« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 25 juin 2016

#ChallengeAZ : V comme (Un) vieux de la vieille


(UN) VIEUX DE LA VIEILLE

Signification

Un vieux soldat (sous le Ier Empire).
Une personne très âgée ayant acquis une sérieuse expérience dans un domaine précis.


V © delcampe.net
Origine

Un vieux, on sait ce que c'est, même si l'âge à partir duquel on le devient reste imprécis.
On peut assez logiquement supposer qu'un vieux est marié avec une vieille.
Mais s'agit-il bien de la vieille du vieux dont il est question dans cette expression ?
Eh bien s'il n'y a aucun doute sur le "vieux", il est certain que la "vieille" ne désigne pas ici sa moitié.

Cette locution, qui date du XIXe siècle, est en effet une version courte de "un vieux de la vieille garde", car c'est bien de soldats d'une garde qu'il est question ici.
Mais quelle garde (car la France en a connu de nombreuses) ? Il s'agit en fait de la garde impériale créée par Napoléon Ier en 1804. Composée d'environ 100 000 hommes, c'était une troupe d'élite divisée en une vieille, une moyenne et une jeune garde.
Vous souvenez-vous de Waterloo et de son fameux "la garde meurt mais ne se rend pas", attribué à Cambronne ? Eh bien c'était à propos de cette garde-là que cette phrase avait été prononcée.
Une fois l'empereur déchu, les anciens qui racontaient leurs exploits aux plus jeunes étaient appelés "les vieux de la vieille (garde)".
Avec le temps, ces soldats ayant été oubliés, les vieux de la vieille a fini par désigner des vétérans ayant beaucoup d'expérience dans leur profession ou un domaine particulier.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire