« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral
  • #52Ancestors

vendredi 17 juin 2022

#52Ancestors - 24 - François Robin

 

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 24 : Un nom un peut trop commun (cas d’homonymie)

 

Je compte 7 branches portant le nom de Robin dans mon arbre, soit 67 individus. Ce n’est pas énorme, mais c’est déjà beaucoup. Et surtout, les Robin couvrent toutes les branches de mon arbre, tant maternelle que paternelle : Ain, Côtes d’Armor, Maine et Loire, Vendée. Partout ils sont présents, de 1576 à 1840. Parmi eux je compte 8 François ou 4 Joseph.

 

Le patronyme Robin est dans le top 50 des noms les plus portés en France. « C'est un diminutif de Robert porté dans toute la France, mais surtout en Vendée. Très fréquent [sic]. Robert est un nom de personne d'origine germanique, Hrodberht (hrod = gloire + berht = brillant)* ».

 

Si je cherche Robin François sur Gallica, les résultats donnent 838 documents consultables en ligne ! Sur Geneanet cela peut conduire à 11 864 résultats « juste » dans la bibliothèque. Bref, des recherches un peu compliquées.

 

Je prends ici l’exemple de François Robin, ayant vécu aux Epesses (85), mon ancêtre à la XIème génération (sosa n°1976). Il a épousé Marie Jeanneau vers 1707. Je le connais surtout par ses enfants car les registres paroissiaux des Epesses ne commencent qu’en 1737.

Le couple a 4 enfants, probablement entre 1708 et 1719 (si on se fie aux dates données dans leurs actes de décès) :

  • Perrine
  • Jacquette
  • Alexandre Pierre
  • Marie Anne

 

François est dit décédé à partir de 1740 (mariages de ses filles ou acte notarié concernant sa veuve). Il est peut-être même décédé avant 1737 car dans les premiers registres paroissiaux disponibles, son décès n’apparait pas entre 1737 et 1740. Son épouse, Marie Janneau, décède en 1750.

Par ailleurs Alexandre est facilement identifiable car il signe d’un joli « A. Robin ».

 

Mais François Robin n’est pas le seul François Robin dans la famille car son petit fils se nomme aussi François Robin.

En effet Alexandre a eu un fils qu’il a prénommé François. Et l’histoire ne s’arrête pas là : François Robin, petit-fils, a épousé Marie Jeanneau ! Il y a donc homonymie parfaite entre le couple des grands-parents et celui du petit-fils.


Alors là, je peux vous dire qu’on a perdu une grande partie des généalogistes de Geneanet ! De nombreux arbres en ligne mélangent les deux couples. Perrine, Jacquette et Marie-Anne se retrouvent les filles de François petit-fils. Et ça ne gêne pas leurs auteurs de désigner Alexandre né vers 1712 père de François qui se marie vers 1705 : précoce le fiston ! Pour d’autres Alexandre se retrouve le grand-père d’Alexandre. Et pour ceux qui ont compris qu’il y avait deux Marie Jeanneau, mais comme on se recopie sans rien vérifier, Marie Jeanneau la grand-mère se retrouve à décéder le 29 août 1750 exactement comme Marie Jeanneau l’épouse du petit-fils.

 

Bon, vous l’aurez peut-être compris, cela m’exaspère de trouver de tels résultats en ligne, de voir des généalogies qui se copient en dépit du bon sens, défiant la logique la plus élémentaire. Alors qu’une simple vérification sur des registres (qui sont en ligne) permet d’infirmer ces inepties.

 

Ainsi pour commencer Marie Jeanneau (« la Jeune » si l’on peut dire) est décédée en 1821 tandis que « l’Aînée » est bien décédée en 1750. Si elle a bien épousé un François Robin, elle l’a fait en 1785 (date pourtant largement partagée et facile à trouver). De là, il est aisé de voir que leurs enfants naissent entre 1786 et 1792 (et non pas entre 1708 et 1719). De la même manière en examinant un peu les actes concernant Perrine, Jacquette et Marie Anne on se rend vite compte qu’Alexandre est bien leur frère et non leur grand-père :

  • Quand on le voit nommé curateur des enfants de Perrine, il est dit « oncle ».
  • Quand il est témoin au décès de sa sœur Marie Anne, il est dit « frère ».

 

Alors d’accord, si deux individus homonymes sont assez courants au sein d’une même famille, il est plus rare de trouver deux couples homonymes. Mais cela n’empêche pas de faire un minimum de vérifications. Bon, ça demande un tout petit plus d'effort, mais au moins on dispose d'informations justes (et nettement plus logiques !).

 

 

 

* Étymologie fournie par Jean Tosti

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire