« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 8 novembre 2019

#ChallengeAZ : G comme générations de généalogies


Évidemment, avec 400 actes, on retrouve un certain nombre de protagonistes tournant autour de Jean Avalon : débiteurs, créditeurs, vendeurs, acheteurs, etc… mais aussi témoins. On compte en général un ou deux protagonistes (en plus de mon ancêtre Jean Avalon), et deux ou trois témoins par documents. Ce qui fait théoriquement entre 1 200 et 2 000 personnes. Heureusement beaucoup apparaissent plusieurs fois, ce qui réduit ce nombre… à plusieurs centaines quand même !

Ils sont originaires d’Entraygues, comme Jean Avalon, ou des paroisses voisines : Banhars, Golinhac, Bez Notre Dame, etc…

Parmi eux je peux retrouver des fratries entières, comme par exemple les Lavaur :
- Jean Lavaur et son épouse Françoise Payron
- Jeanne Lavaur et son époux Geraud Delbes
- Françoise Lavaur et son époux Pierre Dangles

Et parfois ce sont de véritables généalogies sur plusieurs générations que l’on peut reconstituer car certains actes se transmettent de pères/mères en fils/filles (les obligations notamment) et donc les membres de la famille sont cités précisément, sans oublier les liens qui les relient (du gâteau pur beurre pour le/la généalogiste).

Il reste de temps en temps quelques « trous », comme pour les Rayrolles/Boissière où sont cités un homme (Burguière) et son épouse (Boissière) et le « parastre » de cette dernière (Rayrolles) : cependant il manque le prénom du père de ladite Boissière et l’identité de sa femme, visiblement remariée avec ledit Rayrolles.

Parmi ces protagonistes je distingue plusieurs de mes ancêtres (les liens de famille ne sont pas cités, mais on peut les supposer, notamment grâce à leurs métiers ou à leurs lieux de résidence) :
- Antoine Soulié l’aîné : il apparaît comme témoin signataire, mais aussi plusieurs fois en tant que protagoniste principal de l’acte, notamment une fois agissant comme consul de la ville d’Entraygues. Il est l’oncle maternel de Bonne Noël épouse Avalon.
- Guillaume Soulié (témoin), son cousin.
- Durand Soulié (cité lors d’un transport d’obligation), probablement feu le grand-père de Bonne Noël.
- Antoine Soulie le Jeune (témoin), probablement son cousin.
- Durand Soulie (témoin) probablement son cousin.

Parfois les liens sont complexes, comme Geraud Turlan qui apparaît dans un texte de 1689 : il mon ancêtre à la XIème génération, le cousin par alliance de Bonne Noël, l’épouse de Jean, et dont le fils Joseph Turlan épousera la petite-fille de Jean Avalon une vingtaine d’années après le décès du boucher !

Simon Mommaton et Antoine Soulié l’aîné  sont mes deux ancêtres qui reviennent le plus souvent dans les documents de Jean, en tant que témoins en particulier. Ce n’est guère étonnant car le premier est le gendre de Jean, le second l’oncle de son épouse.

Mais en partant à la recherche de tous les protagonistes, je me suis aperçue que ceux qui habitaient à Entraygues entretenaient presque tous des liens de famille, plus ou moins lointains. Par exemple le consul Brunet, avec qui Jean Avalon a eu maille à partir en 1679 (voir l’article A vendre ! sur ce blog), est en fait de sa famille (par alliance) : il est le fils de l’époux de la sœur de l’épouse de l’oncle de sa femme très exactement !

Arbre Avalon-Brunet

Et ainsi de sœur en frère, de mariage en en mariage, de cousin en cousine j’ai reconstitué un arbre de plus de trois cents individus où la plupart des protagonistes et/ou témoins des actes de Jean Avalon se retrouvent à un moment donné.


3 commentaires:

  1. Quel travail de dépouillement impressionnant ! Bravo.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un travail long et fastidieux que de dépouiller, transcrire et analyser les actes récupérés aux archives. Pourtant, le résultat vaut largement le coup ! Je suis en tout cas impressionné par tout ce travail réalisé !

    RépondreSupprimer
  3. Une découverte à chaque acte, c'est merveilleux. Très beau travail. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer