« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral
  • #52Ancestors

vendredi 14 janvier 2022

#52Ancestors - 2 - Aymée Perroud

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 2 : Découverte favorite 

Ma découverte favorite, c’est ce que j’appelle « le nid d’ancêtres ». Lorsque pendant longtemps, une branche s’est trouvée bloquée et qu'enfin, la recherche se trouve relancée (par une alerte automatique de Geneanet par exemple).

Ce fut le cas avec Aymée Perroux. Je ne la connaissais que par la naissance de ses enfants. Je savais qu’elle était l’épouse de Jean Pierre Perriere, maître cordonnier à Anthy (Haute Savoie) à la charnière des XVIIème et XVIIIème siècles. Un arbre en ligne mentionnait sa parenté mais trop peu de sources permettaient de s’en assurer.

C’est là que la quête commence. Pourquoi Jean est-il indiqué comme père d’Aymée ? Comment sa mère et son grand-père sont-ils connus ? Les registres paroissiaux sont lacunaires, il faut se tourner vers les actes notariés. Enfin un contrat de mariage est trouvé : en octobre 1697 Aymée et Jean Pierre se promettent l’un à l’autre. Les pièces du puzzle commencent à s’emboîter. Le nom d’Aymée s’orthographie Perroud. C’est la graphie que j’adopte désormais : selon mon habitude, je privilégie l’orthographe trouvée du vivant de la personne. Je garde en note que la forme Perroux existe dans certains actes, mais je corrige le nom dans mon logiciel.

Le contrat de mariage est en partie filiatif : Jean est bien le père d’Aymée. Nouvelle pièce du puzzle.

D’après ce document, l’identité de sa mère n’est pas connue. Comment prouver que Jeanne Françoise Voguet, citée dans un arbre en ligne, est bien celle qui a donné naissance à Aymée ? Je traque sa piste dans la fratrie d’Aymée. Je navigue dans les registres paroissiaux, parfois en latin, parfois lacunaires. Un mariage entre Jean Perroud et Jeanne est trouvé. Elle est dite fille de Philibert : ainsi l’identité du grand-père d’Aymée serait connue. De là je déroule la fratrie. Des frères et sœurs sont trouvés, mais ils restent à l’état de probabilité : tant que je n’ai pas sous les yeux  un lien officiel entre Jeanne et Aymée, je ne les adopte pas (encore). Mais ce Jean Perroud est-il bien "mon" Jean ou un homonyme ? Jeanne Françoise est-elle la mère d’Aymée ou une autre épouse de Jean ? La naissance d’Aymée m’échappe encore.

C’est finalement dans les actes notariés que je trouve ma preuve irréfutable : une procuration, passée en 1703 devant un notaire de Thonon par une Jeanne malade, est donnée à son gendre Jean Pierre Perriere.

Je peux donc officialiser :

- Jean Perroud, père d’Aymée,

- Jeanne Françoise Voguet, sa mère,

- Jacques, Claudine, Claude et Charlotte, ses frères et sœurs,

- Philibert Voguet, son grand-père.

 

Pixabay

C’est ainsi que j’ai trouvé un « nid d’ancêtres », une famille sur trois générations, une demi-douzaine d’individus supplémentaires. J’ai navigué d’Anthy à Allinges, berceau de la famille d’Aymé. J’ai complété le cadre familial de mon aïeule. Et grâce aux différents documents notariés trouvés pendant ma quête, j’ai reconstitué des petits fragments de vie (acquisitions, quittances), des proches qui ont compté dans sa vie.

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire