« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 24 novembre 2018

#ChallengeAZ : U comme ultimes obligations

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

L’Armistice signé le 11 novembre 1918 est un soulagement pour tous : « la guerre est finie ! ». Cependant… elle n’est pas véritablement finie ! Si les combats ont cessé, cela ne signifie pas pour autant la fin de la guerre et le retour immédiat des hommes. Ce n’est pas encore le temps de la fin des épreuves. 


La dépêche © historyweb.fr

L’armée doit faire face à un immense chantier : rapatrier tous ses soldats, armes, véhicules, etc… disséminés à travers le monde. Cela représente entre 4 et 5 millions d’hommes ! Près de la moitié d’entre eux ont été blessés et beaucoup d’entre eux le sont encore, en convalescence dans des hôpitaux de fortune installés ici ou là. Et tous ne rentrent pas en France : il y a aussi tous les soldats des colonies qui doivent rentrer dans leurs pays respectifs, un peu partout à travers le monde.

Plusieurs solutions s’offrent alors : les Américains libèrent leurs soldats par unités, les Britanniques préfèrent donner la priorité aux besoins économiques, tandis que les Français et les Italiens choisissent la démobilisation à l’ancienneté : l’idée est donc de commencer par démobiliser les soldats des classes les plus anciennes. Or après 4 ans de conflit meurtrier, il n’existe plus de régiments homogènes constitués par une seule classe d’âge. La démobilisation entraîne donc une constante réorganisation des unités qu’il faut refondre, parfois pour quelques mois seulement, afin d’en libérer les soldats.

Par ailleurs, il faut garder une certaine pression sur les Allemands, tant que le traité de Versailles, marquant la paix définitive, n’est pas signé officiellement (c'est-à-dire le 28 juin 1919).
Enfin, il ne faut pas oublier l’état déplorable dans lequel est la France et, d’une manière générale, les régions où l’on s’est battu : destruction des infrastructures, des ponts, des routes, des voies de chemin de fer…

Jean-François n’avait que 20 ans en 1914 : c’est une des classes mobilisées les plus jeunes. Le retour à l’ancienneté signifie que, pour lui, la démobilisation n’est pas prévue pour tout de suite.
D’ailleurs, sa fiche matricule le confirme. Il passe par différentes affectations avant d’être véritablement démobilisé :
- Le 11 novembre 1918 est toujours affecté au 81ème RAL (il l’est depuis septembre).
- Le 5 décembre 1918 il change de groupe, mais toujours au 81ème.
- Le 1er février 1919 idem.

Mais en avril 1919, des voix s’élèvent en Allemagne, les Allemands jugeant les conditions de leur reddition trop dures, et du côté des alliés on craint un regain belliqueux des vaincus : les armées restent sur le pied de guerre, prêtes à une nouvelle intervention militaire si nécessaire. Le processus de démobilisation s’interrompt pour tous les soldats de moins de 32 ans, soit environ 2,5 millions d’hommes. Il ne reprendra qu’à partir de juillet.

Finalement Jean-François reçoit son ordre de démobilisation le 13 septembre 1919, soit presque un an après la fin du conflit ! 

L’attente et l’envie ont dû peser lourd durant ces longs mois. Le foyer, la famille, les amis (ceux qui sont encore en vie…), la ville ou le village : tout cela semble si proche et pourtant inaccessible. Sans compter qu’au fur et à mesure d’autres partent tandis que lui reste. Encore. Et pourtant il ne fait pas partie des derniers, qui ne rentreront chez eux qu’en juin 1920.

Pendant tout ce temps, on ne peut plus parler vraiment de « front ». Il reste néanmoins sous les drapeaux et a dû participer à l'occupation de la rive gauche du Rhin pour veiller au rapatriement du matériel et à la bonne « évacuation » de l’ennemi. Certains sont envoyés en caserne, à d’autres on fait faire de longues marches (il faut bien occuper les hommes).

Cependant Jean-François dû bénéficier d’au moins une permission car il est témoin au mariage de sa sœur qui a lieu le 2 août 1919 à Paris, 1er arrondissement ; il y est bien dit « aux armées », mais il est présent tout de même dans la capitale.

Enfin en septembre 1919 il lui reste quelques ultimes obligations à remplir : pour être libéré il doit se rendre au centre démobilisateur qui est le dépôt de son régiment le plus proche de son domicile (le 81ème RAL, donc) ; parcours parfois chaotique vu l’état des infrastructures, comme on l’a vu plus haut, souvent fait en train de marchandise. Il n'y reste que quelques heures voire quelques jours pour les formalités de démobilisation :
-  passer une visite médicale,
- faire la mise à jour de ses papiers militaires,
- recevoir un costume civil (ce qui est souvent un problème, vu la rareté du tissus : soit le soldat garde un uniforme militaire, soit il reçoit un habit militaire teint pour « faire civil » !)
- recevoir son indemnisation de démobilisation. Elle s’élève normalement à 490 francs par année dans une unité combattante (ce qui ne représente, en fait, que l’équivalent de deux mois de subsistance environ dans le civil).

Le retour au pays n’est pas toujours facile pour les soldats : les conditions de voyage du retour, la situation qu’ils trouvent en arrivant (fiancée mariée à un autre, boutique détruite, champs ravagés…). Sans parler des grands blessés de guerre qui ont beaucoup de mal à se faire une nouvelle situation dans la société du fait de leur handicap, ou des prisonniers de guerre sur qui pèsent parfois le soupçon de collaboration avec l’ennemi.

Enfin, en rentrant, les soldats survivant rapportent avec eux le souvenir des horreurs qu’ils ont vécues et parfois la honte de revenir alors que tant d’autres ont disparu : c’est un véritable traumatisme auquel ils doivent faire face. Mais cela est une autre histoire…


1 commentaire:

  1. Je me suis rendue compte de ces difficultés en écrivant l'article sur Jules Léon Bruckner. Ca devait être bien frustrant pour ces hommes de devoir attendre de rentrer chez soi : la guerre est finie mais il faut rester loin de sa famille... Je n'imagine même pas pour les familles !

    RépondreSupprimer