os qui ont esté mis dans le grand cimetière de ce lieu."

On ignore si c'est la même bête ou non dans tous les cas. Cette situation évoque facilement à la bête de Gévaudan, mais le terme de "bête féroce" désigne en général plutôt un loup. S'il est possible d'avoir affaire à des hybrides de chiens et de loups - bien qu'il reste difficile d'affirmer que ce soit des chiens errants en raison de la faiblesse des sources - la plupart des cas ces agressions restent le fait d’un animal isolé, caractéristique du loup et de son opportunisme alimentaire. 

Comme d'autres provinces, l’Anjou a été épisodiquement touché par le danger du loup. Les bandes de loups trouvaient asile dans les forêts septentrionales ou orientales de la province : Craonnais, Baugeois, confins de la Touraine. Et certaines années, la faim faisait sortir le loup du bois D’avril à juin 1693, plus de soixante-dix personnes ont déjà été tuées dans la région de Bourgueil, et autant sont blessées. On n’ose plus aller garder les bêtes au pré. En même temps que l'épisode de Jarzé, la paroisse voisine de Fontaine Milon est aussi touchée, peut-être par la même bête.

Pour empêcher le loup de proliférer, la noblesse organise "la huée aux loups qui s’attacquent ordinairement aux personnes et les dévorent" [ 2 ].

Ces attaques de loup étaient parfois suivies d'épidémies de rage. La vieille recette de Jacques Leloyer (curé de Villevêque de 1648 à 1681) est ainsi restée célèbre et plusieurs fois rééditée jusqu'au XVIIIème siècle : sa formule comprenait du galéga, du romarin, de la sauge, de l'angélique, du cassier, des pâquerettes, des pointes d’églantiers, de l'ail, du sel et du vin 

Aucun des enfants cités ci-dessus ne fait partie de mes ancêtres. Mais plusieurs familles de mon arbre habitent Jarzé à cette époque (dont une famille Dubois, même si aucun lien de parenté n'a été prouvé jusqu'à présent). Elles n'ont pas dû manquer de vivre cet épisode tragique, dans ce bourg d'un peu plus de mille habitants où tout le monde doit se connaître.


[ 1 ] C. Port : Dictionnaire historique de Maine et Loire, AD49
[ 2 ] Délibération du conseil de ville d’Angers du 13 novembre 1598, via le site angers.fr

2 commentaires:

  1. -Des loups à Soucelles en 1697.
    -Le 11 6 1697 à Soucelles,sépulture de Samson Chopin,agé de neuf ans ou environ "lequel a esté trouvé dévoré par des bestes farouches dans un champ du village des Bruyères,dépendant de cette paroisse" (vue 147)

    Samson était le petit fils de mon ancêtre Julien Priou,et ma pensée va vers lui,quand je passe dans ce village.



    RépondreSupprimer
  2. -Déplacement des hordes de loups affamés.
    -Je remarque que cette attaque a également lieu en juin 1697.
    (Soucelles distant de Jarzé d'une quinzaine de km).

    RépondreSupprimer