« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 15 novembre 2018

#ChallengeAZ : M comme médaille et citations

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

La bravoure et le courage des Chasseurs Alpins ont été reconnues et récompensées à plusieurs reprises pendant toute la durée du conflit ; que ce soit à titre personnel ou pour distinguer l’ensemble du Bataillon. Au fur et à mesure des affectations de Jean-François, voici les principales récompenses, félicitations et citations :

  • Croix de guerre :
Sur sa fiche matricule, comme sur son acte de mariage, il est mentionné que Jean-François a reçu la croix de guerre. La « croix de guerre est une décoration militaire attribuée pour récompenser l'octroi d'une citation par le commandement militaire pour conduite exceptionnelle » au cours du conflit. Celle de Jean-François fait suite à la citation n°167 d’août 1917 figurant sur la fiche de matricule militaire (cf. plus bas).
La croix de guerre vient renforcer, physiquement si l’on peut dire, les citations à l’ordre du jour qui existaient déjà, mais qui n’étaient que des mentions administratives, une ligne sur un papier. En 1915, la création de la croix de guerre est instituée officiellement. Elle est composée d’une croix de bronze clair, à quatre branches, due au sculpteur Paul-Albert Bartholomé, de 37 mm, et deux épées croisées. Le centre représente une tête de République au bonnet phrygien ornée d'une couronne de lauriers avec en exergue « République française ». Elle est suspendue à un ruban vert (couleur de l’espérance) et de fines rayures rouges (évoquant le sang versé). Elle vise « à récompenser les belles actions » commises durant le conflit.
La fiche matricule précise : « croix de guerre, étoile de bronze ». En effet, le ruban peut comporter une ou plusieurs étoiles et/ou palmes, en fonction du nombre de citations et de son degré d’importance (régiment, division, armée). Sa « couleur » (bronze, argent, vermeil) désigne le degré de la citation : l’étoile de bronze reçue par Jean-François est le symbole d’une citation à l'ordre du régiment ou de la brigade.


Croix de guerre © militaria-medailles.fr

  • Citations et félicitations :
Les JMO (pour en savoir plus, voir la lettre J) sont émaillés d’ordres de bataillon, faisant état de citations ou de félicitations mettant en valeur « le courage, les actions héroïques et la belle attitude au feu des Chasseurs ». En voici quelques exemples :

- 6/9 mars 1915 – 23ème BCA – Attaque du Reichakerkopf :
En trois jours de combats (victorieux), le Bataillon perd plus de la moitié de son effectif, dont presque tout ses gradés et en particulier son commandant.
Ordre de Bataillon n°9 : félicitations.
« Vous avez répondu admirablement à l’appel que vous faisait votre chef de Bataillon le 21 février 1915 […].
Le magnifique élan de votre assaut, la résistance opiniâtre que vous avez opposée, sur la position conquise, aux efforts puissants et sans cesse renouvelés de l’ennemi, sont des faits glorieux dont le Bataillon a le droit de s’enorgueillir.
Je  fais des vœux pour le rétablissement de tous ceux qui ont été blessés en faisant bravement leur devoir […].
Gardons pieusement à cœur, avec le désir de les venger, le souvenir de tous nos camarades tombés dans cette gloire.
N’oublions pas que demain exigera encore de nouveaux efforts et de nouveaux sacrifices ; que la victoire est faite non seulement des assauts brillamment emportés, mais de l’effort patient, rude, ininterrompu, pour surmonter les fatigues, les privations et les dangers journaliers, et qu’elle restera en définitive à celui qui aura tout supporté résolument avec le plus d’endurance, d’énergie et de cœur.
Au Gaschney le 9 mars 1915, le Capitaine Commandant provisoirement le Bataillon, signé : Vergez »

- Juin 1915 – 23ème BCA – Bataille de Metzeral :
Ordre de bataillon n°57 : félicitations.
«  Tous les disparus du 15 juin ont été retrouvés morts à leur poste d’honneur, prouvant une fois de plus qu’au 23ème on ne se rend jamais !
On sait faire son devoir jusqu’au bout. […]
Soyez fiers de votre succès.
 Tous vos chefs sont fiers de vous et la Patrie sera contente ! […]
Signé le Chef de Bataillon Rosset. »

Ordre général n°32 de la VIIème Armée du 9 juillet 1915 : est cité le 23ème Bataillon de Chasseurs car il « a fait preuve d’une vaillance et d’une énergie au-dessus de tout éloge, en enlevant une position très solidement organisée dans laquelle l’ennemi se considérait comme inexpugnable, d’après les déclarations mêmes des officiers prisonniers, lui a fait subir des pertes considérables et malgré un bombardement des plus violents, n’a cessé de progresser pendant plusieurs journées consécutives pour élargir sa conquête. »

Ordre spécial 23ème BCA, 1915 © alpins.fr

- le 18 août 1917 :
Citation à l’ordre de bataillon n°167 : pour la première fois Jean-François est nommé lors d’une citation en tant que « bon chasseur, brave et courageux, a été blessé à Metzeral le 28 janvier 1916 en faisant bravement son devoir. » (pour en savoir plus sur cette blessure, voir la lettre K).
Cette citation apparaît sur sa fiche de matricule militaire ainsi que dans le JMO du Bataillon (bien que celui-ci ne détaille pas l’ordre de citation).

- le 30 décembre 1917 – 51ème BCA – Monte Tomba/Italie :
Comme le 23ème BCA, le 51ème reçoit l’une des distinctions les plus importantes, sans doute, reçues lors du conflit : la citation à l’ordre de l’armée. Celle-ci fait suite aux violents combats qui ont abouti à la prise du Monte Tomba en Italie le 30 décembre 1917. La Citation elle-même est datée du 18 janvier 1918 et lecture en est faite au Bataillon le 1er février.
Ordre de la Xe Armée n°325. « Le Général commandant la Xe Armée cite à l’ordre de l’armée le 51e Bataillon de Chasseurs : après être venus s’installer en face de l’ennemi sur une position difficile qu’il a dû organiser sous un bombardement violent et continu, s’est élancé brillamment à l’attaque sous les ordres du Commandant de Fabry Fabrègues, le 30 décembre 1917. A enlevé tous ses objectifs, faisant 550 prisonniers, prenant 2 canons, 4 mortiers, 16 mitrailleuses et un matériel important. QG, le 18 janvier 1918, le Général commandant la Xe Armée,  signé Maistre »

Citation à l’ordre de la Xème Armée © Coll. personnelle

Dans les archives familiales, c’est le seul document militaire que nous avons pu conserver. Outre la citation ci-dessus, il y est attesté que Jean-François comptait bien à l’effectif au moment de ces attaques.

 - le 30 septembre 1918 – 54ème BCA – Somme :
Le 54ème BCA de Jean-François reçoit une citation à l’ordre de l’Armée (Ordre de la Ière Armée n°137) : les trois bataillons de Chasseurs auxquels Jean-François a été affecté durant la guerre ont donc tous reçu cette distinction.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire