« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 30 novembre 2017

#Centenaire1418 pas à pas : novembre 1917

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de novembre 1917 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er novembre
Cette fois c’est officiel : nous partons en Italie ! Préparation de l’embarquement du lendemain.

2 novembre
Le bataillon embarque à Chavanges sur deux trains et demi (le 3e est partagé avec le 54ème). Notre compagnie est dans le 3e. Début de l’embarquement 17h ; départ : 20h.

3 novembre
Nous avons touché 9  jours de vivres. Itinéraire pour se rendre à la gare : Montier en Der, Droyes, Bailly le Franc, Chavanges.

Carte Montier-Chavanges

4 novembre
Itinéraire des trains : Langres, Dôle, St Amour, Bourg, Ambérieu, Culaz, Aixe les Bains, Chambéry, St Pierre d’Albigny, Modane, Turin.

Carte Chavanges-Turin
Dire que je suis passé si près de chez moi… Nous débarquons dans la nuit. Les Italiens nous ont fait un accueil très cordial. Le moral du bataillon est excellent.
Ordre général n°90 de la Division.

5 novembre
Rassemblement des officiers au QG. Pour nous c’est repos, nettoyage, inspection. On ne s’arrête pas ici : le  voyage continue demain.
Dire que me voilà en Italie !

Accueil Italiens © Gallica

6 novembre
Rassemblement à 6h50. Itinéraire Decenzano, Peschiera.

Carte Turin-Peschiera
Le bataillon défile devant le général Dillemann derrière lequel il a fait son entrée en ville. Nous cantonnons à l’école et à la caserne.

7 novembre
Emploi du temps à la discrétion des commandants de compagnie : on nous laisse un peu de temps libre pour découvrir l’Italie.

8 novembre
Ceux de la 47e déjà débarqués sont transportés en auto vers Breno-Edolo. Nous embarquons sur 36 camions à 8h. Itinéraire : Peschiera, Lonato, Brescia, Iseo, Pisogne, Breno, Cedegolo. Arrivée vers minuit à Cedegolo.

Carte Peschiera-Cedegolo

9 novembre
Nous nous installons dans nos cantonnements, situés à Sellero, au Nord de Cedegolo.

10 novembre
Aménagement des cantonnements. Travaux de propreté. Repos. Les habitants du pays se montrent très accueillants. L’armée italienne est très courtoise. Le bataillon reçoit l’ordre de se tenir prêt à se porter dans la région de Sonico-Edolo.

11 novembre
Départs échelonnés entre 9 et 10h. Nous cantonnons à Edolo.

12 novembre
Le bataillon a pour mission de barrer le Val Camonica. Devant lui la 5e DI italienne qui occupe la ligne des glaciers menant à l’Adamello. A droite le 31e CA français. A gauche le 12e BCA. Le seul passage permettant à l’ennemi de pénétrer dans le Val Camonica est le col du Tonale à 1 900 m, déjà encombré par la neige.

Edolo-Tonale

13 novembre
Le bataillon fait mouvement pour être regroupé en deux factions égales à Edolo et Cedegolo. On doit embarquer demain à Malonno. Installation sommaire dans les cantonnements.

14 novembre
Un éboulement interdisant la circulation sur la voie ferrée locale, l’embarquement du bataillon est retardé.

15 novembre
Toujours en attente de l’embarquement.

16 novembre
Nous embarquons enfin.

17 novembre
Itinéraire : Breno, Iseo, Brescia, Lonato, Vérone, Montebello. Nous sommes dans le 2e train qui part vers 1h30.

Carte Malonno-Tavernelle

18 novembre
Étape d’une quinzaine de km pour gagner les cantonnements : Agugliana, Il Motti par Montebello et Vicentino. Nous arrivons au cantonnement vers 5h, composés d’habitations disséminées.

19 novembre
Installation dans les cantonnements.

20 novembre
Exercices. Ordre de la division n°89. La Division est en réserve d’armée, chargée de l’organisation et de la défense d’une position d’arrêt. Elle est située  face au NE sur la ligne Isola di Malo-Vicense. On doit se tenir prêt à contre-attaquer pour aider les forces italiennes.

21 novembre
Exercices divers. Reconnaissance du terrain pour se rendre aux positions de défense.

22 novembre
Nouvelles répartitions des cantonnements : on nous attribue une ferme au Nord d’Agugliana.

23 novembre
Des renforts arrivent. On nous annonce un mouvement pour la Division demain. Préparation de départ.

24 novembre
Le Bataillon part à 6h. Il gagne le point initial de Montecchio Maggiore où il prend place dans la colonne n°3. En deux étapes la 47e DI, avant-garde de la Xe armée, se porte dans la région de Tezze. Mouvements et stationnements sont exécutés dans les conditions d’une marche de guerre, les troupes prêtes à l’attaque ou à la défense.
Itinéraire : Montorso, Montecchio Maggiore, Sovizzo, Creazzo, Cavazzale, Monticello. Arrivée à 19h à Bolzano.

Carte Montorso-Bolzano

25 novembre
Seconde étape : départ à 6h30. On rejoint la colonne n°2. Itinéraire : San Pietro in Gu, Scaldaferro, pont à bateaux de Friola, Tezze, Stroppari.
Le Bataillon profite d’un arrêt pour manger la soupe. Arrivée à 17h.
Cantonnement le long de la route  de Bassano-Citadella.

Carte San Pietro-Stroppari

26 novembre
Installation dans les cantonnements.

27 novembre
La Division étudie nos nouvelles positions : ligne de surveillance, ligne de résistance, ligne de soutien. Notre compagnie est assignée sur la gauche en première ligne.

28 novembre
Les unités reconnaissent les positions d’arrêts. Nos missions sont de renforcer l’armée italienne, contre-attaquer l’ennemi s’il se présente, couvrir un repli éventuel de l’armée italienne.

29 novembre
Les reconnaissances sont suspendues. Exercices. Les permissions reprennent (4% de l’effectif) à partir du 30 novembre.

30 novembre
Reconnaissance en première ligne du chef de Bataillon. Nous devons faire mouvement demain.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire