« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 16 novembre 2018

#ChallengeAZ : N comme numéros

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Dans le parcours de Jean-François on trouve beaucoup de numéros (ou pas) :
  • Sur sa fiche matricule :
- le numéro matricule du recrutement : le n°1822

Extrait fiche matricule © AD74

- l'année de naissance : 1894.
- le numéro d’inscription dans la liste cantonale du conseil de révision (pour en savoir plus, voir la lettre R) : Jean-François Borrat-Michaud est inscrit sous le n°3 de la liste du canton de Samoëns (depuis 1905 le recensement est basé sur l’ordre alphabétique des conscrits : avec un patronyme commençant par B il est logique que son numéro soit proche du 1), puis classé dans la 1ère partie de la liste en 1914 (donc classé bon pour le service armé).
- le degré d’instruction : il est théoriquement évalué lors du recensement ou peut être renseigné par le maire ou le représentant de l'homme. Mais cette case n’est pas toujours renseignée : cela dépend à la fois de la rigueur du secrétaire et de la présence de la recrue. En l’occurrence, ici elle ne l’est pas.
- le poids et la taille : même remarque que ci-dessus. On peut supposer que les détails non renseignés sur la fiche de Jean-François le sont car il est classé « Bon absent » (pour en savoir plus, voir lettre R), c'est-à-dire non présent au conseil de révision ; ce qui peut s’expliquer par le fait qu’il réside à Paris alors qu’il est recensé militairement selon son domicile en Haute-Savoie (pour en savoir plus, voir la lettre E).
- les corps d’affectation : les numéros des bataillons sont inscrits au fur et à mesure de ses affectations (pour en savoir plus, voir la lettre B) : 97, 23, 51, 54, 81, 84, 154, 114, 27.
- 10% : c’est la proposition du taux de pension temporaire proposé par la commission de réforme en 1936 pour Jean-François, en raison de la blessure reçue en 1916 (pour en savoir plus, voir la lettre K). On notera que la décision de ladite commission n’est pas inscrite.
- les dates de ses différents domiciles : en 1919, 1928, 1935.
- les dates de ses citations et blessures : 1917, 1916.
- les dates détaillées de sa campagne contre l’Allemagne, de 1914 à 1919.
- les dates des grandes batailles auxquelles il a participé, bien sûr.
- les 7 dates des rencontres avec les grands hommes (militaires et civiles) de son temps :
Le 11 février 1915, en tenue de campagne complète, son bataillon est réuni dans la cour de l’usine de Wesserling où il est en cantonnement pour être passé en revue par le Président de la République, M. Poincaré, le Ministre de la Guerre, M. Millerand et plusieurs hauts gradés, dont le Général de Division.
Le 1er mars 1917 le bataillon défile devant le Général Deveney commandant de la VIIème Armée.
Le 20 juin 1917 visite du Général Pellé commandant le Vème Corps d’Armée.
Le 19 août 1917 le Général Pétain et le Général Pershing, commandant les troupes américaines en France, passent en revue les chasseurs alpins de la 47e DI.
Le 25 octobre 1917 la compagnie de Jean-François représente le 51ème Bataillon lors de la revue passée par le Général Gouraud près de Somme-Suippe.
Le 6 novembre 1917, le bataillon défile devant le général Dillemann à Peschiera en Italie, derrière lequel il a fait son entrée en ville.
Le 19 janvier 1918 le Général Fayolle, commandant supérieur des Forces Françaises en Italie, passe en revue le bataillon, à Cartigliano. Il donne lecture de la citation à l’ordre de l’armée du 51ème et décore son fanion.

Il a raté la visite du Roi d’Angleterre sur le front français en 1915, mais on a lu à son bataillon le message qu’il a adressé aux armées à cette occasion (Ordre général n°44 du 30 octobre 1915). De même que le roi d’Italie, qui passe en revue le Bataillon le 10 mars 1918, suite à la victoire du Monte Tomba, puisqu’il est alors hospitalisé.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire