« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 2 août 2018

#Centenaire1418 pas à pas : juillet 1918

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de juillet 1918 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er juillet
Le creusement des parallèles A et B se poursuit chaque nuit. Des piquets et des bobines de fil de fer sont confectionnés et transportés à pied d’œuvre pour les couvrir d’un réseau.

2 juillet
Calme. Poursuite des travaux.
Premières lignes avec hérisson © Gallica

3 juillet
La 8e compagnie est détachée à Chézy à la disposition du 11e bataillon.

4 juillet
Journée calme. Vers 21h30, harcèlement sur le plateau puis tirs par rafales d’obus spéciaux sur les bois et carrière au Nord de Cerfroid-Chézy. Les compagnies s’organisent dans leurs parallèles et les approfondissent.

5 juillet
Calme. Le dispositif prévu est entièrement réalisé. Le service d’observation et les liaisons s’organisent. A 19h la Division est alertée : les troupes occupent immédiatement les emplacements prévus. Un obus à ypérite tombe sur la popote des officiers, aux pieds du Chef de bataillon. Le masque est gardé toute la nuit au poste de commandement.
Attaque au gaz © icrc.org

6 juillet
La désinfection du terrain et du matériel sont exécutés au petit jour. Le chef de bataillon de Fabry Fabrègues est évacué pour brûlures, ainsi que 9 gradés ou chasseurs. L’alerte prend fin à 18h. Le capitaine Jarrin, adjudant major, prend le commandement du bataillon.

7 juillet
Les travaux continuent à être poussés activement sur la position de résistance de la DI.

8 juillet
Les réseaux de fils de fer sont terminés devant la parallèle A et amorcés devant la parallèle B.

9 juillet
Un abri par ½ secteur et par section de mitrailleuse sont commencés.

10 juillet
Changement d’affectation : je rejoins le 54ème BCA ; mais je n’ai pas beaucoup de chemin à faire car ils sont aussi dans le même secteur de Chézy en Orxois.

11 juillet
Eux aussi étaient en Italie au Monte Tomba. On se raconte nos souvenirs de cette prise épique.
Monte Tomba © cedos grande guerra

12 juillet
Les Allemands semblent s’organiser dans le secteur.

13 juillet
Des patrouilles sont organisées.

14 juillet
Violent bombardement du secteur de Chézy par les Allemands dans la nuit du 14 au 15.

15 juillet
Aucune note pour ce jour.

16 juillet
Actions ennemies particulièrement violentes.
Bombardement sur le front, 1916 © Gallica

17 juillet
L’avance allemande est continue sur tout le front. L’ordre de départ est donné : ces mouvements doivent marquer le début de la grande offensive qui doit libérer le territoire. En soirée l’ordre tombe : « Jour J : 18 juillet ; heure H : 4h35 ».

18 juillet
Nous recevons l’ordre d’attaquer le secteur que le bataillon occupe depuis plus d’un mois.

19 juillet
Nous nous sommes emparés des villages de Dammard, Monnes et Cointincourt. Notre action a été reconnue comme « un élan magnifique ».
Carte Dammard, Monnes, Cointicourt

20 juillet
Nous progressons vers Sommelans et Latilly.
Carte Sommelans, Latilly

21 juillet
Notre bataillon refoule l’ennemi de la ferme d’Halloudray et traversons Grisolles.
Carte Grisolles

22 juillet
Nous progressons jusqu’à Rocourt Saint Martin, capturant un très grand nombre de prisonniers, 11 canons, 10 minenwerfer, de nombreuses mitrailleuses et un énorme butin.
Carte Rocourt St Martin

23 juillet
Après nos brillants exploits de ces derniers jours, que l’on a appelés « la deuxième bataille de la Marne », le bataillon est cité à l’ordre de la VIème Armée (sous les ordres de Jean Marie Degoutte).
Général Jean Marie Degoutte © Wikipedia

24 juillet
Nous parvenons à Coincy et Brécy.
Carte Coincy, Brécy

25 juillet
Repos. Travaux de propreté.

26 juillet
On nous annonce le retrait du front : nous sommes transportés par camions dans la région de Meaux, à la Ferté sous Jouarre.
Carte Coincy-Ferté

27 juillet
Nous embarquons dans des trains à La Ferté sous Jouarre en direction de Poix dans la Somme.
Carte Ferté-Poix

28 juillet
Nous cantonnons à Lahaye Saint Romain. Repos et instruction.

29 juillet
Le bataillon fait maintenant partie de la Ière armée sous le commandement du Général Debeney.
Général Marie-Eugène Debeney, 1924 © Wikipedia

30 juillet
Journée calme. Pendant la nuit harcèlement de tirs très nourris de l’ennemi.

31 juillet
Journée calme. Pendant la nuit, tirs de harcèlement habituels.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire