« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 19 novembre 2018

#ChallengeAZ : P comme photo

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Je possède une seule photo de Jean-François datant de cette période de guerre. Très abîmée, je l’ai restaurée comme j’ai pu.

Jean-François Borrat-Michaud entouré de sa famille © Coll. personnelle

Il figure entouré de sa famille : 
- sa demi-sœur Félicie, seule rescapée de deux paires de jumelles nées en 1881 et 1889 de père(s) inconnu(s) ; 
- son autre sœur Marie-Louise née un an avant le mariage de ses parents (toutes deux légitimées lors dudit mariage) ; 
- ses parents Joseph et Adélaïde ; 
- et un petit garçon, probablement Armand, mais qui reste entouré de mystère – frère ou neveu ? - (qui fera très certainement l’objet d’un billet un jour prochain). 

Quand aux deux sœurs, je ne sais pas laquelle est laquelle mais je dirais que Félicie est à droite sur la photo et Marie-Louise à gauche : mes retouches ne sont pas parfaites mais je pense que celle de gauche ressemble davantage à Jean-François.

Jean-François est au centre, en haut de la photo. Il est habillé en costume de Chasseur alpin (pour en savoir plus, voir la lettre C) : il porte la "tarte" sur la tête, la vareuse dont le col est marqué du corps de chasse, symbole des chasseurs, et son numéro de bataillon, le 51ème. Le reste du costume n’est pas identifiable compte tenu de sa position au milieu de sa fratrie et des couleurs assez sombres du cliché.

Cette photo n’est pas datée, mais en la regardant attentivement, et notamment le col de sa vareuse, on peut émettre certaines hypothèses. En effet, celui-ci est  frappé du cor de chasse et du numéro de bataillon auquel il appartient, le tout surmonté de pattes losangées ornées de deux soutaches (galon étroit et plat, à deux côtes).

Grâce à ce numéro 51, marquant son affectation au 51ème Bataillon de Chasseurs Alpins, on peut émettre une fourchette de temps pendant laquelle cette photo a dû être prise ; c'est-à-dire entre le 9 septembre 1916 et le 10 juillet 1918. Le fait qu’il soit entouré de sa famille signifie sans doute qu’il a eu une permission durant cette période, qu’il soit retourné dans son foyer et pris le cliché à cette occasion. C’est quasiment la seule preuve tangible qu’il a bien eu une permission pendant la guerre (même si on peut supposer qu’il en ait eu plusieurs) car je n’en ai nulle trace par ailleurs - hormis une mention "post conflit" en août 1919 (car à cette époque il est toujours sous les drapeaux : pour en savoir plus à ce sujet voir la lettre U). 

On ne voit pas ses bras, sur lesquels devraient être cousues des brisques [*] : un chevron sur le bras gauche pour un an au front (les 6 mois suivant ne sont pas comptabilisés car il les a passés à l’arrière en hospitalisation), puis 4 autres pour les 2 ans passés aux armées (la 5ème  devrait logiquement lui être donnée en septembre 1918, époque postérieure à la photo puisqu’il aura alors changé de bataillon). Et une autre brisque sur le bras droit pour blessure de guerre.

Enfin, on remarque qu’il arbore la croix de guerre à son revers; distinction lui qui a été attribuée par ordre général n°167 signé du 18 août 1917. Le petit éclat plus clair sur le ruban correspond à l’étoile de bronze qui lui a été accordée en même temps (voir la lettre M pour en savoir plus). La photo est donc forcément postérieure au mois d'août 1917 et antérieure à juillet 1918.

Enfin, est-ce qu’il porte, à côté de la croix de guerre, une barrette dixmude [*] ? Hélas la photo est trop sombre pour pouvoir le dire.

Néanmoins je ne peux pas préciser davantage la date de la photo : j’ignore combien de temps s’est écoulé entre la signature de l’ordre lui attribuant la croix de guerre (le 18 août 1917 donc) et quand il l’a reçue réellement, physiquement. D’autant plus qu’entre novembre 1917 et avril 1918 il était en Italie (voir la lettre I) : a-t-il eu une permission depuis le front italien ?

J’ai tenté de me baser sur les vêtements, pour avoir au moins une idée de la saison, mais autant les robes des filles peuvent paraître légère (pour la Haute-Savoie), autant les manteaux des parents semblent plus chauds. Quand au vêtement du jeune homme, difficile de trancher : on dirait une vague « copie » de vareuse militaire… ou peut-être était-ce le genre de vêtement qu’on portait à l’époque, tout simplement. C'est, par ailleurs, la seule photo de la famille que je possède et la seule de Jean-François en uniforme militaire.


[*] Pour en savoir plus sur la définition de ce mot, rendez-vous sur la page du lexique de généalogie sur ce blog.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire