« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mercredi 24 janvier 2018

#Généathème : Le prénom sorti de nulle part

Pour les prénoms en Limousin il y a deux règles (je vous les donne, c’est cadeau !) :
- tous les enfants se prénommeront Martial ou Léonard.
- si ce n’est pas le cas, elles s’appelleront Martiale ou Léonarde !
Ce n’est pas toujours facile pour faire sa généalogie, mais cela s’explique facilement par l’histoire : Martial est le premier évêque de Limoges, évangélisateurs du Limousin et de l’Aquitaine au IIIème siècle. Léonard, quant à lui, serait le filleul de Clovis, venu s’installer comme ermite dans les forêts limousines. Il fait partie de cette vague d’ermites évangélisateurs qui ont peuplés le Limousin au VIème siècle. Enfin, « ermites » c’est beaucoup dire : ils s’installaient près de gués pour évangéliser les populations qui étaient obligés de les franchir afin de passer d’une rive à l’autre, en l’absence de pont. Après leurs morts un culte s’est développé sur leurs tombeaux, drainant les pèlerins, puis une église et enfin une ville. Psalmet, Yrieix, Junien, Pardoux… Ils sont nombreux à avoir donné naissance à des bourgs plus ou moins développés (Psalmet à Eymoutiers, Yrieix à Saint-Yrieix-la-Perche, Junien à Saint-Junien, etc…). Si la plupart sont restés des « stars locales », Léonard, lui, a vu son culte se diffuser à travers toute l’Europe (il est très vif en Italie notamment). On le dit libérateur des prisonniers : Richard Cœur de Lion est ainsi venu sur son tombeau le remercier de sa libération après la Croisade. La ville est classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle car c’est une étape importante sur la via lemovicensis, avant Limoges. D’où la très grande popularité du prénom.

Si Martial ou Léonard sont facile à reconnaître, c’est plus délicat pour des prénoms comme Psalmet. D’ailleurs, celui-ci était d’origine irlandaise et son nom était trop difficile à comprendre des populations locales ; or, comme il passait ses journées à dire des psaumes, on l’a appelé Psalmet. Alors, évidemment, quand on n’est pas du cru et qu’on arrive à déchiffrer Psalmet dans un texte ancien, on peut légitimement se demander : 1) si on lit correctement 2) c’est quoi ce prénom ?

Il en est ainsi de ces saints locaux dont le culte n’a pas franchi les frontières du rayonnement local. Par exemple en Seine et Marne, la première fois que j’ai lu le prénom Fare, je me suis dit que le curé écrivait mal. La deuxième fois, que c’était moi qui lisait mal. Au bout de la huitième Fare apparue dans mon arbre, je me suis aperçue qu’on se situait à Faremoutiers et que, sans aucun doute, c’était une sainte locale. En effet, selon le Martyrologe romain, Fare - ou Burgondofare - était une abbesse (VIIème siècle). Burgonde d'origine, elle connut d'abord bien des oppositions paternelles à ses projets de devenir moniale jusqu'au jour où Gondoald, évêque de Meaux, réussit à persuader le père de donner à sa fille la liberté de choisir la vocation de sa vie. Sainte Fare se retira d'abord à Champeaux puis dans une nouvelle maison dont elle deviendra abbesse et qui prendra son nom : Faremoutiers. Après avoir, pendant quarante ans, dirigé ce monastère elle fut associée dans la troupe des vierges qui suivent l’Agneau de Dieu.
L’étymologie latine donne comme origine : "far", froment. On la fête le 7 décembre.

On notera par ailleurs qu’elle avait un frère, prénommé Faron. Élevé à la cour du roi d'Austrasie, il fit partie du conseil royal et se servit de son pouvoir pour délivrer les opprimés. Il mena une vie édifiante avec sa femme Blidechilde, mais sa sœur sainte Fare le décida à s'en séparer. Blidechilde accepta (sic !) et devint une moniale exemplaire. A la mort de sa sœur, il se décida à entrer dans le clergé et grâce à sa réputation il devint évêque de Meaux, succédant à Gondoald. Saint Faron favorisait les moines venant d’Écosse, notamment un certain Fefrus (saint Fiacre). Ses reliques furent déposées à la Ferté-sous-Jouarre.

Si je n’ai pas de Faron dans mon arbre, j’ai par contre un Fiacre, situé dans les environs (à Bouleurs précisément). Fils d'un roi d'Écosse ou d'Irlande (on s'interroge sur ses origines), il émigra en France à l'époque mérovingienne. Il fut ermite dans la forêt de Brie, accueilli par saint Faron, évêque de Meaux. Son ermitage donna naissance à la localité de Saint Fiacre. On lui prêta beaucoup de vertus guérisseuses après sa mort. Moine défricheur, son ermitage devint un hospice pour les pauvres qu'il nourrissait des fruits et légumes qu'il cultivait pour eux. C'est pourquoi il est spécialement honoré par les jardiniers et les maraîchers de l'Ile-de- France. Un hôtel particulier portait son nom à Paris. Et, détail pittoresque, c'est ainsi que les voitures parisiennes prirent le nom de "fiacre" car elles étaient garées non loin de cet hôtel (selon le Martyrologe romain ; bien que certaines sources donnent une autre version de cette origine). On le fête le 30 août.

J’ai aussi dans mon arbre deux Liesse. Bien qu’on le trouve plus souvent sous la forme de Marie-Liesse, ce prénom peut être associé à Lætitia (qui signifie joie en latin). Il est lié à « Notre Dame de Liesse » de la basilique située à Liesse-Notre-Dame (en Picardie dans l'Aisne, près de Laon), patronne du diocèse de Soissons, dont la Vierge Noire est célèbre. L’histoire raconte que des chevaliers issus de la région de Laon se retrouvèrent prisonniers des Musulmans pendant la Croisade, au XIIème siècle. Leur geôlier tenta de le convertir, en vain. Il décida alors d’envoyer sa fille, la belle Ismérie. Mais au désespoir du sultan ce sont les chevaliers qui convertirent sa fille, et non l’inverse. Celle-ci les libéra et ils se retrouvèrent tous miraculeusement en France, près de Laon, dans un lieu d’abord appelé Liance. Au XVème siècle ce lieu prit le nom de Liesse, signifiant joie tant la Vierge comblait les pèlerins de ses faveurs. Une chapelle y fut érigée et la Vierge Noire rapportée d’Égypte installée en bonne place. Quant à Ismérie, en se convertissant, elle reçut le nom de Marie par l’évêque de Laon. A son décès elle fut inhumée dans la chapelle. On retrouve des sanctuaires dédiés à Notre Dame de Liesse un peu partout en France, notamment dans les diocèses voisins. Ainsi en Seine et Marne on compte eux confréries, à Chelles et Thorigny sur Marne. « Mes » Liesse, elles, sont originaires de La Chapelle sur Crécy (à environ 150 kilomètres de Liesse Notre Dame). Le prénom a donc eu une audience assez large pour franchir plusieurs centaines de kilomètres (on retrouve la dévotion jusque dans le Sud de la France), avant de disparaître pendant 150 ans environ, même si aujourd’hui il connaît un léger regain d’intérêt (d’après le diagramme de fréquence des prénoms sur le site de Geneanet).

 Vierge Noire de Notre Dame de Liesse

D’ailleurs j’ai également une Ismérie dans mon arbre, elle aussi originaire de La Chapelle sur Crécy : je ne reviendrais pas sur l’origine de ce prénom que l’on vient de voir à l’instant.

Bref, sans connaître l’histoire locale, difficile de comprendre ces prénoms sortis de nulle part (enfin, pas tout à fait de nulle part)… ou l’inverse !


Source pour les prénoms de Seine et Marne : Nominis.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire