« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 22 novembre 2018

#ChallengeAZ : S comme Samoëns

Lien vers la présentation du ChallengeAZ 2018
___

Samoëns est la ville d’origine de Jean-François. Elle est située en Haute-Savoie. Son nom aurait une origine médiévale signifiant "les sept monts" (de sat, "sept", et de moens, "monts ou alpages"), rappelant les 7 sommets qui entouraient le village ; C'est pourquoi ses habitants se nomment les septimontains et les septimontaines.

Samoëns dominé par le Criou © Delcampe

Au cœur historique de Samoëns, l’église, les anciennes halles du marché datant du XVIème  siècle, dites "la Halle de la Grenette", et le Gros Tilleul. Celui-ci, arbre emblématique de la ville, a été planté en 1438 pour célébrer un jugement rendu par le Duc Amédée VIII de Savoie, confirmant aux habitants de Samoëns la possession de plusieurs alpages situés dans une vallée voisine. Arbre remarquable, par son âge et par son envergure, le Gros Tilleul constitue un véritable repère et un lieu de rencontre et de convivialité incontournables de la vie locale.

L'église est une ancienne collégiale dépendante du diocèse de Genève. L’édifice actuel a été construit sur les ruines de l'ancien, détruite en 1476 lors de l'invasion des Bernois. Plusieurs réfections se sont succédé au cours des siècles, œuvre des maçons de Samoëns, tailleurs de pierre réputés en Savoie et en France. En effet, la tradition de la pierre a marqué la vallée du Haut-Giffre qui regorge de carrières de calcaire. Pour compléter leurs revenus issus de l'activité agricole, les hommes de la région travaillaient la pierre. 

En 1659, les frahans (nom donné aux tailleurs de pierre) étaient si nombreux à Samoëns et leur savoir-faire si réputé, qu'ils se sont regroupés au sein d'une confrérie très célèbre. Celle-ci menait des actions philanthropiques, prenait soin des malades, formait de jeunes apprentis et avait sa propre école de dessin qui abritait une importante bibliothèque. Les membres de la confrérie des maçons et des tailleurs de pierre de Samoëns étaient si réputés qu’ils furent appelés sur les plus grands chantiers : par Vauban pour ses fortifications, puis par Bonaparte pour les canaux de Saint Quentin, et même jusqu’en Pologne ou en Louisiane. Pour communiquer et pour ne pas se faire comprendre des autres, ils utilisaient un dialecte bien à eux : "le mourmé". Des témoignages de leur talent subsistent partout sur l'architecture du village.

La figure locale la plus célèbre de Samoëns est sans conteste Marie ­Louise Jaÿ (dont nous partageons un ancêtre commun... à la 12ème génération !). Née en 1838, à 15 ans, la jeune fille part tenter sa chance à Paris comme vendeuse au "Bon Marché". C'est dans la capitale qu'elle rencontre Ernest Cognacq, qu'elle épousera par la suite (devenant les fameux "Cognacq-Jay"). Ensemble, ils fondent le grand magasin "La Samaritaine". Le succès est immédiat. A la tête d'une immense fortune, sans enfant, Marie ­Louise et Ernest consacrèrent la fin de leur vie aux bonnes œuvres et n'oublièrent jamais son village natal à elle. Ainsi en 1906 Marie Louise créa le jardin botanique "la Jaÿsinia" et en 1917 subventionna la rénovation de l'intérieur de l'église.

Samoëns, dont l’altitude oscille entre 670 et 2 700 m (chef-lieu est situé à 703 mètres d'altitude), jouxte la frontière suisse. La famille maternelle de Jean-François, les Jay (tiens, tiens…) sont une vieille famille locale. Son père en revanche, est né en Suisse et a passé la frontière avant d’épouser Adélaïde. La ville est dominée par l'Aiguille du Criou, sommet pointu qui culmine à 2 207 mètres d'altitude.

En 1911, la ville compte 2 220 habitants. Si les parents de Jean-François demeurent toujours à Samoëns en 1914, lui-même est momentanément en résidence en région parisienne où il est garçon de café. Cependant son domicile officiel reste Samoëns, et c’est pourquoi il est mobilisé par l’armée en Haute-Savoie.

Le monument aux morts de Samoëns compte une soixantaine de noms, pour le conflit de la Première Guerre Mondiale. Parmi eux, ceux des jumeaux Jay, Joseph et Alphonse. Ils ne sont que des parents très éloignés de Jean-François (il faut remonter 7 générations pour leur trouver des ancêtres communs, au XVIème siècle), mais sont nés la même année et ont sans doute fréquenté les mêmes bancs d’écoles ou se sont retrouvés sous le Gros Tilleul. Cependant, ils ont connus des destins différents : si Jean-François a survécu à la guerre, Joseph a succombé à une bronchite dès 1915 (une de celles qui a touché Jean-François en Italie mais qui l’a épargné); Alphonse, quand à lui, est tombé dans la Somme en 1916.

Après guerre, Jean-François ne reviendra pas dans la ville d’origine, demeurant désormais à Eaubonne (Val d’Oise) avec son épouse et son fils unique... Épouse originaire de Seine et Marne, où il fut lui-même souvent cantonné lors de la guerre !


1 commentaire:

  1. La belle ville de Samoëns et son impressionnant Criou...
    Merci pour son histoire.

    RépondreSupprimer