« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 12 novembre 2018

#ChallengeAZ : J comme JMO

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Les Journaux des Marches et Opérations (JMO) sont les journaux de bord de toutes les unités militaires engagées durant le conflit. Ils se présentent sous la forme d’un document relié relatant les événements vécus par chaque corps de troupe (groupes d'armées, armée, corps d'armée, division, brigade ou régiment) au cours d’une campagne. Ils ont été institués en 1874. Chaque unité doit en rédiger un, quelle que soit sa taille.

JMO du 23ème BCA © Mémoire des Hommes

Les JMO contiennent les faits, les combats ou les reconnaissances, au quotidien. Mais selon le rédacteur, ils peuvent être accompagnés de différentes informations :
- les buts recherchés,
- la position des troupes
- la composition du corps en mouvement
- les résultats obtenus.
- des rapports
- les pertes subies
- la composition du corps
- les itinéraires suivis
- les emplacements des camps et des cantonnements
- les emplacements sur le front
- des cartes
- des croquis
- des photographies
- les citations
- les promotions
- les mutations
- les renforts

Lors de leur création, il y était prévu en particulier une tenue minutieuse de l’état des pertes qu’il s’agisse des tués, des blessées, des prisonniers et des disparus : tous devaient être  « désignés nominativement ». Mais c’était sans savoir, et pour cause, ce que serait le chaos de la Grande Guerre, empêchant de noter sans exception les quelques centaines de noms des tués ou blessés par jour ! Parfois subsiste, de cette ancienne volonté, un tableau récapitulatif des effectifs à une date donnée.

Bref, ils sont une source précieuse pour déterminer les actions, les lieux, voire les pertes subies par chaque bataillon. C’est l’une des deux sources principales qui m’a permis de suivre Jean-François "pas à pas" (pour connaître l’autre, rendez-vous à la lettre R). Grâce aux JMO j’ai pu notamment déterminer les déplacements des bataillons de Jean-François, me rendre compte de la violence des batailles et du feu ennemi, le bien-être d’une journée de repos et de quelques « travaux de propreté » !

Chaque JMO peut être rempli par plusieurs personnes, notamment lorsqu’un rédacteur est muté ou tués lors d’un conflit. Selon les rédacteurs, ils sont plus ou moins détaillés. Par exemple j’ai dû faire face à plusieurs reprises de jour sans aucune note, voire de semaines muettes complètes.
De plus, il ne faut pas perdre de vue que le rédacteur est un officier et que même s’il est sensé remplir son JMO « sans commentaire ni appréciations personnelles », cela ne signifie pas qu’il est forcément objectif. Ainsi il m’est arrivée de lire le commentaire « journée calme », sous-entendant qu’il ne s’était rien passé ce jour-là ; mais en le rapprochant des fiches des Morts Pour la France, je me suis aperçue que plusieurs soldats étaient décédés à cette date. Assurément, pour les familles de ces hommes, ce n’était pas une « journée calme ». Cette notion de neutralité supposée induit également une certaine froideur dans les descriptions et ne prends quasiment jamais en compte l’émotion que peut susciter tel ou tel événement : on passe donc totalement à côté de l’état d’esprit des combattants, en particuliers des soldats de troupes.

Par ailleurs les guerres sont, par définition, des temps difficiles, et parfois le JMO d’une unité a été perdu. C’est le cas du 54ème BCA : pendant la durée de l’affectation de Jean-François dans ce bataillon, il m’a fallu trouver un autre moyen de le suivre au jour le jour. Je me suis donc basée sur le JMO de la Ière Armée (source très large, puis qu’elle détaille  les mouvements de grandes unités et non d’un seul bataillon) et un historique du 54ème (source assez vague car ne résumant que les principaux déplacements et batailles du bataillon mais ne contenant que peu de détails journaliers).


1 commentaire:

  1. Le JMO du regiment de mon grand-pere a lui aussi ete perdu. Merci de me donner une bonne astuce pour retrouver quelques informations. Annick H.

    RépondreSupprimer