« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral
  • #52Ancestors

vendredi 21 janvier 2022

#52Ancestors - 3 - Honoré Lejard

- Challenge #52Ancestors : un article par semaine et par ancêtre -

Semaine 3 : Photo favorite 


Les photos de noces font partie de mes photos favorites. Ainsi la photo du mariage d’Honoré Lejard.

"1900, noces angevines" © Coll. personnelle

 

Ce cliché est issu de l’album réuni par mon grand-père Astié. Il couvre une période allant de 1871 à 1986.

 

En page 4 de cet album on trouve cette photographie légendée « 1900, noces angevines dans notre famille ». Seules trois personnes sont identifiées : Les parents du marié, Honoré Lejard et Louise Châtelain, et (par extension) le marié lui-même, prénommé Honoré comme son père.

 

Cet Honoré Lejard père est le grand-père maternel de mon grand-père Astié (mon sosa 18). Il est né en 1838 au Plessis-Grammoire (Maine et Loire). Il a épousé en première noce Marie Bienvenu, en 1863, dont il a eu trois fils. Seul l’ainé aura une postérité, les deux cadets étant décédés dans la vingtaine. La femme à côté de lui est en fait sa seconde épouse, Louise Châtelain.

 

Les Lejard sont les spécialistes du déménagement : il est très difficile de les retrouver, de génération en génération, voire même au cours d’une seule vie. Ainsi pour Honoré père j’ai recensé des domiciles dans 6 communes différentes. De ce fait, j’ai eu un peu de mal à trouver le mariage d’Honoré fils. Je l’ai finalement déniché à Sarrigné… en 1893. La photo est donc un peu plus vieille qu’estimée.

 

La noce se passe à la mi-janvier. C’est l’une des deux périodes privilégiées pour se marier : janvier-février et juin-juillet ; on évite ainsi les périodes de gros travaux des champs et les divers interdits religieux. On remarque d’ailleurs des vêtements assez couvrants, sans doute dus à la fraicheur du climat hivernal : les noceux se sont pouillancés (vêtus chaudement).

 

Honoré fils épouse une Marie Châtelain. Elle porte le même patronyme que la belle-mère d’Honoré, mais ne semble pas appartenir à la même famille. Le marié est alors âgé de 25 ans. Si en 1887 il a été désigné propre au service militaire, il a finalement été réformé en 1889 pour varices volumineuses à la jambe droite. En 1893 il est meunier à Brain sur l’Authion.

Il porte les grandes moustaches caractéristiques de cette époque (comme la très grande majorité des hommes sur le cliché). La pilosité faciale est alors vue comme un signe de virilité et de puissance. Mais attention : si vous portez la moustache il faut qu’elle soit bien taillée et entretenue, cela prouve que vous contrôlez l’animalité qui est en vous. Pommades et cires permet de leur donner une jolie forme. L’engouement pour la moustache dans la deuxième partie du XIXème est impulsé par Napoléon III. Symbole d’autorité elle est obligatoire chez les gendarmes, mais interdite aux garçons de café qui ne sont que des serviteurs. Cette mode passera avec la Première Guerre Mondiale (pas facile d’entretenir ses favoris quand on est dans la boue du matin au soir). Peu à peu, le symbole d’autorité de la moustache se transforme en marque de despotisme (Staline, Hitler…) : on se rase alors la moustache massivement à partir des années 1950.Avant d’en arriver là, il va de soit que différentes modes et tailles se sont succédées. Pour en revenir à nos moustachus, la majorité porte une moustache de style « morse », c'est-à-dire avec des poils assez longs, s’affaissant vers le bas et couvrant légèrement la bouche.



Le nocial du marié (vêtement de noce) est composé d’un costume noir. Il semble porter une cravate blanche (ou est-ce le col de sa chemine ? On ne voit pas bien). Dans sa main droite on distingue un chapeau haut de forme.


La mariée a 18 ans. Elle est issue d’une famille de cultivateurs de Sarrigné. Elle porte une robe noire. Un fichu blanc en dentelle vient agrémenter la robe. A cette époque les robes de mariée étaient réalisée en tissus noir : c’est une robe faite pour durer, elle devenait ensuite « la robe du dimanche ». Le jour de la noce on peut éventuellement l’agrémenter, comme ici avec le châle. Marie tient dans sa main gauche un bouquet rond. Une broche en forme de fleur décore son col. Et bien sûr elle porte la coiffe angevine caractéristique à tuyaux (pour en savoir plus sur les coiffes angevines, voir l’article Les coiffes de nos grands-mères).

 

A droite du marié se trouve la place traditionnelle des parents. Mais sa mère est décédée en 1882. Ce n’est donc pas Marie Bienvenu qui se trouve à la droite du marié, mais sa belle-mère, Louise Châtelain. En effet Honoré père s’est remarié en 1883. Louise a alors 36 ans. Elle porte elle aussi une robe sombre, sous lequel on devine des manches blanche. Elle porte au col un foulard à pompons. Sur sa tête une très jolie coiffe en dentelle surmonté d’un gros nœud porté en diadème.

A ses côtés Honoré père. Il est cultivateur à Corzé au moment du mariage de son fils. Il a 55 ans. Il est revêtu d’un costume sombre, une chemise blanche et une cravate. Sur ses genoux il tient un chapeau haut de forme similaire à celui de son fils.


A côté de la mariée sont sans doute ses parents. André son père, cultivateur à Sarrigné âgé de 54 ans, et Louise Désirée Lemet, sa mère, âgée de 52 ans. Lui porte un costume sombre avec un gilet. Elle porte une robe sombre sur une chemise blanche, un ample devantiau (tablier). Ses épaules sont couvertes d’une veste ou un châle sombre. Elle porte des gants sombres. Sa coiffe est moins développée que les précédentes : on y voit ni dentelle tuyautée ni nœud volumineux.


Au-delà se trouve deux enfants. La jeune fille pourrait correspondre à Lucie Châtelain, la jeune sœur de la mariée âgée de 11 ans. Et peut-être est-ce Auguste qui se tient au bout de la rangée. Le frère de Marie serait alors âgé de 7 ans.

 

Parmi les témoins figurent Pierre Lescieux, beau-frère de Marie, époux de sa sœur Louise, et André son frère aîné. Ce sont peut-être les jeunes gens assis derrière la mariée.


Du côté d’Honoré, l’identification est plus délicate. Son premier frère Louis est déjà décédé. Le second, Léon, est en attente de son affectation militaire (dont il ne reviendra pas) dans un bataillon de chasseurs à pied. Du second lit de son père sont issus plusieurs enfants : Jean Baptiste, âgé de 10 ans au moment de ce mariage, Louise (mon ancêtre), âgée de 5 ans, et Célestine, 2 ans. Ces enfants ne semblent pas avoir assisté à la noce.

Les témoins d’Honoré sont deux amis, tous deux meuniers. Est-ce l’un d’eux qui se tient derrière les parents du marié, habillé d’un grand tablier blanc ?


Je ne suis pas capable d’identifier précisément les autres personnes de la noce. On distingue toutefois deux personnages caractéristiques :

- un violoneux. Joueur de violon qui ne maîtrise pas forcément le solfège, mais joue à l’oreille des airs qui se transmettent oralement. Il accompagne la noce depuis le matin, où il est allé « chercher » la fiancé à son domicile, a donné le signal du départ du convoi vers la mairie et l’église et fait danser tous les « nociers » jusqu’à une heure tardive de la nuit.


- un beau militaire en dolman à la hussarde et casquette à plumeau. Difficile de déterminer son affectation précise, malheureusement, car la photo est trop floue.

 

On remarque que plusieurs hommes arborent une cigarette à la main. Si jusqu’au XIXème on préférait priser le tabac, à partir de 1830 se diffuse la cigarette, petit rouleau de tabac rapporté d’Espagne par l’armée de Napoléon Ier. Tabac et papier était alors vendus séparément et les cigarettes roulées manuellement. Cependant, la pipe garde la faveur des fumeurs jusque dans les années 1870. Ce n’est qu’à la fin du XIXème que l’industrialisation permet la fabrication de cigarettes industrielles et la démocratisation du petit rouleau.


La majorité des femmes portent la coiffe angevine. On remarque notamment quelques modèles dits des Pont de Cé (localité proche de Sarrigné), comme celui que porte la mère du marié.


On notera le geste original des deux couples en haut à droite de l’image : les garçons tiennent la main bien haut de leurs compagnes.


La photo a sans doute été prise dans une cour de ferme : on distingue une longue échelle fixée sur le mur à l’horizontale sous la toiture. C’est probablement la ferme de la mariée puisque ses parents sont cultivateurs.

Après ce mariage Honoré disparaît : je ne le retrouve que, brièvement, 5 ans plus tard à Beaufort en Vallée lors de la naissance de son fils. 

Mais ce jour de noce a laissé un souvenir dans l'album familial...


1 commentaire: