« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 27 juin 2020

#Défi_2706

 A l'initiative de Geneatch, et en lien avec le premier Salon Virtuel de la Généalogie qui a lieu le 27 juin 2020, voici le défi d'écriture #2706 :

"Racontez en 100 mots un événement de votre généalogie survenu un 27 juin."

A partir de cet événement racontez cette journée du 27 juin

ou évoquez la vie de votre ancêtre en quelques lignes (entre 80 et 120 mots).

___


Ah ! Marie, petite reine aujourd’hui.

Née un 27 juin 1696, tu es déjà repartie 6 ans plus tard.

Un souffle à l’échelle généalogique. Mais trop court pour une vie.

6 ans ! Tes frères ont-ils seulement eu le temps de s’intéresser à toi ?

6 ans ! Ton père a-t-il déjà pensé à un mariage qui arrangerait son toit ?

6 ans ! Ta mère a sans nul doute eu le temps de s’attacher à toi.

27 juin : A-t-elle gravé cette date dans sa mémoire ?

Mais 100 mots c’est trop court… même pour une aussi courte vie !


© photofunky

- Marie ROY, 27 juin 1696, La Chapelle-Largeau (79) / 24 octobre 1702, Treize Vents (85) -


Aucun commentaire:

Publier un commentaire