« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 30 septembre 2017

#Centenaire1418 pas à pas : septembre 1917

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de septembre 1917 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er septembre
Ordre de bataillon n°169.

2 septembre
Aucune note pour ce jour.

3 septembre
Aucune note pour ce jour.

4 septembre
Le sous lieutenant Barthe est nommé lieutenant à T.T.

5 septembre
Manœuvre de Division : attaque d’une position ennemie, combat de rupture après une préparation d’artillerie. C’est la fin de la mission auprès des Américains.

6 septembre
Demain départ de la Division du camp de Gondrecourt. L’instruction des troupes américaines confiées au Bataillon s’est poursuivie activement pendant 2 mois. Elles ont bien compris nos méthodes de combat ; il ne leur manque plus que la pratique.

7 septembre
Départ du Bataillon par voie de terre à 4h30. Itinéraire : Rozières, Badonvillers, Vouthon-Haut. Cantonnement à Vaudeville (Meuse) pour nous, dans les Vosges pour d’autres.

Carte Gondrecourt-Vaudeville

8 septembre
Étape de Vaudeville à Liffol-Villouxel. Départ à 5h30. Itinéraire : Chermisey, Sionne. Arrivée au cantonnement à 10h ; nous à Liffol (Vosges), les autres à Villouxel.
Ordre de bataillon n°170.

Carte Vaudeville-Liffol

9 septembre
Repos. Travaux de propreté, nettoyage du cantonnement.

10 septembre
En prévision des prochaines opérations le Général commandant la 47e DI prescrit la reconduction des pelotons de coureurs.

11 septembre
Le Capitaine Pouzonne prend le commandement de notre Compagnie.

12 septembre
Le 1er train embarque E.M., Cie mitrailleurs… à Liffol à 21h30.

13 septembre
Nous embarquons dans le 2e avec la 6e, 7e et 9e à 5h30. Itinéraire Bar le Duc, Revigny, Vitry le François. Débarquement à Vitry le Ville, cantonnement à Dampierre sur Moivre.

Carte Liffol-Vitry

14 septembre
Reconnaissance du secteur. Nous avons traversé des zones complètement dévastées.

Ferme en ruines, Oise, 1917 © Gallica

15 septembre
Étape de Dampierre à Tilloy et Bellay. Départ à 5h. Notre Cie cantonne à Auve. Le bataillon est placé en réserve au 12e C.A.

Carte Vitry-Tilloy

16 septembre
Repos.

17 septembre
Reconnaissance du secteur. De retour dans la Marne.

18 septembre
Exercices divers.

19 septembre
Révision rapide de l’instruction. Étude de combat à la grenade.

20 septembre
Le sous lieutenant Roux va auprès du commandant de 4e groupe de chasseurs afin de se familiariser avec le secteur lorsque le Bataillon fera relève.

21 septembre
Exercices divers, tirs.

22 septembre
Nouvelle réorganisation de la compagnie d’infanterie.

23 septembre
Repos.

24 septembre
Exercices.

25 septembre
Travaux au camp d’aviation de Neuf-Bellay.

26 septembre
Poursuite des exercices.

27 septembre
Le bataillon fait mouvement sur le camp G où nous allons cantonner. Nous nous y rendons en deux colonnes jusqu’à Somme-Suippes à 19h.
Nous sommes dans la 1ère colonne, sous le commandement du Capitaine Jarrier.

28 septembre
Reconnaissance des positions par les officiers. Nous relevons la 1ère Compagnie du 11e bataillon dans les organisations du Voussoir.

29 septembre
Dans la nuit nous avons quitté le camp G pour Perthes les Hurlus. Notre Compagnie reste en réserve. Relève effectuée sans incident.

Perthes les Hurlus © laurent59.canalblog.com

Nous entreprenons immédiatement la réfection des dommages causés par le bombardement ennemi la veille de notre relève. Le secteur se montre calme, malgré quelques obus et crapouillots. Un chasseur de notre compagnie est blessé par éclat d’obus.

30 septembre
Quelques obus et rafales de mitraillettes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire