« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mercredi 27 mars 2019

La Lettre calomnieuse

Suite à mon article « les pionnières de ma généalogie », j’ai découvert que ma lointaine cousine Marie-Louise Jay, épouse d’Ernest Cognacq (les fameux Cognacq-Jay) avait reçue la Légion d’honneur en 1920.

Pour mémoire, la Légion d'honneur est la plus haute distinction française. Elle a été fondée en 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense les mérites éminents rendus à la Nation. Nul ne peut demander pour soi-même un grade dans la Légion d'honneur : il faut être proposé par quelqu'un d'autre. Les mérites dont il est question doivent avoir été exercés au moins pendant au moins 20 ans. Le nom doit être proposé par un Ministre, après consultation d’un dossier constitué par une administration, une association, une personnalité politique... C’est le Grand Chancelier qui valide, ou non, la proposition. Après ratification par le Président de la République, le décret de nomination est publié au Journal Officiel. La remise de la décoration fait l’objet d’une cérémonie (publique ou privée). La médaille est une étoile à cinq rayons doubles surmontée d’une couronne de chêne et de laurier avec un ruban rouge.

Médaille de la Légion d’honneur © Wikipedia

On distingue plusieurs grades dans la Légion d’honneur (du plus bas au plus haut) : chevalier, officier, commandeur, grand officier, crand-croix. A noter : pour les civils, la Légion d’honneur ne donne pas droit à une gratification. La légion d’honneur n’est pas transmissible à ses descendants.

Dans le dossier de Marie-Louise figurent les documents traditionnels : une copie de son acte de mariage, son acte de décès (ajouté à posteriori donc), un récépissé des 25 francs versés à la Recette centrale pour droits de la chancellerie, un extrait de casier judiciaire (vierge), le procès verbal de réception d’un chevalier de la légion d’honneur.

Mais visiblement son nom avait été suggéré bien plus tôt car dans son dossier figure aussi une lettre de 1906 évoquant cette possible distinction.

Cette lettre  est adressée au Grand Chancelier de la Légion d’honneur et aux membres de son conseil. Elle fait état de différents éléments qui, selon l’auteur, empêcherait Mme Cognacq de recevoir ladite distinction.

L’auteur est très virulent, utilise un vocabulaire grossier et ordurier : il dit que Mme Cognacq  (Marie-Louise Jay) a un tempérament haineux et inhumain, qu’elle est mue par un esprit malfaisant et pervers, pur orgueil, vanité, rapacité, son infernal caractère, ses grossières insolences, parle d’une femme plutôt méprisable qui dispose d’une fortune mal acquise. [Toutes les citations en italiques sont extraites de la lettre]


Il l’accuse de plusieurs vices :
  • Mauvaise vie
Il parle de son union libre qu’elle forme avec Ernest ; celui-ci n’est jamais nommé mais appelé son concubin.
En fait ils se sont rencontrés en 1856 alors qu’ils travaillaient tous les deux à la Nouvelle Héloïse. Mais Ernest quitte ensuite ce magasin et a eu différentes expériences (notamment en Province), jusqu’à ce qu’il fonde "A la Samaritaine" en 1871. A cette date Marie-Louise est employée au Bon Marché. Il la fait venir à la Samaritaine et l’épouse l’année suivante en 1872.
Pourquoi l’auteur de la lettre parle d’une union libre en 1906 ? Le couple est marié légalement, très uni et nulle part on ne trouve à leur sujet d’histoire scabreuse ou contraire à la morale.

  • Corruption  publique
Elle compte sur  la puissance de ses millions afin de conquérir un peu d’estime publique. Elle a fait ériger un parc sous la dénomination de son nom, désormais porté à la postérité samoisienne (parc de jésyna) […] : elle prétend, par un cadeau, influencer ses juges et acheter la croix nationale.
D’abord l’auteur se trompe : sur le nom de habitants de Samoëns (les Septimontains et non les Samoisiens) et dans le nom du jardin (la Jaÿsina et non la jésyna). Par ailleurs, Ernest a lui aussi effectué une fondation (un musée en l’occurrence) dans son village natal. Ces œuvres s’inscrivent dans leurs actions de philanthropie et non pour se faire bien voir et élire à quoi que ce soit. On notera que dans le dossier d’Ernest ne figure aucune lettre de ce type, et encore moins d’un courrier signé de cet auteur.

  • Abus  de la crédulité des gens avec des projets valorisants pour elle mais qui ne voient pas le jour (selon lui)
Profitant  de la déconfiture du trop fameux abbé Rosembert, elle devint propriétaire de son château de Rueil (bâti pour des œuvres avec les libéralités de feu Mme la Duchesse d’Albufera).
Cet abbé dont il est question s’est en fait révélé être un escroc qui, sous prétexte de morale religieuse, abusait de grandes fortunes (dont celle de la comtesse d’Albufera) dont il détournait les fonds à son profit : il prétendait fonder des établissements religieux mais en fait gardait tout l’argent pour lui. Quand cela commençait à se voir, il changeait de région ou de pays (Bretagne, Canada…). Il eut l’idée de l’établissement de Rueil en 1892 : avec l’argent de la comtesse d’Albufera il achète une partie des terres du domaine de Malmaison (celui de Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon Bonaparte), alors en très mauvais état, pour construire un édifice de style anglais destiné à accueillir les enfants déshérités et les jeunes filles étrangères, sous le nom de la « Lumière éternelle ». En 1895 l’abbé ne paie que le minimum légal de ses nombreuses dettes, fait des promesses, trouve des excuses, laisse passer le temps et joue de ses nobles et influentes fréquentations pour faire patienter les créanciers. Cependant cette fois le pot au rose est découvert : avec l’accumulation des dettes l’affaire est portée en justice qui décide la saisie et la vente des biens. L’abbé prend la fuite mais, finalement rattrapé, il est ensuite condamné pour escroquerie. Ce sont ces biens de Rueil qui sont rachetés par M. et Mme Cognacq-Jay en 1898. Ils y créèrent le premier centre social en Ile de France avec un pouponnat, une maison de convalescence et une maison de retraite ; le bâtiment existe toujours aujourd’hui et il y subsiste une maison de retraite gérée par la Fondation Cognacq-Jay. Contrairement à ce que l’auteur de la lettre prétend, ces établissements ont donc bien existé.

  • Trahison de la confiance de ses vieux employés
La fondation de Rueil avait pour but d’y installer soit disant une maison de retraite pour ses vieux employés, qui tous sont jetés à la porte sans aucune considération avant d’atteindre l’âge exigé, cette fameuse maison de retraite ne fut ouverte que pour y installer une pension de famille payante, elle […] ne fut qu’un trompe l’œil.
On sait que les Cognacq-Jay étaient sévères avec leur personnel, mais de là à « tous les jeter à la porte », c’est peut-être un peu exagéré. Je n’ai pas trouvé de trace de cette soit disant pension de famille payante : je ne sais pas à quoi l’auteur fait allusion.


La Samaritaine (rue de la Monnaie à gauche), 1905 © ruedeparis.com
  • Abus  et mépris pour son personnel, allant jusqu’à dévoyer les jeunes filles
Mme Jay utiliserait l’incompétence, la crédulité et la coquetterie prolétarienne pour amasser un scandaleux capital. Par ailleurs Mme Cognacq quoique 300 fois millionnaire, dirige et conduit en personne le rayon des costumes de son magasin. Non seulement elle est détestée de tout son personnel en général, mais encore elle est méprisée d’une façon spéciale de celui de son rayon en particulier, qui journellement subit et supporte avec amertume de son infernal caractère ses grossières insolences et ce qui est le plus ignoble encore ses infâmes encouragements aux jeunes filles sous ses ordres à la débauche, elle exige que toutes les femmes de son rayon quoi que peu rétribuées portent la toilette une fois sorties de chez moi leur dit-elle, faites ce que vous voudrez, fréquentez les abords des gares ou autres lieux publics, l’argent n’a pas d’odeur.
Là encore on reconnaît la sévérité de direction de Marie-Louise, mais je doute qu’elle encourage ses jeunes vendeuses au vice. Elle-même a été formée au Bon Marché où les règles de moralité étaient très strictes ; d’où vraisemblablement son attitude à la Samaritaine. Employer du personnel dévoyé serait une atteinte à la bonne réputation de la maison, et je doute que ces attitudes soit non seulement permises, mais encouragées.

  • Responsable  de la mort d’enfants dans son pouponnat à cause de son incompétence
Au pouponnat, l’alimentation étant exclusivement observée par l’élaboration du lait cru sans aucune préparation de stérilisation préalable fit des victimes. Cette alimentation économique pendant les chaleurs détermina une épidémie foudroyante, puis une véritable hécatombe s’ensuivit, emportant cinq enfants le même jour et un sixième à huit jours d’interval (sic). Cet événement qui a été étouffé par Mme Cognacq.
Il y a là une double accusation fort grave : la mort de nourrissons et l’étouffement de l’affaire. Malgré des mots très durs ("épidémie foudroyante, véritable hécatombe") elle est pourtant noyée dans la lettre, sans plus y insister. Y a-t-il eu des décès au pouponnat ? Sans doute vu la mortalité infantile de l’époque. Est-ce dû à une incompétence du personnel ? Plus difficile à dire. Si tel était le cas, il y aurait sans doute eu une enquête. Et une condamnation, si les faits étaient avérés ; or on sait que le casier de Marie-Louise était vierge puisqu’il figure dans son dossier de Légion d’honneur. Est-ce que le tableau a volontairement été noirci pour assurer le propos de l’auteur ? Est-ce une invention pure et simple ? Ou y a-t-il plusieurs décès sans qu’un coupable ne soit trouvé ? Il faudrait mener une enquête plus spécifique sur cette affaire pour le savoir.


  • Responsable de la mise à mort commerciale du quartier de St Germain de l’Auxerrois
Le développement d’une activité exceptionnelle (la Samaritaine) et la réussite de leur accaparement commercial commun (des Cognacq-Jay) fut pour le quartier Saint Germain l’Auxerrois une véritable plaie publique et un effondrement général du petit commerce, et apportera au centre d’un quartier autrefois prospère, la désolation commerciale, la ruine de déshonneur et le suicide
La véritable raison de la lettre n’est-elle pas en fait ce dernier point : la concurrence d’un grand magasin qui met le (son) petit commerce en péril ? L’argent est un point essentiel de cette lettre : on le devine au nombre de fois où il parle de la fortune de Mme Cognacq. De plus, il l’accuse d’être responsable de la mort commerciale d’un quartier. Or, au fur et à mesure des agrandissements, il a bien fallu créer des emplois (dans le bâtiment d’abord, puis la vente et les activités annexes comme la manutention, la livraison etc…). Évidemment ce n’est plus le petit commerce d’autrefois et sans doute certaines petites boutiques ont dû souffrir de ce nouveau mode de consommation. Cependant les Cognacq-Jay ne sont pas les seuls à les mettre en pratique : c’est une époque de changement et le couple ne fait que suivre (ou devancer) les habitudes commerciales. D’ailleurs on les voit plutôt qualifiés de précurseurs que d’assassins en général !
On pourrait d’autan plus s’en étonner car l’auteur de la lettre est boulanger, la Samaritaine n’est donc pas un concurrent direct.

Peut-on en déduire que c’est la jalousie le véritable motif de cette lettre ? Voir une éclatante réussite si proche de la sienne est-elle si insupportable qu’il faille prendre sa plume pour répandre son fiel ?


Signature de l'auteur de la lettre © Base Léonore

Un mot sur l’auteur de la lettre : les cinq feuillets accablants « l’ignoble Mme Cognacq » sont en effet signés. La signature semble être celle d’un « A. Camus » (si je lis bien), qui ne peut s’empêcher de rajouter :
« boulanger notable commerçant
21 rue de la Monnaie depuis 25 ans »

Pour mémoire la rue de la Monnaie est l’une des rues où est implanté le premier magasin de la Samaritaine (qui en comptera quatre au final : pour les détails voir l’article sur Marie-Louise). Hélas un Camus (si c’est bien son nom) à Paris en 1900 : impossible à trouver ! Je sais seulement qu’il est boulanger et qu’il demeure au 21 rue de la Monnaie, 1er arrondissement, quartier de Saint Germain de l’Auxerrois depuis au moins 1881 (c'est-à-dire 10 ans après l’ouverture de la Samaritaine, soit dit en passant). Est-il marié et père ? Jusqu’à quand a-t-il vécu ? Est-ce que la Samaritaine lui a véritablement porté préjudice (et l’obliger à fermer son commerce ?) ou est-ce juste de la malveillance ? Nous ne le saurons probablement jamais… Cependant, à mon avis c’est bien la jalousie qui a présidé à la rédaction de ce courrier venimeux.

Cette lettre a peut-être déclenché une enquête approfondie. Ce qui expliquerait la présence, dans le dossier, de la déclaration sur l’honneur de Marie-Louise assurant qu’elle « n’a réalisé au cours des hostilités [Première Guerre Mondiale, NDLR] aucun bénéfice sur les commandes faites pour la défense nationale » et son extrait de casier judiciaire vierge.

Mais finalement cette lettre haineuse restera sans effet, puisque Marie-Louise Jay recevra bien la Légion d’honneur en 1920. Je ne sais pas si elle a eu connaissance du courrier de son voisin ni s’il y a eu des répercussions pour lui-même (les Cognacq-Jay ont-ils porté plainte pour diffamation par exemple ? - si toutefois cela existait à l'époque -). On peut cependant se demander quel genre de lettre ce monsieur aurait écrite quelques décennies plus tard…


___


Transcription complète de la lettre :

« Paris, le 22 décembre 1906
A Monsieur le général Florentin grand Chancelier d e la Légion d’Honneur.
A messieurs les membres du conseil de l’ordre de la Légion d’Honneur.
Messieurs
En raison de l’incessante rumeur, des bruits persistants donnant corps à la future et prochaine nomination de Mme Cognacq propriétaire des magasins de la Samaritaine au grade de chevalier de la Légion d’Honneur
Pour ces motifs j’ai cru de mon devoir d’intervenir. […] Si ces bruits sont fondés […] le décret de cette nomination serait un défi à l’Honneur même et soulèveraient dans toute les classes de la société Parisienne, particulièrement dans le commerce et l’industrie une légitime indignation générale publique.
Cette femme dont les antécédents déplorables ont illustré sa frivole jeunesse, a avec les années développé encore ses mauvais instincts, poursuivant sans cesse ses nombreuses victimes.
Cette femme qui pratique sans scrupule les principes de collectivisme conjugal.
Cette femme enfin au tempérament haineux et inhumain par excellence mue par un esprit malfaisant et pervers ne peut vu son passé exécrable, sa manière de voir présente intolérable prétendre se parer des insignes de l’Honneur.
Qu’a donc fait Mme Cognacq pour envier et se croire digne du ruban rouge ? où sont ses titres pour qu’une pareille audace ose espérer égaler les braves.
Quoi qu’il en soit Messieurs, avant la sanction du conseil avant votre arrêt définitif, j’ai cru devoir vous signaler que dans le cas où il y aurait existence d’un dossier favorable, ce dossier ne serait issu que de la vénalité politique […] malsaine et dangereuse devant rester sans valeur à la porte de la grande Chancellerie.
Prenant toute responsabilité personnelle du présent acte qui peut avoir pour effet d’arrêter la marche audacieuse d’une ambition susceptible de faire naitre une honte publique ; veuillez Messieurs de ce fait excuser mes paroles brutales mais extrêmement justes et me permettre de solliciter de votre haut jugement, une enquête qui en tout point vous confirmera mes dires, en quelques mots, voici l’exposé succinct des véritables titres de Mme Cognacq.
1) Mme Cognacq a collaboré il faut le reconnaître de mèche avec celui qui avant de légitimer son union libre fut son concubin, à l’exploitation de l’incompétence de la crédulité et de la coquetterie prolétarienne (gangrène sociale) à amasser le scandaleux capital de 300 millions dont certaines unités au préjudice de la fortune naissante, sont journellement sacrifié en pature intéressé, à la corruption des pouvoirs publics.
2) Mme Cognacq escomptant la puissance de ses millions afin de conquérir un peu d’estime publique de ses compatriotes, à par pur orgueil, vanité et réclame, pour les besoins de sa cause, fait ériger un parc sous la dénomination de son nom, désormais porté à la postérité samoisienne ( parc de jésyna). Cette dotation conditionnelle ne saurait du reste justifier l’honorabilité, et la valeur personnelle de celle qui prétend, par un cadeau, par un trafic professionnel, influencer ses juges, et acheter la croix nationale.
3) Mme Cognacq il y a quelques années fut inspirée d’une généreuse idée, qui cependant ne fut qu’éphémère, car rien de cette conception ne vit le jour, profitant de la déconfiture du trop fameux abbé Rosembert, elle devint propriétaire de son château de Rueil (bâti pour des œuvres avec les libéralités de feu Mme la Duchesse d’Albufera) pour y installer soit disant une maison de retraite pour ses vieux employés, qui tous sont jetés à la porte sans aucune considération avant d’atteindre l’âge exigé, cette fameuse maison de retraite ne fut ouverte que pour y installer une pension de famille payante, elle est du reste sous ce titre inscrite au rôle des contributions de Rueil, cette […] ne fut qu’un trompe l’œil.
4) Mme Cognacq hantée par sa mentalité des grandeurs honorifiques, n’ayant à son actif que des titres fabriqués, des plus aléatoires sinon illusoires, décida afin de corser la facticité de sa valeur personnelle, par de nouveaux moyens pécuniers, et sur les conseils de ses obligés protecteurs politiques mit à exécution son projet de pouponnat qu’elle avait conçu, le fit installer dans sa propriété de Rueil.
Cette inspiration intéressée ne fut pas heureuse, l’alimentation étant exclusivement observée par l’élaboration du lait cru sans aucune préparation de stérilisation préalable fit des victimes. Cette alimentation économique pendant les chaleurs détermina une épidémie foudroyante, puis une véritable hécatombe s’ensuivit, emportant cinq enfants le même jour et un sixième à huit jours d’interval (dans cet événement qui a été étouffé l’imprévoyance et la rapacité de Mme Cognacq ont présidé).
5) Mme Cognacq en collaboration de son auguste associé qui lui aussi prétend à la cravate de commandeur, développa une activité exceptionnelle à la réussite de leur accaparement commercial commun, l’extension de cette combinaison de crédit Dufayel fut pour le quartier Saint Germain l’Auxerrois une véritable plaie publique et un effondrement général du petit commerce, et apportera au centre d’un quartier autrefois prospère, la désolation commerciale, la ruine de déshonneur et le suicide.
6) Mme Cognacq enfin quoique 300 fois millionnaire, dirige et conduit en personne le rayon des costumes de son magasin, non seulement elle est détestée de tout son personnel en général, mais encore elle est méprisée d’une façon spéciale de celui de son rayon en particulier, qui journellement subit et supporte avec amertume de son infernal caractère ses grossières insolences et ce qui est le plus ignoble encore ses infâmes encouragements aux jeunes filles sous ses ordres à la débauche, elle exige que toutes les femmes de son rayon quoi que peu rétribuées portent la toilette une fois sorties de chez moi leur dit-elle, faites ce que vous voudrez, fréquentez les abords des gares ou autres lieux publics, l’argent n’a pas d’odeur, je veux que vous soyez bien mises (ces paroles sont authentiques et communes de tout le personnel du magasin) et cette femme plutôt méprisable, pour quelques parcelle d’une fortune mal acquise voudrait porter sur son […] poitrine les insignes qui ne doivent être réservés qu’aux sans tache, la légion d’Honneur n’a pas été institué pour elle Messieurs.
Vous avez tenu tête à l’orage Ministériel, vous avez résisté aux désirs injustifiés ainsi qu’à la tenace volonté d’un Ministre Messieurs pour la nommination d’une comédienne en renom, en ce qui concerne Mme Cognacq je suis convaincu que la pression de ses rabatteurs sera accueilli par un légitime refus et ce sera justice.
Agréez Messieurs l’assurance de mes sentiments les plus distingué.
A. Camus
boulanger notable commerçant 21 rue de la Monnaie depuis 25 ans »



1 commentaire:

  1. Voilà un article courageux en réponse aux ragots, cela demande des recherches précises pour être l’avocate de Marie Louise.


    RépondreSupprimer