« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 23 septembre 2017

#Généathème : Si nous faisions le point ?

Un généathème particulièrement difficile à traiter pour moi, voyez plutôt :
- Faire le point sur nos projets de début d’année ?
Je n’en avais aucun : je me connais, ils n’auraient jamais été tenus de toute façon (ça, c’est comme les bonnes résolutions du 1er janvier…)
- Où en sommes-nous ?
Nulle part en particulier, partout à la fois !

En plus, je ne suis pas très adepte des bilans : le dernier sur ce blog date de... 2013 (voir ici) !

En effet, je peux bien l’avouer : je n’ai aucune organisation dans mes recherches ! Je ne dis pas que je ne classe pas correctement mes documents, que je ne crée jamais une personne dans mon arbre sans en avoir vérifié l’existence réelle (ou quelques fois probable, mais dans ce cas j’y ajoute une note) ou que…

Mon bureau ? © yahoo.com

Bref, comment je fonctionne ? Un peu au hasard. Beaucoup, au hasard.
Je ne fais pas la course au sosa les plus nombreux ou les plus anciens, mais si j’en trouve, c’est tant mieux. Par contre la recherche de stars ne m’intéresse absolument pas ! J’erre au jour le jour. Au pif, comme on dit.

J’utilise volontiers les alertes de Geneanet, qui m’avertissent lorsqu’il y a des arbres en ligne sur leur site ayant des ancêtres communs avec moi. Mais bien souvent je passe plus de temps à éliminer des pistes fantaisistes (un mariage après le décès de la personne ou, dans le même arbre, deux parentés différentes citées pour la même personne au fur et à mesure de ses mariages successifs). Les déposants d’arbres en ligne ne sont pas tous très rigoureux, de toute évidence. Néanmoins, j’ai parfois plus de chance et cela me permet d’avancer dans mes recherches : je me concentre alors sur le petit bout de branche que je viens d’exhumer et explore toutes les possibilités, les différentes sources potentielles.

Comme je ne tiens pas de journal de recherche (rôôôô….), je fais tout immédiatement : numérisation, ou copies d’écran pour les documents en ligne, nommage, rangement, ajout de la/des personne(s) et source(s) dans l’arbre, note(s) s’il y a lieu. Comme je suis assez têtue, je reste sur « le nid » récemment trouvé jusqu’à épuisement (des sources, pas de moi !).

Par contre, j’ai renoncé à y inclure les témoins : je me suis longtemps demandé si je devais le faire lorsque je me suis aperçue que j’avais un témoin particulier qui revenait très souvent, sur deux générations ; vue l’antique mode qui voulait qu’on donne le même prénom au fils et au père, impossible de les distinguer. Alors j’ai (assez vite) arrêté, d’une part pour une question de lisibilité, d’autre part parce qu’ils sont trop souvent difficiles à identifier. Néanmoins, si je les retrouve plusieurs fois, je mets une note dans la fiche des personnes concernées.

Je suis attentive aux nouvelles mises en ligne (j’habite dans une région où je n’ai aucun ancêtre : travail à distance obligatoire), ce qui m’offre parfois de nouvelles pistes de recherche. Mais je suis inévitablement limitée par l’absence de mise en ligne de certaines sources, en premier lieu l’état civil/paroissial (adieu branche jurassienne !).

Autre piste de recherche : les sujets imposés. J’aime participer aux Généathèmes (la preuve !), RDVAncestral ou ChallengeAZ. Bien souvent ces articles sont l’occasion de recherches complémentaires.

Quand je manque « d’inspiration », je reprends tout mon arbre par ordre alphabétique et je cherche des nouveautés qui m’auraient échappées, pouvant relancer la machine. Au début je ne cherchais que mes ancêtres directs ; puis quand je me suis retrouvée en bout de branche sans filiation ou que j’ai épuisé tous les registres conservés et me suis retrouvée bloquée, j’ai commencé à m’intéresser aux frères et sœurs, premiers ou seconds mariages. Bien souvent, cela m’a permis de débloquer les générations supérieures (parents cités dans l’acte de mariage du frère alors qu’ils le l’étaient pas dans celui de mon ancêtre par exemple). Et puis, cela donne du corps à la généalogie : un seul ancêtre connu c’est tout à fait différent d’une fratrie de douze enfants dont dix sont décédés en bas âge.

C’est ainsi que mon arbre est plutôt étoffé (plus de 10 300 personnes). Mon arbre est complet jusqu’à la G8 comprise (sauf la fille-mère qui me fait un large trou à partir de G6). A G9 je me heurte à la Révolution Française et aux nombreuses disparitions de registres pour la branche Vendée/Deux-Sèvres. Mais côté paternel (Aveyron, Anjou) je suis complète jusqu’à G10. Ma (non) méthode a l’air assez efficace !

Bon, si, quand même, il y a bien un projet : le « pas à pas » de mon arrière-grand-père Jean-François Borrat-Michaud, que je suis au jour le jour durant le conflit de la Première Guerre Mondiale : je m’y tiens… depuis trois ans ! Je publie un ou plusieurs tweet(s) par jour, en fonction de l’actualité hebdomadaire (à retrouver sur son compte @jfbm1418), et un récapitulatif mensuel sur ce blog (dans l’onglet #Centenaire1418).  Quelques fois je suis un peu lasse, notamment lorsque les sources d’informations se font plus rares, mais bon, je suis quand même tranquillement assise dans mon canapé tandis que lui était dans les tranchées, alors je ne peux décemment pas me plaindre ! … Mais vivement qu’il meure ou que la guerre se termine, tout de même, que je puisse reprendre une vie normale ! ;-)

Bref, on peut tout à fait faire de la généalogie en papillonnant, en improvisant au jour le jour… tout en se réservant des rendez-vous au long court.

1 commentaire:

  1. Je retrouve ma pratique de la généalogie des papillons dans ce billet. Juste aller là où je butine avec bonheur sans me préoccuper d'organisation. Cependant bien stocker les infos pour en faire son miel.

    RépondreSupprimer