« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 17 novembre 2018

#ChallengeAZ : O comme ordres

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Après avoir suivi pas à pas mon arrière-grand-père pendant toute la guerre, après avoir compulsé tous ces documents donnant un aperçu de ce que cela pouvait être (et un sans doute un faible aperçu), je me pose souvent la question suivante : comment ces hommes pouvaient-ils obéir aux ordres 

Lorsqu’on est monté une fois au front, baïonnette au canon, traversant le no man’s land dans un déluge de feu, de flamme, de terre, sous le vacarme des bombardements, les corps déchiquetés des camarades, pour des charges totalement inutiles ; comment pouvaient-in y retourner ?

Bien sûr il y a la hiérarchie militaire : les ordres sont les ordres. Mais quelques mois auparavant ces hommes, à peine sortis de l’enfance pour certains, n’étaient que de simple paysans, artisans ou ouvriers. Ce n’étaient pas des militaires de carrière. Et s’ils croyaient à la défense de la Patrie lorsqu’ils ont été appelés, qu’en était-il au bout de quatre ans de tueries où chaque mètre carré de terrain pris un jour tombait le lendemain, au prix d’une terrible boucherie ?

Sous les drapeaux, toute désobéissance est soumise au code de justice militaire. Celui-ci, daté de 1857 (et amendé en 1875) définit les délits et peines encourus. La justice militaire est alors indépendante de la justice civile. La procédure des conseils de guerre est simplifiée par rapport à ceux tenus en temps de paix : seulement cinq juges et les accusés peuvent être traduits devant les conseils de guerre dans un délai de vingt-quatre heures et sans instruction préalable. 

Mais la nature particulière du conflit entraîne toutefois rapidement un durcissement des modalités d’action de la justice militaire : les sentences de mort peuvent être appliquées sans attendre l’avis du Président de la République, puis des conseils de guerre spéciaux à trois juges sont institués pour juger, suivant une procédure simplifiée et sans possibilité de recours, les auteurs de crimes pris en flagrant délit.


Conseil de guerre © guerre1418.org

Es-ce que les voix pacifistes, comme celle de Romain Rolland dénonçant l'absurdité de toutes les guerre qui emporte la jeunesse (dans le texte "Au-dessus de la mêlée"), ont eu un écho jusque dans les tranchées ? L'exceptionnelle trêve de Noël 1914 n'aura pas de seconde chance. D'autant plus que le choix est terrible : se mutiner, refuser de retourner se faire massacrer aux tranchées, c'est laisser les Allemands avancer et prendre le pays. Par ailleurs, à une époque où parler de paix était synonyme de défaitisme et de trahison, ne pas obéir aux ordres c'est la mort.

Pourtant certains soldats se sont quand même rebellés. Mais ils ont été fusillés pour l’exemple aussitôt ; de peur que la rébellion se propage sans doute. Mais l’exemple a-t-il servi ? Jean-François a été témoin, au cours de sa première année de combat, d’un événement de ce type : le soldat Marsaleix, ayant abandonné son poste le 21 octobre 1915 au matin, une compagnie s’est lancée à ses trousses, le soupçonnant de vouloir passer à l’ennemi. Était-ce véritablement son intention ? Surpris par une des sentinelles du bataillon, il l’a tuée à bout portant de deux coups de fusil. Réflexe ? Peur ? Intention de donner la mort ? Finalement pris en fin d’après-midi un conseil de guerre se réuni à 23h et le condamne à mort : il est exécuté à 7h30 le lendemain matin. Ayant devancé l’appel, il n’avait pas encore fêté ses 19 ans. Sans doute était-il simplement terrorisé. 


Extrait dossier et fiche du soldat Marsaleix © Mémoire des Hommes

Sans parler d’acte aussi terribles, j’ai « vu » mon arrière-grand-père faire de longues marches, voire des déplacements motorisés de plus d’une centaine de kilomètres, être au repos deux jours et revenir à son point de départ. Quel est le but de ce type d’ordre ? Bien sûr il me manque sans doute des éléments pour comprendre de telles décisions, mais quel est l’intérêt ?

Et je ne parle pas de ceux qui étaient rétifs à tout ordre ou discipline dans la vie civile : pour eux, l’ordre militaire est compliqué à subir et absences, ivresses, bagarres sont courantes… et les punitions leurs lots quotidiens.

Je ne suis pas militaire et n’ai pas connu de conflit armé, mais mes lectures sur la Grande Guerre ont renforcé, s’il en était besoin, le profond respect et le courage qu’ont eu ces hommes d’obéir aux ordres qu’on leur donnait… quels qu’ils soient.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire