« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mardi 20 novembre 2018

#ChallengeAZ : Q comme querelle

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Est-ce une simple querelle qui a provoqué la Première Guerre Mondiale ? Sûrement pas. Si, au moment des faits, la situation pouvait apparaître simple (l’assassinat de l’archiduc austro-hongrois par un nationaliste serbe), elle est en fait beaucoup plus complexe.

Le 28 juin 1914, l'archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire de l’Autriche-Hongrie, est assassiné lors d'une visite dans la ville de Sarajevo. Les réactions sont diverses, allant du soulagement côté hongrois car ils ne l’aimaient guère, à la tristesse pour ses partisans ou la joie pour les Serbes durement éprouvés par le gouvernement austro-hongrois. 

Le Petit Journal, 12 juillet 1914 © Wikipedia

Rapidement cet assassinat n’apparaît pas comme un acte localisé, les Autrichiens souhaitant « régler le problème serbe » notamment grâce au soutient du Reich. En Allemagne, certaines voix se font entendre, pour un règlement définitif de la dispute entre ses voisins. En effet, ils pensent que les autres nations ne réagiront probablement pas : la France est préoccupée par des questions de politique intérieure et la Grande-Bretagne doit gérer ses problèmes avec l’Irlande ; seule la Russie pourrait être tentée d’intervenir, mais elle ne semble pas en mesure de soutenir une guerre contre les puissances centrales européennes. 

L’Autriche-Hongrie envoie donc un texte rédigé de telle façon que c’est plutôt un ultimatum que reçoit le gouvernement de Belgrade. Et son refus entraînerait, de facto, une intervention contre la Serbie. Ce texte n'accuse pas la Serbie d'être responsable de l'attentat, mais simplement d'avoir rompu les accords de 1909, qui l'obligeaient à « des rapports de bon voisinage » avec son voisin septentrional, en laissant se développer sur son territoire des courants nationalistes. Par ailleurs le texte exige que des policiers austro-hongrois doivent pouvoir mener des investigations sur le territoire serbe pour enquêter sur le meurtre, ce qui représente une négation du gouvernement et des pouvoirs serbes. Cet ultimatum est adressé le 22 juillet 1914, avec une réponse attendue dans les 48 heures. Si la plupart des revendications austro-hongroises peuvent être acceptées, ce dernier point est refusé catégoriquement par Belgrade. Les relations diplomatiques sont alors rompues.

Certains veulent toujours croire à un différend local et les grandes nations européennes tentent même une conciliation dans les jours qui suivent. Mais d’autres au contraire veulent s’engager dans ce conflit : la crise locale, puis balkanique devient alors européenne, notamment avec la mobilisation décrétée en Russie le 30 juillet, entraînant en réaction celle de l’Allemagne. 

Cette dernière déclare officiellement la guerre le 1er août à la Russie, le 2 au royaume de Belgique et le 3 à la France. Les mobilisations générales se déclarent en cascade dans tous ces pays. Face à l’invasion du Luxembourg et de la Belgique, le 4 août c’est la Grande-Bretagne déclare la guerre au Reich, comme elle s’y était engagée si celui-ci intervenait de façon directe dans le conflit.

Cependant, l’assassinat du 28 juin ne semble être qu’une goutte d’eau dans la poudrière européenne. En effet, depuis le début du XXème siècle plusieurs nations étaient engagées dans une course aux armements (Russie, Allemagne, Grande-Bretagne…). Par ailleurs, de veilles querelles non réglées ont tendance à refaire surface régulièrement : la question de l’Alsace-Lorraine entre la France et l’Allemagne, la péninsule balkanique qui a perdu sa souveraineté au milieu du XIXème siècle (guerre de Crimée), la Serbie annexée  par l’Autriche, les appétits russes sur les petits états balkaniques, etc… Ces querelles s’étendent à l’échelle mondiale par l’intermédiaire des empires coloniaux que les nations européennes se sont taillés, notamment en Afrique, au Moyen-Orient ou en Inde.

La montée des nationalismes entraînent des rivalités nationales exacerbées. A cela s’ajoutent des facteurs économiques (financiers, commerciaux) qui tendent les relations internationales. Pour beaucoup d’intellectuels, le conflit n’est pas une surprise, mais ils considèrent cette guerre comme juste car défensive.

C’est ainsi qu’une querelle, d’apparence locale, est rapidement devenue mondiale. Et a fait plus de 18 millions de morts et 20 millions de blessés.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire