« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 4 novembre 2019

#ChallengeAZ : C comme comte

Entraygues, autrefois vicomté, a été achetée par les comtes de Rodez au XIIIème siècle. Ceux-ci font construire un château, puis des remparts pour fortifier la ville qui se trouve aux confluents des routes d’Auvergne et du Lot. Au gré des guerres, le comté changera plusieurs fois de mains.

A l’époque de « notre » Jean Avalon, c’est le comte Henri II de Montvallat et son épouse la comtesse Blanche de Castrevielle qui règnent sur la ville. Le couple se marie en 1668 à Jaujac, fief d’où est native la future comtesse, situé à 200 km à l’Est (en Ardèche actuelle). 

La maison de Montvallat est originaire d’Auvergne. Le grand-père d’Henri II épousa une dame d’Entraygues et c’est ainsi qu’ils arrivèrent en Rouergue.

Les Castervielle (ou Castrevielhe, Castervieille, Chastrevieille) « sont venus, on ne sait en quelle circonstance, mais très anciennement, au château de Castrevieille. Ce château est situé à l’entrée du bourg de Jaujac. […] Après sept générations, la maison tomba en quenouille (sic), en la personne de Blanche de Castrevieille, héritière de tous les biens de sa famille [Castrevieille, Jaujac, Rocles, Saint Pierre de Malet, etc…] dont le fils, François Gaston, vendit tous ses biens du Vivarais ».*

Ils auront huit enfants, dont seul l’aîné semble naître à Jaujac. Après cela la famille s’installe vraisemblablement à Entraygues, s’enracinant dans le comté. Henri de Montvallat acquiert, en 1685, la seigneurie de Montpezat (Ardèche, à une quinzaine de kilomètres de Jaujac), étendant ainsi le domaine. Il était aussi capitaine-lieutenant de la compagnie des Chevaux-Légers de Monseigneur le Duc d'Orléans (en 1656) et portait le titre de seigneur de divers lieux, en plus du comté d’Entraygues : Neuve-Église (aujourd’hui La Chapelle Neuve Église en Aveyron), Cornette, Unies, Montpezat et Castrevielle.

Henri décède en 1690 et son fils François Gaston lui succède en tant que comte. La comtesse douairière survit quelques années à son défunt époux : elle meurt en 1703.

Le nouveau comte d’Entraygues, François Gaston porte également les titres de seigneur de Montpezat et Castreveille (jusqu’à la vente de ce dernier tout au moins). Il fut page du roi dans la grande écurie avec son frère puîné Hyacinthe en 1685. Il servit ensuite chez les mousquetaires. Il porta successivement les titre d’enseigne, sous-lieutenant, lieutenant puis enfin capitaine dans le régiment des gardes françaises en 1700. Il quitta le service en 1704 (suite au décès de sa mère et de la vacance du comté ?). Entre temps il s’était marié en 1700 avec Marguerite de Pleure (en la paroisse de St Jean de Grève à Paris), fille d’un chevalier et seigneur de Romilly et divers autres lieux.

Dans les archives notariales concernant Jean Avalon, on voit régulièrement apparaître la Dame comtesse, en particulier après le décès de son époux. Je n’y ai pas rencontré son fils, qui devait alors se trouver en région parisienne.

Le château comtal est situé à l’extrémité de la ville, à la confluence des deux rivières qui entourent la cité (le Lot et la Truyère). La bâtisse médiévale fut pillée et dévastée en 1587, puis reconstruite par le grand-père d’Henri II de Montvallat. Des vestiges du XIIIème siècle il ne reste que la cage d'escalier, la salle voûtée gauche du rez-de-chaussée et les deux tours carrées. Le corps de logis a été édifié au XVIIème siècle. Il restera dans la famille de Montvallat jusqu’à la Révolution où il fut vendu comme bien national. Par la suite il changea plusieurs fois de propriétaire. Il appartient aujourd’hui à une communauté religieuse qui y a fondé une école.


 Château d'Entraygues aujourd'hui © Wikipédia

* (source : Revue historique, archéologique, littéraire et pittoresque du Vivarais illustrée)


1 commentaire:

  1. Une très belle remise en contexte qui permet de mieux cerner le monde de ton ancêtre !

    RépondreSupprimer