« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 10 novembre 2018

#ChallengeAZ : I comme Italie

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, l'Italie qui jusque-là était alliée de la Triplice (Autriche-Hongrie, Allemagne, Italie) décide de rester neutre. Finalement elle s'engage auprès de la Triple-Entente (France, Russie, Royaume-Uni) en échange de la promesse de nombreuses concessions territoriales en cas de victoire (mai 1915). Les opérations italiennes resteront limitées à un front qui les oppose, la plus grande partie de la guerre, à l'Autriche-Hongrie. De 1915 à 1917 l'armée italienne, mal équipée et mal commandée, arrive néanmoins à pénétrer de quelques kilomètres en territoire ennemi, les Autrichiens restent en général sur la défensive. Cependant à l'automne 1917 les Italiens subissent une cuisante défaite à Caporetto.

C’est alors que le bataillon de Jean-François est envoyé en renfort sur le front italien, face aux austro-hongrois. Il participe à une vaste opération d’aide, composée de troupes françaises et anglaise : du côté français, c’est la Xème Armée qui est envoyée, avec des régiments d’artilleries mais aussi différents bataillons de Chasseurs Alpins. Ceux-ci, habitués aux combats à flanc de montagne, vont combattre l’ennemi sur les sommets qui surplombent la vallée du Piave (Vénétie). Ils volent au secours de leurs homologues italiens, les Alpini, démoralisés après leur récent désastre de Caporetto.  En décembre 1917 ils prennent le nom de Forces Françaises en Italie. Les Anglais sont sous le commandement du général Plummer.

Le 51ème BCA, auquel appartient Jean-François, embarque de Champagne où il était positionné début novembre 1917. Il est convoyé par train jusqu’à Turin, où les Italiens leur réservent un accueil chaleureux. Après une courte pause, ils poursuivent leur voyage vers Peschiera près de Vérone (Vénétie) puis des camions les conduisent vers Cedegolo et Edolo, région montagneuse près de Brescia (Lombardie).
La neige a déjà envahi les cols et les Alpins doivent développer tout leur savoir-faire pour empêcher l’ennemi de progresser.
A la mi-novembre on les rapatrie déjà vers Vicense (Vénétie). Leurs missions sont de renforcer l’armée italienne, contre-attaquer l’ennemi s’il se présente, couvrir un repli éventuel de l’armée italienne.

Début décembre ils rejoignent Castelcucco, au Nord Ouest de Trévise (Vénétie), au pied du massif montagneux surplombant la Piave qu’ils sont chargés de défendre. Pendant un mois, ils vont se battre férocement, sans cesse harcelés par l’artillerie et l’aviation ennemie, subissant de lourdes pertes. Mais les Chasseurs savoyards contribuent finalement à colmater la brèche. Le 30 décembre 1917, ils enlèvent avec brio la position clé du Monte Tomba aux Autrichiens. Cette bataille mémorable vaudra au 51ème BCA une citation à l’ordre de l’armée et une décoration de son fanion par le Général Fayolle, alors commandant supérieur des Forces Françaises en Italie (voir la lettre M).

Collection "patrie" © forum.pages14-18.com

Le 51ème se retire ensuite plus bas dans la plaine, faisant différents exercices, notamment des marches de manœuvre. Est-ce le froid ? La fatigue ? Jean-François tombe malade et doit être hospitalisé pour bronchite. Il reste 6 semaines éloigné du front, avant de pouvoir enfin rejoindre son bataillon.

Puis les Alpins doivent rentrer d’urgence en France au printemps 1918 car l’Allemagne a rompu le front (certaines troupes restent cependant en Italie, intégrées à la 12ème Armée Italienne en octobre 1918). Jean-François effectue son étape la plus longue de toute la guerre : près de 1 400 km, de la Vénétie à la Somme (voir la lettre D).


1 commentaire:

  1. voilà que votre ancêtre rejoint les terres des miens...
    J'avais parlé du 12e corps d'armée français en Italie dans un article : http://www.venarbol.net/archives/5754

    RépondreSupprimer